Archives de Tag: Personnalités

EN ENVOR : Pierre-Étienne FLANDIN

Cliquer


Mais si le nom de Pierre-Etienne Flandin n’est pas des plus connu c’est que son rôle est au centre d’un certain nombre de controverses historiographiques, magnifiquement résumées dans un article désormais classique d’Olivier Wieviorka. Pour certains acteurs tels que Michel Peyrouton, suivis par des historiens comme Robert Aron, l’arrivée de Flandin au pouvoir témoignerait d’une volonté d’ouverture vers la Grande-Bretagne et d’une certaine velléité de d’opposition à l’Allemagne. En d’autres termes, il serait possible d’y voir une pause libérale. Pour d’autres, au contraire, il est clair que l’intermède Flandin ne se caractérise par aucun fléchissement des persécutions antisémites ni par le moindre raidissement diplomatique vis-à-vis de Berlin. Sans entrer dans un débat qui n’est ici pas le nôtre, remarquons juste que ce qui parait se distinguer parmi les partisans de Flandin est au final la classique dichotomie entre d’une part le « bon » Vichy qui serait une sorte de « bouclier » et, d’autre part, le mauvais, celui de Laval. Une thèse qui bien entendu n’a plus cours aujourd’hui tant on mesure les convergences qui peuvent exister en ces circonstances très particulières entre un homme politique réputé libéral et un régime autoritaire.


 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Guerre 39-45, Histoire

21 septembre 1920 – Paul DESCHANEL

10e Président de la IIIe République du 18 février 1920 au 21 septembre 1920.
———-
Élu le 17 janvier 1920
Parti politique ARD – PRDS (centre-droit)
Paul DESCHANEL (1855-1922). Le président tombé du train. C’est un Président de « circonstances » Député de longue date, membre de l’Académie Française il est choisi pour faire échec à la candidature de Clémenceau dont l’autorité cassante est redoutée à l’Assemblée. Triste destin que celui de Paul DESCHANEL. Français de Bruxelles, président de la République pendant deux cents vingt-huit jours seulement. Il dut quitter ses fonctions pour une maison de repos. Il mourut deux ans plus tard.

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride

DODUN : Une place pour le père et une rue pour les 4 fils !

Les 4 fils du Marquis Claude Laurent Marie Dodun de Keroman :
Charles
Claude
Eugène
Henri

Le père et Maire :
Maire de Maisons-Alfort de 1813 à 1855. Dodun de Keroman (Claude Laurent Marie). Né 11 octobre 1770 à Lorient, Morbihan, où ses parents s’étaient maries neuf mois auparavant, + 11 avril 1855 à Paris. Entré à 22 ans dans le corps diplomatique, il en sortit presqu’aussitôt pour servir dans l’armée comme officier d’état-major. Dix ans plus tard, il revint à la diplomatie comme secrétaire d’Ambassade à Vienne, où lui naît un fils (1802) qui fut élève vétérinaire d’Alfort (1819/21). Il abandonna très vite la carrière, acheta le domaine de Château-Gaillard à Maisons-Alfort (1808) et s’y installa. Détient le record absolu de durée de mandat de maire (sources : Roman d’Amat in Dictionnaire de biographie française; Chaix d’Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises…).

1850 :

Dans le Quartier d’Alfort, les rues Charles, Claude, Eugène et Henri existent en 1850 (plan)

1903 :

La rue Charles devient, rue Ernest Renan à partir de 1903
        « 1850 : va de la route nationale 19 au quai d’Alfort
                1903 : va de la rue de Créteil à la rue des Deux Moulins »

La rue Claude devient rue Edmond Nocard à partir de 1903
        « 1850 : va de la route nationale 19 au quai d’Alfort
        1903 : va de la rue de Créteil à la rue des Deux Moulins »

La rue Eugène devient rue Eugène Suë à partir de 1903
        « 1850 : va de la rue d’Enfer à la rue Charles
        1903 : va de la rue du Moulin d’Enfer à la place Dodun »

La rue Henri devient rue Henri Regnault à partir de 1903
        1850 : commence et finit rue Charles

La place Dodun :
1903 : donne sur les rues Eugène Suë et Ernest Renan
1957 : donne sur les rues Eugène Suë et Ernest Renan
2010 (plan) : donne sur les rues Eugène Suë et Ernest Renan

Le 2 août 1903 décède Edmond NOCARD
C’est l’événement qui déclenche les changements de nom des voies attribuées aux fil DODUN, la création de la place DODUN et de la rue Edmond NOCARD.
Edmond Nocard (Provins 1850 – Saint-Maurice 1903) entre à l’Ecole vétérinaire d’Alfort en 1868. Après ses cinq années d’études, sa réussite aux concours lui permet de mener sa carrière à l’Ecole vétérinaire. Il en devient le directeur en août 1887. En 1891, il abandonne ce poste pour se consacrer à la recherche et à l’enseignement. Disciple de Pasteur, il est reconnu comme une sommité dans le monde scientifique. Il est élu à l’Académie de Médecine en 1886, reçoit de nombreuses distinctions, est invité à l’étranger. Ses recherches sur les maladies contagieuse notamment la péripneumonie des bovins permettent d’enrayer cette terrible maladie.
Edmond Nocard a habité dans la maison natale d’Eugène Delacroix, à Saint-Maurice. il y décède le 2 août 1903. Pour ses obsèques, trois jours plus tard, une assistance impressionnante lui rend hommage
Une rue de Maisons-Alfort porte le nom du Professeur Edmond Nocard, mais ne cherchez pas son tombeau dans le cimetière de Maisons-Alfort, il est érigé dans le cimetière de Saint-Maurice, commune voisine.

Autres articles sur DODUN de KEROMAN :

11 avril 1855 – Ascendance DODUN de KEROMAN
Cimetière de Maisons-Alfort (1)

Histoire de Maisons (V-6) : Château Gaillard

Les voies de Maisons-Alfort (1904) – Section (2) – Alfort

Poster un commentaire

Classé dans Maisons-Alfort, Voies

4 septembre 1768 – Vicomte de CHATEAUBRIAND

François-René, vicomte de Chateaubriand, né à Saint-Malo le 4 septembre 1768 et mort à Paris le 4 juillet 1848, est un écrivain romantique et homme politique français. Il est considéré comme l’une des figures centrales du romantisme français. Dans les « Mémoires d’Outre-Tombe », il cite Vincennes et Charenton à des périodes importantes de leur histoire.

Terre d’écriture – 2008

Poster un commentaire

Classé dans Val de Marne

2 septembre 1792 – De l’audace …

« De l’audace, toujours de l’audace. »

Extrait du discours de Danton à l’assemblée nationale. – (2 septembre 1792).

*

Poster un commentaire

Classé dans Citation, Ephéméride, Histoire

31 août 1871 – Adolphe THIERS

1er Président de la IIIe République du 17 février 1871 au 14 mai 1873.

———-
Élu le 17 février 1871 (chef du Pouvoir exécutif)
Réélu le 31 août 1871 (président de la République)
Parti politique Parti du Mouvement (orléaniste de centre-gauche, Monarchie de Juillet)
Parti de l’Ordre (droite, IIe République) etc
Adolphe THIERS (1797-1877). Premier président de la IIIe République proclamée le 4 septembre 1870. Thiers, partisan de la paix, est élu dans vingt-six départements, tandis que Gambetta, partisan de la lutte à outrance, ne l’est que dans neuf. Ancien avocat, il a déjà 74 ans et plus de quarante ans de vie politique (de Louis-Philippe à Napoléon III) quand il est élu le 17 février 1871. Le 31 août 1871 : la loi Rivet confère à Thiers le titre de président de la République. La guerre de 1870 terminée, Thiers est chargé de négocier la paix avec l’Allemagne. Mais Thiers c’est aussi Mac-Mahon, l’homme de la sanglante répression de la Commune. Le 24 mai 1873 Thiers démissionne. L’infatigable politicien retrouvera son banc à la Chambre en 1876, un an avant sa mort.

*

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Ephéméride

27 août 1884 – Vincent AURIOL

1er Président de la IVe République du 16 janvier 1947 au 16 janvier 1954

———
Élu le 16 janvier 1947 – Parti politique SFIO
Vincent AURIOL  (1884-1966). Vincent Auriol, né le 27 août 1884 à Revel (Haute-Garonne) et mort le 1er janvier 1966 à Muret (Haute-Garonne). Cet avocat, dont le père était boulanger et farouchement jacobin, a très tôt milité dans les rangs du parti socialiste. Il est élu Président de la République dès le premier tour, image émouvante et symbolique, il se jette dans les bras de son ami de toujours, l’homme du Front Populaire Léon BLUM. le 23 décembre 1953 René COTY, son successeur, est élu Président de la République.

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Histoire

Qui sont-ils ?

39 ans né le 1 janvier 1978
39 ans né 21 décembre 1977
Un indice, ils sont tous les deux en Marche !

Poster un commentaire

Classé dans A lire

13 juillet 1793 assassinat du député Jean-Paul Marat

L’Ami du Peuple


Consulter


Charlotte Corday poignarde Marat dans sa baignoire.


 

Poster un commentaire

Classé dans Histoire

2017-07-05 Simone VEIL au Panthéon

Cliquer

 

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 39-45, Histoire

le 4 juillet 1848 mourrait …

Cliquer

Chaque jour de l’été, «Le Temps» se plonge dans ses archives pour évoquer un événement historique marquant. Aujourd’hui, la disparition du précurseur du romantisme français.


L’écrivain et homme politique François René, vicomte de Chateaubriand, meurt à Paris, le 4 juillet 1848, il y a donc exactement cent soixante-neuf ans aujourd’hui. Ses restes sont transportés à Saint-Malo en Bretagne et déposés face à la mer, selon son vœu, sur le rocher du Grand Bé, un îlot dans la rade de sa ville natale auquel on accède à pied lorsque la mer s’est retirée.


 

1 commentaire

Classé dans Ephéméride

Décès de Simone Veil (30 juin 2017)

Cliquer

 

Poster un commentaire

Classé dans Déportation

13 juin 1924 – Gaston DOUMERGUE

12e Président de la IIIe République du 13 juin 1924 au 13 juin 1931.

———-
Élu le 13 juin 1924 – Parti politique Radical (centre)
Gaston DOUMERGUE (1863-1937) est comme son prédécesseur Alexandre MILLERAND partisan d’un pouvoir exécutif fort. Pierre Paul Henri Gaston Doumergue est né à Aigues-Vives (Gard) le 1er aout 1863, d’une famille protestante.
Après une licence et un doctorat de droit à Paris, il s’inscrit en 1885 au barreau de Nîmes. En 1893 Gaston Doumergue est élu député radical de Nîmes, il est réélu en 1898 et 1902. Il fut plusieurs fois Ministre, puis Président du Conseil et du Sénat et enfin Président de la République.

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride

G comme GODIN et Glace

 

GODIN (001) – La glace et le choléra

 

SOUVENIRS pour mes ENFANTS et mes PETITS ENFANTS.

VICE AMIRAL  GODIN       1838-1932

Épisode 1 – La glace et le choléra****

Nous sommes une famille militaire. Dès 1786 date de l’entrée au service de mon grand-père paternel [1] jusqu’en 1903 où j’ai été atteint par la limite d’âge, l’un de nous au moins a toujours été sous les drapeaux, sauf de 1845 à 1853, entre l’admission à la retraite de mon père [2] et mon entrée à l’Ecole Navale.

Pendant une partie des guerres du Premier Empire, mes deux grands-pères [3], mon père et ses frères servirent comme officiers dans le même régiment de cavalerie, tous furent blessés, quelques uns plusieurs fois.

J’ai entendu dans mon enfance beaucoup de récits de guerre. Les acteurs de l’épopée Napoléonienne étaient moins sobres de souvenirs que ceux de la grande guerre de 1914 ; cela tient peut-être à ce que du temps des premiers on faisait encore souvent « la guerre en dentelles », tandis que pour les seconds la guerre ne rappelle que des visions d’horreur.

Mon père alors chef d’escadrons épousa en 1832 la fille [4] de son ancien compagnon d’armes dont il eut deux enfants : mon frère [5] en 1833 et moi en 1838. Nous eûmes le très grand malheur de perdre ma Mère huit mois après ma naissance à WISSEMBOURG où mon Père était Commandant de place ; elle n’avait que 27 ans! Les souvenirs de mes parents qui me parlaient très souvent d’elle, de nombreuses lettres adressées à mon Père, à sa sœur [6] ou à des amis, que je possède encore, m’ont permis de constituer dans mon esprit la haute personnalité morale de ma Mère, pour qui j’ai une grande vénération que mes enfants partagent. L’extrait suivant d’une lettre à des amis intimes de la famille, à ma Tante écrite un mois avant la mort de ma Mère, fait d’elle un portrait émouvant – « Si vous voyiez cette pauvre figure, si frêle, si amaigrie, vous auriez peine à y retrouver les traits et l’expression si pleine de finesse et de bonté, et de douceur de votre pauvre Sœur »… La nature qui lui a donné un cœur si bien placé, un courage d’homme dans un corps si frêle, un sentiment si exquis de ce qui est beau, noble et délicat ne fera-t-elle pas de nouveaux efforts pour sauver cet ange descendu du ciel !

Ma Mère était pieuse, je suis sûr qu’elle est près de Dieu et qu’elle a veillé sur moi dans les circonstances où j’ai couru quelque danger.

Je fus donc élevé pendant mes premières années par sa nourrice et mes bonnes alsaciennes. Mon Père [7] pris par son service militaire n’avait pas le temps de s’occuper beaucoup de moi; aussi quand je commençais à parler ce fut en allemand, je ne savais que quelques mots de français, mais jasais paraît-il très clairement en allemand. Aussi en 1843 mon Père me conduisit à Versailles où était fixé mon grand-père maternel [8], avec sa fille, sœur cadette de ma Mère; mon frère aîné était déjà près d’eux. Ces excellents parents se chargèrent de mon éducation et la conduisirent jusqu’à mon entrée au collège de Versailles en 1848. Je leur dois une grande reconnaissance car ils m’apprirent à travailler et me donnèrent les principes de morale qui m’ont guidé dans la vie, s’efforçant de développer en moi le sentiment du devoir que ma Mère avait à un très haut degré. La grande douceur de ma Tante tempérait ce que la méthode d’instruction de mon grand-père avait parfois d’un peu sévère. C’était un lettré, latiniste distingué, admirateur des philosophes du XVIIIème siècle : Voltaire, Rousseau et autres. Ma Tante était très pieuse, elle m’a donné les principes religieux que je n’ai pas oubliés, car après une longue éclipse je les ai mis en pratique de nouveau. La chère Tante Célestine a été notre seconde mère; nous souhaitions sa fête le 19 Mai. Nous avons eu le grand malheur de la perdre en 1874 [9], alors que mon frère et moi étions loin de FRANCE, lui en Cochinchine, moi en Chine. La chère Tante a dû bien souffrir de ne pas nous avoir près d’elle à ses derniers moments.

Dès l’âge de 12 ans je voulus être marin; j’entendais souvent parler dans la famille d’un Oncle [10], frère de ma Mère, mort à 18 ans à TOULON d’une maladie épidémique en 1831 au retour de l’expédition d’ALGER, étant aspirant de 1ère Classe. Un de ses amis d’enfance était dans la Marine et devait y guider mes premiers pas [11].

Je travaillais bien, avais de bons professeurs et fus reçu à l’Ecole Navale dans un très bon rang en 1853; je n’avais pas 15 ans et n’étais resté à l’Ecole qu’un an à cause de la guerre de CRIMEE[12], je me trouvais avant 16 ans livré à moi-même et appelé à commander des hommes. C’était un peu tôt. Je remercie Dieu de m’avoir préservé des quelques mauvais exemples que j’ai eu sous les yeux. Quant au commandement, je m’y fis rapidement grâce à quelques bons conseils, peut-être aussi à un peu d’atavisme. Je me suis fais marin sans avoir vu la mer et si j’ai eu en connaissant le monde quelques moments de découragement, je n’ai jamais regretté d’avoir choisi cette carrière.

A ma sortie de l’Ecole Navale en Juillet 1854, je fus envoyé de BREST à TOULON pour être dirigé ensuite sur l’Escadre de la mer Noire; je passai par Versailles où mon Père s’était fixé et remarié après son admission à la retraite [13] et je dis adieu à tous mes parents. J’étais très fier de mon uniforme d’aspirant de 2ème Classe [14] et ne quittais pas mes aiguillettes d’or et soie bleue. Complètement imberbe je paraissais encore plus jeune que mon âge. La Marine était alors moins connue qu’aujourd’hui, même à PARIS; étant allé un soir à l’Opéra Comique avec mes camarades, nous entendîmes dire autour de nous étions « des pages de la Maison de l’Empereur ».

Le voyage de PARIS à TOULON était un peu compliqué : le chemin de fer n’étant pas terminé entre LYON et AVIGNON, ni entre MARSEILLE et TOULON. On descendait le Rhône en bateau de LYON à AVIGNON où l’on reprenait le train jusqu’à MARSEILLE; l’on couchait dans le train pour prendre le matin suivant la diligence pour TOULON. Je descendis à MARSEILLE à l’hôtel Beauvau, place de la Bourse. Comme il faisait très chaud (c’était au commencement d’août) je voulus prendre une glace avant de me coucher – « Une glace : pas du tout, me dit la maîtresse de l’hôtel, est-ce que vous croyez que si votre Maman était ici elle vous permettrait de prendre une glace ? Je vais vous donner une tasse de thé cela vaudra bien mieux. » – Je fus très humilié : on me prenait pour un gosse !

Le lendemain matin à mon départ cette bonne marseillaise m’apprit qu’il y avait de nombreux cas de choléra dans cette ville, c’est pour cela qu’elle m’avait refusé une glace, elle ne l’avait pas dit la veille afin que je dormisse tranquille, je l’en remerciais vivement.


[1] Claude Nicolas GODIN (1757-1847) Chirurgien Major, fils de Nicolas GODIN et de Jeanne Claude PAGUET[2] Joseph GODIN (1785-1876) Capitaine, Chef d’escadron et Commandant de la place de Wissembourg.

[3] Claude Nicolas GODIN et Valentin WEIGEL (1774-1861).

[4] Gérardine WEIGEL fille de Valentin et de Jeanne Judith Amélie VAN DICK (1785-1817).

[5] Alfred GODIN (1835-1901) Général de Brigade en 1886, a épousé Louise CHANTEPIE en 1866.

[6] Célestine WEIGEL (1816-1874) soeur cadette de Gérardine, célibataire.

[7] Joseph GODIN (1785-1876), Commandant de la Place de WISSEMBOURG depuis 1838, marié à Rennes en 1832 puis veuf de Gérardine en 1839, Officier de la Légion d’honneur en 1843

[8] Valentin Joseph WEIGEL (1774-1861) veuf de Jeanne Judith Amélie VAN DICK depuis 1817.

[9] Célestine, soeur cadette de Gérardine, née le 7-9-1816 à Villeneuve-le-Roi (aujourd’hui Villeneuve-sur-Yvonne) au Champ du Guet, décédée à 57 ans le 20-04-1874 à Versailles.

[10] (Valentin) Alfred WEIGEL né en 1813 à Saint-Germain-en-Laye, élève à bord de la frégate La Meuse, en quarantaine au port de Toulon, succombe en avril 1834 suite à une éruption de rougeole qui s’est aggravée et compliquée. Entré au Lazaret de Toulon le 9 avril décède le 10. (acte de décès en mairie de La Seyne)

[11] Il s’agit du Vice-amiral de la RONCIERE. Henry GODIN rencontrera sa future femme Marie LeBRETON chez la soeur du Vice-amiral en 1880. Dans la famille de la RONCIERE citons aussi le Général Clément de la RONCIERE. Valentin Joseph WEIGEL grand-père de Henri GODIN et qui fut l’aide de camp du Baron de la RONCIERE en 1813 à l’école de cavalerie de Saint-Germain-en-Laye.

[12] Guerre de Crimée (1854-1855) opposant la Russie aux forces franco-angalises, alliées de la Turquie.

[13] Le second mariage de Joseph GODIN (1785-1876) eut lieu le 12-12-1848 à Versailles avec Elisabeth Mariie SCHWOB (1789-1876), veuve de Victor ROMBOCOLI-RIGGIERI.

[14] Aspirant de 2e classe le 21 juillet 1854.

*************

 Souvenirs écrits vers 1920 à Toulon.

Le texte retrouvé était dactylographié, la conversion sous Word, le découpage en épisodes ainsi que les notes ont été réalisés par Joël BACQUER.

Adhérent-CGMA-Joël-007


Lire les épisodes suivants :

 

GODIN (002) – 1854-1862

GODIN (003) – 1862-1864

GODIN (004) – 1864-1872

GODIN (005) – 1872-1880

GODIN (006) – 1880-1884 – Le Mariage

GODIN (007) – 1884-1893 – Ses filles

GODIN (008) – 1893-1911 – Vice Amiral

GODIN (009) Poitiers 19 novembre 1855

GODIN (010) Wissembourg 27 novembre 1838


 

Poster un commentaire

Classé dans Challenge AZ 2017

D comme DUCUING Ferdinand


Une petite introduction sur les deux frères Henri et Ferdinand (1) DUCUING. Henri et ses descendants ont habité à Lespéret. Les descendants de Ferdinand habitaient (et habitent encore) sur la place de l’église à Castelnau-Rivière-Basse.
Ferdinand (1) devait être le parrain du Maréchal Ferdinand FOCH. (d’où le prénom).
Ferdinand (2) le fils fut intendant militaire,
Ferdinand (3) le petit fils eu une histoire de héros, qui est narrée dans cet article.

Un aviso de marine porte son nom.
Anicet MALARTIC et Ferdinand FOCH étaient cousins par alliance. Leurs grand-mères étaient deux sœurs DUCUING.
Bonne lecture.


Ferdinand Gabriel Ducuing

      Ferdinand Gabriel Ducuing ( né le 25 décembre 1885 à Paris – mort au champ d’honneur le 25 mai 1940 au Cap Gris-Nez près de Calais ) se destinant à la Marine Marchande, il embarque aussitôt après avoir obtenu le baccalauréat sur un trois-mâts puis sur des paquebots. Fait son service militaire comme matelot en 1907 sur les cuirassés Brennus et Bouvet.

Lieutenant au long cours en 1908, capitaine au long cours en 1911, il navigue successivement sur treize paquebots, apprend parfaitement quatre langues étrangères et fait une licence de droit.

Pendant l’été 1914, il est second capitaine sur un paquebot mais il quittera son emploi dès juillet 1914 pour s’engager dans un bataillon de chasseurs à pied. Au front jusqu’en décembre 1914, nommé alors sous-lieutenant, passe volontairement dans l’aviation comme officier observateur. Pilote en juillet 1915, revient dans la Marine comme enseigne de vaisseau auxiliaire. Affecté à l’aviation maritime se distingue à Dunkerque et à Venise (base de l’Adriatique) où il effectue de nombreuses missions de reconnaissance et de bombardement. Blessé en combat aérien, est cité à l’ordre des Armées Navales Françaises et Italiennes. Reçoit la Croix de Guerre avec Palme et est fait Chevalier de la couronne d’Italie.

Demande à suivre des cours de pilote de chasse, mais un accident le rend inapte au pilotage. Chevalier de la Légion d’Honneur en janvier 1917.

Commande en second le centre d’aviation maritime de Dunkerque puis, sur sa demande, prend commandement du centre de ballons du Havre. Lieutenant de vaisseau démobilisé en avril 1919.

A obtenu plusieurs citation de 1914 à 1918. Ci-après texte de l’une de ces citations, mérité en 1916, semble-t-il.

» Pilote hardi et courageux, excellent chef de ½ escadrille qui a su entraîner en toute circonstance d’une façon remarquable les pilotes placés sous ses ordres. Pendant son séjour sur le front a rendu des services exceptionnels dans diverses circonstances. A pris part à un combat naval. «

Devient armateur après la guerre, reste un officier de réserve très actif et, avec quelques camarades, crée en 1925 « l’Association Centrale des Officiers de Réserve de l’Armée de Mer » (A.C.O.R.A.M.) qui adhère aussitôt à l’Union Nationale des Officiers de Réserve. Elu président de l’ A.C.O.R.A.M. à sa fondation en reste le président de 1925 à 1940, président particulièrement actif qui obtient des résultats des plus remarquables dans tous les domaines ( formation et instruction des officiers de réserve, statuts des officiers de réserve, liaison avec la Marine Nationale, cohésion morale des cadres de réserve de la Marine.

En septembre 1939, le Capitaine de Corvette Ducuing, maintenu dans les cadres actifs sur sa demande, prend le commandement de la redoute de la Croix Faron à Toulon, puis est désignée pour organiser le centre de défense maritime du Cap Gris-Nez (près de Calais) qui malheureusement n’aura pas les moyens suffisants en mai 1940 pour assurer toute sa mission, en effectif, en artillerie et en matériel. La redoute, avec un poste avancé et un renfort de détachement de l’Armée de Terre, est encerclé les 23 et 24 mai et résiste héroïquement pendant près de 48 heures aux puissantes attaques allemandes, refusant la reddition que lui propose l’adversaire. Le 25 mai à 9 heures, n’ayant plus de matériel et de munitions, à la toute dernière extrémité, le Commandant Ducuing fait évacuer le poste par ses hommes blessés et valides, lui même ne veut pas suivre ses hommes dans le repli qu’il leur a commandé, il reste seul (il y aura pourtant eu un témoin) se découvre, hisse les couleurs au mât de pavillon, puis s’avance vers les Allemands, une mitraillette à la main, il est alors abattu par une rafale allemande et tué sur le coup.

A titre très exceptionnel, après sa mort, le Commandant Ducuing est promu Capitaine de Frégate à compter du 24 mai 1940, il a une magnifique citation à l’ordre de l’Armée.

Une batterie de côté près de Toulon reçoit son nom et le « Figaro » publie un article intitulé : Les dernières cartouches des défenseurs du Cap Gris-Nez

En 1952, le Ministre Secrétaire d’Etat à la Marine inaugure au Cap Gris-Nez une stèle à la mémoire du Commandant Ducuing et des marins tombés là. Cette stèle porte l’effigie du Commandant Ducuing et l’inscription  » Au Commandant Ducuing et à ses marins morts pour la France le 25 mai 1940. «

Les phrases suivantes ont été prononcées dans les discours officiels du jour de cette inauguration.

» C’est là que le 23 mai 1940, isolé de tout, réduit à ses seuls moyens, il commença une résistance désespérée contre les forces allemandes qui ne devaient avoir raison de son héroïsme et de celui de ses compagnons de lutte que 48 heures plus tard et encore grâce à l’emploi des chars. «

« Tombés face à l’ennemi quelques minutes avant que son ouvrage ne fut submergé par la horde des assaillants.

« C’est avec des Ducuing que la France s’est faite, c’est avec des hommes de sa trempe qu’elle s’est reprise à espérer aux périodes douloureuses de son histoire, c’est enfin grâce à eux que ceux qui bâtirent l’avenir ont le droit d’avoir confiance. »

Puis extrait d’un autre discours :

» Le commandant Ducuing était l’un de ces hommes d’exception placés sur notre route pour éclairer et nous montrer la voie. Sa mort est un témoignage manifestant jusqu’à l’absolu le sens du devoir, celui de l’honneur et l’amour profond de la Patrie. »

Le Commandant Ducuing officier de la Légion d’Honneur, Croix de guerre avec palmes 1914/18 et 1939/40 était, en outre, titulaire de nombreuses décorations françaises et étrangères.

A épousé mademoiselle Jeanne Faber de la Comédie Française, décédée en 1974. Pas de postérité.

Adhérent-CGMA-Joël-007


Lire la suite sur

Ferdinand Gabriel Ducuing (2)

Ferdinand Gabriel Ducuing (3)

Ferdinand Gabriel Ducuing (4)

Ferdinand Gabriel Ducuing (5)


Tous les articles déjà parus : Challenge AZ 2017


 

Poster un commentaire

Classé dans Challenge AZ 2017

Ils étaient 577, les connaissez-vous ?

Cliquer


Recherches

Autres législatures

Poster un commentaire

Classé dans A utiliser

22 mai 1885 – Victor HUGO

Victor-Marie Hugo, né le 26 février 1802 à Besançon et mort le 22 mai 1885 à Paris, est un écrivain, dramaturge, poète, homme politique, académicien et intellectuel engagé français, considéré comme le plus important des écrivains romantiques de langue française et un des plus importants écrivains de la littérature française. Il honore Créteil en 1865 dans « Chansons des rues et des bois » et dans le recueil « Choses écrites à Créteil ». Arcueil, Bicêtre, Ivry, Gentilly, Choisy, Vincennes et Saint-Mandé sont aussi décrits ou visté par la poète.

Terre d’écriture – 2008

Poster un commentaire

Classé dans Val de Marne

21 mai 1927 – Charles LINDBERG

21 mai 1927 – Charles LINDBERG traverse l’Atlantique, seul, en trente-trois heures.

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Ephéméride

E=mc2, 10 infos peu connues sur Einstein

Cliquer

 

Poster un commentaire

Classé dans A lire

17 mai 1995 – François MITTERRAND

4e Président de la Ve République du 21 mai 1981 au 17 mai 1995.
———-
Élu le 10 mai 1981 – Mandat 1 : 21 mai 1981 – 20 mai 1988
Réélu le 8 mai 1988 – Mandat 2 : 21 mai 1988 – 17 mai 1995
Parti politique UDSR (1946), CIR (1965) – Parti socialiste (1971)
François MITTERRAND (1916-1996) est le premier Président à finir deux mandats. Il est en 1947 le plus jeune ministre de France. Premier Secrétaire du PS en 1971, il signe le Programme Commun de Gouvernement avec les Communistes et les Radicaux de Gauche. La peine de mort est abolie sous
Il meurt le 8 janvier 1996.

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Histoire