Archives de Catégorie: Bouteille à la mer

GRANDMESNIL Silas, René, Pierre

Lu sur Yahoo : ARCHIMILI@yahoogroupes.fr

 

Voici la notice d’un médecin militaire dans le Maitron. Qui voudrait l’améliorer en consultant son dossier

Au SHD ?

 

GRANDMESNIL Silas, René, Pierre

Né à Brézé (Maine-et-Loire) le 22 juin 1794, mort à Paris le 20 avril 1863 ; propriétaire, médecin,

Il y aurait eu chez lui, 12 rue Hautefeuille, le 22 ou le 23 juin, un rendez-vous de préparation aux journées de juin 1848. Voir Defer*, Lecomte Minor*
Alors que Caussidière* était préfet de police, Grandmesnil avait présidé à la Préfecture de police la réunion informelle au cours de laquelle Delahodde* avaitt avoué sa trahison. Début juillet 1848, Grandmesnil, rédacteur en chef de La Réforme, fut arrêté et conduit au dépôt de la préfecture. Il était vice-président de la commission des condamnés politiques, de même de la Société des Droits et des Devoirs, secrétaire de la Commission des récompenses nationales. Il y aurait eu chez lui, nous y venons donc, et dans le café tout proche d’Isidore Defourmentelle, des réunions de préparation à l’insurrection de juin, avec Caussidière, Ferdinand Flocon*, Joseph Pelvilain*, etc. Grandmesnil fut arrêté le 31 juin, libéré le 20 septembre, arrêté de nouveau le 22. Les débats opposent le témoin à charge Chenu* à l’avocat Crémieux qui nie les faits et Grandmesnil est remis en liberté.
Grandmesnil avait été « une figure majeure des sociétés secrètes et du républicanisme démocratique et social de l’Ouest » (J.-N. Tardy). Souvent monté à Paris, il sera hostile à Blanqui*, comme son ami Caussidière. Engagé à 18 ans, Grandmesnil apprend la médecine aux ambulances de la garde impériale. Il en devient le chirurgien titulaire. En 1814 il est au nombre des défenseurs d’Anvers. Il participe à la campagne de l’armée de la Loire jusqu’à son licenciement. Compromis dans l’affaire du général Berton, il est condamné à mort, passe en Espagne, au Portugal, en Angleterre. De retour en 1830 il reprend du service au 10ème cuirassiers, jusqu’en 1833. Il devient le gérant de La Réforme. On l’a vu à l’œuvre en 1848 ; impliqué dans la manifestation du 13 juin 1849, il échappe aux poursuites. En 1859 il fonde un journal favorable à l’unité italienne intitulé La Victoire.

SOURCES : Marc Caussidière, La Révolution de février. Mémoires de Caussidière, ex-préfet de police et représentant du peuple, Bruxelles, Société Typographique Belge, 1849, 396 p. – Journal des débats politiques et littéraires, 2 juillet, 5, 18, 19 novembre 1848. — Jean-Noël Tardy, L’Âge des ombres. Complots, conspirations et sociétés secrètes au XIXe siècle, Paris, Belles Lettres, 2015, 671 p.-

 

Pierre BAUDRIER

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Bouteille à la mer

Bouteille à la mer (6) : Acte de décès dans le 42 en 1889

De la part de Karine  :

(Répondre en commentaire svp)
je cherche l’acte de décès de Louise HOUDAILLE, décédée le 6/10/1889 à Saint-Étienne.
L’archive n’est pas disponible sur internet, et forcément, je suis loin de là….
Selon la table des décès, elle serait décédée le 10 août 1889.

Merci bien pour votre support
Karine

1 commentaire

Classé dans Bouteille à la mer

Bouteille à la mer (5) : Mon oncle

Je cherche des informations sur mon oncle  Leo GOLDSZTEJN qui a participé a la guerre civile espagnole 1936-1939, je voudrais connaître, ce qu’il est devenu après la guerre, il est passé par Paris avant de partir pour l’Espagne, il y a un livre en allemand de Kurt GOLDSTEIN qui a écrit sur la guerre d’Espagne et les camps de concentration, je ne comprends pas l’allemand, il y a de la documentation en Yiddish et espagnol que je ne comprends pas. il se peux qu’il y aie des écrits dans le livre de Kurt sur les Juifs qui ont participé a la guerre civile espagnole ???
J’ai trouvé le nom de mon oncle dans un livre de Martin SUGARMAN un Anglais qui a surtout écrit sur les Juifs qui ont été dans l’armée anglaise et les Brigades internationales. J’ai trouvé la liste des noms des Allemands dans la Compagnie TELEMAN.
d’avance merci
bien a vous
Jean GOLDSZTEJN

Répondre à brunohuet@web.de

Poster un commentaire

Classé dans Bouteille à la mer

Bouteille à la mer (4) :

Voici une demande provenant de Pascale :

Comment m’y prendre pour retrouver la trace de ma grand-mère maternelle, décédée en 1933 en Moselle ? je n’ai ni la ville ou village , ni la date de son décès, elle s’appelait PICABIA Adeline Anne née CLAUSTRES le 27 février 1903 à Axat 11140 (Aude) la transcription du décès n’a jamais été faite sur son acte de naissance. Si vous pouviez me renseigner, ce serait extraordinaire !!! Merci d’avance

************************************************

On peut supposer qu’elle est décédée avant 1945, année où les mentions marginales de décès ont été transcrites  sur l’acte de naissance. Mais il y a eu beaucoup d’exception dans les deux sens.

Y-aurait-il des spécialistes de la Moselle parmi les lecteurs

 

3 Commentaires

Classé dans Bouteille à la mer

Recherche : une ancêtre immigrée en Amérique

Corinne lance une bouteille à la mer

« Je suis bloquée sur le départ en Amérique d’une grande tante après son mariage en France en 1919 avec un soldat américain, toute aide sera la bien venue je mets son état civil
Ovide Marcelline
Née le 5 novembre 1899 à Vouillon ( Indre 36)
Mariée le 15 février 1919 à Châteauroux (Indre 36) à Augé Charles J

Sans certitude entre 1917 et 1919 le 3eme Centre d’instruction de l’aviation était basé entre Issoudun et Châteauroux se qui veut pas dire qu’il était aviateur à l’heure actuelle je n’ai pas d’autres info »

Une de ses ancêtres s’est donc mariée à un citoyen Américain en France puis elle partie avec lui pour l’Amérique en 1919. Pas de trace depuis cette date !
Précision : Corinne nous apprend que les camps militaires proches étaient des camps : USA.
Les recherches de  Corinne se sont avérées infructueuses pour l’instant (les bateaux, etc)
Michèle lui suggère de consulter Le site des mormons :
https://www.familysearch.org/
ou pour sélectionner
https://www.familysearch.org/search/?PAGE=ancestorsearchresults.asp

*

Sur ce blog, les Bouteilles à la mer

Poster un commentaire

Classé dans Bouteille à la mer

Recherche : Rue Georges Médéric à Maisons-Alfort

Rue Georges Médéric à Maisons-Alfort

  • Médéric-Védy (1902-1944), résistant français de la Seconde Guerre mondiale

    Le nom de cette rue, anciennement rue du Chemin Vert, me pose une énigme :

    Par délibération du conseil municipal du 19 novembre 1944, cette rue fut rebaptisée, ainsi que plusieurs autres à Maisons-Alfort, en mémoire de différents résistants victimes des nazis.

    La rue du Chemin Vert devint donc la rue Georges Médéric.

    Or le résistant dont il est question s’appelait : Gilbert Médéric René VÉDY, et il prit pour nom de guerre pendant la résistance : Médéric.

    Il n’est question nulle part de Georges…

    Son état civil : actes de naissance et de décès, reprend les trois prénoms cités plus haut.

    Sa tombe au cimetière des Batignolles (Paris 17°) mentionne : Gilbert VÉDY – MÉDÉRIC, mort pour la France ; une rue du 17° arrondissement de Paris, a également été rebaptisée pour s’appeler rue MÉDÉRIC, une autre rue à Cachan (Val-de-Marne), où il s’est marié en 1923, porte le nom de MÉDÉRIC-VÉDY.

    Un timbre poste de la série « héros de la résistance » lui fut dédié en 1959, au nom de : MÉDÉRIC – VÉDY.

    Tous les articles le concernant : dictionnaire des compagnons de la libération, dictionnaire Larousse, les français libres, l’ordre de la libération, le site de l’INA, wikipedia, etc… font mention de Gilbert Védy et non pas de Georges.

    D’où provient cette erreur de prénom, une simple confusion de secrétariat, une initiale mal transcrite… ?

   C’est le mystère que j’aimerais bien élucider.

    Toute information complémentaire sur le sujet m’intéresse vivement, et je vous remercie à l’avance de bien vouloir m’en faire part.

Sylvie-R

*

Sur ce blog, les Bouteilles à la mer

1 commentaire

Classé dans Bouteille à la mer, Voies

Recherche : Brochure

Voici une nouvelle rubrique

Bouteille à la mer

J’effectue actuellement quelques recherches sur le Commandant Edouard Delmas (1812-1878), qui fut maire de Charenton-le-Pont (1878) et commandant du fort de Charenton (1864-1872) ; son ascendance corrézienne (son père était le général argentacois Delmas) et la propriété d’une huile sur toile le représentant et que nous allons faire restaurer motivent ces recherches.

Auriez-vous, à son sujet, quelques éléments biographiques ?

Je suis par exemple en quête d’une « brochure populaire commémorative » éditée lors de ses obsèques, qui pourrait me fournir quelques précisions complémentaires.

Même si je possède déjà des renseignements fournis pars ses États de service militaire, les Archives municipales de Charenton-le-Pont, je demeure intéressé par tout fait nouveau relatif à ce dossier.

Je vous remercie d’emblée de l’attention que vous voudrez bien consacrer à ma demande, et de tout élément de réponse que vous serez en mesure de m’apporter.

Recevez mes salutations cordiales,

Frédéric P.

*

Sur ce blog, les Bouteilles à la mer

2 Commentaires

Classé dans A lire, Bouteille à la mer