Arthur CROQUETTE fusillé le 23 août 1944 à Charenton-le-Pont

croquette-arthur

CROQUETTE Arthur Romain Élie

Adjudant – Résistance  F.F.I.
+ 23/08/1944 Charenton-le-Pont 94

Autres informations militaires : Légion d’Honneur – Agent de liaison de la Défense Passive –

Décorations
Légion d'Honneur
Naissance
Date : 16/03/1893
Département : 59 – Nord
Commune : Bailleul
Situation familiale : Fils de Georges Élie et de BAILLEUL Julienne Hélène, marié avec FLEURY Renée Valentine Marie le 01/03/1924 à Charenton-le-Pont (94)
Décès : 23/08/1944  (51 ans)
Département : 94 – Val-de-Marne
Commune : Charenton-le-Pont
Lieu, complément : Devant le pont de Charenton
Genre de mort : Tué à l’ennemi
Mention Mort pour la France : Oui, cote AC 21 P 110609

Domicilié à Charenton-le-Pont 94 – Pas de fiche SdG

Figure sur le Maitron

http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article176957, notice CROQUETTE Arthur, Romain, Élie par Daniel Grason, version mise en ligne le 24 novembre 2015, dernière modification le 1er novembre 2016.

Né le 16 mars 1893 à Bailleul (Nord), tué le 23 août 1944 devant le pont de Charenton-le-Pont (Seine, Val-de-Marne) ; membre de la Défense passive ; adjudant F.F.I.

La notice complète comporte 1824 signes dont voici quelques lignes

« Son nom figure sur le Monument aux morts de sa commune natale, ainsi que sur liste commémorative en mairie de Charenton-le-Pont aux côtés des morts des guerres de 1914-1918 et 1939-1945. Près du lieu où il trouva la mort, une plaque : « Ici est tombé le 23 août 1944 Arthur Croquette dans la lutte pour la Libération de Paris ». Le conseil municipal de la ville donna son nom à une rue de la ville.
Le ministère des Anciens combattants et Victimes de guerre lui attribua le 14 septembre 1945 la mention « Mort pour la France », il fut décoré de la Légion d’Honneur à titre posthume, homologué FFI. Son nom figure sur le monument de la Défense passive au cimetière du Montparnasse à Paris (XIVe arr.), ainsi que sur la liste des policiers morts pour la Libération de Paris au Musée de la police au 4 rue de la Montagne Sainte-Geneviève à Paris (Ve arr.). »

Lire également l’article de Gilles PRIMOULT

http://liberation-de-paris.gilles-primout.fr/les-equipiers-de-la-defense-passive

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 39-45

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s