Saint-Pierre Lespéret : Le rideau rouge et André Chénier

Vraies ou fausses, les histoires familiales franchissent les générations.

Ces histoires sont fortement ancrées dans la mémoire des familles.
Mais elles laissent les généalogistes dubitatifs.
Souvent pendant des années ils ne savent pas faire la part entre l’histoire ou la légende.
Les généalogistes se mettent à la recherche du moindre indice.

L’histoire du « rideau rouge » de Henry Saint-Pierre Lespéret est restée longtemps pour moi une interrogation.
Un livre écrit par le général Antoine Noguès, gendre de Saint-Pierre , allait me confirmer que cette histoire n’était pas une légende.

« Mémoires du Général NOGUES (1777-1853) sur les guerres de l’Empire »
publiés par la Baron André de Maricourt -1922

L’extrait ci-dessous a été écrit dans l’introduction de ce livre par le Baron André de Maricourt.
Une introduction où fourmillent de nombreuses autres anecdotes familiales.

“ Les Saint-Pierre étaient voisins des Noguès. Ils tirent leur surnom du bourg de Lespéret, situé dans les Hautes-Pyrénées, non loin de Castelnau (-Rivière-Basse).

….

Quant à Saint-Pierre Lespéret, beau-père de Noguès, il appartient un peu à l’histoire.

Homme de haute culture et d’intelligence remarquable c’était bien un de ces types de la haute bourgeoisie jusqu’en 1789 que la province aima à envoyer à Paris pour y représenter ses intérêts

Député du Gers, il siégea parmi les Girondins et devint l’ami personnel de Vergniaud et Gensonné.

Il fut incarcéré pendant la terreur et le 9 thermidor sauva sa tête. On a publié ses lettres écrites à sa femme de la prison Sainte-Pélagie, mais dépouillé de tout caractère intime elles perdent beaucoup de leur intérêt.
Après la Révolution, il continua de représenter le département du Gers et il s’attacha à l’Empereur qui désirait le rallier et l’anoblit. Vice-président du corps législatif, grand propriétaire terrien, il exerça dans le Gers la plus large hospitalité et rivalisa de bonté avec sa femme. Petit, gracile, d’aspect doux et bienveillant, doué d’une urbanité parfaite, il était cependant d’une force hors de pair à l’épée. Son caractère était d’un rare sang froid et diverses anecdotes inédites concernant sa détention méritent d’être rapportées.

Il était compagnon de prison d’André Chénier dont il devint l’ami. Leurs cellules faisaient vis-à-vis. Un rideau rouge voilait la fenêtre de Saint-Pierre. Chénier, désireux d’être prévenu à temps pour se préparer à la mort, si Saint-Pierre connaissait avant lui l’arrêt du tribunal révolutionnaire le concernant, lui avait demandé à cette heure redoutable de laisser tomber, comme signal, le sinistre rideau … Ainsi fut il … et bien qu’obéissant au suprême désir d’un ami, Saint-Pierre, jusqu’à sa mort fut hanté par le souvenir de ce geste qui lui apparaissait comme celui d’un bourreau.

Lui-même, en prison, attendait la mort avec calme et s’absorbait dans la traduction d’un ouvrage anglais de grande valeur. Quant au 9 thermidor on lui annonça sa liberté, il demanda la faveur de demeurer un jour de plus dans sa cellule pour terminer, dans le recueillement, l’ouvrage qu’il achevait. ”

Henry Saint-Pierre Lespéret est le sosa n°42 de J. MALARTIC mon beau-père.
La propriété dite de Lespéret est depuis plus de quatre siècles restée dans la famille.

Article de Joël

saint-pierre-lesperet

Henry SAINT-PIERRE LESPERET (1761 – 1847)

Les descendants de Henri SAINT-PIERRE LESPERET (42) et Catherine DUCUING (43)

1 Jeanne Dominiquette SAINT-PIERRE (17-06-1786 – 24-09-1864) (21)
x 10-05-1808 Jean-Baptiste DUCUING (20)
(20-07-1780 – 26-01-1813)

11 Ferdinand DUCUING (23-03-1809 – 11-11-1873) Marine Marchande puis
Ministère des Finances.
x 17-04-1849 Adèle MAGENC fille d’un Propriétaire à Plaisance.
(02-07-1823 – 03-11-1905 à Saint Maixent)

12 Henri DUCUING (10) (22-11-1812 – 07-11-1866) Avocat à Tarbes
x 25-02-1840 Evelina LEBRUN (11) fille de l’Avocat Jean-Paul LEBRUN
(18-12-1819 – 22-10-1885) de Tarbes

121 Henriette DUCUING (5) (10-11-1840 – 07-05-1919) de Tarbes
x 06-09-1860 Anicet MALARTIC (4)
(17-04-1836 – 02-07-1922) Juge
1211 Evelyne MALARTIC x A : LABORDE-LACOSTE
(1861-1952) Capitaine de Gendarmerie
x B : MUE
Directeur des Contributions Indirectes
1212 Clotilde MALARTIC x Gabriel FOCH
(1865-1944) Avoué (1850-1925)
1213 Henri MALARTIC (2) x Lucy DUFRAISSE (3)
Chirurgien (1873-1963) (1881-1964)

2 Emile Jean Baptiste Quitterie SAINT-PIERRE (1793 – 18-05-1834)
x – -1828 LESBAZEILLES ( – 1847)

3 Marie Jeanne Pélagie (dite Jenny) SAINT-PIERRE (03-01-1794 – 21-04-1884)
x 14-04-1815 Antoine NOGUES (Général)
(07-05-1777 – 21-12-1853)

31 Henry (1816 – 1840)
32 Caroline (1817 – 1831)
33 Edmond (1820 – 1883)

4 Dominique Joseph Urbain SAINT-PIERRE (27-06-1800 – 14-04-1865)
41 Henry (1840 – 1871)
x – -1858/ Juliette De PORQUEVILLE
( – 1880)

Adhérent-CGMA-Joël-007


http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/15923


 

Publicités

7 Commentaires

Classé dans Adhérents, Anecdotes, Généalogie des adhérents, Histoire, Personnalité

7 réponses à “Saint-Pierre Lespéret : Le rideau rouge et André Chénier

  1. Bonjour cousin,
    Je suis très occupé en ce moment (préparation exposition du CGMA).
    J’ai une copie de l’ouvrage de mon cousin Pierre BERTIAUX que j’ai connu à Castelnau-Rivière-Basse.
    J’essaye depuis des années de transcrire cet ouvrage dactylographié.
    C’est long !
    Je vous ferai parvenir ce que j’ai déjà transcrit.
    Au plaisir de vous lire.
    Ecrivez moi par mail.

    J'aime

  2. Eric Mousson-Lestang

    Où peut-on se procurer une copie de l’ouvrage du colonel Pierre Bertiaux: « Le chevalier Henri Saint-Pierre Lesperet » ?

    Eric Mousson-Lestang
    Bordeaux

    J'aime

  3. Connaissez-vous le lien de parentés entres Saint-Pierre et ceux de cet article ?

    J'aime

  4. Hugues de Pouqueville

    Bonjour,
    Je suis un descendant de la famille d’Elisa Boulard de Pouqueville, qui épousa le 16 février 1828 Urbain Dominique Saint Pierre-Lesperet, juge au Tribunal Civil de Mont-de-Marsan. Leur fils unique Hugues Henri de Saint-Pierre épousa le 5 octobre 1870 à Biarritz Juliette Van Daventer, en lui léguant tous ses biens, puis se suicida le 5 décembre, deux mois après. Après un long procès, un « pacte de famille » fut conclu en 1873 (dont nous avons l’original) qui laissait un quart de cette fortune à la mère, plus un quart en usufruit. Le reste fut pris par Richard Viot, qui avait épousé la veuve Juliette peu après le suicide de son mari. Celle-ci décéda deux ans après et Richard Viot perdit cette fortune dans des placements hasardeux. Elisa se tourna vers la religion « de façon excessive » et légua ses biens à l’Eglise. La fortune de Henri Saint-Pierre était assez considérable, car il avait hérité de son père et surtout de sa mère Elisa, née Boulard et épouse de Pouqueville, filleule de Hugues de Pouqueville et la « presque fille adoptive » de son frère François. Tous deux avaient joué des rôles majeurs dans la libération de la Grèce (voir l’article « François Pouqueville » dans Wikipedia, truffé d’erreurs, mais qui montre leur importance). Les livres de François, fondateur du Philhéllénisme, étaient traduits dans toute l’Europe. De plus, sa compagne Henriette Lorimier était un portraitiste célèbre. Tous deux avaient fait d’Elisa leur héritière.

    J'aime

  5. Bonsoir Elodie,
    J’ai connu votre Grand-Père à Castelnau-Rivière-Basse.
    Je connais presque par coeur son livre sur le Chevalier Saint-Pierre-Lespéret. C’est ma bible pour la branche paternelle de mon épouse. Comme dans tous les domaines, nous avons des maîtres, Pierre le fut et l’ai encore pour moi en généalogie, j’ai complété ses recherches à ma manière en y ajoutant des photos des arbres.
    Bien amicalement chère cousine.
    Joël

    J'aime

  6. Elodie M

    Bonjour,
    Mon grand-père, Pierre Bertiaux, a écrit un livre concernant Henry Saint Pierre de Lesperet et sa famille. Connaissez vous ce livre ? Peut être seriez vous intéressé par d’autres informations. Cordialement, EM

    J'aime

  7. LUCBEREILH

    Bonjour,

    Dans la généalogie ci-dessus vous citez le capitaine de gendarmerie Laborde-Lacoste. Il était issu d’une famille de la vallée d’Aspe en Béarn (Sarrance). Si vous souhaitez des renseignements complémentaires je suis à votre disposition. Cordialement. Bruno Lucbéreilh

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s