Archives de Catégorie: Voies

La création des plaques

Elle est due au lieutenant général de police René Hérault qui, sous le règne de Louis XV, en 1728, fit poser sur les premières et dernières maisons de chaque rue une plaque de métal portant en gros caractères noirs le nom que l’usage avait retenu. Bernard Stéphane précise : « Chaque plaque, en dessous du nom de la rue, portait aussi le numéro du quartier d’où elle dépendait. Parfois, ce numéro était accompagné d’un ou de plusieurs « C », lesquels indiquaient le nombre de carrosses qui pouvaient passer de front dans la rue. » Mais, à Brive, la totalité des inscriptions gravées en creux sur une pierre dure a disparu, parce que l’on a démoli les immeubles d’angle, transformé les façades ou recouvert d’enduit les murs; seule subsiste celle de la rue Toulzac. La désignation des rues par la voie administrative fit disparaître bien des noms étranges; le bizarre cul-de-sac allait néanmoins demeurer quelques décennies, avant de succomber face aux railleries de Voltaire: « J’appelle impasse ce que vous appelez cul-de-sac. Je trouve qu’une rue ne ressemble ni à un cul, ni à un sac. Je vous prie de vous servir du mot impasse qui est noble, sonore, intelligent et nécessaire. » Enfin, le numérotage des maisons ne date que du milieu du XIXe siècle où l’on adopta l’emploi uniforme et exclusif de plaques en porcelaine émaillée à numéros blancs sur un fond bleu.


 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Voies

Paris insolite : les rues originales

Cliquer

 

Poster un commentaire

Classé dans Voies

24 novembre 1929 – Georges CLEMENCEAU

CLEMENCEAU Georges  Homme politique

(Rue Georges Clemenceau à Maisons-Alfort)

o 28 septembre 1841     Mouilleron-en-Pareds – Vendée
24 novembre 1929      Paris XVI (rue Franklin)

Sénateur du Var pendant 18 ans, de 1902 à 1920, Georges Clemenceau a été l’une des grandes figures de la Haute-Assemblée mais également de la IIIème République.
Né le 28 septembre à Mouilleron-en-Pareds, Clemenceau passe son enfance en Vendée. Comme son père, il entreprend des études de médecine, à Nantes d’abord, puis, à partir de 1860, à Paris. Il est externe des hôpitaux en 1861 et 1862, puis interne des hôpitaux de Paris. Il obtient sa thèse de doctorat en 1865. Il exercera comme médecin jusqu’en 1885
Parallèlement à ce parcours médical, Clemenceau voyage, notamment en Amérique. Il s’intéresse aussi à la politique ; en 1863, il est emprisonné 4 mois à la prison de Mazas pour avoir proclamé la République sur la place de la Bastille. Son tempérament fougueux lui fera à nouveau connaître la prison en 1872, lorsqu’il est incarcéré 15 jours à la Conciergerie pour une affaire de duel.
Clemenceau choisit très tôt le journalisme pour exprimer ses idées. Jusqu’à la fin de sa vie, il écrira des articles dans le Temps, la Justice (dont il est fondateur en 1880), l’Aurore, la Dépêche, le Bloc, l’Homme libre (qu’il fonde en 1913 et qui devient au début de la guerre l’Homme enchaîné).

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Voies

Annuaire BIJOU 1979 pour Maisons-Alfort

Information Adresse
7 Parfumerie Peggy. (1)378 07.98. AUGUSTE-SIMON (Rue) 7.
28 Centre Oligodermic, soins, esthétiques. (1)375 24.61. BELFORT (Rue de) 28.
3 K’Gel, produits surgelés. 375 77.53. BERNE (Rue de) 3.
3 Comtra, fermetures. (1)368 35.14. BOULEY (Rue) 3.
6 S.G.S., personnel intérimaire. (1)378 09.51. CAPITAINE-R.-DEPLANQUE (Rue du) 6.
28 Perforation de Tissus, matières plastiques. 399 02.75. CARNOT (Rue) 28.
43 Publimatic, panneaux publicitaires. 378 03.62. CARNOT (Rue) 43.
13 Sté Moderne de Chemisage, conduits de fumée. (1)378 40.45. CHAMPS-CORBELLY (Rue des) 13.
17 bis Fermepose, fermeture de bâtiment. (1)378 07.81. CHAMPS-CORBELLY (Rue des) 17 bis.
(Zône Industrielle des Petites-Haies) CHARLES-MARTIGNY (Rue) (Zône.
12 Profilés AG, profils. 899 98.11. CHARLES-MARTIGNY (Rue) 12.
18 Anvers, industrie machine. 207 17.74. CHARLES-MARTIGNY (Rue) 18.
1 Bâteau-École. 366 73.35. CHATEAU-GAILLARD (Domaine de) 1.
6 Brocanteur. (1)874 22.35. CHEVREUL (Rue) 6.
84 Sté Termatube, électronique. 207 76.35. CHEVREUL (Rue) 84.
28 Conseil Juridique. (1)376 37.51. CONVENTION (Rue de la) 28.
5 C.E.D.E.L.E.C., alarme. 36871.68. DOCTEUR MASS (quai du) 5.
13 SNB, isolation. (1)368 03.55. EDMOND-NOCARD (Rue) 13.
40 ter S.C.R., vieux fers et métaux. 368 33.90 et 13.62. EDMOND-NOCARD (Rue) 40.
24 La Parisienne, laiterie. (1)368 57.97. ERNEST-RENAN (Rue) 24.
21 La Parisienne d’Étanchéité. 368 90.05. ESTIENNE-D’ORVES (Rue d’) 21.
23 P.C.M. Protection chimique des métaux. 366 09.40. ESTIENNE-D’ORVES (Rue d’) 23.
3 Sté Couleurs et Cie, produits d’entretien. 368 09.08. EUGENE-RENAULT (Rue) 3.
6 Sté des Alcools Dénaturés. 368 30.31. EUGENE-RENAULT (Rue) 6.
8 Eveline, chaussures. 368 50.89. EUGENE-RENAULT (Rue) 8.
8 Manpower. intérim. 368 26.35. EUGENE-RENAULT (Rue) 8.
8 Relais de la Cipale, cycles. 893 28.97. EUGENE-RENAULT (Rue) 8.
17 Europe.Servlces, désinfection. 893 20.03. EUGENE-RENAULT (Rue) 17.
14 T.V. Dépannage André. (1)368 09.62. EUGENE-SUE (Rue) 14.
21 Sofresco, repas et traiteur pour collectivités. (1)368 54.42, (1)368 42.76 et (1)368 44.61. EUGENE-SUE (Rue) 21.
41 Same-Tracteurs. 36818.00. GAMBETTA (Avenue) 41.
64 Zoom Photo. (1)378 11.04. GAMBETTA (Avenue) 64.
68 Au Pied Mignon, chaussures. GAMBETTA (Avenue) 68.
88 Pressing « 88 « . (1)378 39.72. GAMBETTA (Avenue) 88.
131 Preciver, verrerie. (1)378 30.27. GAMBETTA (Avenue) 131.
18 Sotram, intérim. 368 18.06. GÉNÉRAL-DE-GAULLE (avenue du) 18.
26 Solcolor, linoléums. 368 49.48. GÉNÉRAL-DE-GAULLE (avenue du) 26.
38 Zoothèque du Point, librairie. (1)368 61.74. GÉNÉRAL-DE-GAULLE (avenue du) 38.
39 Laverie-Pressing St-Georges, laverie. (1)376 99.44. GÉNÉRAL-DE-GAULLE (avenue du) 39.
48 Poitou, jouets. (1)366 52.42. GÉNÉRAL-DE-GAULLE (avenue du) 48.
56 Antar, station-service. GÉNÉRAL-DE-GAULLE (avenue du) 56.
59 Bahamas Jeans. (1)37817.72. GÉNÉRAL-DE-GAULLE (avenue du) 59.
61 Spiral, droguerie. (1)37660.49. GÉNÉRAL-DE-GAULLE (avenue du) 61.
73 Super-Demac, droguerie. (1)376 54.19. GÉNÉRAL-DE-GAULLE (avenue du) 73.
79 Roblot (SA.), pompes funèbres. (1)376 70.35. GÉNÉRAL-DE-GAULLE (avenue du) 79.
6 et 65 Renault, Agence. (1)893 19.17. GÉNÉRAL-LECLERC (Avenue du) 6.
12-14 Useb, machines à écrire et à calculer, 368 36.35 et 60.98. GÉNÉRAL-LECLERC (Avenue du) 41974.
25 Cycles Lejeune, cycles. (1)368 36.10. GÉNÉRAL-LECLERC (Avenue du) 25.
44 Nord Froid, froid industriel et commercial, réfrigérateur. (1)388 57.02. GÉNÉRAL-LECLERC (Avenue du) 44.
45 Plein Ciel, librairie, papeterie. (1)368 16.48. GÉNÉRAL-LECLERC (Avenue du) 45.
50 Presto-Lavix, laverie. (1)893 29.42. GÉNÉRAL-LECLERC (Avenue du) 50.
66 Chaussures Arbel. 368 12.87. GÉNÉRAL-LECLERC (Avenue du) 66.
74 Crédit Lyonnais. (1)207 22.35 ou (1)378 22.35. GÉNÉRAL-LECLERC (Avenue du) 74.
86 A.S.N., diffusion électronique. (1)378 24.03. GÉNÉRAL-LECLERC (Avenue du) 86.
99 Comptoir Électronique du Val de Marne. (1)388 34.88. GÉNÉRAL-LECLERC (Avenue du) 99.
99 Duvagel, surgelés. (1)893 38.81. GÉNÉRAL-LECLERC (Avenue du) 99.
99 OPTIQUE CARNOT 893 39.46. GÉNÉRAL-LECLERC (Avenue du) 99.
99 Pressing de la Résidence, (nettoyage industriel, vente de rideaux). 893 37.02. GÉNÉRAL-LECLERC (Avenue du) 99.
135 Relais du Fort, station-service 368 70.39 GÉNÉRAL-LECLERC (Avenue du) 135.
169 Sport Récréation,sport et camping. 893 24.97. GÉNÉRAL-LECLERC (Avenue du) 169.
177 Brocanteur. 368 13.45. GÉNÉRAL-LECLERC (Avenue du) 177.
207 Station Fenwick, service location. (1)378 09.60. GÉNÉRAL-LECLERC (Avenue du) 207.
243 Atreix, électronique. (1)376 22.37. GÉNÉRAL-LECLERC (Avenue du) 243.
253 Entreprise de Saint-Maurice. (1)376 43.60. GÉNÉRAL-LECLERC (Avenue du) 253.
261 Cours Morin, école privée. (1)378 30.96. GÉNÉRAL-LECLERC (Avenue du) 261.
17 Acam, freins, embrayages, controlographes, tachographes. (1)376 21.48. GEORGES-CLEMENCEAU (Avenue) 17.
39 Frou-Frou, lingerie. (1)378 00.75. GEORGES-CLEMENCEAU (Avenue) 39.
40 Albertella, librairie. (1)378 14.61. GEORGES-CLEMENCEAU (Avenue) 40.
46 Manique, gaines, soutiens-gorge. (1)376 13.72. GEORGES-CLEMENCEAU (Avenue) 46.
47 La Librairie de l’Avenue, librairie – papeterie. (1)376 26.40. GEORGES-CLEMENCEAU (Avenue) 47.
50 Caisse d’Epargne de Paris. (1)378 62.00. GEORGES-CLEMENCEAU (Avenue) 50.
52 Librairie Marie Claude, librairie. (1)207 39.16. GEORGES-CLEMENCEAU (Avenue) 52.
54 Lav-Express, laverie. (1)376 59.12. GEORGES-CLEMENCEAU (Avenue) 54.
45 Mat, équipement antennes professionnelles. (1)378 99.22. GEORGES-MEDERIC (Rue) 45.
MATRA, cherbons, mazout (1)37814.95. GEORGES-MEDERIC (Rue) MATRA,.
35 lsoprotec, isolation thermique. 893 26.13. GUY-MOQUET (Rue) 35.
55 bis Syspro, alarme. (1)368 62.42. HUIT-MAI-1945 (Rue du) 55 bis.
127 Roger, chaussures. 375 06.97. JEAN-JAURES (Rue) 127.
128 France-Elec, radio. (1)376 54.16. JEAN-JAURES (Rue) 128.
129 Mondial Moquette. 375 44.70. JEAN-JAURES (Rue) 129.
131 Nick-Bar. 375 49.94. JEAN-JAURES (Rue) 131.
145 NSTL, vacances pour enfants. (1)375 27.20. JEAN-JAURES (Rue) 145.
26 S.A. des Etablissements Cuiller Père et Fils, travaux publics et particuliers. (1)899 84.47. JEAN-PIERRRE-TIMBAUD (Rue) 26.
22 Librairie des Juilliottes. (1)37622.16. JUILLIOTTES (Cours des) 22.
27 Pressing des Juilliottes. (1)378 20.40. JUILLIOTTES (Cours des) 27.
33 Alpha, intérim. (1)376 72.85. JUILLIOTTES (Cours des) 33.
65 Jackmousse, fourniture de bureaux. 388 47.05 et 207 54.67. LA FONTAINE (Rue) 65.
5 Esso-Service (Paris-Genéve), essence. 899 00.60. LEON-BLUM (Avenue) 5.
23 Airoil Française, brûleur industriel, torche, silencieux. (1)37843.37. LILLE (Rue de) 23.
8 C.R.D.D., entreprise nettoyage. (1)207 34.34. LUNE (Rue de la) 8.
21 R.E.M., machines outils. 207 12.88. LYON (Rue de) 21.
56 E.C.T.B., métreur-vérificateur. (1)376 88.19 et (1)376 92.81. MARC-SANGNIER (Rue) 56.
127 Intergut, abattoir (matériel et installation). (1)207 62.09. MARC-SANGNIER (Rue) 127.
9 La Parfumerie. (1)368 51.25. MARECHAL-JUIN (Rue du) (Ex-rue des Deux-Moulins) 9.
17 Laverie de la Résidence. 368 55.82. MARECHAL-JUIN (Rue du) (Ex-rue des Deux-Moulins) 17.
17 Music Shop. 368 61.80. MARECHAL-JUIN (Rue du) (Ex-rue des Deux-Moulins) 17.
28 Le Moque-Bouteille, aménagements de lotissements. (1)893 22.42. MARECHAL-JUIN (Rue du) (Ex-rue des Deux-Moulins) 28.
28 Lettres des Deux-Moulins, librairie, papeterie, disques, photo, cIné. 388 75.44. MARECHAL-JUIN (Rue du) (Ex-rue des Deux-Moulins) 28.
33 Duplistyle, fournitures de bureau, papeterie. 207 89.51. MARSEILLES (Rue de) 33.
9 Soviloc, matériel de T.P. (1)89816.13. MICHELET (Rue) 9.
43 Gramme (Groupement), papeterie. 893 13.47. NORMANDIE (Rue de) 43.
55 Piscine Municipale Arthur Hevette Maisons-Alfort. (1)37800.84. ONZE-NOVEMBRE-1918 (Rue du) 55.
83 Pressing du Stade. (1)89326.79. ONZE-NOVEMBRE-1918 (Rue du) 83.
86 Au P’tlt Marché, cours des halles. ONZE-NOVEMBRE-1918 (Rue du) 86.
6 Astorg, voyante. (1)376 60.75. PAUL-SAUNIÈRE (Rue) 6.
8 Alfort-lntérim, personnel intérimaire (1)376 75.44 et 95.30. PIERRE-SEMARD (Rue) 8.
15 OMT, machinas à écrire et à calculer. (1)376 75.40. PIERRE-SEMARD (Rue) 15.
Euroduc, cours des halles. 207 56.39. PLANÈTES (Cité des) (Rues Uranus) Euroduc,.
13 Bug Alu Tecnic, profils d’aluminium. (1)378 05.66 et (1)376 59.59. 14-JUILLET (Rue du) 13.
28 SFOMI, moulas métalliques. (1)376 35.44. 14-JUILLET (Rue du) 28.
66 TV Orientation, installations d’antennes T.V., interphone radio 27Mhz, hi-fi. (1)207 52.59. 14-JUILLET (Rue du) 66.
23 Ottonatto, nettoyage. (1)368 97.38. RASPAIL (Rue) 23.
59 Fadimap, matières plastiques. (1)376 82.46. RASPAIL (Rue) 59.
82 Papeterie Altax. (1)378 24.43. RASPAIL (Rue) 82.
8-10-12 Sonovision. REIMS (Rue de) 41190.
49 S.B.F. Luck, flocage, sérigraphie. (1)378 15.70. REIMS (Rue de) 49.
5 Optic Moderne, opticien. (1)376 78.36. RÉPUBLIQUE (Avenue de la) 5.
7 Chelsea, prêt-à-ponter féminin. (1)37839.14. RÉPUBLIQUE (Avenue de la) 7.
8 Gélinie, lingerie. (1)37668.74. RÉPUBLIQUE (Avenue de la) 8.
11 Chaussures Miki. (1)37670.62. RÉPUBLIQUE (Avenue de la) 11.
22 Pompes Funèbres Générales. (1)378 73.84. RÉPUBLIQUE (Avenue de la) 22.
86 Sté Smith-Corona, Marchant, machines électrostatiques. (1)376 49.03. RÉPUBLIQUE (Avenue de la) 86.
94 Conforama, meublas. (1)376 87.37. RÉPUBLIQUE (Avenue de la) 94.
125 Plâtrerie du Val de Marne. (1)375 42.02. RÉPUBLIQUE (Avenue de la) 125.
145 D.A.G., agencement de magasins. (1)378 16.09. RÉPUBLIQUE (Avenue de la) 145.
226 A.N.P.E., agence pour l’Emploi. RÉPUBLIQUE (Avenue de la) 226.
226 Relais des Planètes, station-service. (1)207 77.44. RÉPUBLIQUE (Avenue de la) 226.
229 Marie-Noëlle, confection. (1)207 28.56. RÉPUBLIQUE (Avenue de la) 229.
103 Aux 3 Mousquetaires, Prénatal, enfants. (1)37645.81. ROGER-FRANCOIS (Rue) 103.
10 Bat’Jardin, paysagiste, parcs et jardins (entretiens) (1)378 87.63. STRASBOURG (Rue de) 10.
3 bis Loisirs et Rencontres. (1)376 81.43. VICTOR-HUGO (Rue) 3 bis.
40 bis École Privée Mixte St-François. (1)378 01.74. VICTOR-HUGO (Rue) 40 bis.
47 Alma, ascenseurs. (1)376 55.66. VICTOR-HUGO (Rue) 47.
77-79 S.l.B.O., moulures, décoration. (1)376 78.55. VINCENNES (Rue de) 77-79.

Poster un commentaire

Classé dans Métiers, Voies

19 septembre 1796 – Rue MARCEAU

Rue MARCEAU (à Maisons-Alfort)

François, Séverin, Marceau-Desgraviers, dit Marceau

o 1769, Chartres Eure-et-Loire

Blessé le 19 septembre 1796

† 21 septembre 1796 à  Altenkirchen (Allemagne),

naquit à Chartres (Eure-et-Loire), en 1769, et mourut à Altenkirchen (Allemagne), en 1796. Lieutenant-colonel de la Garde nationale, il participa à la défense de Verdun (1792). Succédant à Rossignol à la tête de l’armée de l’Ouest (novembre 1793), et vainqueur au Mans (Sarthe) et à Savenay (Loire-Atlantique), il se signala, en décembre 1793, par son humanité envers les chouans. Sous le commandement de Jourdan, il se couvrit de gloire à la bataille de Fleurus (1794- Belgique), entra dans Coblence (Allemagne). Il battit les Autrichiens à Neuwied (Allemagne), le 18 octobre 1795. En 1796, il administra le pays de Wiesbaden (Allemagne). Couvrant la retraite de nos troupes, mortellement blessé le 19 septembre 1796 à la bataille d’Altenkirchen, il expira deux jours plus tard, en présence de l’archiduc Charles, venu le saluer. Ses cendres sont au Panthéon depuis 1889.

Voies de Maisons-Alfort

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Voies

18 septembre 1884 – Amiral COURBET

COURBET Amédée,  Amiral

(Rue de l’Amiral Courbet à Maisons-Alfort)

o 26 juin 1827 Abbeville (Somme)
† 11 juin 1885, en rade de Makung
(Les Pescadores)

Né à Abbeville le 26 juin 1827, le futur amiral Courbet entra dans la Marine à sa sortie de Polytechnique en 1849, après avoir été secrétaire d’Armand Marrast pendant la Révolution de 1848.

Promu vice-amiral en mars 1884, il dirigea les opérations décidées contre la Chine. Épuisé physiquement, et sans doute aussi moralement, par une campagne dont il n’avait pas tenu à lui qu’elle fut plus intelligemment menée et qu’elle aboutit à de meilleurs résultats, Courbet mourut à bord de son navire-amiral, le Bayard, en rade de Makung, le 11 juin 1885.

Le 26 décembre 1883, il est nommé commandant en chef de la Division navale du Tonkin. Il impose à l’Annam la paix de Hué et enlève Sontay aux Pavillons noirs. Devenu commandant de l’Escadre d’Extrême-Orient, après la violation du traité de Tien-Tsin par les Chinois, il anéantit la flotte chinoise dans la rivière Min et occupe l’archipel des Pescadores.
Le 23 août 1884, il anéantit la flotte chinoise. Courbet a un aviso, trois croiseurs, trois canonnières, et deux torpilleurs. Les Chinois ont onze bâtiments de guerre, douze jonques de guerre et sept canots torpilleurs à vapeur. C’est la « descente de la rivière Min ». Courbet est alors surnommé « le terrible Coupa ».
Le 18 septembre 1884, il est promu contre-amiral. La paix signée, il meurt d’épuisement le 11 juin 1885, à bord du Bayard par suite des fatigues de la campagne. Il était Grand Officier de la Légion d’honneur.

Le sabre de l’amiral Courbet fut déposé dans la chapelle « Marine » de la basilique du Sacré-cœur de Montmartre. Dans son testament, il léguait « ses économies en espèces et ses valeurs mobilières» à la Société de sauvetage en mer en baie de Somme
La France, avec la participation du Souvenir Français, entretient deux lieux de mémoire de cette épopée à Taïwan.

Tous les articles : Voies de Maisons-Alfort

*

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Maisons-Alfort, Voies

DODUN : Une place pour le père et une rue pour les 4 fils !

Les 4 fils du Marquis Claude Laurent Marie Dodun de Keroman :
Charles
Claude
Eugène
Henri

Le père et Maire :
Maire de Maisons-Alfort de 1813 à 1855. Dodun de Keroman (Claude Laurent Marie). Né 11 octobre 1770 à Lorient, Morbihan, où ses parents s’étaient maries neuf mois auparavant, + 11 avril 1855 à Paris. Entré à 22 ans dans le corps diplomatique, il en sortit presqu’aussitôt pour servir dans l’armée comme officier d’état-major. Dix ans plus tard, il revint à la diplomatie comme secrétaire d’Ambassade à Vienne, où lui naît un fils (1802) qui fut élève vétérinaire d’Alfort (1819/21). Il abandonna très vite la carrière, acheta le domaine de Château-Gaillard à Maisons-Alfort (1808) et s’y installa. Détient le record absolu de durée de mandat de maire (sources : Roman d’Amat in Dictionnaire de biographie française; Chaix d’Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises…).

1850 :

Dans le Quartier d’Alfort, les rues Charles, Claude, Eugène et Henri existent en 1850 (plan)

1903 :

La rue Charles devient, rue Ernest Renan à partir de 1903
        « 1850 : va de la route nationale 19 au quai d’Alfort
                1903 : va de la rue de Créteil à la rue des Deux Moulins »

La rue Claude devient rue Edmond Nocard à partir de 1903
        « 1850 : va de la route nationale 19 au quai d’Alfort
        1903 : va de la rue de Créteil à la rue des Deux Moulins »

La rue Eugène devient rue Eugène Suë à partir de 1903
        « 1850 : va de la rue d’Enfer à la rue Charles
        1903 : va de la rue du Moulin d’Enfer à la place Dodun »

La rue Henri devient rue Henri Regnault à partir de 1903
        1850 : commence et finit rue Charles

La place Dodun :
1903 : donne sur les rues Eugène Suë et Ernest Renan
1957 : donne sur les rues Eugène Suë et Ernest Renan
2010 (plan) : donne sur les rues Eugène Suë et Ernest Renan

Le 2 août 1903 décède Edmond NOCARD
C’est l’événement qui déclenche les changements de nom des voies attribuées aux fil DODUN, la création de la place DODUN et de la rue Edmond NOCARD.
Edmond Nocard (Provins 1850 – Saint-Maurice 1903) entre à l’Ecole vétérinaire d’Alfort en 1868. Après ses cinq années d’études, sa réussite aux concours lui permet de mener sa carrière à l’Ecole vétérinaire. Il en devient le directeur en août 1887. En 1891, il abandonne ce poste pour se consacrer à la recherche et à l’enseignement. Disciple de Pasteur, il est reconnu comme une sommité dans le monde scientifique. Il est élu à l’Académie de Médecine en 1886, reçoit de nombreuses distinctions, est invité à l’étranger. Ses recherches sur les maladies contagieuse notamment la péripneumonie des bovins permettent d’enrayer cette terrible maladie.
Edmond Nocard a habité dans la maison natale d’Eugène Delacroix, à Saint-Maurice. il y décède le 2 août 1903. Pour ses obsèques, trois jours plus tard, une assistance impressionnante lui rend hommage
Une rue de Maisons-Alfort porte le nom du Professeur Edmond Nocard, mais ne cherchez pas son tombeau dans le cimetière de Maisons-Alfort, il est érigé dans le cimetière de Saint-Maurice, commune voisine.

Autres articles sur DODUN de KEROMAN :

11 avril 1855 – Ascendance DODUN de KEROMAN
Cimetière de Maisons-Alfort (1)

Histoire de Maisons (V-6) : Château Gaillard

Les voies de Maisons-Alfort (1904) – Section (2) – Alfort

Poster un commentaire

Classé dans Maisons-Alfort, Voies

26 août 1914 – Boulevard GALLIENI

1914 –  Boulevard GALLIENI

Joseph Gallieni, né à Saint-Béat (Haute-Garonne) en 1849, mourut à Versailles (Yvelines) en 1916. Il servit au Niger, au Sénégal, puis au Tonkin (1893/1895), où, colonel, il eut comme collaborateur administratif le commandant Lyautey. Atteint par la limite d’âge (1913), il n’en fut pas moins nommé, le 26 août 1914, gouverneur militaire de Paris. La victoire de la Marne fut en partie son œuvre, du fait de l’intervention des troupes de Paris sur le flanc de l’armée de von Kluck (taxis de la Marne, septembre 1914). D’octobre à mars 1916, il fut ministre de la Guerre dans le cinquième cabinet Briand et renonça à sa fonction deux mois avant sa mort. En 1921, il fut élevé à titre posthume à la dignité de Maréchal de France.

Voies de Maisons-Alfort

Poster un commentaire

Classé dans Maisons-Alfort, Voies

Recensements Maisons-Alfort 1911 sur le site des AD94 – Allée du Cèdre

Sur le site des AD94 aller à la page

Maisons-Alfort. • 1891 – 1911 • D2M8 19, D2M8 63, D2M8 119

Puis aller sur

911 • 1911 – 1911 • D2M8 119

Conformément aux recommandations de la CNIL, seules les listes nominatives de plus de 100 ans sont accessibles en ligne,

soit jusqu’en 1911. Les listes numérisées de 1921 à 1975 sont disponibles en salle de lecture des Archives départementales du Val-de-Marne.

                      Allée du Cèdre

N° rue Nom (6) Prénoms (7)
15 BOURGEOIS Georges
BOURGEOIS Léontine
BOURGEOIS Noële
BOURGEOIS Roger
BOURGEOIS Gaston
DRIEUX Eugénie
17 VANDEFONTEYNE Germain
VANDEFONTEYNE Marie
VANDEFONTEYNE Hortense
VANDEFONTEYNE Joseph
VANDEFONTEYNE Gilbert
25 MEDARD François
MEDARD Françoise
27 TROUSSEL Henri
TROUSSEL Ernestine
31 MEYNARD Jean
MEYNARD Marie
MEYNARD Lucien
42 FOURNIER Ferdinand
FOURNIER Joséphine
FOURNIER Alexandre
FOURNIER Geneviève

 

Poster un commentaire

Classé dans 1911 Maisons-Alfort, Archives Départementales 94, Recensements, Voies

26 mai 1952 – Philippe, François, Marie de HAUTECLOQUE dit LECLERC

Avenue du Général Leclerc

LECLERC

Philippe, François, Marie de HAUTECLOQUE dit LECLERC, né à Belloy-Saint-Léonard (Somme) en 1902 mourut en 1947 dans un accident d’aviation, près de la base de Colomb-Béchar (Algérie). Parti en 1942 des bords du lac Tchad, il conquit le Fezzan et prit part aux campagnes de Tripolitaine et de Tunisie. A la tête de la 2ème Division blindée (2e DB), il débarqua en Normandie en 1944 avec les premières troupes de l’Armée Patton ; il entra à Paris le 24 Août 1944 et délivra Strasbourg le 23 novembre 1944. Il poursuivit les allemands jusqu’au repère d’Hitler à Berchtesgaden. Il a été nommé, après la capitulation de l’Allemagne, commandant supérieur des forces françaises en Extrême-Orient, puis inspecteur des troupes en Afrique du Nord en 1946. C’est en se rendant à la base de Colomb-Béchar que son avion, pris dans une tourmente subite au moment de l’atterrissage sur le terrain de cette base, s’écrasa au sol le 28 novembre 1947. Il fut nommé Maréchal de France à titre posthume le 26 mai 1952.

Voies de Maisons-Alfort

Poster un commentaire

Classé dans Voies

Les voies de Maisons-Alfort (1904) – Section (3)

Au XXIe siècle Maisons-Alfort est divisée en sept quartiers mais à la Belle époque, Maisons-Alfort était divisée en trois sections :

1 – Maisons-Alfort

2 – Alfort

3 – Charentonneau

*

SECTION DE CHARENTONNEAU  
     
  Commençant Finissant
     
Alliance de Cherbourg avenue de Saint-Maurice
Amiral-Avellan du Buisson-Joyeux avenue de Saint-Maurice 
Amiral-Gervais des Dix-Arpents avenue de Saint-Maurice
Anjou route de Créteil de la Ferme
Belle-Image Gambetta de Champagne
Blanchet Renard avenue de Vincennes
Bordeaux (de) des Sapins  
Brest (de) chemin de Saint-Maur avenue de Saint-Maurice
Bretagne (de) du Moulin-d’Enfer avenue de Saint-Maurice
Buisson-Joyeux (du) chemin de Halage des Dix-Arpents
Cécile de Créteil avenue de Saint-Maurice
Cèdre (du) avenue de Saint-Maurice de Vincennes
Champ-Corbilly (de) de Créteil avenue de la République
Champagne (de) du Moulin-d’Enfer avenue de Saint-Maurice
Chènes (des) avenue de Saint-Maurice de Vincennes
Cherbourg (de) chemin de Halage des Dix-Arpents
Chevreul (de) de la Ferme avenue de Saint-Maurice
Cormoran (du) avenue Gambetta Champagne
Cronstadt (de) chemin de Halage de l’Alliance
Dix-Arpents (des) de Cherbourg du Buisson-Joyeux
Ferme (de la) de Créteil de Champagne
Fernet de Créteil avenue Gambetta
Flandre (de) du Moulin d’Enfer avenue de Saint-Maurice
Gambetta (avenue) du Moulin d’Enfer avenue de la République
Gravelle (de) avenue de Saint-Maurice du Buisson-Joyeux
Grenoble (de) du Champ-Corbilly Cécile
Halage (chemin de) des Deux-Moulins territoire de Créteil
Joinville (de) avenue de Saint-Maurice du Buisson-Joyeux
Lille (de) chemin de Saint-Maur avenue de la République
Lyon (de) des Sapins avenue Gambetta
Marseille (de) des Sapins avenue Gambetta
Moscou (de) chemin de Halage de l’Alliance
Normandie (de) du Moulin-d’Enfer avenue de Saint-Maurice
Nouvelle avenue de la République avenue Gambetta
Ormes (des) de Vincennes du Buisson-Joyeux
Paris (de) chemin de Halage de l’Alliance
Partage (du) avenue de Saint-Maurice du Buisson-Joyeux
Paul–Saunière de Tours de Vincennes
Président Félix-Faure chemin de Halage avenue du Partage
Raspail de Créteil avenue de Saint-Maurice
Renard avenue Gambetta du Partage
République (avenue de la) de Créteil à la Marne
Rouen (de) chemin de Saint-Maur avenue de la République
Saint-Maur (chemin de) de Créteil à Créteil
Saint-Maurice (avenue de) chemin de Saint-Maur chemin de Halage
Saint-Pétersbourg (de) chemin de Halage de l’Alliance
Sapins (des) avenue de Saint-Maurice du Buisson-Joyeux
Toulon (de) chemin de Halage de l’Alliance
Toulouse (de) avenue de la République avenue Gambetta
Tours (de) chemin de Saint-Maur des Sapins
Tsar Nicolas II chemin de Halage avenue du Partage
Vincennes (de) chemin de Saint-Maur du Partage

Poster un commentaire

Classé dans Episodes, Histoire locale, Maisons-Alfort, Voies

Les voies de Maisons-Alfort (1904) – Section (2)

A la Belle époque, Maisons-Alfort était divisée en trois sections :

1 – Maisons-Alfort

2 – Alfort

3 – Charentonneau

*

SECTION D’ALFORT    
     
  Commençant Finissant
Albert des Deux-Moulins, 4 en impasse
Alfort (cité d’) quai d’Alfort, 36 de Créteil, 31
Alfort (quai d’) Grande-Rue, 1 des Deux-Moulins, 1
Amiral-Courbet quai d’Alfort et   
  rue des deux Moulins, 2 de Créteil
Bouley Grande-Rue, 38 Chabert
Bourgelat quai de la Marne, 5 Chabert
Cécile (allée) villa Renard  
Centre (allée du) villa Renard  
Chabert Eugène-Renault , 25 Bourgelat
Charles (allée) villa Renard  
Château (avenue du) des Deux-Moulins 9 Eugène Suë et en impasse
Créteil (de) Grande-Rue, 5 de Créteil, 30-91
Deux-Moulins (des) quaid’Alfort, 65 du Moulin-d’Enfer
Dodun (place) Eugène Suë  
Edmond-Nocard des Deux-Moulins, 7 de Créteil
Ernest-Renan des Deux-Moulins, 12 de Créteil, 53
Eugène-Renault Grande-Rue, 16 chemin de fer P-L-M
Eugène-Süe du Moulin-d’Enfer, 22 place Dodun
Fort (chemin du) de Créteil Grande-Rue
Gaïté (allée de la) villa Renard  
Girard Grande-Rue, 44 Bourgelat
Grande-Rue au pont de Charenton Grande-Rue, 64-27
Henri-Regnault Ernest-Renan, 12  
Juliette (allée) villa Renard  
Maire Bourgelat en impasse
Marie-Charlotte (allé) villa Renard  
Marne (quai de la) Grande-Rue, 2 pont du chemin de fer (Alfortville)
Marronniers (allées des) villa Renard  
Maurice (allée) villa Renard  
Moulin-d’Enfer (du) des Deux-Moulins de Créteil
Moynet quai d’Alfort de Créteil
Paul-Bert quai d’Alfort, 56 de Créteil, 35
Pauline villa Renard  
Renard quai d’Alfort de Créteil
Rosiers villa Renard  
Tamaris (allée des) villa Renard  
Victor Amiral-Courbet Albert

Poster un commentaire

Classé dans Episodes, Histoire locale, Maisons-Alfort, Voies

Les voies de Maisons-Alfort (1904) – Section (1)

Au XXIe siècle Maisons-Alfort est divisée en sept quartiers mais à la Belle époque, Maisons-Alfort était divisée en trois sections :

1 – Maisons-Alfort

2 – Alfort

3 – Charentonneau

*

SECTION DE MAISONS-ALFORT  
     
  Commençant Finissant
Alouettes de la Gare Rodier
Auguste-Simon Grande-Rue, 108 Rouget-de-l-Isle
Bazeilles (de) de Verdun du Clos-des-Noyers
Belfort (de) Grande-Rue de Bazeilles
Bretons (des) Grande-Rue, 81 Marceau, 17
Buisson (du) de Créteil, 181 Roche
Carnot Victor-Hugo, 25 de Créteil, 88
Carrières (des) des Juilliottes Carnot, 44
Charentonneau (de) Grande-Rue de Créteil, 32
Chemin-de-fer (du) Grande-Rue, 102 place de la Gare
Chemin-Vert (du) de Charentonneau, 40 chemin des Mèches
Clos-des-Noyers (du) Grande-Rue du Chemin-Vert
Créteil (de) Créteil, 32-93 route d’Alfort à Créteil
Dehais (impasse) Victot-Hugo, 15  
Delalain de Charentonneau, 98 Jouët, 9
Delaporte Grande-Rue, 31 de Charentonneau, 27
Ecoles (des) de Charentonneau, 11 Saint-Georges, 20
Etienne-Dolet Grande-Rue, 141 passage à niveau P-L-M
Fleutiaux place de la Gare pont du Chemin de fer
Gambetta Grande-Rue, 79 de Créteil, 82
Gare (de la) place de la Gare Etienne-Dolet, 2
Gare (place de la ) du Chemin-de-Fer, 11 de la Gare, 1
Grande-Rue Pont-de-Charenton au territoire de Créteil
Grimoult de Créteil, 46 Jouët, 16
Hoche de Créteil Kléber
Jenner Victor-Hugo, 108  
Jouët de Créteil, 68 avenue de la République
Juilliottes (des) Carnot, 28 Victor-Hugo, 77
Kléber Chemin de Saint-Maur Hoche
Louise-Lesieur Grande-Rue, 130 du Parc
Marais (des) Etienne-Dolet territoire de Créteil
Marceau Grande-Rue, 97 Victor-Hugo, 28
Masséna Chemin de Saint-Maur Hoche
Mesly (chemin de) du Chemin Vert chemin Saint-Simon
Metz (de) Grande-Rue du Chemin-Vert
Parc (du) Grande-Rue, 134 Pasteur
Parmentier de Charentonneau, 10 avenue de la République
Pasteur avenue de la République place Salanson
Pelet-de-la-Lozère Grande-Rue, 138 Rodier
République (avenue de la) pont de chemin de fer quai du halage
Rodier Etienne-Dolet, 24 place Salanson
Rouget-de-l’Isle Grande-Rue, 82 Auguste-Simon, 22
Saint-Georges Auguste-Simon, 14 Delaporte, 48
Saint-Maur (Chemin de) de Créteil, 147 de Mayenne (Créteil)
Salanson (place) Rodier de la Gare
Soult Suchet Masséna
Springer Grande-Rue du Parc
Strasbourg Grande-Rue du Chemin-Vert
Suchet chemin de Saint-Maur rue Hoche
Trocadéro Juilliottes en impasse
Valenton (chemin de) route de Villeneuve, 51 à Créteil
Verdun (de) chemin de Valenton Clos-des-Noyers
Victor-Hugo Grande-Rue, 81 de Créteil
Villeneuve (route de) Grande-Rue, 142 commune de Créteil

Poster un commentaire

Classé dans Episodes, Histoire locale, Maisons-Alfort, Voies

Voies de Maisons-Alfort (4) : Voies de Maisons-Alfort (4) : rues, avenues, places, allées, impasses, chemins …)

Retrouvez  les voies (rues, avenues, places, allées,  impasses, chemins …)  sur le site de la commune de Maisons-Alfort.

http://carte-interactive.maisons-alfort.fr/

 

A Abri (villa) Aix Albert Camus AlexandreAlouettesAmandiers (allée)Amaryllis (allée)

Amédée Chenal

Amiral Courbet

Amourette (allée)

Arbres (allée)

Artificier François (square)

Arthur Dalidet

Auguste Simon

Avenir

Avignon

 

B

Bazeilles

Bégonias (allée)

Belfort

Belle Image

Berne

Blanchet

Bordeaux

Bouleaux (allée)

Bouley

Boulmier (impasse)

Bourgelat

Bouvets (impasse)

Brest

Bretons

Briqueterie (impasse)

Bruxelles

Bruyères (cours)

Buffon (Allée)

Buisson Joyeux

Busteau

 

C

Camélias (Allée)

Capitaine Deplanque

Carnot

Cavaliers (Allée)

Cécile

Chabert

Champagne

Champs Corbilly

Charles Martigny

Charles Péguy

Château Gaillard (Domaine de)

Chemin des écoliers

Chênes (allée)

Cheret

Chevreul

Cino Del Duca

Clos des Noyers

Cocagne (allée)

Colmar

Concorde

Condorcet

Convention

 

D

Danielle Casanova

Dehais (impasse)

Delalain

Delaporte

Denis Dulac (impasse)

Desroyes du Roure

Dix-Huit Juin 1940

Docteur Mass (quai)

Dodun (place)

Dufourmantelle (square)

Dulac Plaisance (résidence)

 

E

Edmond Nocard

Edouard Herriot

Ernest Renan

Estienne d’Orves (Lt.de vaisseau)

Etienne Dolet

Eugène Renault

Eugène Sue

F Fédération Fernand Saguet (quai) Fernet Fernet (impasse)Fiocre (impasse)Fleurs (allée)Fleurus (impasse)

Fleutiaux

Foch

 

G

Gabriel Fauré (square)

Gabriel Péri

Galliéni

Gambetta

Général De Gaulle

Général Koënig

Général Leclerc

Georgenthum

Georges Clemenceau

Georges Gaumé

Georges Médéric

Girard (rue et impasse)

Gravelle

Grenoble

Grimoult

Gué aux Aurochs

Guy Môquet

 

H

Hameau d’Alfort (allée)

Hector Berlioz (square)

Henri Regnault

Hoche

Huit mai 1945

 

I

Imberdis (Passage)

 

J

Jean Jaurès

Jean Moulin (place)

Jean-Pierre Timbaud

Jemmapes

Joffre

Joinville

Jouët

Juilliottes (cours)

 

K

Kléber

 

L

La Fontaine

Le Parc (résidence)

Léon Blum

Liberté

Liège

Lille

Londres

Lorraine

Louis Braille

Louis Braille (square)

Louis Heurtel

Louis Pergaud

Louise Lesieur

Louvain

Lune

Lyon

 

M

Maire

Mairie (cité)

Manceau de Laffitte (Aspirant)

Marceau

Marc Sangnier

Mal de Lattre de Tassigny

Maréchal Juin

Maréchal Maunoury

Marne

Mars

Marseille

Masséna

M  Maurice Lissac Mercure Mesly Métropolis (Résidence)MetzMicheletMilan

Molière

Mulhouse

N

Nancy

Naville

Neptune

Nordling

Normandie

 

O

Onze novembre 1918

P

Parc (impasse)

Parmentier

Passlle de Charentonneau

Pasteur

Paul Bert

Paul Saunière

Paul Vaillant Couturier

Pelet de la Lozère

Perpignan

Petites Haies (ZI)

Pierre Curie

Pierre Sémard

Platanes (allée)

Plateau

Professeur Cadiot

Professeur Ramon

 

Q

Quatorze juillet

R

Raspail

Reims

Renard

René Coty (place)

République

Résistance (Carrefour)

Riçois (impasse)

Robert Ferrer

Rodier

Roger François

Rome

Rouen

Rouget de Lisle

 

S

Saillanfait (impasse)

Saint-Georges

Saint-Maur (impasse)

Saint-Michel (voie)

Salanson (place)

Sapins

Soleil

Soult

Springer

Strasbourg

Suchet

 

T

Tilleuls

Tours

Turin

 

U

Ulysse Benne

Uranus

 

V

Valenton

Vénus

Verdun

Victor

Victor Basch

Victor Hugo

Vincennes

Vincennes (impasse)

Voltaire

3 Commentaires

Classé dans Maisons-Alfort, Voies

Voies de Maisons-Alfort (14) : en 988

*

En examinant la Carte des chasses, dressée de 1764 à 1773, où figurent les chemins qui sillonnaient le territoire de la commune, on se rend parfaitement compte de sa formation.

Un chemin partant du pont, se dirigeant vers Maisons et le traversant (la continuation vers Villeneuve n’est pas très ancienne) ; un autre prenant à gauche, non loin du pont, et conduisant à Créteil, et un troisième allant de Maisons à Créteil.

C’est sur ces trois artères principales que se sont suc­cessivement amorcés les autres chemins de la commune.

Ce qui démontre que la route actuelle de Maisons à Villeneuve est de création relativement récente, c’est que l’on trouve trace dans les archives, de conventions entre l’Etat, la Fabrique paroissiale et des cultivateurs, à raison de l’exécution d’un nouveau chemin de Villeneuve.

De plus, un chemin qui partait de celui de Maisons, sur la droite, non loin du pont, se dirigeait à travers la plaine vers Choisy et Villeneuve ; il existait de temps immémorial, et on l’appelle déjà en 1754 le vieux chemin de Villeneuve.

Il devait également y avoir le chemin Vert des Mêches, qui prenait de la Marne, au-dessous des moulins, passait sur l’emplacement où est le fort et se continuait tel qu’il existe aujourd’hui jusqu’aux Mêches.

Les chemins de Charentonneau, d’Enfer, de Mesly, de Valenton, de Saint-Maur, du Port-à-l’Anglais et des Iles existaient pro­bablement aussi, ainsi que d’autres de moindre importance subsistant encore, mais à l’état de sentiers, et sous des noms aujourd’hui oubliés.

Ces chemins, créés pour les besoins des relations entre les différents villages ou hameaux, ou pour se rendre aux moulins, à la rivière, ou enfin pour la culture, au hasard de la fantaisie de l’attelage du premier chariot qui les avait tracés par la marque de ses roues, se ressentent encore de cette origine ; leurs sinuosités sont une preuve de leur ancienneté.

Les rues qui existaient sans doute déjà sont celles des Bretons, désignée alors sous le nom de rue Bretonne, des Cochets, Saint-Pierre, Jacob, et enfin la rue Grande, dans lesquelles se trouvent encore de très vieilles constructions. Il est bien enten­du que les travaux de viabilité y étaient absolument inconnus.

*

Extrait de : Histoire de Maisons-Alfort et d’Alfortville, depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours par Amédée CHENAL Maire de Maisons-Alfort – 1898

Poster un commentaire

Classé dans Amédée Chenal, Histoire locale, Maisons-Alfort, Voies

Voies de Maisons-Alfort (13) : rue Auguste SIMON

*

1895 – Un brave homme, Auguste Simon, avait, en mourant, laissé tout son modeste avoir à la commune. Le testament dans lequel il a consigné ses dernières volontés est rempli de pensées généreuses, en voici le résumé :

« Ceci est mon testament écrit et daté de ma main. Moi, Auguste Savinien Simon, je lègue à la commune de Maisons-Alfort la propriété habitée par moi rue de Mayenne, pour être vendue. L’argent provenant de la vente sera employé en achat de rentes sur l’Etat, et le revenu accumulé, jusqu’à ce qu’il y ait la somme nécessaire pour faire entrer aux Petits Ménages un vieillard ayant au moins quatre années de résidences dans la commune.

« Il ne devra appartenir à aucune congrégation religieuse.

« On devra commencer par une femme.

« Je laisse également la somme en argent nécessaire pour faire le placement immédiat d’un vieillard.

« Et aussi 1 200 francs à la caisse des écoles, pour que le revenu soit employé en récompenses aux enfants, sous forme de livrets de la caisse d’épargne.

« Si les écoles devenaient congréganistes, cette rente irait à l’Assistance publique, et leur reviendrait, le jour où elles seraient de nouveau laïques.

« Il sera donné chaque année, le jour de la fête patronale, une somme de 500 francs à la jeune fille la plus sage, âgée d’au moins vingt et un ans, « désignée par ses compagnes, et acceptée par le conseil municipal ». Elle ne devra appartenir à aucune congrégation religieuse, et ne sera pas obligée de se marier, « le mariage n’étant pas dans tous les goûts ».

Le décès du donateur était survenu en 1888 ; mais les nombreuses formalités administratives avaient empêché, jusque-là, que ses dernières volontés pussent être accomplies.

En 1895, pour la première fois, on put procéder à l’élection de la rosière, ou plutôt des rosières, car les fonds s’étant accumulés, il y avait de quoi en doter quatre.

Comme on l’a vu, le testateur prévoyait l’élection de la rosière « par ses compagnes ». Le maire, interprétant cette indication dans le sens le plus étroit, avait décidé que, seules, les candidates acceptées prendraient part au vote, de sorte que, chose toute naturelle, chacune votant pour elle-même, ce ne fut qu’après avoir épuisé les tours de scrutin réglementaires, que les rosières furent élues, par quatre, trois, et même deux voix.

C’étaient : Mlles Lebeau, Conan, Chétoux, et Vernes.

L’année suivante, on procéda autrement ; il fut fait un appel à toutes les jeunes filles majeures, qui eurent à voter pour le choix de la plus méritante, parmi celles d’entre elles remplissant les conditions exigées.

C’était une première application d’un droit électoral pour les femmes.

*

Extrait de : Histoire de Maisons-Alfort et d’Alfortville, depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours par Amédée CHENAL Maire de Maisons-Alfort – 1898

*

Poster un commentaire

Classé dans Amédée Chenal, Histoire locale, Maisons-Alfort, Voies

Voies de Maisons-Alfort (12) : rue Eugène RENAULT

Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort – Deuxième centenaire 1765-1967

Quelques souvenirs rassemblés et décrits par le professeur C. BRESSOU, avec le concours de Mme GLASSER, bibliothécaire; le Vétérinaire-Colonel DUMESTE, les Docteurs-Vétérinaires M. ROUSSEAU, F. et J. CINQUIN et du comité d’organisation du Bicentenaire.

Page 24

RENAULT Thomas-Eugène-Eloi  (1815-1863)

Elève à l’Ecole d’Alfort, puis professeur et Directeur de cette même Ecole. Inspecteur Général des Ecoles Vétérinaires. Pathologiste et clinicien de grand renom, ses travaux se rapportent aux maladies sporadiques et épidémiques (gangrène, typhus, morve), à l’hygiène, à la médecine légale et à la jurisprudence vétérinaire. RENAULT donna une impulsion nouvelle à l’enseignement vétérinaire en le rapprochant davantage de l’enseignement médical : son action en faveur de la prospérité de l’Ecole d’Alfort et du prestige professionnel fut considérable. Membre correspondant de l’Académie des sciences, Membre de l’Académie de Médecine et de la société Nationale et Centrale d’Agriculture. Fondateur de la société de Médecine Vétérinaire (Académie Vétérinaire).

Poster un commentaire

Classé dans Ecole Vétérinaire - ENVA, Maisons-Alfort, Personnalité, Voies

Voies de Maisons-Alfort (11) : rue du Professeur RAMON

Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort – Deuxième centenaire 1765-1967

Quelques souvenirs rassemblés et décrits par le professeur C. BRESSOU, avec le concours de Mme GLASSER, bibliothécaire; le Vétérinaire-Colonel DUMESTE, les Docteurs-Vétérinaires M. ROUSSEAU, F. et J. CINQUIN et du comité d’organisation du Bicentenaire.

Page 35

RAMON Gaston-Léon  (1886-1964)

Diplômé de l’Ecole d’Alfort, a fait toute sa carrière à l’Institut Pasteur de Paris, dont il devient Directeur en 1940. Microbiologiste et immunologiste de valeur exceptionnelle, il trouva successivement: la floculation, les anatoxines, les substances adjuvantes de l’immunité et le principe de vaccinations associées. Ces découvertes, d’un intérêt capital tant sur le plan théorique que sur la plan pratique, ont eu des conséquences considérables dans la prévention des maladies infectieuses de l’homme et des animaux et profondément bouleversé les méthodes prophylactiques notamment contre la diphtérie et le tétanos. Il fut Directeur de l’Office International des Epizooties, Membres de l’Académie des sciences, des Académies de médecine et de Chirurgie, Membre de l’Académie Vétérinaire, il peut-être considéré comme une des gloires de la science médicale de la première moitié de ce siècle.

Poster un commentaire

Classé dans Ecole Vétérinaire - ENVA, Maisons-Alfort, Personnalité, Voies

Voies de Maisons-Alfort (10) : rue Edmond NOCARD

Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort – Deuxième centenaire 1765-1967

Quelques souvenirs rassemblés et décrits par le professeur C. BRESSOU, avec le concours de Mme GLASSER, bibliothécaire; le Vétérinaire-Colonel DUMESTE, les Docteurs-Vétérinaires M. ROUSSEAU, F. et J. CINQUIN et du comité d’organisation du Bicentenaire.

Page 31

NOCARD Edmond-Isidore-Etienne  (1855-1927)

Elève de l’Ecole d’Alfort. Professeur et Directeur de cette Ecole, collaborateur de PASTEUR et de ROUX. Fut un des premiers ardents vétérinaires pastoriens. Son rôle dans la production des sérums antidiphtérique et antitétanique, dans l’étude de la péripneumonie bovine, de la fièvre aphteuse, de la tuberculose, du choléra a été déterminant. Il fut le fondateur du Laboratoire créé à Alfort pour l’étude de la fièvre aphteuse. Membre de l’Académie Vétérinaire.

1 commentaire

Classé dans Ecole Vétérinaire - ENVA, Maisons-Alfort, Personnalité, Voies

Voies de Maisons-Alfort (9) : rue GIRARD

Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort – Deuxième centenaire 1765-1967

Quelques souvenirs rassemblés et décrits par le professeur C. BRESSOU, avec le concours de Mme GLASSER, bibliothécaire; le Vétérinaire-Colonel DUMESTE, les Docteurs-Vétérinaires M. ROUSSEAU, F. et J. CINQUIN et du comité d’organisation du Bicentenaire.

Page 23

GIRARD Jean  (1770-1825)

Diplômé de l’Ecole d’Alfort. Professeur et Directeur de cette Ecole. Anatomiste, a été le premier à considérer l’anatomie des animaux domestiques sous la forme comparative et, en collaboration avec CHAUSSIER, de la Faculté de Médecine de Paris, a établi une nomenclature anatomique nouvelle sur le principe des insertions. Membre de l’Académie de Médecine et de la Société Impériale d’Agriculture (Académie d’Agriculture).

Poster un commentaire

Classé dans Ecole Vétérinaire - ENVA, Maisons-Alfort, Personnalité, Voies