Archives de Catégorie: Actes insolites

Ce pauvre mendiant l’a échappé belle ! (par feuilles d’ardoises)

Un petit acte rencontré au cours de ma préparation du ChallengeAZ… Trémentines, 6 décembre 1690 Ce pauvre mendiant l’a échappé belle ! Mort loin de chez lui, inconnu de tous, étranger à la paroisse, il aurait fort bien pu se retrouver exclu de la Terre Consacrée et être inhumé en dehors du cimetière ! Heureusement, des […]

via Inhumé grâce à son jubilé, Trémentines, 1690 — Feuilles d’ardoise

1 commentaire

Classé dans Actes insolites

Doyenne à 116 ans

Femme de 116 ans

Cliquer

Après le décès de l’Américaine Susannah Mushatt Jones jeudi, la nouvelle doyenne de l’humanité est une Italienne de 116 ans.

Emma Morano, née le 29 novembre 1899, serait la dernière personne connue au monde qui soit née au XIXe siècle, selon l’association Gerontology Research group.

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Actes insolites

5 mars 1885 – Le bigame Maisonnais

1885 – Le bigame Maisonnais

« Le bigame, nous ne pouvons éviter de conter son histoire invraisemblable
Un nommé L.., marié, habitant Paris, ayant fréquemment affaire à Alfortville, fit la connaissance d’une charmante personne, Mlle L…, dont les parents tenaient une auberge. Il lui fit la cour, et, voyant que la conclusion rêvée ne pourrait avoir lieu qu’après le prononcé du oui traditionnel, il la demanda en mariage et fut agréé.
Pour se donner l’apparence de l’aisance, il avait acquis un terrain à crédit, et fait commencer une construction.

Les formalités remplies, le mariage eut lieu le 5 mars 1885 à la Mairie de Maisons-Alfort ; M. Mignard, adjoint, présida à cette cérémonie.
L… n’avait pas cessé d’habiter avec sa femme, et, le matin même, pour la quitter en toilette de gala, il avait prétexté le mariage d’un ami ; l’épouse aimable lui avait mis sa cravate blanche.

Guidée par un pressentiment ou un renseignement, la légitime n° 1 se rendait quelques heures après à la Mairie de Maisons, où elle se convainquait rapidement du crime de son époux. Le mariage était conclu ; il s’agissait d’empêcher qu’il fût consommé ; elle partit avec le secrétaire de la mairie pour Saint-Mandé, où avait lieu la noce, et arriva au milieu de la fête. Ayant fait demander le père de la mariée, elle lui expliqua la chose. Le coupable, mis en éveil par les allées et venues, put s’enfuir ; poursuivi et atteint, il allait passer un mauvais quart d’heure entre les mains de son beau-père, quand des spectateurs, qui ne savaient rien de l’affaire, vinrent à son aide, prirent fait et cause pour lui, et houspillèrent quelque peu le poursuivant pendant que son gendre s’échappait.

Le bigame fut arrêté quelques jours après chez sa première femme, qui, peu rancunière, le cachait. Il est naturellement jugé et condamné.
Mlle L…, qui avait été mariée sans l’être, s’est remariée depuis pour de bon. »

Par Amédée Chenal Maire de Maisons-Alfort (1898)

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Actes insolites, Maisons-Alfort

14 janvier 1989 – Sextuplés

Sextuplés nés le 14 janvier 1989 à Port-Royal (Paris) : Gaëlle, Mélanie, Doriane, Coralie, Cédric et Kevin. Les parents Daniel et Marie-Claude ADAM habitaient en Seine-Maritime.

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Actes insolites

9 juin 1842 : Carte de Saillie

 

Carte-de-Saillie

Poster un commentaire

Classé dans Actes insolites, Ecole Vétérinaire - ENVA

Avez-vous la réponse ? (24)

Hier lors de la permanence du CGMA nous avons rencontré dans acte du début du XIXe siècle l’expression « fils paternel de ».

*
Nous étions familiers des expressions « oncle paternel ou maternel » et « petit-fils paternel ou maternel de », mais nous ne nous expliquons pas l’origine de l’expression « fils paternel de », pouvez-vous nous éclairer ?

*
Des exemples dans cet acte trouvé sur la toile :
http://jeanluc.dron.free.fr/jld/f1411.htm

Merci d’éclairer notre lanterne.

*

2 Commentaires

Classé dans Actes insolites, Questions / Réponses

26 juillet 1800 – Mariage au chef-lieu de Canton

Lors de vos recherches n’oubliez pas que :
De septembre 1898 à 1800, le lieu du mariage était le chef-lieu de canton, et seulement les décadis (jour chômé, le dixième et dernier de la décade dans le calendrier républicain. Ces contraintes furent supprimées le 7 thermidor an VIII (26 juillet 1800)
Pour vos recherches sur Maisons-Alfort, le canton était Charenton-le-Pont

Poster un commentaire

Classé dans Actes insolites, Ephéméride