Archives quotidiennes : 10 avril 2018

Jeu mathématique : les pépites du bijoutier

Cliquer


 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans A utiliser

Presse people et mariage !

Cliquer


Faux semblants et sentiments. Selon une information rapportée par La Provence ce lundi, les juges de la cour d’appel d’Aix-en-Provence ont annulé une union après avoir remarqué une chose étrange… A leurs yeux, le marié ne souriait pas assez sur les photos de mariage.

Les amoureux se sont rencontrés en 2005 sur leur lieu de travail. Très vite sous le charme l’un de l’autre, Malika, comptable de 48 ans, et son compagnon, décident la même année de se dire oui pour la vie. Le rêve n’a pourtant pas tardé à se briser.

« Il y a eu un changement de comportement chez lui. C’était très dur pour moi d’avaler la pilule. J’ai compris que je vivais avec quelqu’un qui me mentait », a confié la mariée qui commençait à avoir des doutes quant à la sincérité de son mari. Selon La Provence, le mari était même revenu « provocateur, agressif, violent ».  Il s’est avéré que Malika avait vu juste. Son mari a demandé le divorce, et Malika servait en réalité « d’appât pour lui permettre d’obtenir un droit de séjour en France. »

« J’ai décidé de sortir les griffes »

Pour Malika, il était absolument hors de question de se laisser faire. Prenant les devants, elle a finalement saisi la justice et a demandé l’annulation de son mariage. « Pour moi, c’est comme s’il n’avait jamais existé. J’ai décidé de sortir les griffes », a-t-elle livré.

Son avocate, Maître Isabelle Terrin, a expliqué à La Provence : « Lorsque l’un des époux joue le jeu de la séduction à l’autre pour des raisons administratives, cela crée des désastres dans la vie privée du futur conjoint utilisé comme un passeport. »

Au final, Malika a obtenu gain de cause. Son mariage « gris » (lorsque l’un des époux est de nationalité étrangère et trompe l’autre sur ses sentiments amoureux réels) a été annulé. La justice a notamment motivé sa décision en se basant sur les photos du mariage, estimant que les sentiments du marié n’étaient pas crédibles : il se souriait pas assez. Ironie de l’histoire, c’est le mari lui-même qui a transmis ces photos à la cour d’appel.


 

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Histoire locale

Les archives d’hier à aujourd’hui

Ce mois-ci un article dans le « Le magazine du département »

Cliquer


Les articles sont disponibles sur les pages 26 à 34


Page 34

 

Poster un commentaire

Classé dans Archives, Archives Départementales 94

Le coin des adhérents (0024) : 3 avril 2018

(107 avenue Gambetta derrière le bâtiment.) de 14h à 16h.
Mardi 3 avril – Permanence M24
14 présents.
Saison 2017-2018
Présence moyenne : 13,25 adhérents les mardis.
Présence moyenne : 19,4 adhérents les mardis, samedis et dimanches.

Permanences 2017-2018 et activités
Le Planning saison 2017-2018 est disponible sur le blog.

Les prochains rendez-vous en 2017 (saison 2017-2018)
Les dates clefs du planning 2017-2018
AVRIL

mardi 3 avril 2018 – M24

mardi 10 avril 2018 – M25

Vacances de printemps : samedi 14 avril 2018 au lundi 30 avril 2018

MAI

mardi 15 mai 2018 – M26

mardi 22 mai 2018 – M27

lundi 28 mai 2018 – Conseil d’administration du CGMA

JUIN

mardi 6 juin 2018 – M28

mardi 13 juin 2018 – M29

mardi 20 juin 2018 – M30

mardi 27 juin 2018 – M31

JUILLET

mardi 3 juillet 2018 – M32

Vacances scolaires samedi 7 juillet 2018

**********************************

 

Entraide généalogique (Suite)

Recherche :

Lieu et date de décès de REISSER Karl Joseph, né à Mutzig dans le Bas Rhin, le 11avril 1875.

Suite à ses nombreuses consultations du forum « Généanet », Maryse propose à Monique d’effectuer une demande de recherche au service allemand « WAST ».

Les archives du Deutsche Dienststelle « WAST » sont composées des documents de la Wehrmacht, de la Kriegsmarine et d’autres sources. Ces archives contiennent des données nominatives sur les pertes allemandes, sur les prisonniers de guerre, etc. Les fichiers forment une source d’archives importante pour de futures recherches historiques (wikipédia)

 Entraide informatique

Comment agrandir, et ou capturer une page d’état civil lorsque le logiciel de visualisation ne le permet pas ?

  • Avec l’outil capture d’écran de Windows

Puis sélectionnez la zone de l’écran que vous souhaitez capturer.

  • Avec la touche Impr. Ecran 

 

 

Ouvrez ensuite Paint , puis Coller la vue, et redimensionner la capture au format désiré

 

 

Copier la sélection sur Word ou autre logiciel de traitement de texte.

 Moment de détente proposé par Maryse :

Enigme : En s’appuyant sur trois indices Maryse nous demande de retrouver leur point commun :

 Indice n°1 :

 

Pélègre

Rutilius

Dorilius

 

Indice n°2 :

 

ARCA

 

 

Indice n°3 :

 

Terre des communs

Terre des seigneurs

 

 

Réponse : les trois indices évoquaient « La CORSE »

 

  • Pélègre, Rutilius et Dorilius sont des prénoms peu communs issus de ses recherches généalogiques de la famille « DARI »

 

  • ARCA, du latin arcum, petit coffre et par extension cercueil, ou fosse commune.

Au XVIII ème siècle, on enterrait les indigents, les membres du clergé et pour certaines communes et par souci d’égalité tous les habitants.

(Route de l’Arca, Domaine de l’Arca, et le village de l’ARCA)

 

  • Terre de communs, terre des seigneurs

La Corse est divisée en deux régions, délimitées par  une barrière montagneuse

 

L’en-deçà des monts, dit Terre de communs « Haute Corse »

L’au-delà des monts, dit Terre des seigneurs, (famille Cinarchési) « Corse du sud »

 

 

Exposé Edith G

Les Chevaleresses : Femmes guerrières combattantes à cheval

 

Comme le précise Edith, la participation des femmes dans les conflits guerriers ont depuis toujours été occultées par les historiens, puisque considérées comme étant qu’un objet d’échange entre lignées dont l’objectif est de faire des héritiers mâles.

Pourtant dés le moyen âge la chevalerie n’est pas qu’une réalité guerrière mais aussi une idéologie partagée aussi bien par les hommes que par les femmes.

 

On trouve ces femmes dans :

 

Les croisades : souvent décrites comme prostituées ou vivandières, plusieurs chroniqueurs musulmans évoquent la présence de femmes ayant délaissées leur voile pour le casque.

 

Les ordres militaires et religieux :

Création de monastères doubles – maisons féminines

Dans les œuvres de charité et assistance aux malades (Les chevaliers teutoniques)

En tant que guerrières à part entière (Ordres ibériques)

 

 

Les ordres féminins : ordre militaire des dames de la Hache en Catalogne

 

Les ordres honorifiques aristocratiques :

            L’ordre de la Cordelière

L’Ordre des Esclaves de la Vertu

L’ordre de la vraie Croix

L’ordre de la mouche à miel

 

Les femmes chevaleresses investissent également les ordres anglais, français, italiens, germaniques jusqu’à la renaissance.

 

La littérature du XII et XIIIe siècle :

Quelques exemples : « Le chevalier à la charrette » en l’honneur de Marie Champagne

Le fabliau érotique : la terrible Bérangier au long cul.

 

Puis surtout après l’apparition des Neuf preux entre 1312 et 1313, roman en vers de Jacques de Longuyon « les vœux du paon », l’invention des neuf preuses, issues de la mythologie antique, toutes païennes et n’hésitant pas à verser leur sang

De son vivant Jeanne d’Arc était qualifiée de 10ème preuse.

 

Portrait de deux chevaleresses, ancêtres d’Edith :

 

Sykelgaite-Sikelgaita de Salerne :

Fille du prince lombard de Salerne Guaimar IV, elle épouse en 1058 le duc d’Apulie Robert Guiscard.

Véritable Walkyrie, elle accompagnera son époux dans la difficile conquête de la Sicile et sera qualifiée de duchesse.

A la mort de Robert Guiscard,  le 17 juillet 1085, Sykelgaite « se lamente, déchire ses vêtements, se lacère les joues de ses ongles et s’arrache les cheveux de désespoir ».

Source bibliographie : Bohémond d’Antioche : Chevalier d’Aventure Broché – 5 septembre 2007 de Jean Flori

Alix de Montmorency, comtesse de Montfort

Alix, sœur de Matthieu de Montmorency, conduit les renforts demandés par son mari après la prise de Béziers le 21 juillet 1209 et c’est grâce à ténacité et don énergie que l’armée s’empara de Termes.

« Si quelqu’un voulait accéder au château, il fallait d’abord se précipiter dans l’abime, puis pour ainsi dire ramper vers le ciel » note un chroniqueur.

 

Bibliographies :

Les Montmorency de Françoise Kermina (Ed Perrin)

Le bucher de Montségur de Zoé Oldenbourg (Ed Gallimard)

 

BLOG du CGMA – Z compléments
A ce jour voici les dossiers déjà parus :
Z compléments

Z PAPAMA
            PAPAMA (1) : Les ouvrages de l’AMAH
            PAPAMA (2) : Les ouvrages de l’AMAH les ouvrages
***********************************

Tous les articles : Le coin des adhérents
Contact : cgma94@yahoo.fr
Le-coin-des-adhérents

Poster un commentaire

Classé dans A lire

Joseph MOUQUIN né à Salans (Jura) : le soldat oublié

 


Le soldat oublié

Le 16 août 1870, les troupes de Napoléon III et du Roi des Prusses Guillaume 1er s’affrontent à proximité de Mars la Tour, village de Meurthe et Moselle. Plusieurs milliers d’hommes périront sur les champs de bataille, d’autres meurent chez l’habitant comme Joseph MOUQUIN
(L’acte de décès indique décédé au domicile de Jean-Baptiste PIERLOT)
Inhumé au sein du carré Prussien du cimetière de Mars la Tour.
Une plaque commémorative parmi beaucoup d’autres, se trouve à l’intérieur de l’église de ce même village.

Sur le monument funéraire on peut lire :
Joseph MOUQUIN né à Salans (Jura)
Soldat au 73e de ligne
Blessé au champ d’honneur le 16 août 1870
Décédé de ses blessures le 6 décembre 1870.

Des recherches personnelles conduisent un représentant du Souvenir Français de Mars la Tour (57) sur un site internet qui appartient à  Annie Guillemin secrétaire du Souvenir Français de Dampierre et Conseillère municipale de Salans. Il prend contact avec elle car il s’étonne que la commune de Salans ne donne aucun renseignement sur cet habitant.

Des recherches sont donc entreprises par cette dernière.
L’acte de décès de Mars la Tour précise « âgé de 27 ans », donc né en 1843. Dans l’état civil de Salans  se trouve uniquement « MOUQUIN Claude Joseph ». Il fallait donc trouver le lien entre Claude Joseph et Joseph MOUQUIN.

C’est maintenant chose faite. Grâce à l’entraide, la fiche militaire trouvée au « Service historique de Vincennes » permet d’affirmer qu’il s’agit de la même personne. En effet on peut lire sur ce document:

Mouquin Claude Joseph né à Salans Jura le 9 juin 1843, fils de feu  Jean Mouquin et de feue Thérèse Michoullier avec les annotations :

Jambe droite emportée par une bombe le 16 août 1870 à la bataille de Gravelote, décédé le 6 décembre 1870 à Mars la Tour des suites de ses blessures.
Le conseil municipal de Salans va étudier toutes les possibilités de rendre hommage à la mémoire du « Soldat oublié ».



Accueil le site animé par Annie Guillemain Salans (39)

Nouveau : Photos anciennes de l’école de Salans…
Le soldat oublié (1870)

19321934193619381892/197419761979/801981198319841987/88

     Fraisans, les morts pour la France

     Forges de Fraisans – Les morts pour la France

        L’évolution du nombre d’habitants à Salans

L’arbre généalogique est une bonne chose à condition de ne pas y rester perché. C’est pourquoi chaque génération se doit de faire un effort personnel et d’apporter sa pierre à l’édifice familial.

Citations de A. E. Janssen


Les Soldats de Salans sur le monument aux Morts

Nom Prénoms Conflit Date & lieu de décès Sépulture

 

1914-1918 20/01/1916 Bussang (88)

BONTEMPS Gustave

1914-1918 22/08/1918 Pont-Sainte-Maxence (60) Sépulture

CUISANCE Georges

1939-1945 1945

CYR Germain Alfred

1914-1918 16/10/1916 Fresnes-Mazancourt (80)

DELOEUVRE Charles Armand

1914-1918 14/05/1918 Haringe Belgique

ECHEMENT Auguste

1914-1918 11/05/1915

GINDRE Jules

1914-1918 16/07/1918

GIRARDOT Laurent Armand

1914-1918 01/08/1917 Grécourt (80) Sépulture

LEROUX Alfred Julien

1914-1918 21/09/1914 Doncières (88)

MENETRIER Armand

1914-1918 30/10/1918 Beauvais (60)

MOLLET Charles

Guerre d’Algérie 08/10/1959 Algérie Sépulture

MOUREY Henri

1914-1918 13/09/1914

MOUREY Renobert Jean Claude Lucien

1914-1918 15/08/1915 Hartmannswiller (68)

POTIER Claude Ernest

1914-1918 17/04/1918 Eecke (59) Sépulture

TISSERAND Maurice Lucien

1914-1918 18/07/1918 Faverolles (02) Sépulture

VIVIER Marius

1914-1918 04/08/1916 Chalon-sur-Saône (71)

Annie, il manque Joseph MOUQUIN sur le Monument aux Morts, Amicalement


 

Poster un commentaire

Classé dans A lire

Voies Maisonnaises : rue du Cormoran

Nom Cormoran
Type rue du
Quartier Charentonneau
S’appellera Rue Guy Môquet à partir de 1944
Situation 1910 : va de l’avenue Gambetta à la rue de Flandre
1934 (plan) : va de l’avenue Gambetta à l’avenue Foch
Existe 2018 A changé de nom
Divers Apparaît en 1903
Délibération du 08.04.1906 : voirie urbaine
Délibérations des 25.12.1923 et 18.11.1925 : voirie communale
Anciennes voies Cormoran (rue du)
Concordance Rue Guy Môquet

Extrait de l’Atlas des communes du Département de la Seine 1896-1900

Iles : Enfer – Charentonneau et Cormoran 


 

Poster un commentaire

Classé dans Dico Voie MA