Archives quotidiennes : 22 octobre 2017

22 octobre 1955 – Carte d’identité

Par décret du 22 octobre 1955 est définie la carte d’identité, document officiel délivré par les préfectures et sous-préfectures à en-tête de la République Française. Valable dix ans à partir de la date d’émission.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride

Yoga : 10 postures faciles pour soulager le mal de dos — Elya Marsaux — Les astuces de Grand- Mère

De nos jours et de plus en plus, nous sommes beaucoup à ressentir un mal de dos plus ou moins douloureux, une gêne constante due à une mauvaise posture quotidienne, un travail où l’on est confronté à des charges lourdes… C’est pourquoi après vous avoir concocté un article de Yoga pour s’endormir comme un bébé, je vais […]

via Yoga : 10 postures faciles pour soulager le mal de dos — Elya Marsaux — Les astuces de Grand- Mère

Poster un commentaire

Classé dans A lire

Jean BART (1650-1702)

Jean BART 1650-1702

Cliquer

 

Poster un commentaire

Classé dans Histoire

22 octobre 1941 – Guy MÔQUET. « Ma petite maman chérie, … »

1941 – Lettre de Guy Môquet

Dirigeant de la Jeunesse Communiste. Fusillé à dix-sept ans à Châteaubriant le 22 octobre 1941. Dans sa dernière lettre il écrit

“Vous tous qui restez, soyez dignes de nous, les vingt-sept qui allons mourir”.

Lettre de Guy à sa famille – 22 octobre 1941

« Ma petite maman chérie,

mon tout petit frère adoré

mon petit papa aimé »

« Je vais mourir ! Ce que je vous demande, toi, en particulier ma petite maman, c’est d’être courageuse. Je le suis et je veux l’être autant que ceux qui sont passés avant moi. Certes, j’aurais voulu vivre. Mais ce que je souhaite de tout mon cœur, c’est que ma mort serve à quelque chose. Je n’ai pas eu le temps d’embrasser Jean. J’ai embrassé mes deux frères Roger et Rino. Quant au véritable je ne peux le faire hélas ! J’espère que toutes mes affaires te seront renvoyées elles pourront servir à Serge, qui je l’escompte sera fier de les porter un jour. A toi petit papa, si je t’ai fait ainsi qu’à ma petite maman, bien des peines, je te salue une dernière fois. Sache que j’ai fait de mon mieux pour suivre la voie que tu m’as tracée.

Un dernier adieu à tous mes amis, à mon frère que j’aime beaucoup. Qu’il étudie bien pour être plus tard un homme.

17 ans 1/2, ma vie a été courte, je n’ai aucun regret, si ce n’est de vous quitter tous. Je vais mourir avec Tintin, Michel. Maman, ce que je te demande, ce que je veux que tu me promettes, c’est d’être courageuse et de surmonter ta peine.

Je ne peux en mettre davantage. Je vous quitte tous, toutes, toi maman, Serge, papa, en vous embrassant de tout mon cœur d’enfant. Courage !

Votre Guy qui vous aime

Guy

Dernières pensées : « Vous tous qui restez, soyez dignes de nous, les 27 qui allons mourir !

Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 39-45, Histoire