Archives de Tag: Adhérents – Généalogie

Site du jour (271) : Geopatronyme

Cliquer


1 329 359 noms répertoriés en un siècle

Attention : Les patronymes sont toujours considérés sans accentuation.
En conséquences, deux patronymes ayant la même orthographe,
mais avec deux accentuations différentes,
sont assimilés à un seul et même patronyme non accentué.


Généalogie: arbres généalogiques des BACQUER

Origines et histoire des BACQUER

LEUR GÉNÉALOGIE
43 acte(s)
BACQUER : Ce nom apparaît dans les actes des départements suivants :
ILLE ET VILAINE(35)
1 acte entre 1651 et 1675
MAINE-ET-LOIRE(49)
13 actes entre 1604 et 1679
MOSELLE(57)
1 acte entre 1676 et 1700
PAS-DE-CALAIS(62)
2 actes entre 1651 et 1675
PYRENEES-ATLANTIQUES(64)
20 actes entre 1609 et 1850
PYRENNEES-ORIENTALES(66)
3 actes entre 1751 et 1867
PARIS(75)
1 acte entre 1851 et 1875
VAR(83)
2 actes entre 1876 et 1937
LEUR HISTOIRE
10 source(s)
BACQUER : Ce nom a marqué l’Histoire ! Il est présent dans les sources historiques suivantes :
Répertoire de la Légion d’Honneur
Victimes 39-45 en Ile-de-France
Passagers et équipages venant de France et débarqués à New York 1890-1924
Français et Francophones Naturalisés aux Etats-Unis au début du XXème siècle.
Prisonniers 2nde Guerre Mondiale *
Décès en Banlieue Parisienne *
Publications de Mariage Paris et Banlieue *
Electeurs de Paris *
Etat-civil Reconstitué de Paris 1798-1860 *
Bulletin des Lois *

Poster un commentaire

Classé dans A utiliser, Site du jour

Z comme Zinzin

Cliquer


Pour terminer le challenge AZ 2017, voici les textes de Christine … à déguster sans modération !

Voici donc les 26 lettres de Christine :

A comme Auguste Silice, une vie cambodgienne 

B comme Bagnard

C comme Cécile Becker

D comme Deux enfants

E comme Etroeungt

F comme Faire la pluie et le beau temps

G comme Guerre de 1914/1918

H comme Helbert Marie

I comme Incorrigibles

J comme Jean-Claude Billet (1791-1870) la donation

K comme Killer

L comme Leopold Silice, le marionnettiste 

M comme Maurice Billet (1896-1980) un poilu

N comme Nicolas Guignet

O comme Opticien

P comme une Pension pour Cécile

Q comme Quatre-vingt, Quinze et Quatre vingt Quatre

R comme Raconter ses souvenirs: Madeleine, sa jeunesse

S comme Scieurs de long

T comme le Théâtre inachevé

U comme U…

V comme Voleurs

W comme Wallons

X comme un mariage à l’aube du XXe siècle

Y comme Youpala

Z comme Zinzin


 

Poster un commentaire

Classé dans A lire, AZ 2017

Z comme ZUBER – Piou Piou Maisonnais

ZUBER Adolphe : Lieutenant, 2 Régiment Mixte de Zouaves et de Tirailleurs, né le 28/12/1883 à Paris (14) — Fils de Adolphe, Casimir, Doreur, 30 ans et de LAURENT Mathilde Marie, Journalière, 24 ans — Recrutement ; Mat : 3434 Seine 4B (75), au corps — Tué à l’ennemi le 12/6/1918 Ressons-sur-Matz Oise (60) — MPF Dans l’acte le 12/06/1918 — Figure sur : Livre d’Or-AN —

Fiche Mdh (Mémoire des Hommes)


Étude de présentation du CGMA créée en 2014 et remis à jour en 2016

Consulter aussi sur le site de la commune : http://centenaire.maisons-alfort.fr/cgma


Morts de la commune pendant la Grande Guerre (Octobre 2016)

Version octobre 2016

**************

Morts de la commune de Maisons-Alfort pendant la Grande Guerre par le Cercle Généalogique de Maisons-Alfort
(C.G.M.A.)
40, rue de Lorraine – 94700
Version du 1er Mars 2014

Les chiffres au niveau National.
1 383 000 morts français sur 8 410 000 mobilisés d’août 1914 au 1er juin 1919.
Dans ces 1 383 000 morts sont recensés 252 900 disparus et 18 222 morts en captivité.
Les pertes par année :
1914 : 301 000 morts (5 mois)
1915 : 349 000 morts
1916 : 252 000 morts
1917 : 164 000 morts
1918 : 235 000 morts
Sur 1561 jours de guerre, du 2 août 1914 au 11 novembre 1918 le nombre de morts est en moyenne de 900 par jour.
Nombre de mobilisés en date du :
1er mai 1915                  2 522 000
1er juillet 1916                2 881 400
1er octobre 1917            2 585 000
1er avril 1918                 2 676 900
1er octobre 1918            2 632 700
Évolution de la population de Maisons-Alfort
1789             720
1801             784
1851             1812
1866             4040
1876             7519
1891             7853
1901             10547
1911            16466
1931             31012
2000             51022

Évolution de la population de Maisons-Alfort

 

Nb soldats Ajouts
MAM 696 696 Monument aux Morts
Crypte 82 21 Crypte du cimetière
Saint-Remi 137 11 Plaque située dans l’Église Saint-Remi
Livre d’Or 548 49 Livres d’or : Archives Nationales de Fontainebleau (1931)
MSF 302 15 Morts au Service de la France avant le 25 juillet 1916
Total 1765 792

Présentation de l’étude

Les 5 sources ci-dessus servent de base à l’étude du CGMA ; 696 noms de soldats figurent sur le Monument aux Morts.

Le chiffre de 1765 inclus les doublons (noms apparaissant sur au moins deux sources) ; une fois les doublons retirés le chiffre de la présente étude porte sur 792 soldats.

Ne font pas partie de cette étude les 29 vétérinaires figurant sur une plaque située sur le plafond de l’amphithéâtre de l’École Vétérinaire d’Alfort.

D’autres soldats ont également été identifiés qui n’apparaissent que sur les registres de l’État-civil de Maisons-Alfort.

498 soldats apparaissent à la fois sur le livre d’Or des Archives Nationales de Fontainebleau (1931) et sur le Monument aux Morts de la place de l’Hôtel de ville..

Quelques exemples pour décoder les informations

Identité du soldat
NOM prénom-1 prénom-2
Grade
Soldat
Régiment
35 RI Territoriale, 22 Compagnie
Date et lieu de naissance
né le 9/6/1879 à Maisons-Alfort
Filiation
Fils de Arsène, Employé, 45 ans et de HANGEOIS Zéliska, sans profession, 37 ans, acte 82
Matricules au recrutement et au corps
Recrutement
Mat : 4035 Seine 4 B (75)
Mat : 9737 au corps
Décès et type de mort
Tué à l’ennemi sur le champ de bataille le 10/1/1915 Crouy Aisne (2)
Mention MPF (Mort pour la France) et origine de cette mention
MPF Mention Marginale le 22/07/1915
Célibataire ou mariage
Célibataire ou
marié le 19/11/1912 à CHAURAND Alexandrine Augusta à Maisons-Alfort
Sources
Figure sur : MAM Crypte Saint-Remi Livre d’Or-AN MSF —

Glossaire utilisé

E71             Avis de décès – Série aux AD 94 (E-dépôt de Maisons-Alfort)
MAM            Monument aux Morts
Mat             Matricule au recrutement – avec la ville et le bureau
4B = 4ème bureau de la Seine
Matricule au corps – dernière affectation
MdH            Site SGA-MDH dit Mémoire des Hommes
MPF             Mort pour la France
MSF            Morts au Service de la France avant le 25 juillet 1916
RI                Régiment d’Infanterie
Si vous avez des remarques ou des corrections contactez le C.G.M.A.
Vous pouvez consulter les relevés du C.G.M.A. mis à jour sur la base de données de Mémorial GenWeb

 

Poster un commentaire

Classé dans Challenge AZ 2017, Guerre 14-18

Y comme Ypres

Ypres est une ville de Belgique qui se situe en Flandre occidentale
C’est près de cet endroit que Henri Victor mon grand oncle (le grand frère de Mémé) est tombé.
Dès l’annonce du début de la guerre en aout 1914, comme beaucoup d’autres, il a rejoint son régiment.
Il est parti de Draguignan (83) vers le 5 août et après plusieurs étapes pour arriver à proximité d’Ypres et après plusieurs batailles, il a fini en chair à canon le 17/11/1914.
Ce jour là la bataille dû être bien rude, car sur les JMO, la liste des disparus est longue.
Henri n’a pas été blessé, ni tué, mais disparu…c’est ainsi que son nom figure parmi d’autres. Il avait eu 21 ans le 8 septembre !
Je ne sais pas à quelle date ses parents ont appris le décès de leur seul fils, mais sur sa fiche matricule, le jugement certifiant son décès est en date du 20 mai 1920, est la transcription de son décès sur le registre de sa commune le 1 juillet 1920. Presque 6 après !
Je n’ose même pas imaginer la douleur de ses parents, savoir leur fils au milieu de ce conflit et dont ils n’ont peut être pas eu de nouvelles durant tout ce temps !
J’ai commencé ma généalogie il y a une dizaine d’année environ, je pense que si j’avais commencé beaucoup, beaucoup plus tôt, mon fils aurait eu dans ses prénoms Henri et Victor, pourtant je déteste le prénom Henri, mais cela aurait été ma façon de lui rendre Hommage, bien qu’une sœur de Mémé l’ait fait en 1920 en appelant ainsi son premier enfant.
Mais est-ce que cela fut une consolation pour Grégoire et Octavie ???

Henri Victor DAUPHIN 8/9/1893  –   17/11/1914 Ypres (Belgique)

(Henri-Victor en 1908,la seule photo que je possède)

Fiche Mémoire des Hommes

Tu étais le 2ème enfant d’une fratrie de 6, mais le seul garçon. C’est sur toi que reposait tous les espoirs de tes parents afin que tu continues à travailler les terres qu’ils avaient acquises laborieusement, mais surtout afin que tu puisses un jour transmettre leur nom, ton nom à ta descendance.
Je n’ai connu que 3 de tes sœurs (dont l’une d’elle était ma grand-mère) mais pas suffisamment pour poser des questions… j’étais trop jeune et comme je le regrette.
Un jour tu es parti de la gare de Draguignan, tu as quitté ton département pour ne jamais y revenir. Tu as traversé des régions que tu ne connaissais pas pour arriver en Belgique. Un peu plus d’un mois plus tard, tu fêtais ton 21ème anniversaire bien loin des tiens. Et puis arriva ce fichu 17 novembre où là ce fut la pire catastrophe…..tu perdis la vie.
Combien de temps après ta famille l’apprit-elle ?
Comme ils ont dû attendre de tes nouvelles, jusqu’au jour où ils ont su.
Une de leurs consolations,(mais peut-on se consoler d’avoir perdu son enfant ?)
a dû être le jour où ta sœur Joséphine prénomma son 1er garçon Henri, et qu’ensuite Jeanne, ton avant dernière petite sœur, eut un enfant seule. A travers ce petit votre nom allait pouvoir se perpétuer. Il a permis que 3 générations après toi 4 garçons le portent, ainsi qu’un garçon de la 4ème génération…..en attendant les suivants…..
Pour moi tu n’es pas qu’un nom gravé sur le monument aux morts de ton village, tu étais, tu es mon grand-oncle et ton souvenir demeure……même si c’était il y a 100 ans.

Poster un commentaire

Classé dans Challenge AZ 2017

W comme WEIGEL Valentin

Lettre de déclaration de Naturalité de Valentin  WEIGEL (29 octobre 1817)

                                      Copie

                   Louis par la grâce de Dieu, Roi de France et de Navarre,

         A tous présent et à venir, Salut

Le Sieur Valentin Joseph Weigel dit Wackler, Chef d’escadron d’État major en non activité , Chevalier de l’Ordre Royal de la Légion d’honneur, né à Spire en Allemagne, le trente décembre mil sept cent soixante quatorze, nous expose qu’il fut dans l’armée française depuis 1793, qu’il a fait dix huit Campagnes, a reçu plusieurs blessures, que son plus vif désir est de consacrer le reste de ses jours à notre service, et à celui d’une patrie qui est la seule qu’il connaisse aujourd’hui, qu’il supplie en conséquence de vouloir  bien lui accorder des lettres de déclaration de naturalité.

A ces causes, voulant traiter favorablement l’Exposant sur le rapport de notre Garde des Sceaux, Ministre de la Justice vu la déclaration faite par le pétitionnaire devant le Maire de la commune de Villeneuve le roi, département de l’Yonne, le vingt un septembre mil huit cent quinze, portant qu’il persiste dans la volonté de se fixer en France.

Vu l’état de ses services et la Lettre de notre Ministre Secrétaire d’État au Département de la guerre annonçant que cet Officier a vingt quatre ans de Service effectif et dix huit Campagnes et qu’il n’existe aucun renseignement défavorable sur son compte.

De notre grâce spéciale, pleine puissance et autorité royale, avons dit et déclaré, voulons et nous plaît qu’il soit admis comme nous l’admettons par ces présentes signées de notre main qui seront publiées et insérées au Bulletin des Lois à jouir des franchises, privilèges, droits civils et politiques dont jouissent nos vrais et originaires sujets, Défendons sous quelque prétexte que ce puisse être, de la troubler dans la jouissance d’iceux, tant qu’il résidera dans notre Royaume.

Mandons et Ordonnons à nos Cours et Tribunaux, Préfets, Corps Administratifs et autres, que ces présentes … ils gardent et maintiennent, fassent garder, observer et maintenir, et, pour les rendre plus notoires à tous nos sujets, le fassent publier et enregistrer, toutes les fois qu’il en seront requis. Car tel est notre bon plaisir, et afin que ce soit chose ferme et stable à toujours, Nous y avons fait mettre notre Seel.

Donné à Paris le vingt neuvième jour du mois d’Octobre, Mil huit cent dix sept et de notre règne le vingt troisième.

                                      Signé : Louis

            Par le Roi : Le Garde des Sceaux, Secrétaire d’état au département de Justice

                                      Signé Pasquier.

Vu au Sceau : Le Garde des Sceaux, Ministre Secrétaire d’Etat au Département de la Justice,

Signé Pasquier.

Pour Copie Conforme Collationnée sur la minute.

Pour le Maire de Villeneuve le Roi.


D2finition Larousse

État de celui qui est né dans un pays ou qui s’est fait naturaliser.
En savoir plus sur http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/naturalit%C3%A9/53893#ZMqozRrzPSUGiyws.99

Arbre descendant de Valentin

Génération V
26 Valentin Joseph WEIGEL 30-12-1774 Spire (Prusse) † 23-01-1861
27 Amélie VANDYCK – -/1785/ Rotterdam † 28-06-1817
Génération IV
12 Joseph GODIN 23-02-1785 Pouilley les Vignes 25 † 04-02-1876
13 Gérardine WEIGEL 21-01-1812 Bade (Allemagne) † 17-07-1839
Génération III
6 Henry GODIN 27-11-1838 Wissembourg 67 † 14-01-1932
7 Marie LeBRETON 18-11-1855 Poitiers 86 † 22-10-1941
Génération II
2 Emile LEYGUE 21-01-1884 Cherbourg 50 † 24-03-1948
3 Marguerite GODIN 29-03-1888 Chasseneuil 86 † 25-09-1972

Génération I (mes beaux parents)

1 Odette LEYGUE (1917-2009) x Jean MALARTIC (1908-1993)

Poster un commentaire

Classé dans Challenge AZ 2017

Le coin des adhérents (0033) : 20 juin 2017

(107 avenue Gambetta derrière le bâtiment.) de 14h à 16h.
Mardi 20 juin – Permanence 31
7 présents, 33 adhérents pour la saison 2016-2017
10,2 adhérents en moyenne lors de ces permanences.

Permanences 2016-2017 et activités
Le Planning saison 2016-2017 est sur le blog.
Le Planning saison 2017-2018 a été proposée aux adhérents et à l’OMC, réponse dès que possible.

Les prochains rendez-vous en 2017 (saison 2016-2017)
JUIN
mardi 20 juin 2017 – M31
mardi 27 juin 2017 – M32
JUILLET
mardi 04 juillet 2017 – M33
Vacances scolaires samedi 08 juillet 2017

Saison 2017-2018  (les dates sûres)
Portes ouvertes des associations le Samedi 9 septembre 2017
Reprise des permanences : M1 le 12 septembre 2017.
Les 20 ans du CGMA, le samedi 25 novembre 2017

Permanences des mardis 2016-2017 (14h à 16h)
Venez impérativement avec vos ordinateurs portables.
Soyez également muni du câble adapté à votre ordinateur et au vidéoprojecteur



GENEALOGIE

 Jean-Pierre
Jean Pierre G. nous raconte l’histoire insolite d’une jeune fille jurassienne Jeanne Lanternier, de condition modeste, ayant des ascendants communs avec sa famille, devenue Sultane et grand-mère d’Hassan II du Maroc
Voir ci-dessous cette information collectée hors permanence :
Dans son roman « La sultane aux yeux bleus », la romancière Arlette Schneider, passionnée également de généalogie relate son histoire

 « La vie de Jeanne Lanternier, une petite paysanne jurassienne qui avec sa famille s’installe dans le premier village français créé en Algérie, aux portes de la Mitidja. Basée sur un fait authentique, l’histoire de Jeanne Lanternier se rapproche plus du conte que du fait divers »

« En 1832, époque de la colonisation en Afrique du Nord, la famille Lanternier quitte son village natal dans le Jura pour rejoindre l’Algérie. La France installe les pionniers aux portes de la Mitidja. Quatre ans plus tard, Jeanne, la fille du cardeur de chanvre voit sa vie basculer : enlevée par des pillards, présentée à l’émir Abd el-Kader, l’adolescente est finalement offerte à la cour du Maroc et devient la favorite du sultan. »

                                                                                                                                               

 

Pierre

Pierre L s’intéresse à l’histoire de sa commune de naissance située dans la Nièvre, Saint-Cercy-la-Tour, et plus particulièrement du lieu-dit Coddes.
Ses recherches historiques lui ont permis de localiser le tracé de voies gallo-romaines non loin des habitations de ses ancêtres.
Pierre souhaite étayer ses recherches à l’aide des cartes anciennes afin de vérifier les informations dont il dispose.
Différentes pistes lui sont proposées :

  1. AD de la Nièvre, évidemment
  2. Les cercles archéologiques et publications
  3. IGN (Institut Géographique National)
  4. Les Yahoo-Groups de la Nièvre

 

CHALLENGE AZ 2017

Le Challenge 2017 est dans sa troisième Semaine, voici quelques articles conseillés
Q comme Quiberon proposé par Joël le 20 juin dernier sur le blog du CGMA, sur l’inauguration de la ligne ferrée d’Auray à Quiberon
et aussi
T comme Testament de Joséphine Liège d’Iray
R comme RACHEL une vie toute simple. (1889-1965) – par Luciane
U comme U par christinedb (l’ancienne secrétaire du CGMA)
Et hors le CGMA :
http://mesgenealogies.blogspot.fr/
La troisième semaine de Challenge AZ 2017

Et la liste de tous les articles regroupés sur le Tableau

20 ANS DU CGMA

Joël développe ses propositions rédactionnelles des fascicules marquant les 20 ans du CGMA
– Présentation des recherches à MA depuis 20 ans
– Présentation des recherches hors MA
– Recherches des adhérents
La prochaine permanence du 27 juin sera essentiellement dédiée à cet évènement.

 


Les dernières nouvelles (hors permanences)

Les recensements de Maisons-Alfort
Les relevés du CGMA sur les recensements de 1891 et de 1911 sont terminés, ceux de 1891 sont en cours. Le chantier 1896 à été lancé en ce mois de juin 2017
Consulter les articles déjà parus (4 au 25 juin) : 1896 Maisons-Alfort


Tous les articles : Le coin des adhérents
Contact : cgma94@yahoo.fr
Le-coin-des-adhérents
Pour visualiser les comptes-rendus de la saison en cours
https://cgma.wordpress.com/category/permanences/saison-2016-2017/


 

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Adhérents, Archives Départementales, Challenge AZ 2017, Généalogie des adhérents

T comme Testament de Joséphine Liège d’Iray

Lettre testament de Joséphine Liège d’Iray ,

Puychevrier juin 1898

Prière de lire ceci de suite après ma mort, – et de faire ce que je demande J. Liège d’Iray

Puychevrier juin 1898

Je prie mes chers enfants ou ceux qui seront près de moi au moment de ma mort de me laisser pour m’ensevelir dans le costume de jour ou de nuit avec lequel je serai morte, sans me faire une toilette ou changement quelconque très pénibles pour ceux qui font les soins de propreté (et de désinfection, si c’est utile) c’est assez. Je demande seulement qu’on ferme mes yeux et ma bouche et qu’on rabatte le drap, de suite, sur ma figure pour ne plus reparaître devant ceux qui m’ont aimé vivante. J’ai toujours redouté, comme ma grand-mère d’être enterrée vivante, ayant quelquefois, comme elle a des syncopes, je demande qu’on veuille bien s’assurer si je suis bien morte avant de m’enterrer.

Une tombe est toute prête parce que j’ai vu l’espace qui me restait un peu juste, une seconde tombe n’aurait pu tenir. On n’aura qu’à ôter les deux longues pierres qui soutiennent la tombe pour me placer près d’Henri. J’ai brûlé presque toutes mes lettres anciennes, sauf quelques unes des enfants que je n’ai pas le courage de détruire pour un motif ou un autre. Je prie mes enfants de brûler toutes celles qu’ils retrouveront à moins qu’ils désirent en conserver certaines; ils ont … toute une vie et je ne vois aucun inconvénient à ce qu’ils reprennent leurs lettres ou d’autres qui les intéressent.

En dehors des lettres, j’ai pu oublier de brûler certaines notes ou réflexions inspirées par des déceptions ou chagrins à des époques troublées. Je désire qu’on les brûle, si l’on en retrouve, sachant par expérience que la paix générale en famille peut-être compromise par des lettres ou notes renfermant quelques mots vifs ou blessants pour les uns ou les autres.

Je ne laisse aucune dette pouvant porter ce nom; si je dois quelques francs en mourant, pour des comptes courants, les enfants les paieront. Pour les petits objets que j’aurai à laisser, indépendamment de la famille, à ceux qui m’ont aimé ou servi, j’en ferai une note à part, et on aura le temps de s’en occuper plus tard.

Pour mon enterrement pas de couronnes.

Si personne de la famille ne se trouvait près de moi au moment de ma mort, on demanderait à bonne mère Stéphanie les conseils nécessaires.

Si je mourrai assez subitement pour n’avoir pu prévenir moi-même mon fils que je suis malade, on lui enverra une dépêche : Capitaine Liège d’Iray 1×7, rue Saint-Dominique. On mettra dans la dépêche :

« Madame est malade » quelques heures après (au moins cinq à six heures) on lui en enverra une autre disant : « Madame est morte »

Je prie Eugénie et Amirault de dire à Monsieur Louis qui ne connaît pas les usages du pays, ce qui se fait pour les invitations à l’enterrement, le prix des femmes qui vont les faire, puis l’usage pour les porteurs, leur prix, les frais que leur paie pour s’aller rafraîchir au cabaret quand ils ont déposé le cercueil à l’église, chaque localité à ses usages et je désire que ceux de Beaumont soient observés. J’ai déjà demandé « pas de couronnes » je le répète.

Pour le pain des pauvres j’en ai donné 350 livres pour l’enterrement de Monsieur.

Je désire qu’on en donne par moitié à Mr Descoux de la Tricherie qui a été longtemps notre boulanger et Mr Fougereu de Beaumont

Joséphine Liège d'Iray

Joséphine Liège d’Iray

Adhérent-CGMA-Joël-007


Certains connaissent déjà Puychevrier d’autres pas.

Partons du Numéro 1 (Sosa-Stradonitz) – les sœurs LEYGUE –

Dont ma belle-mère dite Mamiette.

L’ascendance cognatique de ces 5 sœurs  1, 3, 7 et 15 nous conduit à Joséphine LE BRETON

Une femme de caractère n’est-il pas ?


Génération V
12 Joseph GODIN 23-02-1785 Pouilley les Vignes 25 † 04-02-1876
13 Gérardine WEIGEL 21-01-1812 Bade (Allemagne) † 17-07-1839
14 Silvain B. M. LeBRETON 30-01-1820 Brest 29 † 22-12-1869
15 Joséphine LIEGE D’IRAY 23-06-1830 Poitiers 86 † 26-11-1909

Génération IV
6 Henry GODIN 27-11-1838 Wissembourg 67 † 14-01-1932
7 Marie LeBRETON 18-11-1855 Poitiers 86 † 22-10-1941

Génération III
2 Émile LEYGUE 21-01-1884 Cherbourg 50 † 24-03-1948
3 Marguerite GODIN 29-03-1888 Chasseneuil 86 † 25-09-1972

Génération II

1 les 5 sœurs LEYGUE


Cette histoire se continue si nous lisons la lettre d’un des fils de Joséphine

1909 – Lettre d’André Le Breton

Sans oublier de parler de la belle-sœur !

Mme Veuve Le Breton. Une « Globe-trotter » de 94 ans !


Une femme comparable à Dominiquette SAINT-PIERRE rencontrée précédemment.


 

Poster un commentaire

Classé dans Challenge AZ 2017