Archives de Tag: Retrouver vos ancêtres

La recherche d’ancêtres à l’étranger

Suite  à la parution dans la collection autrement du livre de Myriam Provence « rechercher ses ancêtres étrangers »  et parce que certains adhérents ont des ancêtres qui ont vécu ou qui sont nés à l’étranger, nous avons évoqué les sources traitant des étrangers dans les archives publiques françaises, afin  de préparer, puis de mener les recherches à l’étranger en fonction du pays concerné.

LES FRANÇAIS RESIDANT OU S’INSTALLANT A L’ETRANGER

Les passeports

En France sous le règne de Louis XIV, le roi et son administration sollicitaient pour les français se rendant à l’étranger, la protection des autorités des autres nations. Il leur signait des documents appelés passe port, la plupart des voyages s’effectuant par mer.
Au cours du siècle suivant les autres pays d’Europe adoptèrent le même système.
En plus des passeports émis par le pays d’origine, apparut la demande de visa pour entrer dans le pays de destination.
A partir de 1724, les vagabonds furent tenus d’avoir un passeport spécial.
Jusqu’en 1792, tout Français qui se déplaçait  en France devait produire son extrait baptistaire.
S’il sortait du pays il devait obtenir un permis d’une autorité pour aller et revenir d’un endroit à un autre: le sauf conduit. Le laissez-passer permettait de pénétrer et de circuler dans un périmètre déterminé.
La législation pour les passeports pour les Français a été mise en place par la loi du 1er février 1792.
Toute la population ne fut pas contrainte d’en posséder un. Certaines grandes villes en distribuèrent systématiquement.
Toute personne qui voulait quitter les limites de son canton devait demander auprès de la mairie, pour la province, auprès du Préfet de police pour Paris un « passeport à l’intérieur ».
Un passeport par déplacement valable pour un seul voyage
Pour quitter le pays, il fallait demander auprès de la préfecture qui prenait avis auprès du Maire pour la création d’un « passeport  à l’étranger ».
De 1815 à 1870 c’est le décret du 10 vendémiaire an IV (2/10/1804 ) qui oblige les gens à avoir un « passeport à l’intérieur » (2fr) pour quitter les limites du canton et un « passeport à l’étranger » (10fr)  délivré par la préfecture pour voyager hors des frontières.
Cet usage a été peu à peu abandonné à partir de 1860 avec l’arrivée du chemin de fer.
Jusqu’en 1914 une simple déclaration d’entrée ou de résidence dans un pays suffisait.
Enregistrement sur document adjoint à un coupon souche.

Pour vos recherches:
Souches en série M des AD;
Demandes de passeports sous série F7 des archives nationales: un index des noms de personnes ayant effectué des demandes de passeports 1793-1818 (F7 3564 -3580)

LES FRANCAIS VIVANT EN FRANCE

La carte de sureté pour les parisiens:
Du 19 septembre 1792 au début 1795, une carte de sureté a été créée pour les Parisiens de sexe masculin de plus de 15ans, en général blanche, mais rouge pour les suspects.
Chaque citoyen devait se présenter accompagné de deux témoins à son Comité de surveillance (ou d’arrondissement après 1794). Celui-ci, après enquête, établissait le document en y mentionnant l’âge, la profession, l’adresse et le lieu dont est originaire le citoyen.
C’est cette collection de près de 180.000 « Cartes de Sûreté » qui est conservée et informatisée par la Bibliothèque Généalogique de France qui est accessible avec une Carte de Lecteur donnant droit à des points Geneabank.
Aux archives nationales enregistrement de leur délivrance série F7 (F7.4785-4824)

La carte d’identité
Historique
Dispositions actuelles
Carte nationale d’identité et vivre à l’étranger

Le livret d’ouvrier
A partir du 12 avril 1803 fut institué le livret ouvrier, les ouvriers se déplaçant sans livret étaient considérés comme vagabonds jugés et condamnés. Cette mesure, plusieurs fois rapportée, ne fut définitivement abolie qu’en 1890. Les livrets ouvriers, quand ils ont été conservés, sont à chercher en série O & M (sous-série travail). Extrait de l’arrêté du 9 frimaire an XII.  (un exemple)

Les gens du voyages: le carnet de circulation et le carnet anthropométrique
L’instauration d’un carnet de circulation en 1810 oblige les nomades à signaler aux autorités tous leurs déplacements. Des circulaires ministérielles réglementent entre 1854 et 1863 la circulation des non sédentaires et impose l’usage d’un « carnet spécial de saltimbanque ».
Sont concernés les gens du voyage et tous les artistes ambulants et autres itinérants. La loi du 8 août 1893 créé des registres d’immatriculation tenus par les maires pour ces populations qui doivent se faire inscrire lors de chaque séjour dans une localité. (parfois tous les jours).
En mars 1895, on procède au recensement des nomades.
Le carnet anthropométrique, testé en 1907 sur un groupe de nomades de Charente, est généralisée par la loi du 16 juillet 1912. (AD série M à partir de 1940 série W)
Le carnet anthropométrique est supprimé par la loi du 03.01.1969 mise en vigueur le 01.01.1971. Cette dernière concerne une population élargie à toute personne sans domicile fixe. Chaque personne doit avoir un document de circulation spécifique selon son statut qui doit être visé chaque mois par les autorités En 1985 cela passera à 3 mois puis à 6 mois en 1991.

ACTES ETAT CIVIL DES FRANÇAIS A L’ETRANGER
Le français résidant à l’étranger peut se faire enregistrer soit après de l’ambassade ou de son consulat.

Trois sites distincts pour les consulter :
->A Paris
Accueil du ministère des Affaires étrangères (en face de l’aérogare Air France)
1 rue Robert Esnault Pelterie
75007 Paris tél. : 01 43 17 42 42 (salle de lecture)
En raison de la préparation du déménagement des archives diplomatiques à La Courneuve, la salle de lecture est fermée depuis le 1er juillet 2008. Afin de faciliter les recherches en cours, 3500 microfilms du ministère des Affaires étrangères et européennes sont, depuis le 6 octobre, mis à la disposition du public au Centre d’Accueil et de Recherche des Archives Nationales (CARAN), 11 rue des Quatre-Fils, 75003 Paris.
Ces microfilms comprennent notamment :
-les registres d’état civil tenus par les consulats français à l’étranger du début du XIXe siècle à 1907 pour les plus récents ;
-l’ensemble des manuscrits conservés dans la collection des Mémoires et documents (France) où sont notamment réunies les correspondances du cardinal de Richelieu, du cardinal Mazarin, certains papiers du duc de Saint-Simon, de Mirabeau, des Bourbons en exil, les instructions de Napoléon à ses ministres des Relations extérieures, les correspondances des secrétaires d’Etat d’Ancien régime concernant l’administration des provinces du royaume et les papiers de nombreuses autres personnalités ayant marqué la politique étrangère de la France ;
-la correspondance quasi quotidienne échangée entre le ministère et ses envoyés en Allemagne et en Espagne du début du XVIIe siècle jusqu’à la deuxième moitié du XIXe siècle.
-les annuaires du ministère des Affaires étrangères de 1858 à 1989, qui permettent de reconstituer l’évolution du ministère et la carrière de ses agents.

->A Nantes
Centre des Archives diplomatiques de Nantes
17, rue de Casterneau
44000 Nantes
Tél. : (33) 2 51 77 24 59
Mail : archives.cadn@diplomatie.gouv.fr
Archives des rapatriés des services des ambassades, des consulats, des instituts, des centres culturelles, des représentations et des commissions, ainsi que les archives des protectorats du Maroc et de Tunisie, et du mandat de Syrie Liban

->A Colmar
Bureau des Archives de l’Occupation française en Allemagne et en Autriche
Cité administrative – Bâtiment J
3, rue Fleischhauer
68026 Colmar cedex Tél. : (33) 3 89 21 75 75
Télécopie : (33) 3 89 21 75 76
Email : archives.colmar@ diplomatie.gouv.fr
Fonds qui rassemblent les dossiers des services de l’occupation française civile en Allemagne et en Autriche entre 1945 et 1955 ainsi que les archives de la haute commission alliée.

DES SITES POUR VOUS AIDER DANS VOS RECHERCHES

Le site d’Eric FERRA nous donne des indications intéressantes sur les démarches à suivre pour obtenir un dossier naturalisation

Le site du CARAN :
Dans ses conseils pour la recherche nous informe sur les fonds disponibles

Le site du Ministère des affaires étrangères nous guide également :
Etat civil des Français nés, mariés ou décédés à l’étranger
Etat civil des personnes nées, mariées ou décédées dans un pays anciennement sous souveraineté française
Etat civil des personnes nées dans les DOM-TOM
Etat civil des personnes ayant acquis la nationalité française

Les modalités du départ et comment obtenir l’autorisation d’émigrer :

Sur GENEAWIKI
Ces pages vous proposent différents guides pour vous aider à effectuer vos recherches dans telle ou telle région du globe.

Pour les naturalisations postérieures à 1900
Le C.D des naturalisations entre 1900 et 1950, vous y trouverez Les personnes ayant acquis ou perdu la nationalité française par décret entre 1900 et 1950. Ce cd-rom contient les naturalisations, les réintégrations et les admissions. Il contient aussi la liste des enfants mineurs mentionnés  dans les actes dont leurs parents ont bénéficié.

N’oubliez pas le Gildas Bernard qui répondra à toutes vos interrogations ;

Pour vos recherches en Allemagne, Espagne n’hésitez pas à contacter Hélène, et pour l’Italie Christiane, deux adhérentes qui progressent dans leurs recherches à l’étranger.

Rédigé par Michèle

5 Commentaires

Classé dans Archives, Histoire, infos, Textes proposés par les adhérents

Retrouvez un ancêtre missionnaire en Asie

Lu sur la newsletter de genealogie.com n°306 du 3 octobre 2008

Genealogie.com Magazine [newsletter@genealogie.com]

La Liste des Missionnaires Persécutés en Asie au XIXe siècle

Bien que se rendant très utiles en matière d’éducation, les missionnaires partis en Asie au XIXe siècle ont rencontré quelques problèmes d’adaptation. Malgré leurs efforts la politique coloniale de la France a provoqué la plus grande hostilité du peuple asiatique, tant à l’égard des missionnaires que des représentants de la République.
La liste de ces missionnaires persécutés, en Indochine pour la plupart, est maintenant consultable sur notre site. Peut-être y retrouverez-vous l’un de vos ancêtres.

Chacune des 600 fiches de ce répertoire comprend :
Un nom
Un prénom
Un texte biographique

Retrouvez votre Ancêtre dans ces Archives Uniques !
Cliquez ici pour Faire une Recherche Générale

Poster un commentaire

Classé dans infos