Archives de Tag: Questions

Comment retrouver un lieu et une date de décès ?

Comment retrouver un lieu et une date de décès ? Voilà le thème  que nous avons abordé à la réunion du 20 janvier 2009. Nos ancêtres ne sont pas toujours  décédés dans leur commune de naissance ou de mariage.  Les circonstances  de la vie (travail, veuvage, remariage etc….) les ont conduits à se déplacer. Je vais essayer dans ce compte rendu de récapituler toutes les pistes citées pendant la permanence. ÉTAT CIVIL LES TABLES ANNUELLES ET DÉCENNALES Elles nous permettent rapidement de retrouver un décès ignoré. LES  MENTIONS MARGINALES  ET TRANSCRIPTION DU DÉCÈS En marge des actes de l’état civil, naissances, mariages, et décès elles nous permettent de suivre l’individu au cours de sa vie. La mention du décès est portée sur l’acte de naissance depuis le 29 mars 1945. Il est à noter que malgré l’obligation, certaines mentions marginales n’ont pas été portées en marge des actes d’état civil. La Mention « Mort pour la France» a été créée par la loi du 2 juillet 1915, modifiée par celle du 28 février 1992. Elle est attribuée aux combattants tués par l’ennemi. Depuis 1945, la référence de la décision administrative constatant que le défunt est « mort pour la France » doit être portée en marge de son acte de décès. La transcription des décès hors domicile sur les registres de la commune  du dernier domicile. Une liste de toutes les mentions figure sur le site : http://fr.geneawiki.com/index.php/Mentions_marginales Pour les dates d’application se reporter  au site de http://gperilhous.free.fr/MGenealogie/Cours/Annexes/Mentions.html LES CIMETIÈRES Certains cimetières (la plupart des cimetières parisiens et ceux des villes importantes) détiennent des fiches nominatives et des registres indiquant le propriétaire de la concession et la composition  des différentes inhumations  successives dans le  caveau. Etendre également les recherches aux cimetières environnants. IMPORTANCE DU LIEU DE VIE DE LA FAMILLE L’ensemble des participants a souligné l’importance de situer le lieu où la famille a vécu et d’explorer les registres des communes, hôpitaux et hospices alentours. Luciane, évoque son grand oncle venu d’Algérie, s’installer à Lyon à la fin de sa vie. Pas de trace de son décès dans les registres. Une employée de mairie lui a conseillé de tenter de poursuivre sa recherche dans une commune avoisinante. La piste était bonne. MARIAGES DES ENFANTS Nous pouvons suivre le parcours des parents à travers les mariages des enfants souvent nombreux. Ceux-ci  indiquent parfois la date et le lieu de décès des parents. Si cela n’est pas le cas leur lieu de résidence est parfois stipulé. DECES D’UN DES EPOUX En règle générale, en cas de décès de son époux, la mère allait vivre chez son fils aîné. Si l’épouse décédait en premier c’est au domicile de sa fille aînée que le père s’installait. Sauf bien sûr en cas de remariage. CONSEILS DE JEAN LOUIS BEAUCARNOT Joël nous recommande de relire les conseils de Jean Louis BEAUCARNOT dans « comment résoudre les blocages de généalogie ». On les retrouve également sur son site : http://www.beaucarnot-genealogie.com/contenu/1-assistance-genealogique/1-7-comment-resoudre-certains-blocages/ – Attention aux lieux et familles homonymes. – Aux changements de noms et aux fusions de communes, aux hameaux alternatifs. Certains hameaux, dits « alternatifs », dépendaient alternativement, une année sur deux, de deux (voire parfois de trois) paroisses voisines – Effectuer des recherches à partir du nom de famille AUTRES REGISTRES Les recensements de population, militaires  et les listes électorales peuvent nous permettre de localiser nos ancêtres et nous confirmer qu’ils étaient vivants à une date déterminée. Nous pouvons également les retrouver dans les registres de délibérés des conseils municipaux LES BOTTINS ET LES ANNUAIRES Autre moyen d’évaluer un décès : – les annuaires A la bibliothèque Historique des Postes et des Télécommunications : 51, rue Maurice Gunsbourg 94200 IVRY-SUR-SEINE Tél: 01 45 15 07 51 Site internet: http://www.bhpt.org – les Bottins aux AD LES MÉTIERS ET CORPORATIONS Le métier et la corporation de la personne décédée sont également essentiels. Il est important de consulter les archives professionnelles. ANCÊTRES MORTS EN MER En cas de décès survenu en mer  sur un bateau, l’acte inscrit sur le rôle de l’équipage est remis au retour au port d’attache du navire ensuite transmis dans les registres de la commune du dernier domicile connu. Si l’on ignore le lieu de transcription d’un acte d’état civil dressé au cours d’un voyage maritime, des renseignements peuvent être demandés : – Au Service de l’État Civil de la Marine Marchande, 3 place Fontenoy – 75007 Paris. – A l’État Civil de la Mairie du 1er arrondissement de Paris – 75042 Paris Cedex 01 – Au Service Central de l’État Civil – 44491 Nantes Cedex Un article concernant les marins a été publié sur genéawiki. http://wiki.geneanet.org/index.php/Marins Au cours de cette réunion,  nous n’avons  que cherché des pistes  pour résoudre nos blocages, chacun se sera aperçu  lors  de ses recherches que selon les lieux, la date et le rédacteur de l’acte,  on peut lire des informations différentes. Rédigé par Michèle

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans infos

Avez-vous la réponse ? (19)

Quel édifice de Maisons-Alfort est lié à la liste suivante ?

 

BRILLAUD DE LAUJARDIERE Marc (architecte)

PUTHOMME Raymond (architecte)

CHANTIERS DU CARDINAL (maître d’ouvrage)

MOUREAUX Fernand (mécène)

RISPAL Gabriel (sculpteur)

DESVALLIERES Richard-Georges (ferronnier)

MAX-INGRAND Paule (peintre)

MAX-INGRAND Maurice (maître verrier)

 

La réponse est sur :

Base du Ministère de la culture : Mérimée

Poster un commentaire

Classé dans Questions / Réponses

Avez-vous la réponse ? (18)

Que représente cette carte postale ?

Que représente cette carte postale ?

Poster un commentaire

Classé dans Questions / Réponses

Avez-vous la réponse ? (17)

Où a poussé cet arbre maisonnais ?

Où a poussé cet arbre maisonnais ?

3 Commentaires

Classé dans Questions / Réponses

Avez-vous la réponse ? (16)

« … Au bout du pont de Charenton, je tourne. Je penche sur le côté comme je faisais naguère sur mon vélo, et je vous réussis un virage bien sec qui me lance sur le quai d’Alfort… »

De quel ouvrage est extrait cette phrase qui nous mène à Maisons-Alfort ?

Quel est le nom actuel du quai d’Alfort ?

3 Commentaires

Classé dans Questions / Réponses

Avez-vous la réponse ? (15)

Retrouvez la phrase effacée.

Retrouvez la phrase effacée.

2 Commentaires

Classé dans Questions / Réponses

Avez-vous la réponse ? (14)

Où se situe ce bandeau sculpté ?

Où se situe ce bandeau sculpté ?

3 Commentaires

Classé dans Questions / Réponses

Avez-vous la réponse ? (13)

Où se situe cette plaque commémorative ?

Où se situe cette plaque commémorative ?

7 Commentaires

Classé dans Questions / Réponses

Avez-vous la réponse ? (12)

Où se situe cette oeuvre ?

Où se situe cette oeuvre ?

5 Commentaires

Classé dans Questions / Réponses

Avez-vous la réponse ? (11)

Où se situe cette tête ?

Où se situe ce mascaron ?

6 Commentaires

Classé dans Questions / Réponses

Le gallinoculteur d’Alfort

Réponse à Avez-vous la réponse ? (9)

Emile de la Bédollière écrivait dans son ouvrage
« Histoire des environs du nouveau Paris. (Paris 1861)  »

« Le propriétaire, gallinoculteur maintes fois médaillé… »

Ce mystérieux gallinoculteur se nommait : Ildefonse ROUSSET
Journaliste, Fondateur du National, photographe et propriétaire à Alfort.

———————————————————————————————————————-

Amédée Chenal cite Ildefonse Rousset à trois reprises dans son ouvrage
« Histoire de Maisons-Alfort  et d’Alfortville
Depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours. (1898) »

1886 :
A la suite d’un rapport très documenté présenté par M. Barrier, la construction du groupe scolaire d’Alfort fut décidée, sur le terrain où il existe, et qui avait fait partie d’un jardin où M. Ildefonse Rousset, fondateur du National, avait installé autrefois une sorte de ménagerie et de jardin botanique.
Le projet choisi par le conseil était dressé par MM. Chausson et Cardot, architectes ; les devis, qui avaient été arrêtés à 126 297 francs furent largement dépassés, et la dépense définitive atteignit 221 125 francs.
Pour l’acquisition du terrain, il fallut avoir recours à l’expropriation, le prix en fut fixé par le jury à 13 fr. 16 le mètre.
La rue Paul-Bert fut percée, pour faciliter l’accès à la nouvelle école. C’est à ce moment que le terrain de la rue du Pont-d’Ivry devenu sans emploi, fut revendu.
Les procès-verbaux des séances, à cette époque, se ressentent d’un antagonisme entre Maisons et Alfort, qui remplaça celui existant auparavant avec Alfortville. Ils sont remplis de longs rapports, parmi lesquels il en est un de M. Barrier, montrant dans l’avenir le morcellement de Charentonneau, aujourd’hui en cours, venant modifier l’équilibre des forces électorales. M. Saguet, le leader du camp adverse, y répondit par un autre non moins éloquent.

Le cimetière :
Au fond, en face d’une avenue, on trouve le monument Dodun, sur la même ligne, à droite, celui des soldats français, à gauche, la sépulture d’Ildefonse Rousset, remarquable par son buste en marbre, hommage de ses collaborateurs du National, et, plus loin, celle des soldats allemands


Les transformations topographiques :

Nous avons déjà cité, à l’occasion d’un procès, la pelouse devant le moulin, où se tenait la fête d’Alfort ; le restaurant de l’île et le pont y donnant accès ; à droite, à la même hauteur, on voyait la propriété de M. Ildefonse Rousset, aménagée en jardin d’acclimatation.
L’habitation a eu depuis, des fortunes bien diverses ; après avoir été occupée par des restaurateurs, elle est louée actuellement à des œuvres religieuses ; et l’ancienne serre, dans laquelle furent donnés des bals et des concerts, sert de chapelle aux paroissiens d’Alfort.

———————————————————————————————————————-

« Le Tour de Marne »
En 1865, Emile de la Bédollière, journaliste et écrivain, avec son ami Ildefonse Rousset, journaliste et photographe maisonnais publient un  reportage dans un ouvrage remarquable « Le Tour de Marne ».
L’un est l’auteur, l’autre l’illustrateur.

Autre reportage :
Le Bois de Vincennes, décrit et photographié par Émile de La Bédollière et  Ildefonse-François-Louis Rousset (1865)
———————————————————————————————————————-

Dans la base Mérimée du Ministère de la culture
Mérimée IA00070844 (Inventaire 1997)
il est noté
Monument sépulcral d’ Ildefonse Rousset réalisé par le sculpteur J. Guerlain en 1879 avec une structure de naos à 6 colonnes abritant le buste du défunt
Matériaux
Gros œuvre : Granite Marbre
Structure
Dimensions (en cm) :  H = 300    LA  =114    PR = 200
Décor
Technique : Sculpture
Représentation : Ornement architectural, buste, croix, palme
Vous trouverez les photographies du monument et du buste d’Ildefonse Rousset sur :
http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR11/IA00070844/index.htm

1 commentaire

Classé dans Anecdotes, Histoire locale, Maisons-Alfort

Avez-vous la réponse ? (10)

Où se trouve cette tête à Maisons-Alfort ?

Où se trouve cette tête à Maisons-Alfort ?

3 Commentaires

Classé dans Questions / Réponses

Avez-vous la réponse ? (9)

Emile de la Bédollière. Histoire des environs du nouveau Paris. (Paris 1861)
Illustration de Gustave Doré.

Emile de la Bédollière écrit dans son ouvrage :
« Le propriétaire, gallinoculteur maintes fois médaillé… »

Qui est ce mystérieux gallinoculteur ?

1 commentaire

Classé dans Questions / Réponses

Avez-vous la réponse ? (8)

J’ai trouvé sur “Gallica” un almanach-bottin du commerce de 1842 et entre autres curiosités, j’ai vu qu’il existait comme profession des : coupeurs de poils…
Avez-vous une idée de ce dont il s’agit ?

Question de Sylvie

1 commentaire

Classé dans Questions / Réponses

Avez-vous la réponse ? (7)

Comment rechercher un acte de décès à Paris dont la date est connue mais sans connaissance de l’arrondissement  Année 1930?

Réponse de Christine :

Il vous suffit de faire une demande sur le site de la ville de Paris, faire une demande d’acte de décès et lorsque l’on vous demande l’arrondissement , aller tout en bas du menu déroulant et mettre  « ne sait pas », puis vous renseignez tous les autres champs.

La réponse sera juste un peu plus lente…

Christine-103

1 commentaire

Classé dans Questions / Réponses

Avez-vous la réponse ? (6)

Qu’est ce qu’un marchand de merlette ?

Il s’agitd’un marchand de faux titres de noblesse. A l’origine, les personnes ayant participé aux Croisades avaient le droit de faire figurer cet oiseau (une merlette, la femelle du merle) sur le blason de la famille.

Les marchands de merlette existent toujours, il y en a sur Internet. En tapant simplement « marchands de merlette » sur Internet, un site en indique trois, dont le suivant.

Si vous voulez devenir Baron, Lord, Count ou Earl, visitez ce site et préparez les sous : Elite Titles (faux titres de noblesse anglaise)

Definition héraldique :
merlette : meuble de l’écu, représentant un oiseau sans bec ni pattes, toujours de profil.

Poster un commentaire

Classé dans Questions / Réponses

Avez-vous la réponse ? (4)

Quelle est la signification de l’impéritie ?

Réponse par Pierre: Larousse dit :
Inhabilité, défaut d’expérience.

Réponse par Maurice dans le Littré:

1 commentaire

Classé dans Questions / Réponses, Vocabulaire

Avez-vous une réponse ? (3)

Jean Jacques nous signale avoir trouvé dans un acte dans le Pas de Calais après la révolution un « valet de chaîne » ?

Sauriez vous lui répondre?

3 Commentaires

Classé dans Métiers, Questions / Réponses

Avez-vous la réponse ? (2)

Qu’est ce qu’un chassemainie?

Le chassemainie (Chassemanée dans certaines régions) : Il s’agit, suivant les régions, soit d’un valet du meunier, soit d’un courtier en grains.

Chasse-maisnié (ancien français)
courtier en grains, de chassemanderie
autorisation donnée à un meunier de prendre le grain et livrer la farine à domicile.Garçon meunier (aller chercher, mener la farine), domestique ou valet de meunier qui va chez les particuliers recueillir les manées pour les porter au moulin et en rapporter la farine. Ils parcouraient jadis les villages à cheval ou à baudet. Ils voyagèrent plus tard avec une voiture spéciale
la charrette à manée.

( trouvé sur un site internet)

Poster un commentaire

Classé dans Métiers, Questions / Réponses

Avez-vous la réponse ? (1)

Qu’est-ce qu’un « sautier en justice » (acte trouvé en Suisse) ?

Réponse trouvée par Hélène:

J’ai trouvé  une signification de  « sautier de justice » uniquement en Suisse, notamment dans le Valais
Le  SAUTIER est un fonctionnaire chargé de l’administration et de la Basse Justice. Sous l’ancien Régime le Grand Sautier exerçait des fonctions variées parfois Dirigeant au service de l’administration et des tribunaux de la commune; on le distinguait du Petit Sautier dont les tâches étaient subalternes.
Le Grand Sautier encaissait les amendes infligées par le Tribunal du Conseil. Il présidait le Tribunal civil de 1ère instance, questionnait les prisonniers, les surveillait, les nourrissait; il avait l’obligation de dénoncer et poursuivre les délinquants.
Dans les procès , il faisait règner l’ordre pendant les débats, officiait en temps qu’accusateur public, annonçait la sentence aux condamnés à mort .

Voici celle de Jacques
Le sautier serait suivant les régions toujours, soit un clerc d’huissier, soit un greffier  (Vieille encyclopédie Ed. Quillet) mais, rien sur le sautier en justice.

Il nous conseille le « Dictionnaire des métiers oubliés de la ville et de la campagne » d’Albine Novarino  Editeur Omnibus.

Poster un commentaire

Classé dans Métiers, Questions / Réponses