Archives quotidiennes : 21 mars 2016

21 mars 1927 – Joseph JOUGLA

1927 – Joseph JOUGLA

JOUGLA Joseph, († Joinville, 1927). Industriel
o 25 avril 1847, Eycheil (Ariège).
x Marie Joséphine Schmit
x Hélène Marthe Jalbert
21 mars 1927, Joinville (Val-de-Marne)
[†] Joinville

En 1901, Joseph et Zacharie Jougla implantent à Joinville une usine pour la fabrication industrielle de quarante mille plaques photographiques par jour. Avec l’aide du neveu de Ducos du Hauron, l’inventeur de la photographie en couleurs, l’usine Jougla sort, en 1907, les premières plaques couleurs du monde, les Omnicolor, avant les autochromes des frères Lumière.
Le 2 avril 1911, c’est la fusion Lumière-Jougla et le lancement des appareils photos de marque Lumière. L’usine Lumière-Jougla disparut en 1966.

Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

C’est en 1882 que fut fondée par Joseph Jougla, alors âgé de 35 ans, la Société Anonyme des Plaques, Pellicules et Papiers photographiques. Installée à Nogent puis au Perreux, elle se fixe définitivement à Joinville, au 15 avenue de l’Horloge en 1901. “Avec les plaques Jougla, j’opère à toute heure”, telle était la publicité pour l’appareil “SINNOX”que fabriquait Jougla à Polangis, d’après le brevet d’invention de Raymond de Bercegol, qui habitait au 17 ave­nue Pauline. 40 000 plaques par jour sortaient également de cette usine. Occupant jusqu’à 600 ouvriers, la société est établie sur un immense terrain de 20 000 m2, dont 4 000 sont couverts.

Histoire de Polangis

Publicité

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Val de Marne

Article du jour (223) : Presse ancienne du Languedoc

Presse ancienne du Languedoc

Cliquer pour lire tout l’article

 

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Article du jour

Nés un 21 mars à Maisons-Alfort de 1792 à 1901

Nés un à MACliquer

Consulter aussi le site du CGMA http://td-nmd-cgma.monsite-orange.fr/index.html

Relevés dans les Registres d’état civil de naissance

Date                                Nom    Prénoms

1799.03.21 BADIER Claude François
1871.03.21 BAIN Adélaïde Victorine
1884.03.21 BASTIDE Paul
1885.03.21 BAUDOUIN Joseph Marius Frédéric
1872.03.21 BERNARD Adélaïde Berthe
1879.03.21 BERTHELIN Marguerite Rosine
1856.03.21 BONOT Justine Victorine
1845.03.21 BORY Jacques
1884.03.21 BOURDON Angèle Louise
1891.03.21 BOYER Louis Ernest (reconnaissance)
1880.03.21 CADOT Georgette Héloïse
1856.03.21 CHUFFART Henri Jean Maximilien
1818.03.21 DABRIGEON Charles Benoit
1811.03.21 DABRIGEON Napoléon Joachim Victor
1892.03.21 DAUER Joséphine
1882.03.21 DELAITRE Julia
1883.03.21 DESMARAIS Pulchérie
1877.03.21 DUCLUT Marie Alphonse
1884.03.21 DUMONT Jean Onézime
1881.03.21 FARDERER Marie Joséphine Marguerite
1863.03.21 FILLEUL Emile Eugène
1881.03.21 GAUTHRA Marguerite Eugénie
1884.03.21 GENTILHOMME Rose Léa
1894.03.21 GRAS Marie
1885.03.21 JAMOT Alice
1892.03.21 JOURDE Honoré Ferdinand
1860.03.21 LUCAND Joséphine (jugement conc. acte 30 de 1857)
1899.03.21 MAURICE Gabrielle Alphonsine
1893.03.21 MOTTIER Marie Jeanne
1882.03.21 PERREAU Alexandrine Marie (reconnaissance)
1882.03.21 PERREAU Louise (reconnaissance)
1885.03.21 PERREVE Berthe
1883.03.21 PROFFIT Marie Joséphine Félicie
1892.03.21 PUTOIS Fernand Albert (reconnaissance)
1860.03.21 ROGIER Auguste Louis
1879.03.21 ROY François Louis
1899.03.21 VALTER Roger Charles Georges
1824.03.21 VARIN Françoise Victoire

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Histoire locale, Maisons-Alfort

Maisons en 1901

1901 -  Plan-Maisons

Poster un commentaire

par | 21 mars 2016 · 3:00

21 mars 1804 – Duc d’ENGHIEN, décès sans trace dans l’état civil

1804 – Duc d’Enghien

ENGHIEN duc d’, († Vincennes 1804). Héritier des Condés

Louis, Antoine, Henri de Bourbon, duc d’Enghien

o 2 août 1772, Chantilly.
21 mars 1804, Vincennes

Un homme est fusillé à l’aube au pied du château de Vincennes après un simulacre de procès. Son crime : être né « Bourbon ». Napoléon (dans son testament) : « J’ai fait arrêter et juger le duc d’Enghien parce que cela était nécessaire à la sûreté, à l’intérêt et à l’honneur du peuple français, lorsque le comte d’Artois entretenait, de son aveu, soixante assassins à Paris. Dans une semblable circonstance, j’agirais encore de même ».
Les circonstances même de son exécution, qui eut lieu dans le plus grand secret, ont été telles qu’aucune mention n’a été porté dans les registres d’état civil locaux.

Cette exécution est attestée par une dépêche du commandant du château, Harel, au chef de la sûreté Real, document conservé aux CARAN (archives Nationales) sous la côte F7 6417.

 Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

 

Poster un commentaire

Classé dans Célébrités du Val-de-Marne, Ephéméride

Portrait de René VAUDREUIL

VAUDREUIL René

Cliquer

Lorsque la guerre éclate, le 3 août 1914, il habite à Maisons-Alfort, au 7 rue de Créteil (actuellement avenue du Général Leclerc)

Poster un commentaire

Classé dans Centenaire MA, Guerre 14-18, Maisons-Alfort