Archives quotidiennes : 16 juillet 2017

Antoinette Sasse, rebelle, résistante et mécène

« Antoinette Sasse, rebelle, résistante et mécène (1897-1986)

SASSE Antoinette
Anticonformiste, Antoinette Sasse (1897-1986) l’est assurément. Rebelle dans sa vie privée : elle divorce
de Raymond Sachs en 1933. Parfaite illustration de la garçonne des Années folles, sportive et soucieuse
de son image, elle pratique le ski, la natation et conduit sa voiture. Élégante, elle s’habille chez les
grands couturiers – Jeanne Lanvin, Lucien Lelong, Maggy Rouff. Son carnet d’adresses richement fourni –
hommes politiques, diplomates, banquiers, avionneurs mais aussi artistes – lui permet de fréquenter le
Tout-Paris. S’affirmant comme une peintre fauviste, amie de Léger, de Soutine, de Friesz et de Van
Dongen, Antoinette Sasse expose dans différents salons. Femme d’affaires avisée, elle fait fructifier la
fortune dont elle a hérité et s’assure un train de vie exceptionnel.
Résistante dès l’été 1940, elle devient une assistante précieuse pour Jean Moulin qui, limogé de ses
fonctions de préfet, s’installe dans le Midi à Saint-Andiol où il œuvre pour la Résistance.
En plus de cela, Antoinette Sasse travaille en 1942 pour le réseau Gilbert dirigé par son beau-frère, le
Colonel Groussard. Après la guerre, elle met sa ténacité au service de la recherche de la vérité sur
l’arrestation de Jean Moulin jusqu’à ce que justice soit rendue. Son combat pour la mémoire
du grand résistant l’amène à léguer toute sa fortune à la ville de Paris pour réaliser le musée Jean Moulin
inauguré en 1994.
Télécharger le dossier de presse en cliquant ICI
Jusqu’au 29 janvier 2017

Musée du Général Leclerc-de-Hauteclocque et musée Jean-Moulin
23, allée de la 2e-DB, dalle-jardin Atlantique,75015 Paris

http://museesleclercmoulin.paris.fr/

 

*********************

cet article est extrait de

Mémoire Vive

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 39-45

16 juillet 1845 – Chemin de fer Paris vers la Méditerranée

1845 – Chemin de fer Paris vers la Méditerranée

 

Par lettre du 9 septembre 1845, la Préfecture du département de la Seine fait connaître à différentes personnalités notamment à Messieurs les Maires du 8e arrondissement de Paris et des communes de Bercy, Charenton, Maisons-Alfort, Créteil et Choisy, l’arrêté issu des lois des 3 mai 1841, 11 juin 1842 et 16 juillet 1845 :

• la première porte sur l’expropriation pour cause d’utilité publique,

• la deuxième autorise l’établissement d’un chemin de fer se dirigeant de Paris vers la Méditerranée par Lyon, Marseille et Cette (ancien nom de Sète),

• la troisième autorise la concession de la partie du chemin comprise entre Paris et Lyon.

Suit la désignation des localités qui seront traversées dans le département de la Seine : … Il se continuera sur les communes de Bercy et Charenton, en suivant une ligne parallèle à la Seine, jusqu‘à l’embouchure de la Marne ; il franchira ce dernier cours d’eau, au moyen d’un pont placé au-dessous de celui de Charenton, il passera enfin dans la plaine d’Alfort en longeant la route royale n°5 (nationale 6) qu’il laissera sur la gauche, et atteindra ainsi la limite du département après avoir traversé les jardins situés à droite de la commune de Maisons et une partie des territoires de Créteil et Choisy…

 Marcelle Aubert (AMAH)

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Transports, Val de Marne

6 avril 1916 : nous avons travaillé jours et nuits à creuser les tranchées, les boyaux… — Un soldat dans le miroir

Le 6 avril 1916 Chers Parents, Je suis bien portant. Nous sommes relevés ce soir après 8 jours de tranchées. Il est temps. Nous sommes fatigués. Nous avons travaillé jours et nuits à creuser les tranchées, les boyaux, à faire des abris, etc… Les premiers jours, le temps a été favorable, mais avant-hier, il est […]

via 6 avril 1916 : nous avons travaillé jours et nuits à creuser les tranchées, les boyaux… — Un soldat dans le miroir

Poster un commentaire

Classé dans A lire

Article du jour (336) : Quartiers Présidentiels

Cliquer


le 07 Juillet 2017 par Jean-Louis Beaucarnot

Comme évoqué dans le numéro daté juin-juillet 2017 de La Revue française de Généalogie, tous les chercheurs ayant travaillé sur l’arbre généalogique de notre nouveau président de la République se sont cassé les dents sur un de ses ancêtres, Isidore MILLET, ardoisier, né vers 1847 et marié avec Sophie CHA, avant d’avoir une fille, née en 1881, à Germs-sur-l’Oussouet (65).

Qui saura identifier les grands-parents paternels d’Isidore MILLET et trouver la date de leur mariage ? Telle est la réponse à fournir, exprimée ainsi « jour/mois/année ».

A vous de jouer ! Jean-Louis Beaucarnot vous exposera sa démarche de recherche dans le prochain numéro, daté août-septembre 2017.


 

Poster un commentaire

Classé dans A lire, A utiliser, Article du jour

Morts le 16 juillet 1917 (sur MdH)

Cliquer

 

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Morts 14-18

16 juillet 1944, les exécutions de Garzonval (22)

Maleuriou ar vro

Cliquer pour lire l’article

ILS FURENT MASSACRES LE 16 JUILLET 1944

Les 7 de Garzonval

*

Consulter sur MemorialGenWeb le relevé

Stèle commémorative [relevé n° 55646]

Accès direct aux fiches

CORBEL Jean Louis 16/07/1944 Plougonver (22)
LE BERRE François Louis 16/07/1944 Plougonver (22)
LE BERRE François Marie 16/07/1944 Plougonver (22)
MAILLARD Pierre Robert 16/07/1944 Plougonver (22)
SANGUY Marcel Henri Théodore 16/07/1944 Plougonver (22)
SÉCARDIN Pierre 16/07/1944 Plougonver (22)
TORQUÉAU Albert 16/07/1944 Plougonver (22)

*

Autres articles à consulter (2014)

Garzonval. Commémoration du 70e anniversaire – Le Télégramme

Monument de Garzonval en Plougonver – Les Lieux de Mémoire …

Garzonval | Françoise Morvan

parcours d’un résistant FTPF originaire de Louargat

 

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 39-45, Histoire locale, Memorial GenWeb

Déporté Maisonnais 39-45 (16) : GERTLER Gisèle

GERTLER Gisèle née le 5/12/1938 à Maisons-Alfort 94-Val-de-Marne — Enfant arrêtée le 17/07/1942, victime de la rafle des juifs étrangers (rafle du Vél d’Hiv), et internée en camp de transit, séparée de ses parents – Morte en internement en instance de déportation – Fille d’Isaac GERTLER domiciliée au 76, rue de Strasbourg à Maisons-Alfort, sœur de Clara et Hélène – Inscrite au Mur des Noms du Mémorial de la Shoah – Inhumée en premier lieu dans le cimetière communal de Beaune-la-Rolande. – Inhumation Camp d’internement et de transit 45-Loiret Lieu Cimetière communal – Lien MGW GERTLER Gisèle – Déportée Victime civile – Apparaît sur Plaque commémorative école Parmentier [relevé n° 50069] –

Fiche MGW déporté : GERTLER Gisèle

Information :
Née le 05/12/1938 à Maisons-Alfort (94) – Arrêtée le 17/07/1942 et internée à Drancy – Fille d’Isaac GERTLER (+ 1942 Auschwitz) domiciliée au 76 rue de Strasbourg à Maisons-Alfort sœur de Clara et Hélène déportées et mortes aussi à Auschwitz –
Convoi du : Non connu
Au départ de : Non connu
A destination de : Non connue
Date du décès : 27/07/1942
Lieu du décès : Beaune-la-Rolande (45)
Source : MC Beaune-la-Rolande (45)
Référence n° : D-66021

*

 

Poster un commentaire

Classé dans Déportation, Guerre 39-45, Maisons-Alfort, Memorial GenWeb, Relevés du CGMA sur MGW