BORDEAUX Georges Eugène décédé le 16 avril 1917

BORDEAUX Georges Eugène : Soldat CL2, 69eRI, né le 12/2/1896 à Vitry-sur-Seine (94) — Fils de Louis Jean Napoléon, Jardinier, 47 ans et de BEDÉ Anne Marie, sans profession, 36 ans, acte 6 — Recrutement ; Mat : 4379 Seine 4B (75), Mat : 16912 au corps — Tué à l’ennemi le 16/04/1917 Bourg-et-Comin Aisne (2) — MPF MdH — Figure sur : Saint-Remi —

Fiche MDH : BORDEAUX Georges Eugène
Fiche MGW : BORDEAUX Georges Eugène


CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), quality = 70


Les études du CGMA sur ce blog :

Retrouver la fiche relative aux soldats morts pendant la Grande Guerre
Grande Guerre – Morts de la commune – version octobre 2014
Maisonnais figurant sur Memorial GenWeb
Morts de la commune pendant la Grande Guerre
Vétérinaires de l’ENVA de la Grande Guerre

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Centenaire de la Grande Guerre, Guerre 14-18

14-18 à Maisons-Alfort : Ventes de lait écrémé

 

Cliquer

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 14-18, Histoire locale

GAUTHÉ Paul décédé le 15 juin 1918

Fiche nouvellement complétée en avril 2017

GAUTHÉ Paul : Soldat, 12 RI, 1 Compagnie, né le 25/1/1892 à Maisons-Alfort — Fils de Louis, Journalier, 36 ans et de VASSEUR Marie Emilie, sans profession, 36 ans, acte 11 — recensement de 1911 à Maisons-Alfort (94) 50, rue Victor Hugo – Recrutement ; Mat : 3875 Charenton (94), Mat : 695 au corps — Tué à l’ennemi le 15/6/1918 Combat de Marest-sur-Matz Marest-sur-Matz Oise (60) — MPF Dans l’acte le 01/07/1918 — Célibataire – Figure sur : MAM Saint-Remi Livre d’Or-AN —

Fiche MDH : GAUTHE Paul

Fiche MGW : GAUTHÉ Paul

Les études du CGMA sur ce blog :

Retrouver la fiche relative aux soldats morts pendant la Grande Guerre
Version avril 2017
Maisonnais figurant sur Memorial GenWeb
Morts de la commune pendant la Grande Guerre
Vétérinaires de l’ENVA de la Grande Guerre

 

Recherche du patronyme « Gauthé » dans ce blog :

Pour en savoir plus sur la famille de ce militaire

https://cgma.wordpress.com/?s=gauth%C3%A9

 

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 14-18, Memorial GenWeb

Maisons-Alfort, tables NMD au 20ème siècle

http://94.124.235.223/archives-en-ligne/eta-search-form.html

Tables des naissances, mariages, décès 1903-1912 5E 305
Tables des naissances, mariages, décès 1913-1922 5E 306
Tables des naissances, mariages, décès 1923-1932 5E 307
Tables des naissances, mariages, décès 1933-1942 5E 308

Poster un commentaire

Classé dans Archives, Archives Départementales 94, Archives de Maisons-Alfort

FABER Marcel Émile décédé le 18 avril 1917

FABER Marcel Émile : Soldat, 35 RI, 6 Compagnie, né le 4/4/1896 à Verneuil Marne (51) Champagne-Ardenne — Fils de Michel Christian, Cordonnier, 26 ans et de CHRISTEN Malina, sans profession, 24 ans, acte 4 — Recrutement ; Mat : 2491 Seine 4B (75), Mat : 18960 au corps — Tué à l’ennemi. Suite de Blessures par balles le 18/4/1917 Ambulance 4/1 Châlons-sur-Vesle Marne (51) — MPF Dans l’acte le 18/04/1917 — marié le 27/ 0/1915 à TRAVELLA Marie Louise Raymonde à Maisons-Alfort — Figure sur : MAM Crypte Livre d’Or-AN —
Fiche MDH FABER Marcel Émile
Fiche MGW FABER Marcel Émile

Les études du CGMA sur ce blog :

Retrouver la fiche relative aux soldats morts pendant la Grande Guerre
Grande Guerre – Morts de la commune – version octobre 2014
Maisonnais figurant sur Memorial GenWeb
Morts de la commune pendant la Grande Guerre
Vétérinaires de l’ENVA de la Grande Guerre

 

Poster un commentaire

Classé dans Centenaire de la Grande Guerre, Guerre 14-18

14-18 à Maisons-Alfort : Solidarité avec les troupes françaises

Cliquer

 

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 14-18, Histoire locale

18 avril : fête des Parfait

Aujourd’hui c’est on fête les Parfait ! Nul n’est Parfait, que nenni !

Lors de mes recherches généalogiques j’ai découvert un certain Noël PARFAIT. J’ai voulu percer le mystère de ce personnage plus que parfait à la fois prénommé Noël et de patronymique PARFAIT !

15-03-1877 – Mariage de deux ancêtres à Châteaudun : Côme DUFRAISSE et de Elise BUSSON.

Côme est alors Sous-préfet de Romorentin, est âgé de 27 ans, Élise a 23 ans.

Les témoins de ce mariage sont :

1 Jean Paul Marcel Dufraisse, receveur des finances, âgé de 28 ans, frère de l’époux, demeurant à Paris boulevard Saint-Michel, 20;

2 Noël Parfait, Député, âgé de 63 ans, ami du dit époux, demeurant à Paris, rue de Trévisse, 10. Noël (1813-1896) fut représentant d’Eure et Loir en 1849, puis de 1871 à 1876, et enfin député de 1876 à 1893. Contemporain de Marc-DUFRAISSE, il fut comme lui exilé du 2 décembre 1851. Fut également écrivain et poète.

3 Gustave Fauché, rentier, âgé de 50 ans, oncle maternel de l’épouse demeurant à Versailles. Gustave est représentant de commerce.

et Pierre Debrée, principal du collège de Romorantin y domicilié, âgé de 43 ans, ami de l’épouse.

*

Dictionnaire des Parlementaires Français (1889-1940)

PUF 1972.

Page 2604       : PARFAIT Noël

Né le 30 novembre 1813 à Chartres (Eure et Loir) mort le 19 novembre 1896 à Paris 7è

Représentant de l’Eure et Loir à l’Assemblée Législative de 1849,

Représentant de l’Eure et Loir de 1871 à 1876,

Député de l’Eure et Loir de 1873 à 1893

Toujours candidat dans la 1ère circonscription de Chartres, le 22 septembre 1889, avec 3439 voix, il fut devancé au premier tour par La Salle, candidat conservateur qui eut 3728 voix, Maunoury recueillit 3304 voix, Willreich 671 et Dumont 411. Mais au second tour de scrutin il triompha de La Salle (4630 voix) avec 6053 voix sur 10846 votants et 15939 inscrits.

Toujours républicain de gauche, soutenant le gouvernement son âge ne lui permit plus une grande activité à la Chambre de Députés. Il déposa cependant des rapports sur l’élection du Général Tricoche, à Saint-Dié, en 1890 et sur le projet de loi ouvrant un crédit pour l’établissement d’un tube pneumatique entre l’Imprimerie du Journal Officiel et le Palais-Bourbon (1891).

Il intervint également pour l’adoption de la proposition de résolution de Barodet, prévoyant la publication du texte des programmes et engagements électoraux, toujours en vigueur.

Absent, pour des raisons de maladies, de la Chambre dès 1891, il ne se représenta pas aux élections de 1893. Il mourut le 19 novembre 1896 à Paris, âgé de 83 ans.

Pour en savoir plus sur ce  Noël PARFAIT DIT NOËL-PARFAIT

 Né le 30/12/1813  Décédé le 19/11/1896

Et si vous recherchez d’anciens députés consultez : biographies

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Ephéméride

MANIN Louis décédé le 21 juillet 1918

Fiche nouvellement complétée en avril 2017

MANIN Louis : Maréchal des Logis 103 R Artillerie Lourde, né le 16/10/1890 à Lancié 69-Rhône — Fils de  André  et de DEFAIT Julie — Habite  2, rue Masséna à Maisons-Alfort — Recrutement Mat 673 673 Rhône-Nord (69) Mat : 029558 au corps —Blessures de Guerre le 21/7/1918 Les Fossés Ambulance Les Fossés – Haramond 2-Aisne —  MPF dans SGA-MDH le 21/07/1918  à 27 ans – Transcription le 7/08/1919 à Lancié 69-Rhône – Croix de Guerre et Médaille Militaire — Célibataire — Figure sur MAM —

Fiche MDH : MANIN Louis

Fiche MGW :  MANIN Louis

Les données de ce blog concernant « MANIN »

https://cgma.wordpress.com/?s=MANIN


Les études du CGMA sur ce blog :

Retrouver la fiche relative aux soldats morts pendant la Grande Guerre
Version avril 2017
Maisonnais figurant sur Memorial GenWeb
Morts de la commune pendant la Grande Guerre
Vétérinaires de l’ENVA de la Grande Guerre

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 14-18, Memorial GenWeb

BENOÎT Marius Louis Édouard décédé le 18 avril 1917

BENOÎT Marius Louis Édouard : Sergent, 169e RI, né le 20/11/1891 à Cruas Ardèche (7) Rhône-Alpes — Fils de François Marius, Employé Chemin fer, 28 ans et de GUIGOUNNET Elise Félicité Victoire, Ménagère, 27 ans, acte 46 — Recrutement ; Mat : 4468 Seine 4B (75), Mat : 6952 au corps — Blessures de guerre le 18/4/1917 Ambulance 3/60 Saint-Hilaire-au-Temple Marne (51) — MPF Dans l’acte le 18/04/1917 — marié à LEVY Alice Georgette — Figure sur : MAM Livre d’Or-AN —
Fiche MDH BENOÎT Marius Louis Edouard
Fiche MGW BENOÎT Marius Louis Édouard

Les données de ce blog concernant « BENOÎT»

https://cgma.wordpress.com/?s=BENO%C3%8ET


Les études du CGMA sur ce blog :

Retrouver la fiche relative aux soldats morts pendant la Grande Guerre
Grande Guerre – Morts de la commune – version octobre 2014
Maisonnais figurant sur Memorial GenWeb
Morts de la commune pendant la Grande Guerre
Vétérinaires de l’ENVA de la Grande Guerre

Poster un commentaire

Classé dans Centenaire de la Grande Guerre, Guerre 14-18

18 avril 1886 – Mention marginale – Divorce

1886 – Mention marginale – Divorce

En vertu de l’article 251 de la loi du 18 avril 1886, la mention marginale fait état du jugement de divorce, voire d’annulation du mariage

Les mentions marginales

Poster un commentaire

Classé dans Archives

17 avril 1942 – Alfortville – Marcel BOURDARIAS

Marcel Bourdarias

est un militant communiste né le 23 janvier 1924 à Paris, engagé dans les Bataillons de la Jeunesse, organisation de Résistance d’obédience communiste qui le conduira notamment à participer au commando de Nantes qui exécuta l’officier allemand Karl Hotz déclenchant en représailles la fusillade des otages de Chateaubriand. Il a été fusillé par les Allemands au Mont Valérien le 17 avril 1942.
Une rue d’Alfortville porte le nom de Marcel Bourdarias.

Relevés sur MemorialGenWeb

Plaque Commémorative 1939-1945 [relevé n° 66183]

BOURDARIAS Gilbert Marcel     17/04/1942 Suresnes (92)

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 39-45, Histoire locale, Val de Marne

PÉCHIN Augustin Jean décédé le 17 avril 1917

PÉCHIN Augustin Jean : Sous Lieutenant, 113 RI, né le 31/8/1886 à Villeneuve-le-Roi (94) — Fils de Jean Marie, Journalier, 41 ans et de BENOIT Louise Augustine, sans profession, acte 23 — Recrutement ; Mat : 3031 Seine 4B (75), au corps — Blessures de guerre le 17/4/1917 Ambulance 1/96 Guyencourt Aisne (2) — MPF Dans l’acte le 17/04/1917 — marié le 02/12/1911 à BOBILLON Marie Delphine à Paris Seine — Figure sur : MAM Livre d’Or-AN —
Fiche MDH PÉCHIN Augustin Jean
Fiche MGW PÉCHIN Augustin Jean

Les données de ce blog concernant « PÉCHIN»

https://cgma.wordpress.com/?s=P%C3%89CHIN


Les études du CGMA sur ce blog :

Retrouver la fiche relative aux soldats morts pendant la Grande Guerre
Grande Guerre – Morts de la commune – version octobre 2014
Maisonnais figurant sur Memorial GenWeb
Morts de la commune pendant la Grande Guerre
Vétérinaires de l’ENVA de la Grande Guerre

Poster un commentaire

Classé dans Centenaire de la Grande Guerre, Guerre 14-18

Nés un 17 avril à Maisons-Alfort de 1792 à 1901

Relevés dans les Registres d’état civil de naissance

Date Information (1792-1901)
1893.04.17 ANDRIVOT Pierre Marie
1885.04.17 BEAUGONIN Jeanne Charlotte née HUIGNARD
1883.04.17 BERHNARD Marie Antoinette
1881.04.17 BILLOIS Nicolas Georges
1881.04.17 BRUCKER Georges Félix
1874.04.17 CAMAX Joséphine
1883.04.17 CHAVERONDIER Alice
1894.04.17 CLEMENT Pauline Eugénie
1898.04.17 COCU Louis Edmond
1876.04.17 DAGER Ernest Léonard
1843.04.17 DELACHE Joseph
1900.04.17 DOREE Gaston Paul
1872.04.17 DURY Joséphine
1809.04.17 FOULON (mort-né)
1897.04.17 FRITSCH Charles Joseph
1863.04.17 GAIGNARD Constance Louise
1878.04.17 GILLARD Léontine
1897.04.17 GRAVIER Jeanne Aline
1885.04.17 BEAUGONIN Jeanne Charlotte née HUIGNARD
1860.04.17 JOURDE Clémence Joséphine
1886.04.17 LAMBERT Eugénie
1873.04.17 LAUZANNE Lucie Léontine
1884.04.17 LE DOUBLET Auguste
1888.04.17 LEBLOND Fernand Georges
1900.04.17 LEFEVRE René Julien (reconnaissance)
1880.04.17 LEGUAY Paul Lucien
1877.04.17 LEMOINE Louis Alexandre
1895.04.17 MARSAUDON Lucien
1877.04.17 MARTIN Augustine
1836.04.17 PARENT Edmon Robert
1892.04.17 POITOUT Alice Julie
1900.04.17 RODIER André
1809.04.17 ROGER Désiré Augustin
1796.04.17 ROLIN Jacques Nicolas Marie Hipolite
1893.04.17 SAULE Etienne
1834.04.17 THOMAS Alexis Victor
1900.04.17 VALERE Berthe Marthe
1816.04.17 VARNEY Eugène

Poster un commentaire

Classé dans Archives, Archives Départementales 94, Archives de Maisons-Alfort, Ephéméride

Le 16 avril 1917, sept Maisonnais tués à l’ennemi

 

BONZON Henri : Caporal, 3 R de Marche de Tirailleurs, né le 23/10/1887 à Maisons-Alfort — Fils de Louis Charles, Valet de chambre, 32 ans et de MOUTON Jeanne, Femme de chambre, 28 ans, acte 135 — Recrutement ; Mat : 3141 Seine (75), Mat : 15763 au corps — Tué à l’ennemi le 16/4/1917 La Neuville ?*? 3 possibilités – Secteur de-Neuville Marne (51) — MPF Dans l’acte le 16/04/1917 — marié le 02/12/1911 à RIÈRE Juliette Marthe à Paris (17) — Figure sur : MAM Livre d’Or-AN —

BOUCHER Eugène Hyacinthe : Soldat, 153 RI, né le 13/3/1896 à Le Tréport Seine-Maritime (76) — Fils de Fréderic Hyacinthe et de MONGRUEL Eugénie Valérie, acte 71 — Recrutement ; Mat : 3167 Seine 4B (75), Mat : 17538 au corps — Tué à l’ennemi le 16/4/1917 Secteur de Beaulne Baulne-en-Brie. Vendresse-Beaulne Aisne (2) — MPF Dans l’acte le 16/04/1917 — Célibataire – Figure sur : MAM Livre d’Or-AN —

GOURLET Mathurin François : Caporal, 2 RIC, né le 11/6/1887 à Riec-sur-Belon Finistère (29) — Fils de Jacques et de COATSALIOU Mère — Recrutement ; Mat : 622 Quimper (29), Mat : 01348 au corps — Tué à l’ennemi le 16/4/1917 Paissy (secteur) Paissy Aisne (2) — MPF MdH — Figure sur : MAM —

JACQUIN Louis Alexandre : Caporal, 46 RI, 3 Compagnie, né le 26/7/1882 à Maisons-Alfort — Fils de Raphaël Gustave, Coiffeur, 30 ans et de CAULINIE Margotte Georgina, sans profession, 21 ans, acte 182 — Recrutement ; Mat : 1887 Seine 4B (75), Mat : 013372 au corps — Tué à l’ennemi le 16/4/1917 Au bois des Buttes La-Ville-Aux-Bois-Lès-Pontavert Aisne (2) — MPF MdH — marié le 10/11/1913 à CHENAL Amélie Ernestine à Maisons-Alfort — Figure sur : MAM

ROLLÉ Marius Léon Auguste : Adjudant, 82 RI, né le 9/2/1891 à Paris (20) — Fils de Léon Georges et de RENAUD Alix Berthe Marie, acte 632 — Recrutement ; au corps — Tué à l’ennemi le 16/4/1917 Juvincourt Juvincourt-et-Damary Aisne (2) — MPF Dans l’acte le 16/04/1917 — Célibataire – Figure sur : MAM Livre d’Or-AN —

SARDIN Louis Jacques Émile : Sergent, 1 Régiment Mixte de Zouaves et de Tirailleurs – 9 Cie – Venu du 1er Régiment de Zouaves, né le 1/5/1893 à Créteil (94) — Fils de Louis Émile, Maraîcher, et de MARSEILLE Marie Julie, Maraîchère, acte 31 — Recrutement ; Mat : 4146 Seine 4B (75), Mat : 16481 au corps — Tué à l’ennemi le 16/4/1917 Chemin des Dames à Beaulne & Chivy Baulne-en-Brie & Chivy-en-Laonnois Aisne (2) — MPF Dans l’acte le 16/04/1917 — Figure sur : MAM Livre d’Or-AN —

THOMAS Achille François : Soldat, 2 BCP, né le 10/8/1891 à Paris (12) — Fils de Edmé, Employé aux Chemins de Fer, 22 ans et de GOEUMET Félicie Anne, sans profession, 20 ans, acte 2035 — Recrutement ; Mat : 4878 Seine 4B (75), Mat 6614 au corps — Tué à l’ennemi le 16/4/1917 Sur l’éperon de Braye-en-Laonnois Braye-en-Laonnois Aisne (2) — MPF Dans l’acte le 16/04/1917 — marié à à un fils — Figure sur : MAM Saint-Remi Livre d’Or-AN —

 

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 14-18, Maisons-Alfort

16 avril 1957 – Jeune grand-père

Jean-Claude VEDIS du Maine-et-Loire né le 16 avril 1957 eut un petit-fils Gaëtan le 24 décembre 1990. 33 ans, 8 mois et 8 jours après.

Guiness

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride

Textes choisis Maisonnais (6) : Culte Marial

Extrait : pages 358 à 461 de :

La vie religieuse dans les campagnes parisiennes (1622-1695) par Jean Ferté.

Bibliothèque de la société d’Histoire Ecclésiastique de la France 1962


Culte MARIAL

 

Plus encore que le culte des saints, si vénérés soient-ils, le culte de la Vierge était profondément enraciné dans les campagnes parisiennes. Qu’on en juge plutôt par le grand nombre d’édifices religieux qui lui étaient consacrés dans les trois archidiaconés du diocèse : 62 églises paroissiales [1] 6 abbayes, 4 prieurés et ermitages, 14 chapelles de dévotion y étaient placés sous son patronage, sans compter les innombrables chapelles qui lui étaient dédiées dans les monastères et les églises paroissiales. La plupart de ces lieux de culte, Créés â la fin du Moyen-Age, témoignent du plein épanouissement que connut alors la dévotion mariale. Le petit nombre des fondations qui vinrent s’y ajouter  indiquerait-il qu’il y ait eu par la suite un refroidissement de cette dévotion ? Nous allons essayer d’en juger en étudiant les principales manifestations qu’elle revêtait au XVIIe siècle, tant dans les centres de pèlerinage que dans la vie paroissiale elle-même.

 

LES PÈLERINAGES DE LA VIERGE

Nombreux sont les pèlerinages à la Vierge, dans le diocèse de Paris. Points d’insertion privilégiés du culte marial, dans quelle mesure et sous quelle forme, ont-ils propagé ce culte ? L’attraction qu’ils exerçaient sur les populations et le caractère des manifestations qui s’y déroulaient nous expliqueront en partie cette influence. Ces lieux de pèlerinage ont gardé, pour la plupart, le caractère thaumaturgique auquel est due leur origine. Leur première catégorie de pèlerins comprend donc les malades et les souffrants, qui, venant implorer de la Vierge leur guérison, vénèrent son image et la source sacrée qui possède un miraculeux pouvoir.

Mais, en ces lieux où la Vierge semble se faire plus proche de tous les affligés, on vient lui recommander les besoins les plus variés. Encouragés par le clergé, les pèlerinages individuels ou collectifs s’y succèdent donc avec une affluence plus ou moins grande qu’explique le renom des sanctuaires vénérés.

Ainsi, celui de Notre-Dame de Blanc-Mesnil, n’attirait-il plus guère que les membres de la confrérie des changeurs et orfèvres de Paris qui venaient y faire leurs dévotions le 25 mars.

En d’autres lieux venaient uniquement les paroisses du voisinage. Au jour convenu elles s’y rendaient  en procession sous la conduite de leurs curés. La piété, hélas, ne gagnait pas toujours à de telles manifestations, surtout lorsque la longueur du trajet encourageait la dissipation. Qu’on en juge par les plaintes de Jean Jollain, curé d’Ivry, au sujet de la traditionnelle procession que ses paroissiens faisaient tous les mardis de Pâques, à la chapelle de Notre-Dame-des-Mèches de Créteil « distante de deux bonnes lieues et davantage ». Pour y parvenir, il leur fallait passer quatre fois la rivière, à scavoir deux fois la Seine et deux fois la Marne. Inévitablement, le bon ordre de la procession ne manquait pas d’en souffrir, car, « le bacq ne se trouvant pas quelque fois en estat de passer, il faut attendre à l’autre bout pour se pouvoir rejoindre, souvent il se trouve dans le mesme bacq des chevaux, des carrosses, des charrettes, mesme des personnes de différentes religions ou des libertins impies qui se rient et se mocquent… ». Enfin, au retour, il était d’usage de s’arrêter « à Maisons à la porte d’un cabaret, où l’on arbore la bannière et la croix, le chœur cesse, les chantres et autres boivent, mangent en pleine rue, aux dépens de l’Eglise, ce qui est tout à fait indécent et mesme scandaleux pour la religion, particulièrement dans un lieu aussi proche de Charenton qu’est ledit Maisons ».

De tels abus justifiaient la suppression de cette procession qui ne pouvait que nuire à la dévotion mariale. Le curé d’Ivry obtint d’autant plus aisément cette suppression, que les règlements du diocèse interdisaient toute procession à plus de deux lieues de l’église paroissiale. Cette sage décision destinée à préserver de tout scandale les manifestations collectives du culte marial, ne devait pas porter atteinte au rayonnement des sanctuaires les plus fréquentés. Ce rayonnement nous est attesté, en effet, tant par les travaux de construction et d’embellissement de ces sanctuaires, que par l’affluence des pèlerins qui les visitaient.

Ils venaient si nombreux à la petite chapelle de Notre-Dame-des-Anges que les religieux de Livry, qui, après la réforme de leur abbaye, avaient réussi à s’en faire concéder le service jugèrent bon de la démolir pour en faire édifier une autre plus vaste. La première pierre de cette chapelle fut posée le 14 septembre 1655 par M. de Nesmond, seigneur de Coubron et de Clichy, et le 8 septembre 1663, Nicolas Riotte prieur et grand vicaire de l’abbaye de Livry, la consacrait solennellement devant une grande affluence de peuple accouru de Paris et des environs pour assister à cette cérémonie. Le prieur ne manqua pas d’en profiter « pour exciter les fidelles à fréquenter ladite chapelle et y entretenir la dévotion envers la Sainte Vierge… »

Quelques années plus tard, la concession d’indulgences et l’érection d’une confrérie, devaient assurer le développement de ce pèlerinage sur lequel l’abbaye de Livry continua de veiller jusqu’à la Révolution.

 


Extrait : pages 358 à 461 de :

La vie religieuse dans les campagnes parisiennes (1622-1695) par Jean Ferté.

Bibliothèque de la société d’Histoire Ecclésiastique de la France 1962

[1]  Dans l’arcbidiaconé de Paris, 24 paroisses dans l’archidiaconé de Brie, 15 paroisses; dans l’archidiaconè de Josas, 23 paroisses. Il faut y joindre les églises annexes de Margency, ~nrecourt, Pzanville, Puteaux


 

Poster un commentaire

Classé dans A lire

14-18 à Maisons-Alfort : Les ennemis

Cliquer

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 14-18, Histoire locale

BOUTIN Jean Gaston décédé le 27 avril 1918

Fiche nouvellement complétée en avril 2017

BOUTIN Jean Gaston : Soldat, 11 RI, né le 31/12/1892 à MA VdM (94) IDF — Recrutement Mat : 529 Saintes (17) Mat : 17612 au corps —Tué à l’ennemi le 27/4/1918  Les Eparges 55-Meuse — MPF SGA-MDH — Figure sur MAM —

Son nom est le 697 ième nom sur le MAM, il fut gravé en 2016 à la demande d’un neveu du soldat.

Fiche MDH : BOUTIN Jean Gaston

Fiche MGW : BOUTIN Jean Gaston

Les études du CGMA sur ce blog :

Retrouver la fiche relative aux soldats morts pendant la Grande Guerre
Version avril 2017
Maisonnais figurant sur Memorial GenWeb
Morts de la commune pendant la Grande Guerre
Vétérinaires de l’ENVA de la Grande Guerre

*

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 14-18, Memorial GenWeb

16 avril 1909 – L’Artiste-Peintre Victor Blaise MARREC

1909 – L’Artiste-Peintre Victor Blaise MARREC

Les élus municipaux demandent, le 16 avril 1909, au conseil général de la Seine de se charger de la décoration des murs de l’escalier d’honneur (pour aller à la salle des mariages) de la mairie. L’Artiste-Peintre Victor Blaise Marrec est désigné pour peindre les trois fresques (Toiles marouflées) encore visibles aujourd’hui, il décède le 2-2-1920 à Maisons-Alfort. Les trois fresques représentent des scènes du début du siècle. Alfort, Charentonneau et Maisons, inscrites aux Monuments Historiques en 1982.

Voir sur la base Palissy : Culture-Gouv.fr Mérimée

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Maisons-Alfort

BORDEAUX Georges Eugène décédé le 16 avril 1917

BORDEAUX Georges Eugène : Soldat CL2, 69eRI, né le 12/2/1896 à Vitry-sur-Seine (94) — Fils de Louis Jean Napoléon, Jardinier, 47 ans et de BEDÉ Anne Marie, sans profession, 36 ans, acte 6 — Recrutement ; Mat : 4379 Seine 4B (75), Mat : 16912 au corps — Tué à l’ennemi le 16/04/1917 Bourg-et-Comin Aisne (2) — MPF MdH — Figure sur : Saint-Remi —


Fiche MDH : BORDEAUX Georges Eugène
Fiche MGW : BORDEAUX Georges Eugène



Les études du CGMA sur ce blog :

Retrouver la fiche relative aux soldats morts pendant la Grande Guerre
Grande Guerre – Morts de la commune – version octobre 2014
Maisonnais figurant sur Memorial GenWeb
Morts de la commune pendant la Grande Guerre
Vétérinaires de l’ENVA de la Grande Guerre


 

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 14-18, Morts 14-18, WW1 MA MPLF