Archives de Catégorie: A visiter

Article du jour (286) : Onze trésors oubliés de Paris

Cliquer

1 – Les boîtes à sable

Il est assez rare de rencontrer dans la capitale ces curieux coffrets métalliques, de taille plutôt imposante, qui portent le blason de la Ville. Pas étonnant puisqu’on aurait recensé seulement trois vestiges de ce qui servit au siècle dernier de réservoirs à sable, bien utiles en cas de verglas ou de neige pour dégager la chaussée. Bah quoi ?! Il fallait bien un système D à l’époque avant que nos amis les déblayeurs et leurs super camions ne débarquent pour désencombrer Paris !

 

1 commentaire

Classé dans A visiter, Article du jour

Maison Doisneau – Le studio Liévin

Cliquer

Gina Lollobrigida et Sam Lévin pendant une séance de prise de vue, sans date
© Ministère de la Culture – Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / Sam Lévin

 

Lorsque Sam Lévin ouvre son salon de portraits à Paris au début des années 1930, il est très vite rejoint par Lucienne Chevert. Les deux photographes se distinguent bientôt par leur savoir-faire et le grand appartement transformé en studio de prise de vues  voit très vite défiler les stars du cinéma et les vedettes de la chanson : Jean Marais, Yves Montand, Michèle Morgan, Gina Lollobrigida, Ava Gardner puis Brigitte Bardot, Johnny Halliday ou encore Claude François passent devant leur objectif pour assurer leur promotion ou consacrer leur célébrité. L’esthétique des portraits issus du studio Lévin traduit une complicité peu commune entre ces deux photographes de talents et leurs modèles.
L’atelier connaît plusieurs métamorphoses au point de devenir une vaste entreprise et traverse les époques en épousant les codes de ce milieu du XXe siècle : l’esthétique noir et blanc de l’après-guerre laisse place à la couleur et aux mises en scène fantasques et parfois kitsch des années 1960 et 1970. L’histoire du studio Lévin, c’est aussi une histoire des modes et du goût à travers la représentation de la figure humaine.

Commissaires : Michaël Houlette, Matthieu Rivallin
Exposition coproduite avec la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris

 

Poster un commentaire

Classé dans A visiter

22 mars 2017 – Le printemps du Maitron

Cliquer

 

Le site maitron-en-ligne reprend, parfois dans une version enrichie et avec de l’iconographie, la totalité des 170 069 notices publiées dans l’ensemble du Maitron, y compris les volumes spécialisés et les cédéroms édités par les Éditions de l’Atelier.

A l’affiche

Poster un commentaire

Classé dans A utiliser, A visiter

Mais qui était vraiment Camille CLAUDEL ?

Cliquer

Musée Camille Claudel

Nogent-sur-Seine se situe dans le département de l’Aube en Champagne. L’entrée du musée Camille Claudel est située à l’angle des rues Gustave Flaubert et Saint-Epoing à Nogent-sur-Seine.

Venir en train

Gare SNCF de Nogent-sur-Seine à 1 heure de Paris, Gare de l’Est.

Le musée Camille Claudel se situe à 5 minutes à pied de la gare ferroviaire.

Venir en voiture

Situé à 1h20 de Paris, le musée Camille Claudel bénéficie de grands axes routiers rejoignant la capitale par l’A5 – sortie n°18, Troyes par la D619 (1h), Reims par la D951 (1h45), Sens par la D939 (45 min), ou Provins par la D619 (20 min).

Des places de stationnement gratuit se trouvent sur le parking Fournier au 1, rue Paul Fournier ou sur le parking de l’église en centre-ville.

1 commentaire

Classé dans A visiter

Article du jour (280) : Le Père Lachaise

Cliquer

Véritable musée en plein air au cœur de la capitale, le cimetière du Père Lachaise compte plus de 70 000 concessions réparties dans un labyrinthe de 44 hectares. Difficile, donc, de se faire une idée de tous les trésors qui se cachent au fil de ses allées…

Certaines personnes prennent à cœur de faire de leur dernière demeure, une œuvre d’art à la hauteur de leur vie. Et ce ne sont pas toujours des célébrités… Nombre d’anonymes ont également de magnifiques sépultures. On a arpenté les 44 hectares et les centaines d’allées du Père Lachaise pour vous faire découvrir quelques unes des plus belles et plus atypiques tombes de ce cimetière mythique du XXe arrondissement.

Poster un commentaire

Classé dans A visiter, Article du jour

Article du jour (278) : Le Prat Thérèse, Un seul visage en ses métamorphoses, 1964

[LA DÉCOUVERTE DU MOIS]

Médiathèque de l’architecture et du patrimoine

Le Prat Thérèse, Un seul visage en ses métamorphoses, 1964

À partir de 1945, la photographe Thérèse Le Prat se tourne vers le portrait commençant d’abord par réaliser des portraits d’enfants, puis des portraits de personnalités des mondes littéraire, artistique et scientifique. Par la suite, dans ses deux publications Masques et Destins en 1955 et Le Masque et l’humain en 1959, le portrait se concentre essentiellement sur les mains et le visage. Le thème du masque devient également très important, s’inspirant notamment de l’Extrême-Orient, de l’Afrique, des traditions théâtrales japonaises, du théâtre juif et du théâtre allemand. Après trois ans de travail avec le mime Wolfram Mehring et la maquilleuse Grillon, Un seul visage en ses métamorphoses parait en 1964. À travers 42 clichés du même acteur, Thérèse Le Prat se concentre sur les multiples possibilités d’expression d’un même visage que lui offre le maquillage.

Photographies:
Le Prat Thérèse, Wofram Mehring, 1961
Le Prat Thérèse, Wofram Mehring, vers 1961
Le Prat Thérèse, Wofram Mehring, 1961.0

map-3-photos

La Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (MAP) gère les archives des Monuments historiques et le patrimoine photographique de l’État.

Highlights info row image
01 40 15 76 59

1 commentaire

Classé dans A visiter, A voir, Article du jour

Bientôt, le château de Versailles en 3D

Cliquer

 

Poster un commentaire

Classé dans A visiter, Patrimoine