Archives quotidiennes : 21 juin 2017

S comme SIMON — Feuilles d’ardoise

Cet article aurait pu aussi s’appeler S comme Source introuvable… Olive SIMON (vers 1620 – 9 mars 1687) Voici l’une de mes ancêtres sur laquelle je n’en saurais sans doute jamais beaucoup plus que je n’en sais maintenant, c’est-à-dire quasiment rien… Mais l’évocation d’Olive SIMON me permet de soumettre ici une petite curiosité à laquelle […]

via S comme SIMON — Feuilles d’ardoise

Poster un commentaire

Classé dans A lire

Le grand méchant Renard est un bonbon

Cliquer

 

Poster un commentaire

Classé dans A voir

Lu sur Généanet

Les noms ont une histoire : nous vous proposons de découvrir régulièrement l’origine de quelques patronymes, connus ou moins connus, grâce à notre expert Jean Tosti. Cette semaine, c’est la fête de la musique, intéressons-nous aux noms de quelques artistes d’hier et d’aujourd’hui.

Cliquez sur les noms pour découvrir leur origine !

Cinq compositeurs d’hier :

  • BERLIOZ – 1803-1869 : Hector Berlioz
  • GOUNOD – 1818-1893 : Charles Gounod
  • BIZET – 1838-1875 : Georges Bizet
  • DEBUSSY – 1862-1918 : Claude Debussy
  • RAVEL – 1875-1937 : Maurice Ravel

Cinq chanteuses d’aujourd’hui :

  • GAUTIER – 1961 : Mylène Gautier dite Mylène FARMER
  • PARADIS – 1972 : Vanessa Paradis
  • JACOTEY – 1984 : Alizée Jacotey dite ALIZEE
  • GALICE – 1992 : Jeanne Galice dite JAIN
  • DALMAS – 1998 : Marina Dalmas dite Marina KAYE

Les noms de famille qui font l’actualité


 

Poster un commentaire

Classé dans A lire, A utiliser

Article du jour (329) : Greffe de tête !

Cliquer

 

Poster un commentaire

Classé dans Article du jour

R comme… ressemblance — Un arbre pour racines

Il parait qu’il y a une légère ressemblance entre les femmes de ma branche maternelle, à l’exception de maman qui a pris du côté de son père. Je vous laisse juges… Sources : Abécédaire ABC de Babar / dessiné par Jean de Brunhoff, disponible sur Gallica Papiers et photos de famille

via R comme… ressemblance — Un arbre pour racines

Poster un commentaire

Classé dans A lire

R comme racines — L’arbre de nos ancêtres

Il est fréquent de comparer le généalogiste et le jardinier. L’arboriculteur me semble plus approprié et une récente présentation de l’association « les Croqueurs de Pommes » (dont la mission est de préserver et de mettre en valeur les variétés fruitières) me l’a confirmé. Le conférencier parlait d’arbres, de branches, de racines, tout comme moi ! Quand […]

via R comme racines — L’arbre de nos ancêtres

Poster un commentaire

Classé dans A lire

R comme RÉGIMENT, comme ROYAL et comme ROUSSILLON

Inhumation de Jean BLANCHET, soldat Cavalier au Régiment Royal cavalerie de Roussillon Au cours de mes recherches, j’ai rencontré plusieurs fois des mentions de soldats appartenant à des régiments d’autrefois. Jean Blanchet est de ceux-là. Il appartenait au Régiment Royal Roussillon Cavalerie dont vous pouvez voir ci-dessous les couleurs. J’ai déjà rencontré des soldats de […]

via R comme RÉGIMENT, comme ROYAL et comme ROUSSILLON — Feuilles d’ardoise

Poster un commentaire

Classé dans A lire

R comme Recherché — L’univers de Céline

Le médecin ayant été appelé par des témoins, Garnier pris la fuite en abandonnant ainsi ses enfants. Le pauvre colporteur François Redoux ne survécu pas à ses blessures, il mourut le dix-sept janvier. Des recherches furent entreprises pour retrouver l’accusé. Pendant ce temps celui-ci se cachait dans les bois tentant ainsi de se faire oublier. […]

via R comme Recherché — L’univers de Céline

Poster un commentaire

Classé dans A lire

R comme Retour d’Islande — Graphistory

https://www.google.com/maps/d/embed?mid=1yqCMHO6D3Q_8VT1skyVbzwWDqzo

Paimpol et l’Islande, c’est une longue histoire… En effet, de la fin du XIXème au début du XXème siècle, de nombreux marins partaient depuis l’important port de Paimpol (Côtes-d’Armor) pour la pêche à Islande, une activité alors en plein essor. Ils s’en allaient pêcher la morue à bord de goélettes, pendant des campagnes qui duraient […]

via R comme Retour d’Islande — Graphistory

Poster un commentaire

Classé dans A lire

Canicule : quand va-t-elle s’arrêter chez vous ?

Cliquer

 

Poster un commentaire

Classé dans A utiliser, A voir

R comme RACHEL une vie toute simple. (1889-1965)

        2016-03-17-rachel-expo-cgma

   Panneau réalisé par Lucianne pour l’exposition du CGMA (juin-2016)

Justin Sylvestre MADERS et Alix MOUREAU, les grands-parents de Rachel étaient régisseurs au domaine de Creyssels commune de Meze (Hérault), un important vignoble où son père Justin Joseph passa son enfance avec ses frères et sœurs. Il se maria avec SEGUY Julie une jeune fille de Pinet (Hérault) en 1888.
C’est dans le Château de Creyssels que Rachel grandit avec son frère et sa sœur. Vers 1897 Justin et Julie « montent à Paris » à l’exemple d’autres cousins et s’installent à Alfortville (Seine : aujourd’hui Val-de-Marne), c’est là que nait leur 4ème enfant.
Justin devient tonnelier à Bercy, tandis que Julie s’occupe des enfants.
Vie simple ! Rachel fait sa communion solennelle à 11 ans, et passe son certificat d’études à 12 ans puis au travail : parquetière.
Au décès de son père, en 1906, Rachel à 17 ans Justin Julien 13 ans Germaine 11 ans et Louis 7 ans.
Le 30 juillet 1910, elle épouse Edmond CHAUDY né en 1884 à Charleville (Ardennes), dont toute la famille demeure dans un immeuble en bord de Seine, rue Constantin.
Après le passage à la mairie et à l’église de Vitry-sur-Seine, la noce se transporte au restaurant quai d’Alfort, pour fêter les jeunes mariés.

Rachel et Edmond ont un appartement, rue Constantin, dans le même immeuble que les autres CHAUDY !
Edmond est ouvrier spécialisé (rectifieur, outilleur) dans une usine d’Ivry-sur-Seine.

En 1914, il est mobilisé au 124ème régiment d’infanterie. Il écrit à sa chère Rachel des lettres du Front, qui racontent ce qu’il voit. Ayant reçu une petite somme en héritage, Rachel ira le rejoindre quelques jours.
La spécialité professionnelle d’Edmond, fait qu’il est rappelé à Ivry-sur-Seine et finira la guerre en usine (contrôleur chef de taille).
En 1917 nait Germaine, puis Maurice en 1920.

Rachel élève ses 2 enfants tandis qu’Edmond travaille à l’usine. Le temps passe entre les naissances, mariages, décès, parmi le grande famille CHAUDY et MADERS !
Arrive la guerre 1939-1945. Maurice se marie en janvier 1940 et Germaine en avril 1940.

Rachel et Edmond deviennent grands-parents. Mais les temps sont durs et les bébés manquent de nourriture, toute la famille dans l’immeuble se privent pour eux !
Les usines, très nombreuses à Ivry-sur-Seine, sont bombardées par les alliés.
L’une d’elle tombe sur l’immeuble à côté … tous décédés ! Ne pouvant être identifiés, les locataires seront enterrés dans une fosse commune au vieux cimetière de Vitry.
Rue Constantin, Rachel, sa fille, son petit-fils et la famille réfugiés dans la cave, sont étouffés par la poussière et les gravats. Rachel et Edmond se réfugient chez leur fille et gendre, dans la « Cité des combattants » de Vitry, ils seront rejoints un peu plus tard par un couple d’amis dont le mari est juif.
A la fin de la guerre Rachel et Edmond retournent chez eux, la vie continue ! En bord de Seine le dimanche Edmond fait le passeur avec sa barque entre Vitry et Alfortville. Les jours de marché, sur la place de l’église, il garde les vélos, pour arrondir sa petite retraite d’ouvrier !
En 1960 Edmond décède à l’hôpital d’une péritonite, reconnue trop tard …

Rachel reste seule, à demie aveugle, par le diabète, ses enfants et petits-enfants lui rendent souvent visite … puis la voilà grabataire !
En 1962, 1963 et 1964 elle devient arrière-grand-mère.
En 1965, elle s’éteint dans cette maison qu’elle n’a jamais quittée.

Rachel grand-mère par alliance de Adhérent-CGMA-Luciane-140

2014-03-30-maison-famille-chaudy-maders

2 Rue Constantin – Vitry-sur-Seine – voir Recensement 1911

C’est un petit immeuble en angle de rue, dont une façade donne sur la Seine
Haut de trois étages; le rez-de-chaussée a été jadis occupé par un petit bistrot fréquenté par les promeneurs du dimanche. L’étroite porte d’entrée sur la rue s’ouvre sur une petite cour pavée, fermée par une grille .A gauche une petite maisonnette: la loge de la concierge !
Un escalier de bois mène aux étages .sur chaque palier, un WC à la turc !
Chaque logis se compose d’une grande cuisine avec eau courante sur la pierre à évier et une chambre en enfilade .Une fenêtre par pièce, haute et étroite.
Certains appartements étaient réunis pour les grandes familles !
C’est dans cet immeuble que la majorité de la famille a logé de 1896 à 1965.
recensement-vitry-1911-001

                                             Recensement 1911 à Vitry-sur-Seine

 

Poster un commentaire

Classé dans Challenge AZ 2017