Voies Maisonnaises : place Delalain

Nom Delalain
Type place
Prénom Camille
Nom Delalain
Quartier Charentonneau
Dénomination Dénommée le 17.03.1910
Inauguration Place Henri Barbusse à partir de 1935,

puis place de Varsovie à partir de 1939,

à nouveau place Henri Barbusse (plan 1946)

puis place René Coty en 1962.

Situation 1910 : donne sur les rues de Bretagne et Joinville et les avenues Saint-Maurice et Gambetta.
1934 (plan) : donne sur les rues de Bretagne et Joinville et les avenues Saint-Maurice et Gambetta.
Célébrité ou histoire Madame Delalain donna des terrains sur Charentonneau à la commune, pour construire l’église Notre-Dame du Sacré Cœur et la place.
Anciennes voies Delalain (place)
Concordance Place René Coty
Bienfaiteur
Donateur
Bienfaitrice
Célébrité /
locales
Camille Delalain

Lire les textes

Voies Maisonnaises : rue Delalain

2 octobre 1902 : Charentonneau, Veuve DELALAIN


Tous les articles Dico Voie MA


Texte d’Amédée Chenal extrait de

Histoire de Maisons-Alfort  et  d’Alfortville 

Depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours

1898 – Maire de Maisons-Alfort

 

Le baron Rodier Salièges devint acquéreur du domaine de Charentonneau le 31 janvier 1808. Il fut arrondi à diverses reprises, jusqu’à devenir plus étendu qu’il ne l’avait jamais été. Afin de faire disparaître les dernières enclaves, son possesseur acquit en 1810 deux pièces de terre sises à l’entrée de l’avenue en bordure de la route, de sorte que les clôtures, murs et haies, établies quelques années après, enfermèrent près de 200 hectares d’un seul tenant.

A la mort de M. Rodier, ses héritiers, MM. Pelet de la Lozère, Ravault et Rodier, le firent vendre sur licitation. M. Grimoult en acquit la plus grande partie, notamment celle close, le 17 août 1833 ; il a appartenu depuis à ses descendants, la famille Jouët-Pastré.

Depuis quelques années, on en a distrait successivement les terres non comprises dans l’enclos ; notamment, l’emplacement d’une portion du cimetière, une petite pièce au Moulin Neuf, le Champ Corbilly, dont les rues Jouët, Delalain et Grimoult ont pris les noms des anciens propriétaires ; puis le Buisson Joyeux, et d’autres pièces plus éloignées. Le château actuel n’a rien du vieux manoir féodal.

Si l’on s’y rend par l’avenue, on rencontre d’abord les bâtiments de la ferme, placés en arrière d’une place plantée de marronniers et paraissant de construction assez ancienne ; l’un de ces bâtiments, de forme circulaire, est couronné d’un clocheton.

Le principal corps de logis, auquel, d’après des titres anciens, on arrivait autrefois « par un chemin bordé de barrières, avec lunes et demi-lunes », est séparé de l’avenue par un fossé. On accède à la cour d’honneur par un pont fermé d’une grille. Cet édifice n’est pas bien remarquable, la façade en est simple ; seul le toit élevé rappelle le style Louis XIII. Sur le derrière, à gauche, il est flanqué d’une petite tourelle couverte en poivrière.

D’autres constructions moins importantes bordent la cour du côté droit ; on pénètre dans la première en franchissant le fossé, qui fait retour ; les autres sont de plain-pied.


Localisation de la place actuelle René Coty (ex Varsovie et Henri Barbusse)

Place et parc René COTY


 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Dico Voie MA

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s