Archives de Tag: Citations

Mercredi 13 avril 2016 – 14h30-15h30 Archives départementales (Créteil)

Résistance en BD

Cliquer

La Résistance à travers la bande dessinée

Archives départementales du Val-de-Marne10 rue des Archives
94 000 Créteil

Transports en commun Métro ligne 8: station Créteil-Préfecture
Bus 117, 181, 281, 308, 317: arrêt Créteil-Préfecture
TVM: arrêt la Haye aux moine

Voiture Parking sur place pour les personnes à mobilité réduite
Parking de la Brèche et de Créteil Soleil à proximité (gratuits 3 heures)
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans A écouter, A visiter, Guerre 39-45, Val de Marne

1er mars 1815 – Napoléon 1er

« L’aigle, avec les couleurs nationales, volera de clocher en clocher, jusqu’aux tours de Notre-Dame. »

Proclamation faite par Napoléon Ier en débarquant au golfe Juan (1er mars 1815), à son retour de l’ile d’Elbe.

1 commentaire

Classé dans Citation

Dictionnaire étymologique de la langue françoise

Quelques définitions d’après le Dictionnaire étymologique de la langue françoise.

Par B. de Roquefort – 1829

BAN(N)AL : qui est destiné au service public, moyennant une redevance que l’on faisoit au seigneur ; qui sert à tout le monde ; trivial ; qui est sujet à la banalité.

CALICE : vase à boire des anciens ; coupe pour la consécration de la messe. Du latin calix, dérivé du grec kulix, verre, tasse, coupe.

CARTULAIRE : chartulaire, recueil de chartres, d’actes et de titres monastiques ? Cartularium.

CENS : redevance, rente foncière dont un héritage est chargé envers le seigneur du fief d’où il dépend ; liste des citoyens ; déclaration de ses biens devant le magistrat. Du latin census, revenus, dénombrement de personnes et des biens ; fait de censere, enregistrer, faire un dénombrement.

CENSIVE : étendue du fief sur lequel il est dû des cens ; redevance des cens ; héritage tenu à titre de cens.

CHARTE : ou chartre, acte public, titre ancien ; loi constitutionnelle de l’état.

CHASUBLE : robe, surtout, costume d’un prêtre qui officie. Du latin casula.

COLLATION : action de conférer ; droit de conférer un bénéfice ; comparaison d’une copie avec l’original ; repas léger. Collatio.

HOMMAGE : soumission, respect ; devoir de l’homme envers son seigneur. De la basse latin homagium, fait d’homo, pris dans l’acception de serviteur, domestique, et du verbe agere.

LODS ET VENTES : ancien droit seigneurial sur les ventes des héritages dans son fief.

POUILLE : catalogue des bénéfices ecclésiastiques dans un diocèse : chaque église ou abbaye avoit le sien. Du latin polyticum ; en bas latin, politicum.

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Textes découverts par les adhérents

16 novembre 1700 – Louis XIV

« Il n’y a plus de Pyrénées. »

Mot adressé par Louis XIV à son petit-fils le Duc d’Anjou après avoir accepté pour lui la succession de la couronne d’Espagne. – (16 novembre 1700)

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Histoire

8 novembre 1793 – O liberté …

« O liberté ! Que de crimes on commet en ton nom ! »
Parole prononcée par Mme Rolland avant de monter à l’échafaud, le 8 novembre 1793, alors qu’elle passait devant la statue de la liberté.

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride

25 juillet 1593 – Paris vaut bien une messe

« Paris vaut bien une messe. »
Mot attribué à Henri IV avant d’abjurer le protestantisme. – (25 juillet 1593)

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Histoire

21 juillet 1798 – Quarante siècles vous contemplent

« Soldats, songez que du haut de ces pyramides, quarante siècles vous contemplent. »
Déclaration de Bonaparte à l’armée d’Orient avant d’engager la bataille des Pyramides. – (21 juillet 1798)

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride

24 février 1525 – « Tout est perdu fors l’honneur ! »

« Tout est perdu fors l’honneur ! »

Écritpar François Ier à sa mère, Louise de Savoie le soir de la défaite de Pavie, avant d’être emmené en captivité à Madrid – (24 février 1525)

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Ephéméride, Histoire

Quelques définitions datant de 1811

 

 

Extraits du GRAND DICTIONNAIRE François-Italien
par l’Abbé D’Alberti de Villeneuve – Tome premier
M.DCCC.XI   (1811)
Accousiner v.a. v.a. Appeler quelqu’un du nom de cousin
Adopter v.a. v.a. Choisir quelqu’un pour fils, le faire entrer dans tous les droits et dans toutes les obligations d’un véritable fils. Ce qui n’étoit en usage que chez les Romains.
Adultère s.m. s.m. Violement de la foi conjugale. Celui ou celle qui viole la foi conjugale.
adj. Il ne se dit guère qu’en parlant des femmes qui vilent la foi conjugale.
Affinité s.m. s.m. Alliance, degré de proximité que le mariage acquiert à un homme avec les parens de sa femme, et à une femme avec ceux de son mari.
Agnat s.m. s.m. Terme de Droit. On appelle agnats les collatéraux descendans par mâles d’une même souche masculine.
Aïeul s.m. s.m. Grand-père. Aïeul paternel et aïeul maternel. Au pluriel ont dit Aïeuls, quand on veut désigner précisément le grand-père paternel et le maternel. Hors delà on dit Aïeux, pour signifier tous ceux dont on descend. Aïeul n’a point de composé au-delà de ceux de bisaïeul et trisaïeul; et quand on parle de degré qui sont au-dessus, on dit, quatrième Aïeul, cinquième Aïeul, etc.
Aïné s.m. s.m. Le premier né des enfans du même père ou de la même mère. Il se dit d’un second enfant à l’égard d’un troisième et autres.
Aïnesse s.m. s.m. Primogéniture, priorité d’âge entre frères et soeurs Il n’a guère d’usage qu’en cette phrase : Droit d’aïnesse.
Allié s.m. s.m. Celui qui est joint à un autre par affinité; parent.
Bigame adj. adj. Qui est marié à deux personnes en même temps. Ilse dit aussi de ceux qui ont été marié deux fois.
Cognat s.m. s.m. (Le G se prononce durement). Il se dit en général de ceux qui sont unis par des liens de parenté, et quelquefois il signifie singulièrement du côté des femmes.
Cognatique adj. adj. Il se dit d’une succession où les parens collatéraux par les femelles parviennent au défaut des mâles.
Parent, ente n.m et f. n.m et f. Qui est de même famille, de même sang, qui touche de consanguinité à quelqu’un. Etre parent.
Parens se dit de ceux de qui on descend. Quand on dit, nos premiers parens, on entend ordinairement parler d’Adam et Eve. 
Polyandrie s.f. s.f. Plusieurs époux.
Polygame adj. adj. Celui qui est marié à plusieurs femmes, ou celle qui est mariée à plusieurs hommes.
Trigame adj. adj. Qui a été marié trois fois.
Extraits du GRAND DICTIONNAIRE François-Italien
par l’Abbé D’Alberti de Villeneuve – Tome premier
M.DCCC.XI   (1811)
Accousiner v.a. v.a. Appeler quelqu’un du nom de cousin
Adopter v.a. v.a. Choisir quelqu’un pour fils, le faire entrer dans tous les droits et dans toutes les obligations d’un véritable fils. Ce qui n’étoit en usage que chez les Romains.
Adultère s.m. s.m. Violement de la foi conjugale. Celui ou celle qui viole la foi conjugale.
adj. Il ne se dit guère qu’en parlant des femmes qui vilent la foi conjugale.
Affinité s.m. s.m. Alliance, degré de proximité que le mariage acquiert à un homme avec les parens de sa femme, et à une femme avec ceux de son mari.
Agnat s.m. s.m. Terme de Droit. On appelle agnats les collatéraux descendans par mâles d’une même souche masculine.
Aïeul s.m. s.m. Grand-père. Aïeul paternel et aïeul maternel. Au pluriel ont dit Aïeuls, quand on veut désigner précisément le grand-père paternel et le maternel. Hors delà on dit Aïeux, pour signifier tous ceux dont on descend. Aïeul n’a point de composé au-delà de ceux de bisaïeul et trisaïeul; et quand on parle de degré qui sont au-dessus, on dit, quatrième Aïeul, cinquième Aïeul, etc.
Aïné s.m. s.m. Le premier né des enfans du même père ou de la même mère. Il se dit d’un second enfant à l’égard d’un troisième et autres.
Aïnesse s.m. s.m. Primogéniture, priorité d’âge entre frères et soeurs Il n’a guère d’usage qu’en cette phrase : Droit d’aïnesse.
Allié s.m. s.m. Celui qui est joint à un autre par affinité; parent.
Bigame adj. adj. Qui est marié à deux personnes en même temps. Ilse dit aussi de ceux qui ont été marié deux fois.
Cognat s.m. s.m. (Le G se prononce durement). Il se dit en général de ceux qui sont unis par des liens de parenté, et quelquefois il signifie singulièrement du côté des femmes.
Cognatique adj. adj. Il se dit d’une succession où les parens collatéraux par les femelles parviennent au défaut des mâles.
Parent, ente n.m et f. n.m et f. Qui est de même famille, de même sang, qui touche de consanguinité à quelqu’un. Etre parent.
Parens se dit de ceux de qui on descend. Quand on dit, nos premiers parens, on entend ordinairement parler d’Adam et Eve. 
Polyandrie s.f. s.f. Plusieurs époux.
Polygame adj. adj. Celui qui est marié à plusieurs femmes, ou celle qui est mariée à plusieurs hommes.
Trigame adj. adj. Qui a été marié trois fois.

Poster un commentaire

Classé dans A lire

2 septembre 1792 – De l’audace …

2 septembre 1792 – De l’audace …

De l’audace, toujours de l’audace.”
Extrait du discours de Danton à l’assemblée nationale. – (2 septembre 1792).

Poster un commentaire

Classé dans Citation

4 juillet 1917 – LA FAYETTE, nous voici

1917 – LA FAYETTE, nous voici

“La Fayette, nous voici !”
Mot prononcé le 4 juillet 1917 sur la tombe de La Fayette au cimetière de Picpus C. E. Stanton.

Poster un commentaire

Classé dans Citation, Ephéméride

8 décembre 1793 – Mme Du BARRY

« Encore un instant, monsieur le bourreau. »

Parole prononcée par Mme du Barry avant de mourir sur l’échafaud – (8 décembre 1793)

*****

Encore un moment, Monsieur le bourreau, un petit moment. Barry

*

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride

Le mulet se vantant de sa généalogie

Le Mulet d’un prélat se piquait de noblesse,
Et ne parlait incessamment
Que de sa mère la Jument,
Dont il contait mainte prouesse :
Elle avait fait ceci, puis avait été là.
Son fils prétendait pour cela
Qu’on le dût mettre dans l’Histoire.
Il eût cru s’abaisser servant un Médecin.
Etant devenu vieux, on le mit au moulin.
Son père l’âne alors lui revint en mémoire.
Quand le malheur ne serait bon
Qu’à mettre un sot à la raison,
Toujours serait-ce à juste cause
Qu’on le dit bon à quelque chose.

Jean de La Fontaine

Poster un commentaire

Classé dans A lire

Citation (17) – « Quand le bâtiment va tout va »

La citation est de :

Martin Nadaud, né le 17 novembre 1815 dans le hameau de La Martinèche, à Soubrebost (Creuse), et mort le 28 décembre 1898 au même endroit, est un maçon, un franc-maçon et un homme politique français.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Martin_Nadaud

« Vous le savez, à Paris, lorsque le bâtiment va, tout profite de son activité. » (Discours à l’Assemblée nationale le 5 mai 1850), altéré en « Quand le bâtiment va, tout va ».

Poster un commentaire

Classé dans Personnalité

Citation (14) – de Théognis de Mégare

*

« Le mal est facile. Le bien demande beaucoup d’effort. »

 

Théognis de Mégare (vers 540 av. J.-C.) poète de la Grèce antique.

*

Citations de Théognis de Mégare

*

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Citation

Citation (13) – 23 décembre 1598

« Il paraît encore plus grand mort que vivant. »

Parole prononcée par Henri II devant le corps du Duc de Guise qui venait d’être assassiné au château de Blois.. – (23 décembre 1598)

*

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Anecdotes, Citation, Histoire

Mots fléchés et généalogie

*

Les définitions

*

1 Sigle de l’expression Baptèmes-Mariages-Sépultures
2 Gardent les minutes et nous laissent les grosses
3 Mois chaud du calendrier républicain
4 Parfois sous X
5 Fit courir
6 Transmis par le père
7 Dernier acte
    ~~~~~~~~~~~~~
1 Amateur d’arbres
2 Amateur d’écritures anciennes
3 Ont leurs lecteurs
4 Remplissent les inventaires et les répertoires
5 Après la Somme
6 De la même mère

*

La grille

 

*

Réponses l’année prochaine

*

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Maisons-Alfort

Citation (12) – 8 décembre 1793

« Encore un instant, monsieur le bourreau. »

Parole prononcée par Mme du Barry avant de mourir sur l’échafaud – (8 décembre 1793)

Marie Jeanne Bécu, comtesse du Barry
(v. 1743-1793) Maîtresse du roi de France Louis XV, née à Vaucouleurs, fille naturelle d’une couturière et d’un percepteur.

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Citation, Histoire

Citation (11) – 8 novembre 1793

« O liberté ! Que de crimes on commet en ton nom ! »

Parole prononcée par Mme Rolland avant de monter à l’échafaud, le 8 novembre 1793, alors qu’elle passait devant la statue de la liberté.

Procès de Madame Roland – Devant le tribunal révolutionnaire – 18 brumaire an II – 8 novembre 1793 – (document extrait de l’ouvrage de Wallon, « Histoire du tribunal révolutionnaire »).

Lire sur la page :

http://ledroitcriminel.free.fr/le_phenomene_criminel/crimes_et_proces_celebres/mme_roland.htm

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Citation, Histoire

Citation (10)

La moitié d’un ami, c’est la moitié d’un traître.

Victor HUGO

Et dire que j’ai plein d’amis sur FACEBOOK  🙂

Joël

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Citation