Archives de Catégorie: Guerre 39-45

MemorialGenWeb : 39-45, les maisonnais

Étude du CGMA, 135 Maisonnais


Id Nom Prénoms
4300322 AIZIC Simone
572896 ALBERICI Pierre Jean
5137935 ANDRIEU Roger Laurent Auguste
4195048 BARDET Marie Adeline
5144028 BAUDELOT Joseph André
5708902 BENNE Ulysse Joachim Claudius
4298650 BERNARD Marguerite Marie (Epouse Verrier)
4298651 BERNHARD Alphonse
4358255 BERNHARD Alphonse
5125665 BERTRAND Désiré Paulin
572901 BLINET Eugène Jean
4298640 BORGARD Armand
572902 BRÉHAT Henri Charles
4298652 BREHAT Henri Charles
5447319 BRETON Alphonse Louis
4298653 BRONFMANN Jacques
4298654 BRUNET Gilbert Alfred Ferdinand
4358256 BRUNET Gilbert Alfred Ferdinand
4298655 BRUNET Simonne Blanche Julie Femme Miternique
4195049 CAMPION Marcelle Céline Aimée
4298626 CAUCHY Roland Ferdinand
4358257 CAZABAT Jean Eugène
4195050 CLERGÉ René Raymond
4358258 COLLIBEAUX André
572906 COUSIN Raymond Elisée Anselme
572907 CROQUEFER Auguste Joseph
572908 DABINI André Emile
4298641 DARNAULT Camille
4298656 DE GERIN Médéric Gabriel
572910 DEGUISE André Philibert
4298657 DEGUISE André Philibert
4195051 DENIS Jeannine Pierrette
5447320 DEPLANQUE Roland Léon
5144462 DESBOEUFS Louis Abel
4298642 DOMALAIN Roger
4298658 DREYFUS Berthe Épouse Roch
4298659 DREYFUS Édouard
4298628 DUCLUZEAU Louis Hugues Gilbert
4358260 DUCLUZEAU Louis Hugues Gilbert
572914 DULAS Édouard Roger
4358261 DUPONT André Maurice
5418195 DUPONT André Maurice
4298630 FAUCHER André Albert
4358262 FAUCHER André Albert
4298631 FERRARI Vincent Innocent
4358263 FERRARI Vincent Innocent
4298639 FERRER Robert Jean Marie
4358264 FERRER Robert Jean Marie
572917 FISCHER Fernand Gaston
4195052 FRANCK Adrienne
5505240 FRANÇOIS Roger Eugène Pierre
572918 FREMONT André Maurice
4298660 FRIBOURG Amélie
4298661 FRICHOT Lucien Albert
572920 GAFFIER Lucien
4298633 GANDRIAUX Marcel
4358265 GANDRIAUX Marcel
5325688 GANDRIAUX Marcel
4298662 GARNIER Hélène
5445072 GERTLER Clara
5441031 GERTLER Gisèle
5441032 GERTLER Hélène
5445071 GERTLER Isaac
5443460 GIGNOUX Roger Pierre
572924 GUILLAUMET Maurice Georges
4298667 GUYOT Jacqueline Angèle Léonie (Femme Martin)
4358267 HERVIER Paul Emile François
4358268 HERVILLARD France Marceau
5439826 HOUGUET Alphonse Marie Joseph
5186659 HUBERT Edmond Paul Marie
4298668 HUREAU Henri Jean-Baptiste
572927 JAMGOTCHIAN Jean
4298669 JARDIN Henri
572928 JEAN René Étienne Nicolas
4298670 JEAN René Étienne Nicolas
572929 JÉHANNE Auguste Ernest Maurice
572930 JENNEQUIN Gaston Joseph
572931 JULIEN Henri Jean
572933 LAMBERT Roger François André
4298634 LANCELOT Lucien
4298671 LEBARS Guillaume Jean Louis
4358269 LEBARS Guillaume Jean Louis
4298635 LECOMTE Jacques Yves Marie
4358270 LECOMTE Jacques Yves Marie
4358271 LEMESLE André Marcel
5144029 LEMESLE André Marcel
4358272 LEPAGE René Maurice Zéphirin
5445073 LEPAGE René Maurice Zéphirin
5445074 LIGNIÈRES Jean Christian Marc
4298674 LISSAC Maurice François Clément
4358273 LISSAC Maurice François Clément
5447315 LOMBARDELLI Pierre Émile
572935 LOUET Roger Louis
4358274 LUDET Maurice Germain
5447318 LUDET Maurice Germain
4195053 MACQ Henriette Julienne
572937 MAILLET Maurice André
4298675 MAJEROWICZ Georges
5566464 MARTIN Hugues Élie
4298676 MASS Zacharie
572939 MILLION André
5144519 MOSER Émile
572941 NAUDIN André
4298677 NAUDOT Bernard Lucien
4298678 NEVRAUMONT Marcel
4298679 NIQUET Georges
5450337 NORMAND Alfred Léonce
572942 PERBAL Georges Emile
5443472 PICARD Maurice Jean
4298646 POLLAK (Madame)
4298645 POLLAK Léo
572943 POTEL André Henri Joseph
572944 PRIMOUT Paul François
572945 PRUNAIRE Georges
4298739 QUEYROUX Alfred René
4298637 RECARD Pierre André
4358277 RECARD Pierre André
572946 REMOISSENET Roger Alfred
4298680 ROCH Elie
5610715 RODIER Basile Adrien
5707482 ROUSSEAU Victor Jean-Jacques
4298681 SAGUET Fernand
5447316 SAUTON Désiré
4298682 SOYEUX Pierre
4195054 TAVERNIER Joseph Marcel
4298683 TERRE René Louis Georges
4298684 TOROSS Sabetaï Victor
572949 TOSELLO Maurice
5151186 TROVEL Pierre Émile
5319439 TURBERG Robert Maurice
5151184 URFER Adrien Paul
4298685 VERRIER Edmond
4358278 VERRIEZ Marcel Gustave
4358279 VINCHON René Joseph
4298686 VINET Félix Séraphin François
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 39-45, Memorial GenWeb

Vous recherchez un déporté ?

base-des-deportes

Cliquer

 

Poster un commentaire

Classé dans Déportation, Guerre 39-45

Lettres de Fusillés

Lettres de fusillés

Cliquer pour accéder à la liste

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 39-45

Le 11 novembre 1920

Une fois ,’est pas coutume j’ai recherché les personnages et événements

qui ont marqué ce 11 novembre 1920

 


Le soldat inconnu

La Citadelle servait de refuge pour les soldats français (On les soignait on leur donnait à manger.)

Le 10 novembre 1920 le capitaine Auguste Taim a été désigné pour choisir le corps du soldat inconnu : il a choisi le 6e cercueil. parce que le numéro de son régiment était 132 (1+3+2=6).

Le corps du soldat inconnu a été enterré sous l’ Arc de Triomphe, le 11 novembre 1920.

http://www.ac-nancy-metz.fr/ia55/verporf/soldatinconnu.htm

The Unknown Warrior

At the west end of the Nave is the grave of the Unknown Warrior. whose body was brought from France to be buried here at Westminster Abbey on 11 November 1920. The grave, which contains soi1 from France, is covered by a slab of black Belgian marble from a quarry near Namur. On it is the following inscription, composed by Herbert Ryle, Dean of Westminster:

BENEATH THIS STONE RESTS THE BODY
OF A BRITISH WARRIOR
UNKNOWN BY NAME OR RANK
BROUGHT FROM FRANCE TO LIE AMONG
THE MOST ILLUSTRIOUS OF THE LAND
AND BURIED HERE ON ARMISTICE DAY
11 NOV: 1920, IN THE PRESENCE OF
HIS MAJESTY KING GEORGE V
HIS MINISTERS OF STATE
THE CHIEFS OF HIS FORCES
AND A VAST CONCOURSE OF THE NATION
THUS ARE COMMEMORATED THE MANY
MULTITUDES WHO DURING THE GREAT
WAR OF 1914-1918 GAVE THE MOST THAT
MAN CAN GIVE LIFE ITSELF
FOR GOD
FOR KING AND COUNTRY
FOR LOVED ONES HOME AND EMPIRE
FOR THE SACRED CAUSE OF JUSTICE AND
THE FREEDOM OF THE WORLD
THEY BURIED HIM AMONG THE KINGS BECAUSE HE
HAD DONE GOOD TOWARD GOD AND TOWARD
HIS HOUSE

http://www.westminster-abbey.org/tour/unknown_warrior_at_westminster_a.htm


Les monuments aux morts

Bien avant 1918, est né partout en France chez les civils le désir de se souvenir des soldats morts pour la Patrie. Après la distribution de diplômes d’honneur aux familles, la rédaction de livres d’or, s’est imposée l’idée de l’édification de monuments, seule expression digne de commémorer les morts.

Dans chaque commune de France, y compris dans celles d’Outre-Mer ainsi que dans les anciennes colonies devenues indépendantes, il y a de telles constructions.

A la suite des guerres de la deuxième moitié du XIXème siècle, on a construit pour la première fois en France quelques-uns de ces édifices.

Mais c’est après la Grande Guerre que tous les belligérants, vainqueurs et vaincus, érigent des monuments à leurs disparus. La France, en élevant un monument par commune, vient largement en tête. A ces constructions importantes, il ne faut pas oublier d’ajouter les simples plaques nominatives qui ornent les bâtiments officiels, religieux, publics et privés.

La construction de ces monuments est un enjeu important : ces oeuvres présentent un double témoignage sur le déroulement de la guerre et la mentalité des survivants. Aussi, a-t’on tenté de réglementer les projets d’érection, de contrôler la valeur esthétique et la conformité idéologique de l’édifice.

Si certains de ces monuments ont été achetés sur catalogue – avec possibilité de combiner plusieurs moulages – de véritables œuvres ont aussi été commandées aux meilleurs sculpteurs de l’époque tels Maillol ou Bourdelle.

L’édification de ces monuments débute rapidement et se concentre entre 1920 et 1924 essentiellement. Ces lieux vont être immédiatement voués aux morts de la guerre.

Les premières cérémonies sont organisées par les anciens combattants et animées par une vraie ferveur populaire. C’est d’ailleurs sous la pression de leurs associations que la loi du 24 octobre 1922 fait du 11 novembre une fête nationale.

Dans les années d’après guerre, ces célébrations ne sont d’ailleurs pas des manifestations militaires  » ni prise d’armes, ni revue, ni défilé de troupes.

C’est la fête de la paix que nous célébrons. Ce n’est pas la fête de la guerre  » dit le Journal des Mutilés le 14 octobre 1922. Ni officielles, ni militaires, ces cérémonies sont des manifestations funéraires.

La France choisit un soldat d’identité inconnue qui symbolisera le sacrifice de tous les hommes morts pour la Patrie.

Le 11 novembre 1920, les restes d’un soldat français, tué à Verdun, sont transportés solennellement sous l’Arc de Triomphe à Paris après une cérémonie au Panthéon où Alexandre Millerand, Président de la République, prononce un discours, entouré des trois maréchaux Joffre, Foch et Pétain.

Le même jour, le  » guerrier inconnu  » anglais est inhumé dans l’abbaye de Westminster. La Belgique, les États-Unis, l’Italie feront de même.

http://www.abcial.fr/guerre14/tour41/pages/chapitre6/vi-2.html


James Bond né le 11 novembre 1920

Thanks to James Bond: the authorized biography of 007,

John Pearson, New York: William Morrow & Company, 1973

Born:    11 November 1920 Wattenscheid (near Essen) Ruhr Valley, Germany (but no German ancestry)

Father:  Andrew Bond 1932: Glencoe, Argyll, Scotland 6 North View, Wimbledon, England

Bond Family Highland Scots; 3 Bonds, all brothers, slaughtered in Glencoe in massacre Background: of 1692; by 19th Century: a missionary, several distinguished doctors, and an advocate; Great-grandfather James Bond won a V.C. with Highland Infantry against Russians before Sebastopol

http://www.magicdragon.com/SherlockHolmes/resumes/Bond.html


Sans oublier mon papa

Naissance de Armand BACQUER  11 novembre 1920                  n° 134

Registres des actes de naissance de la ville de Glomel, Côtes du Nord

Le onze novembre mil neuf cent vingt, à dix heures, est né à Kerstol Armand Guillaume François Marie du sexe masculin de Jean Marie Bacquer, vingt six ans, cultivateur décoré de la croix de guerre et de Marie Françoise Eugénie Le Gouar, son épouse, vingt quatre ans ménagère, domiciliés à Glomel, lieu dit Kerstol.

Dressé par nous le douze novembre mil neuf cent vingt, à seize heures trente sur présentation de l’enfant et déclaration faite par le père sus nommé.

En présence de Yves Denis, cinquante deux ans, clerc de notaire et de Jean Marie Denis, quarante trois ans, commerçant, tous deux domiciliés à Glomel qui, lecture faite, ont signé avec le déclarant et Nous, Alphonse Cazin d’Honincthun, maire de Glomel.

Le déclarant                           Les témoins

Signatures :                                        Bacquer                                  YDenis, Denis

L’officier d’Etat Civil

                                                           Alphonse d’Honincthun

Mentions marginales :

Marié à Glomel le vingt six juin mil neuf quarante trois avec Jeanne Marie Bourdonnay.

Le vingt six juin mil neuf quarante trois. Le Maire L’adjoint délégué.


et  voici l’histoire histoire extraordinaire de mon papa qui aurait eu 97 ans aujourd’hui !

Armand BACQUER, mon père


 

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Guerre 39-45

Tous conflits, le monument virtuel de Maisons-Alfort (94)

L’ensemble de ces relevés ont été initiés par les adhérents du CGMA.

Merci aux bénévoles de MémorialGenWeb

Sans eux, rien n’aurait été réalisés.

Monument aux Morts [relevé n° 5680] Photo
Église Plaques Commémoratives 1914-1918 de l’église Saint-Remi [relevé n° 10468] Photo
Église Plaques Commémoratives 1939-1945 de l’église Saint-Remi [relevé n° 10469] Photo
Plaque, stèle ou monument régimentaire Plaque commémorative Indochine [relevé n° 137643] Photo
Plaque, stèle ou monument régimentaire Stèle commémorative 3e Régiment d’Artillerie Coloniale [relevé n° 137602] Photo
Plaque, stèle ou monument régimentaire Stèle commémorative à la mémoire des 541 Officiers, Sous-officiers, Gendarmes auxiliaires et Harkis de la Gendarmerie Nationale [relevé n° 137605] Photo
Plaque, stèle ou monument régimentaire Stèle commémorative Place d’armes du fort de Charenton [relevé n° 137603] Photo
Plaque, stèle ou monument régimentaire Stèle commémorativeà la mémoire des militaires de la Garde et de la Gendarmerie Nationale [relevé n° 137604] Photo
Plaque ou stèle sans noms Plaque commémorative (1) rue du Maréchal Maunoury [relevé n° 137062] Photo
Plaque ou stèle sans noms Stèle dans le cimetière de Maisons-Alfort [relevé n° 136740] Photo
Résistance Plaque commémorative André Maurice Dupont et André Albert Faucher [relevé n° 72395] Photo
Résistance Stèle commémorative carrefour de la résistance [relevé n° 137010] Photo
Déportation Plaque commémorative école Parmentier [relevé n° 50069] Photo
Déportation Plaque commémorative école primaire Condorcet [relevé n° 39978] Photo
Déportation Plaque commémorative école Raspail [relevé n° 60573] Photo
Monument commémoratif sans noms Monument commémoratif 1870-1871 – Siège de Paris [relevé n° 135641] Photo
Plaque Commémorative Plaque à la gloire du Bataillon d’Alfort – Dans le parc de l’École Vétérinaire d’Alfort (94) – [relevé n° 66913] Photo
Plaque Commémorative Plaque commémorative 1939-1945 de l’artificier François [relevé n° 70352] Photo
Plaque Commémorative Plaque commémorative du Fort de Charenton [relevé n° 72437] Photo
Tableau Commémoratif Tableau commémoratif fort de Charenton [relevé n° 72521] Photo
Stèle Commémorative 40 Déportés Maisonnais – sources diverses MdH (Mémoire des Hommes) et MGW (MemorialGenWeb) et archives communales [relevé n° 72336] Photo
Stèle Commémorative Stèle Commémorative Cimetière communal [relevé n° 10446] Photo
Plaque, stèle ou monument d'entreprise, d'administration, d'association Ecole Vétérinaire – Plaque des vétérinaires morts aux combats de 1914-1918 [relevé n° 60525] Photo
Plaque, stèle ou monument d'entreprise, d'administration, d'association Plaque commémorative 1939-1945 SNCF [relevé n° 45932] Photo
Plaque, stèle ou monument d'entreprise, d'administration, d'association Société Bio-Springer de Maisons-Alfort [relevé n° 72335] Photo
Livre d'Or du ministère des pensions Livre d’Or du ministère des pensions [relevé n° 60527]
Livre 15 Fusillés Maisonnais – sources diverses MdH (Mémoire des Hommes) et MGW (MemorialGenWeb) et archives communales [relevé n° 72334]
Livre Archives communales [relevé n° 10447]
Livre Livre 200 ans d’École Vétérinaire 1765-1967 [relevé n° 70398]
Livre Livre d’Or 1914-1916 [relevé n° 10448]
Livre Livre d’or, listes, archives, état-civil [relevé n° 72433]
Livre Registres Communaux 1870-1871 [relevé n° 10449]
Livre Signalés comme résistants dans MDH, Transcritions de décès,autres [relevé n° 67484]
Livre Victimes du premier V2 tombé à Maisons-Alfort le 08/09/1944 [relevé n° 72149]
Carré de corps restitués Carré de corps restitués 1914-1918 [relevé n° 10470] Photo
Carré de corps restitués Carré de corps restitués 1939-1945 et conflits postérieurs [relevé n° 10433] Photo

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 14-18, Guerre 39-45, Histoire, Histoire locale, Maisons-Alfort

Le déporté le Maisonnais Docteur Mass : 10/11/1907 – 15/11/1943

Passeport pour DRANCY

Cliquer pour accéder au site

 

Fiche MGW Déporté : MASS Zacharie

Information :
Né le 10/11/1907 à Odessa (Russie)
Convoi du : 31/07/1943
Au départ de : Drancy (93)
A destination de : Auschwitz (Pologne)
Date du décès : 15/11/1943
Lieu du décès : Auschwitz (Pologne)
Source : J.O.R.F. n° 009 du 11/01/1995 p 524
Référence n° : D-47483

*

né le 10/11/1907 à Odessa Russie — Diplômé de la faculté de médecine de Paris , Médecin à Maisons-Alfort (94) — Interné à Drancy le 16/10/1941 — Déporté depuis Drancy le 31/07/1943 vers Auschwitz — Fils d’Abraham et d’Anastasia née FLEISCHER , marié avec Elisabeth née TCHERNIAKOFF — décédé le 15/11/1943 à Auschwitz 9109—Allemagne Déportation Mention MPLF D—47483 J.O.R.F. n° 009 du 11/01/1995 p 524 Grade Unité Matricule Zacharie Mass vient en France pour effectuer ses études de médecine et s’installe à Maisons-Alfort — Marié, il a une petite fille, Gabrielle née en 1934 — Dès 1940, il organise un réseau de courrier clandestin avec la zone libre. Il est arrêté par la Gestapo en 1941, et interné au camp de Drancy. En 1941 il est dénoncé et arrêté le 16 octobre. Il entre à Drancy le 21 octobre 1941. Durant plus de vingt et un mois, il soigne ses compagnons d’infortune. Il est déporté le 31 juillet 1943 pour Auschwitz par le convoi 58 —

Une voie honore sa mémoire à Maisons-Alfort : Quai du Docteur MASS


quelques compléments

Zacharie Mass – Fondation pour la Mémoire de la Shoah

Quatre-vingts lettres écrites à son épouse par le Dr Mass, interné au camp de transit de Drancy du 16 octobre 1941 au 31 juillet 1943, nous font entrer dans …
3 juin 2012 – Gabrielle Mass a retrouvé récemment les lettres qu’a envoyées son père, Zacharie Mass à sa mère, alors qu’il était interné au camp de Drancy.
Cet ouvrage présente le témoignage exceptionnel de Zacharie Mass interné au … Ces 80 lettres, pour la plupart clandestines, ont été adressées par le docteur …

Né en 1907 à Odessa – aujourd’hui en Ukraine -, Zacharie Mass et sa famille émigrent en Roumanie dans les années 1920. En 1931, muni de son passeport …


 

Poster un commentaire

Classé dans Déportation, Guerre 39-45, Maisons-Alfort

ALFORTVILLE – Enfants juifs déportés en 1942

Sur la stèle située dans le square des droits de l’enfant au 30 rue Véron (Alfortville)

De 1942 à 1944, 11 400 enfants de France ont été raflés, emprisonnés, déportés, dans des camps de concentration nazis et exterminés.

Seulement parce qu’ils étaient juifs.

15 d’entre eux étaient alfortvillais, ils font partie de notre histoire. Alors, n’oublions, ne les oublions pas.

BERCOVICI Lili 10 ans, convoi le 28-09-1942 Alfortville

BERCOVICI Morel 4 ans, convoi le 28-09-1942 Alfortville

BERCOVICI Fernand 8 ans, convoi le 28-09-1942 Alfortville

BERCOVICI Henriette 9 ans, convoi le 28-09-1942 Alfortville

BERCOVICI Jean 15 ans, convoi le 28-09-1942 Alfortville

BERCOVICI Joseph 12 ans, convoi le 28-09-1942 Alfortville

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 39-45, Val de Marne

« Un village français » un épisode en avant première

Cliquer


La série à succès de France 3 s’achève avec cette septième saison, toujours marquée par un magnifique travail de ses acteurs. En exclusivité sur Télérama.fr, regardez le premier des six nouveaux épisodes, avant sa diffusion jeudi 16 novembre.

Continuer à vivre avec ses souvenirs, ses secrets, ses remords. Après le déchaînement de violence de la Libération, les habitants de Villeneuve s’efforcent de reprendre le cours de leur existence. Alors qu’il brigue la mairie, Raymond affronte la colère des ouvriers de sa scierie. La menace d’une grève comme les pénuries ravivent les rancœurs et les antagonismes. Frappé d’indignité ­nationale, Daniel Larcher voit Hortense sombrer dans la folie…


 

Poster un commentaire

Classé dans A voir, Guerre 39-45, Histoire

La défense Passive (Gilles PRIMOULT)

primoult-defense-passive

Cliquez pour lire l’article complet

Les progrès de l’aviation depuis la fin de la Grande Guerre amènent les autorités à penser que les bombardements aériens, en cas de futur conflit, ne seront pas localisés sur la ligne du front. Le rayon d’action des aéronefs est pratiquement illimité. Aucune population n’est à l’abri.

La loi du 9 avril 1935 organise la Défense Passive.

Ses buts : la sauvegarde et la protection de la population civile contre les attaques aériennes.

Ses moyens : sous l’autorité du préfet les municipalités sont chargées de préparer et de réaliser la protection de leurs populations; le Ministère de l’Intérieur coordonne les différents ministères impliqués.

Ses personnels : agents et ouvriers des services publics non soumis aux obligations militaires; volontaires des deux sexes; requis civils non mobilisables; hommes de la deuxième réserve non rappelés à l’activité.

A Paris, la Défense Passive dépend du Préfet de Police.

Veiller à ce que les lumières soient occultées, faire descendre la population dans les abris en cas d’alerte, initier les gens à l’emploi du masque à gaz, prêter la main aux pompiers et aux secouristes … voilà les tâches du chef d’îlot de la Défense passive pendant l’occupation.

Lire l’article sur http://liberation-de-paris.gilles-primout.fr/les-equipiers-de-la-defense-passive

Sur le monument de la Défense Passive, au cimetière du Montparnasse, on peut relever 64 noms pour l’année 1944.

On peut identifier, parmi eux, ces victimes des combats de l’insurrection :

Quelques policiers cités

Croquette Arthur : agent de liaison, adjudant des FFI tué le 23 août sur le Pont de Charenton

Faucher André : 20 ans, chauffeur du 14ème secteur fusillé le 22 août Gare de l’Est, inhumé à Maisons-Alfort

*

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 39-45

MGW WW2 : Plaque Musée de la Préfecture de Police

plaque-de-la-prefecture-de-police

Cliquer

Voici un lien qui vous permettra peut-être de retrouver les fiches incomplètes

Maitron

 

 

1 commentaire

Classé dans A lire, Guerre 39-45, Memorial GenWeb

FINKELSTEIN Maurice, la double peine.

finkelstein-maurice

A la mémoire de Maurice FINKELSTEIN

Gueule cassée

Mutilé de la guerre 14-18 à 100%

Mort pour la France en septembre 1943

au camp d’Auschwitz

Cette plaque est située au 32, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny à Saint-Maurice en Val-de-Marne (94)

Fiche déporté de MGW
FINKELSTEIN Maurice dit Moïse  
Né le 01/09/1882 à Bucarest (Roumanie)
Convoi du : 02/09/1943
Au départ de : Drancy (93)
A destination de : Auschwitz (Pologne)
Date du décès : 07/09/1943
Lieu du décès : Auschwitz (Pologne)
Source : J.O.R.F. n° 090 du 17/04/2009 page 6654
 Référence n° : D-41735

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 14-18, Guerre 39-45

Arthur CROQUETTE fusillé le 23 août 1944 à Charenton-le-Pont

croquette-arthur

CROQUETTE Arthur Romain Élie

Adjudant – Résistance  F.F.I.
+ 23/08/1944 Charenton-le-Pont 94

Autres informations militaires : Légion d’Honneur – Agent de liaison de la Défense Passive –

Décorations
Légion d'Honneur
Naissance
Date : 16/03/1893
Département : 59 – Nord
Commune : Bailleul
Situation familiale : Fils de Georges Élie et de BAILLEUL Julienne Hélène, marié avec FLEURY Renée Valentine Marie le 01/03/1924 à Charenton-le-Pont (94)
Décès : 23/08/1944  (51 ans)
Département : 94 – Val-de-Marne
Commune : Charenton-le-Pont
Lieu, complément : Devant le pont de Charenton
Genre de mort : Tué à l’ennemi
Mention Mort pour la France : Oui, cote AC 21 P 110609

Domicilié à Charenton-le-Pont 94 – Pas de fiche SdG

Figure sur le Maitron

http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article176957, notice CROQUETTE Arthur, Romain, Élie par Daniel Grason, version mise en ligne le 24 novembre 2015, dernière modification le 1er novembre 2016.

Né le 16 mars 1893 à Bailleul (Nord), tué le 23 août 1944 devant le pont de Charenton-le-Pont (Seine, Val-de-Marne) ; membre de la Défense passive ; adjudant F.F.I.

La notice complète comporte 1824 signes dont voici quelques lignes

« Son nom figure sur le Monument aux morts de sa commune natale, ainsi que sur liste commémorative en mairie de Charenton-le-Pont aux côtés des morts des guerres de 1914-1918 et 1939-1945. Près du lieu où il trouva la mort, une plaque : « Ici est tombé le 23 août 1944 Arthur Croquette dans la lutte pour la Libération de Paris ». Le conseil municipal de la ville donna son nom à une rue de la ville.
Le ministère des Anciens combattants et Victimes de guerre lui attribua le 14 septembre 1945 la mention « Mort pour la France », il fut décoré de la Légion d’Honneur à titre posthume, homologué FFI. Son nom figure sur le monument de la Défense passive au cimetière du Montparnasse à Paris (XIVe arr.), ainsi que sur la liste des policiers morts pour la Libération de Paris au Musée de la police au 4 rue de la Montagne Sainte-Geneviève à Paris (Ve arr.). »

Lire également l’article de Gilles PRIMOULT

http://liberation-de-paris.gilles-primout.fr/les-equipiers-de-la-defense-passive

 

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 39-45

28 octobre 1941 Roger François est fusillé à Suresnes

1941 – Roger FRANÇOIS

Le Maisonnais Roger Eugène Pierre François fut fusillé en 1942, une rue porte son nom.

De 1935 à 1941 la gérance des Bains douches  3, place Delalain est assurée par Roger François.

Le 28 octobre 1941 Roger François est fusillé à Suresnes par les Allemands

Motif : Propos tenus contre l’occupant et détention d’armes.

Le 19 novembre 1944 le nom de Roger François est donné à l’ancienne rue de Bretagne.

L’acte de décès de Roger François est disponible à l’état civil de la ville de Suresnes

Une rue de Maisons-Alfort honore son nom.

Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

 

Fusillés du Mont-Valérien

Fusillés du Mont-Valérien - ©

Base de données des 1009 victimes dont les noms sont inscrits sur le monument commémoratif édifié au Mont-Valérien à Suresnes (92)

La base de données recense les 1009 victimes dont les noms sont inscrits sur le monument commémoratif édifié au Mont-Valérien à Suresnes (Hauts-de-Seine).

Retrouver Roger François  sur la Base des fusillés du Mont-Valérien

  • 2 fusillés dont le dernier domicile était Maisons-Alfort.FRANÇOIS Roger Eugène Pierre

    RODIER Basile Adrien

  • 1 Fusillé né à Maisonns-Alfort
  • CAUCHY Roland Ferdinand

*

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 39-45, Histoire locale

Article du jour (359) : Archives de Ravenbrück en ligne

Cliquer


Les archives de Ravensbrück sont maintenant disponibles en ligne grâce au lancement du site « Witnessing genocide ».

Ravensbrück, situé au nord de Berlin, était un camp de concentration destiné principalement aux femmes et aux enfants. Entre 1939 et 1945, 130 000 prisonnières y seront détenues et on estime que seules 15 000 à 30 000 d’entre elles étaient encore vivantes à la fin de la guerre.

Lancement du site « Witnessing genocide »

Le site « Witnessing genocide » est édité par la bibliothèque universitaire de Lund (Suède). Ce site, disponible en Suédois et en Anglais, présente des

  • témoignages,
  • photographies,
  • lettres dont certaines comportent des messages secrets,
  • listes de travail,
  • listes de transports,
  • peintures,
  • dessins,
  • de nombreux autres documents.

Ce site est totalement gratuit.


Tous les Articles du jour


Complément

Mémorial GenWeb Base des déportés 1939-1945

Auschwitz

Cette base de données regroupe 91009 personnes mortes en déportation, et qui ont été déportées à partir de la France.
Elle comprend les personnes déportées du fait de leur appartenance ethnique, religieuse ou politique, celles déportées pour faits de résistance.
Les sources utilisées pour la construction de cette base de données sont diverses; la principale source étant toutefois les listes publiées au Journal Officiel

Cliquer

Poster un commentaire

Classé dans Déportation, Guerre 39-45, Histoire

22 octobre 1941 – Guy MÔQUET. « Ma petite maman chérie, … »

1941 – Lettre de Guy Môquet

Dirigeant de la Jeunesse Communiste. Fusillé à dix-sept ans à Châteaubriant le 22 octobre 1941. Dans sa dernière lettre il écrit

“Vous tous qui restez, soyez dignes de nous, les vingt-sept qui allons mourir”.

Lettre de Guy à sa famille – 22 octobre 1941

« Ma petite maman chérie,

mon tout petit frère adoré

mon petit papa aimé »

« Je vais mourir ! Ce que je vous demande, toi, en particulier ma petite maman, c’est d’être courageuse. Je le suis et je veux l’être autant que ceux qui sont passés avant moi. Certes, j’aurais voulu vivre. Mais ce que je souhaite de tout mon cœur, c’est que ma mort serve à quelque chose. Je n’ai pas eu le temps d’embrasser Jean. J’ai embrassé mes deux frères Roger et Rino. Quant au véritable je ne peux le faire hélas ! J’espère que toutes mes affaires te seront renvoyées elles pourront servir à Serge, qui je l’escompte sera fier de les porter un jour. A toi petit papa, si je t’ai fait ainsi qu’à ma petite maman, bien des peines, je te salue une dernière fois. Sache que j’ai fait de mon mieux pour suivre la voie que tu m’as tracée.

Un dernier adieu à tous mes amis, à mon frère que j’aime beaucoup. Qu’il étudie bien pour être plus tard un homme.

17 ans 1/2, ma vie a été courte, je n’ai aucun regret, si ce n’est de vous quitter tous. Je vais mourir avec Tintin, Michel. Maman, ce que je te demande, ce que je veux que tu me promettes, c’est d’être courageuse et de surmonter ta peine.

Je ne peux en mettre davantage. Je vous quitte tous, toutes, toi maman, Serge, papa, en vous embrassant de tout mon cœur d’enfant. Courage !

Votre Guy qui vous aime

Guy

Dernières pensées : « Vous tous qui restez, soyez dignes de nous, les 27 qui allons mourir !

Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 39-45, Histoire

Mémorial GenWeb : Base des déportés (258 en Val-de-Marne)

Base des déportés VDM

Cliquer

*

Nés à Maisons-Alfort

BERNARD Marguerite Marie épouse VERRIER  

BERNHARD Alphonse  

GARNIER Hélène née DREYFUS  

GERTLER Gisèle

NAUDOT Bernard Lucien  

QUEYROUX Alfred René « Marcel »

 

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 39-45, Histoire, Val de Marne

19 octobre 1944 – Square de l’Artificier FRANÇOIS

Square de l’Artificier FRANÇOIS

Henri-Marcel FRANÇOIS – Artificier (Square).

19 Octobre 1944  – Mort pour la France à 38 ans.

4 octobre 1949 – Le square du moulin Rieffel devient le square de l’artificier François le 04-10-1949.

27 août 1950 –  Le square de l’artificier François inauguré le 27-08-1950.

Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

Lire également 25 août 1944 – Artificier François

*

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 39-45, Histoire locale

15 octobre 1945 – Pierre LAVAL

1945 – Pierre LAVAL

LAVAL Pierre, († Fresnes, 1945). Homme politique.
o 28 juin 1883, Châteldon. (Puy-de-Dôme)
x  Eugénie, Marie, Marguerite C.
15 octobre 1945, Fresnes.  [†] Montparnasse

Né à Châteldon (Puy-de-Dôme) le 28 juin 1883, il est fils d’aubergiste. Avocat au barreau de Paris il réussit bien et se constitue clientèle et patrimoine. Député SFIO en 1914, maire d’Aubervilliers en 1923, il est député (socialiste-indépendant) de 1924 à 1927, et ministre du Cartel de gauche. Rompant avec la gauche, il est sénateur en 1927, puis président du Conseil (1930-1932). Ministre des Affaires étrangères de 1934 à 1936, il favorise le rapprochement avec l’Italie, et signe le pacte franco-soviétique en 1935. Vice-président du Conseil, il organise le vote des pleins pouvoirs à Pétain le 10 juillet 1940, prépare la politique de collaboration et l’entrevue de Montoire. Écarté le 13 décembre 1940, Pétain est contraint de le rappeler en avril 1942. Après l’occupation de la zone sud il se soumet de plus en plus à Hitler (STO, présence des chefs de la Milice au gouvernement en 1944). Assigné à résidence à Sigmaringen (août 1944) il se réfugie en Espagne en avril 1945. Livré aux Français, il est condamné à mort après un procès hâtif, et exécuté le 15 octobre 1945.

Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 39-45, Val de Marne

Le futur musée de la Résistance (Champigny 94)

Cliquer


Un avant-goût du futur musée ! Grâce aux portes ouvertes organisées

samedi 14 et dimanche 15 octobre

à l’espace Aimé Césaire de Champigny, les curieux pourront se faire une idée de ce que sera le futur musée de la Résistance nationale. D’ici 2019, toutes les collections auront quitté la vieille bâtisse actuelle qui abrite le musée pour ce site moderne et plus grand. Des visites guidées du futur site sont organisées et de premières expositions, par exemple sur l’histoire de la Résistance dans l’ancien département de la Seine, seront visibles gratuitement.


 

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 39-45, Val de Marne

Coat-Mallouen et les maquisards

Cliquer


Après le débarquement à l’été 44, la forêt de Coat-Mallouen héberge 300 maquisards. Moyenne d’âge 22 ans. Le bois est leur planque. Le camp de base idéal pour mener des embuscades contre l’occupant. Ils vont s’en faire déloger le 27 juillet par des unités allemandes. Les combats font 13 morts parmi les résistants.

Après s’être repliés, les maquisards rejoignent bientôt Guingamp et libèrent la Ville aux côtés des américains. Aujourd’hui, au bord de l’Étang de St Connan, un musée raconte cette histoire restée trop longtemps méconnue.


 

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 39-45, Histoire