Archives de Tag: Transports

31 mars 1978. – L’Amoco Cadiz

Naufrage de l’Amoco Cadiz le 31 mars 1978.
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride

30 mars 1898 – Le métropolitain

La loi du 30 mars 1898 stipulait que les infrastructures, c’est-à-dire les souterrains, tranchées et viaducs, ainsi que les quais des stations seraient construits par la Ville de Paris ; tandis que les infrastructures le seraient par le concessionnaire exploitant, celui-ci étant également chargé de la construction des ateliers et des usines électriques, de la pose des voies et des équipements, de l’achat du matériel roulant. La Ville de Paris devait livrer au concessionnaire les trois lignes du premier réseau, soit 42 km de double voie, dans un délai de huit ans.

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride

La CRUE du RHÔNE de 1935 en AVIGNON (7/9) – Un Monde de Papiers

Un lot de neuf cartes postales semi-modernes trouvé sur delcampe montrant des quartiers d’Avignon sous les eaux du Rhône lors de la crue de novembre 1935.

Les pluies méditerranéennes vont décroître dans la matinée du 12 novembre 1935. Est-ce le bout du tunnel pour les riverains du Rhône ? On l’espère en Avignon quand un phénomène climatique nouveau et brutal va se déclencher sur le sud de la vallée du Rhône et créer le trouble chez les riverains du Rhône: un orage inattendu et dantesque va éclater et déverser de nouvelles trombes d’eau sur la région allant d’Orange à la côte.

Sur des régions déjà saturées en eau, ces nouvelles précipitations vont faire augmenter le niveau de la crue sans possibilité pour l’eau de s’échapper nulle part. La crue est bien là et c’est semble-t-il parti pour durer.

En Avignon, dans la rue Henri-Fabre, les téméraires portant des bottes ont de l’eau jusqu’à mi-mollet.


https://unmondedepapiers.com/


 

Poster un commentaire

Classé dans A lire

1er mars 1969 – Rungis

Le Marché de Rungis

Le Min comme disent les anciens (Marché d’intérêt national), a été inauguré le 1 mars 1969. La conception de ce grand projet et sa réalisation ont duré environ 7 ans. En 1969 il remplaça les Halles de Paris, devenues trop exigües. Le transfert des Halles centrales de Paris à Rungis, appelé le déménagement du siècle, est impressionnant. Environ 20 000 personnes, 1 000 entreprises en gros, 10 000 m3 de matériel, 5 000 tonnes de marchandises, 10 000 colis de fleurs, 1 500 camions prennent la route !

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Histoire, Val de Marne

30 janvier 1910 – Moïse (sauvé des eaux)

30 janvier 1910 – Moïse

Du 31 janvier au 2 février 1910, le Capitaine (des pompiers), enfin soulagé, note que les eaux sont stationnaires mais que ses hommes restent mobilisés pour ravitailler les rares obstinés qui se sont refusés à évacuer leurs maisons dans les quartiers les plus inondés et édifier des passerelles pour permettre à ceux des zones relativement préservées de sortir de chez eux pour se ravitailler sans marcher dans des rues transformées en égouts.L’École vétérinaire de Maisons Alfort s’avère aussi un haut lieu de la résistance. Installé sur 10 hectares au confluent de la Seine et de la Marne, le bâtiment n’est pas submergé, mais isolé sur une presqu’île battue par les flots. Heureusement, « Véto » possède son puits et son réservoir, une usine de chauffage et une centrale électrique. L’école a ses stocks alimentaires et pourrait même, au besoin, se nourrir avec son bétail sur pied puisqu’elle dispose d’un atelier d’équarrissage. Dès le 24 janvier, le directeur a suspendu les cours et demandé aux élèves et professeurs volontaires d’organiser un centre de secours. « L’arche de Noé » abritera jusqu’à deux cent soixante réfugiés, sans compter les animaux domestiques et les têtes de bétail que les sinistrés lui confient avant de fuir vers Paris. « Véto », dotée de lignes téléphoniques de campagne installées par le génie, sert aussi de basse stratégique pour une cinquantaine d’artilleurs, leurs chevaux et prolonges, une centaine de marins avec leurs canots et des fantassins dépêchés pour monter la garde autour du camp. Au terme du siège, la communauté du château fort arrose même un heureux événement : une réfugiée accouche le 30 janvier 1910 d’un bébé… aussitôt baptisé Moïse.

Source : Paris sous les eaux ! De Choisy-le-Roi à Asnières Chronique d’une inondation

Jean-Michel LECAT et Michel TOULET – Éditions OUEST-FRANCE

Moïse ensuite se maria à Alfortville.


 

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Val de Marne

Dénominations officielles des voies

attribution-dun-nom-a-une-rue

Cliquer

Paris n’a jamais cessé de se construire, s’agrandir, se transformer : au fil des siècles, toutes les voies parisiennes ont été remaniées, certaines supprimées, d’autres encore déplacées. Aujourd’hui, l’ancienne Lutèce possède plus de 6500 rues, avenues, places, impasses ou autres promenades, toutes dotées d’un nom unique.

Mais comment attribue-t-on un nom à une rue ? De quand datent les premières dénominations officielles ? On vous explique tout.

Depuis la loi du 2 mars 1982 relative à la liberté des communes, départements et régions, le choix des noms donnés aux rues des villes françaises relève des compétences de la commune, et donc des conseils municipaux. La dénomination des voies parisiennes n’est, normalement, autorisée qu’en hommage à une personnalité décédée depuis au moins cinq ans, mais de plus en plus de dérogation sont constatées. Parmi les attributions de voies officialisées en 2016, on trouve par exemple la Place Georges-Moustaki, d’après l’auteur-compositeur décédé en 2013, ou encore la Promenade Florence-Arthaud, en hommage à la navigatrice française décédée accidentellement en mars 2015

Poster un commentaire

Classé dans Dico Voie MA

Le 12 décembre 1917 en Savoie, entre Modane et Saint-Michel de Maurienne, se déroulait la plus grande catastrophe ferroviaire …

Cliquer


Nous sommes le 12 décembre 1917, vers 11 heures du soir. Dans un train long de 350 mètres, des wagons en bois bourrés à craquer de poilus qui rentrent du front d’Italie. Ils sont 1200. Fatigués, pressés de rentrer en permission. Pour fêter Noël en famille. Loin des horreurs de la guerre.

la plupart dormaient. On en avait marre. On était partis depuis la veille.


 

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Evénements, Transports

12 décembre 1859 – La Compagnie des Chemins de Fer de l’Est

1859 : l’arrivée du chemin de fer.
La Compagnie des Chemin de Fer de l’Est achète de nombreux terrains et construit une ligne de chemin de fer qui relie Saint-Maur-des-fossés à Paris: la ligne de La Bastille. Elle offre la possibilité aux Parisiens de se divertir dans les guinguettes de bords de Marne. Cette ligne continue à être exploitée par la SNCF jusqu’au 12 décembre 1969, date à laquelle la ligne est cédée à la RATP. Le RER A est né. Cette ligne dessert Saint-Maur-des-Fossés grâce à 4 gares : Saint-Maur-Créteil, Le parc de Saint-Maur, Champigny-sur-Marne et La Varenne-Chennevières.

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Histoire locale, Transports, Val de Marne

20 novembre 1920 – Une navette entre Paris et Maisons-Alfort

1920 – Une navette

Les demandes d’aménagement d’horaires se font toujours pressantes de la part des usagers :
• le 17 novembre 1920 : Le Conseil émet à nouveau le vœu qu’un train soit créé au départ de Paris vers 12 h 35 pour la gare de Maisons-Alfort – Alfortville ;
Considérant que le train dont la création est demandée rendrait de grands services aux habitants des deux communes intéressées, principalement aux abonnés, attendu qu’il n’y a  pas de train entre 12 h 00 et 13 h 10, et de ce fait; quantité d’entre eux ne peu vent venir déjeuner à leur domicile, ce qui est très onéreux…
• Ce vœu est exaucé puisque dès le 20 novembre 1920 la compagnie fait savoir qu’à partir du 1er décembre prochain elle mettra en marche une navette qui circulera dans l’horaire ci-après :
Départ Paris : 12 h 24 – arrivée Maisons : 12 h 51
Départ Maisons : 13 h 30 – arrivée Paris :13 h 54
C’est ainsi que dans les trois comptes rendus de mandat de 1919 à 1935, le Maire, Léon CHAMPION, et le Conseil Municipal, peuvent se féliciter des améliorations obtenues à la suite de nombreuses et persévérantes demandes justifiées : création de nouveaux trains aux heures d’entrée et de sortie des ateliers, aux heures du déjeuner ainsi que les dimanches et jours fériés.

D’après Marcelle Aubert

Poster un commentaire

Classé dans Histoire locale, Transports

5 novembre 1881 – Service Omnibus de Banlieue

1881 – Service Omnibus de Banlieue

Le 5 novembre 1881, le Conseil adresse un vœu au Préfet de la Seine en rappelant la grande utilité qui résulterait de l’organisation d’un service omnibus de banlieue, sur la ligne P.L.M. pour desservir les communes de la Seine…

 Marcelle Aubert -AMAH

Poster un commentaire

Classé dans Transports

Noms de rues insolites

Cliquer

Pas facile de demander son chemin lorsqu’on habite la rue Perdue, ni de donner son adresse quand on loge impasse de la Putte… Découvrez ces noms de rues qui nous font perdre le nord mais pas le sourire.
l’internaute.com

Poster un commentaire

Classé dans A visiter

20 octobre 1845 – Station de voyageurs

1845 – Station de voyageurs

L’établissement de la station de Maisons-Alfort n’a été décidé par la compagnie qu’après des protestations solidement argumentées de la part de nos élus. Un extrait du procès-verbal du tracé définitif, daté du 20 octobre 1845, démontre que les décisions prises en premier lieu, étaient négatives:

« Considérant qu’une gare de voyageurs sera probablement établie à Charenton, que Maisons n’est qu’à 2 km de Charenton et que des gares aussi rapprochées obligeraient les convois à des temps d’arrêt trop multipliés; est d’avis à l’unanimité, moins une voix qu’il n’y a pas lieu d’établir une station de voyageurs à Maisons. »

Poster un commentaire

Classé dans Histoire locale, Transports

IDF : transport fluvial, le retour

Cliquer


Le transport fluvial jusqu’au Val-de-Marne et à l’Essonne

« Nous souhaitons que des navettes naviguent entre l’écluse de Suresnes (92) et la Maison de la radio à l’ouest, et entre l’écluse de Maisons-Alfort (94) et Bercy à l’est. A Paris, il y a les Batobus, et la vitesse y est davantage limitée que dans le reste de l’Île-de-France », précise Valérie Pécresse. L’appel à projets portera aussi en Seine amont dans le Val-de-Marne et le nord de l’Essonne ainsi qu’en Seine aval, dans les Yvelines. Il s’agit là de simples « traversées », c’est-à-dire des bacs qui pourraient embarquer des passagers mais aussi des automobiles ou même des bus dans les zones dépourvues de ponts. Un appel d’offres pourra être passé en mars 2018 pour des liaisons effectives en 2019.


 

Poster un commentaire

Classé dans A lire

9 septembre 1974 – Métro, ligne 8.

9 septembre 1974 : ouverture des stations de métro Créteil–Université et Créteil–Préfecture.

La ligne 8 du métro compte 4 stations desservant Créteil :

– Créteil-Échat
– Créteil-Université
– Créteil-Préfecture
– Créteil-Pointe du lac

Poster un commentaire

Classé dans Transports, Val de Marne

15 août 1915 – Bateaux parisiens

Inauguration du nouveau terminus des bateaux parisiens quai d’Alfort (Aujourd’hui quai Fernand Saguet) le 15 août 1915.

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Histoire locale, Transports

12 août 1849 – Chemin de fer : Une gare à Maisons-Alfort

Une gare à Maisons-Alfort
C’est le 12 août 1849, que la ligne de chemin de fer fut ouverte à l’exploitation et que les Maisonnais connurent pour la première fois le plaisir d’être transportés à Paris en Vingt minutes. Dès lors, la population augmente avec plus de rapidité et le village s’industrialise.Paris-Gare-de-Lyon — Wikipédia

Gare de Lyon en 1910

L’embarcadère de Lyon (I) fonctionne depuis 1847. Il est ouvert officiellement au public le 12 août 1849 sous le nom d’« Embarcadère de chemin de fer de Paris à Montereau ». Conçu par l’architecte François-Alexis Cendrier, ce n’est qu’un bâtiment de planches en attendant les arbitrages entre l’État français et la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM), première du nom. La compagnie du PLM était peu flattée d’arriver face à la maison d’arrêt de la Nouvelle Force dite « prison Mazas ». Elle espérait pouvoir aller jusqu’à la place de la Bastille. Le tracé a été utilisé pour la création de la rue de Lyon. Avec l’augmentation du trafic ferroviaire et la montée en puissance du PLM, cet embarcadère s’est agrandi à maintes reprises

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Transports

12 août 1908 – Ford T

Sortie de la Ford T le 12 août 1908.

Cliquer

Toutes les informations sur la Ford T – Ford Modèle T

La Ford Model T, aussi connue sous le nom de Tin Lizzie, est produite par la Ford Motor Company à partir de septembre 1908. Elle est considérée comme étant la première automobile à prix abordable, et la voiture qui a permis à la classe moyenne américaine de voyager. Ce succès provient du génie de Ford, notamment par l’innovation de la production de masse grâce aux lignes d’assemblage. La Ford T a été nommée voiture la plus influente du monde au 20ème siècle selon un sondage international.

Ford T – Ford modèle T – Henry Ford

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride

8 août 1958 – Un sous-marin sous le pôle Nord.

8 août 1958 – Le sous-marin nucléaire américain Nautilus passe sous le pôle Nord.

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Transports

5 août 1882 – SNCF, l’ex chef de gare de Maisons-Alfort

1882 – SNCF

Suite à un drame, le 5 août 1882, le Conseil Municipal, sur la proposition de Monsieur DROULIN, l’un de ses membres,

Considérant que la condamnation prononcée contre Monsieur GRAS, ex-chef de gare à Maisons-Alfort, pour la responsabilité qu’il a encouru dans les circonstances qui ont amené la catastrophe de Charenton, sur la ligne du chemin de fer de Paris à Lyon, a produit et les plus pénibles conséquences en causant à Madame GRAS, sa femme une émotion telle que cette dame en est tombée gravement malade et que sa vie est en danger ;

Considérant cette triste situation au point de vue humanitaire et confiant dans la bienveillance de Monsieur le Ministre de la Justice,

Émet le vœu que Monsieur GRAS obtienne remise du surplus de sa peine.

Marcelle Aubert

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Maisons-Alfort

21 juillet 1969 – Neil ARMSTRONG

Neil ARMSTRONG est le premier homme à poser le pied sur la Lune le 21 juillet 1969.

« Je vais faire un pas sur le sol maintenant. C’est un tout petit pas pour un homme, un grand pas pour l’humanité. La surface est fine et poudreuse. Je peux la soulever sans peine avec mes orteils. Elle colle au sol et à mes bottes comme une fine couche de charbon de bois. Je vais marcher une petite fraction de pouce, peut-être un huitième de pouce. Mais je peux voir les empreintes que laissent mes bottes, mes pas, dans ces fines particules sableuses. »

Lire aussi
20 juillet 1969 – On a marché sur la Lune – Herodote.net

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Transports