P comme PERDRIX — Feuilles d’ardoise

Villevêque, hiver 1788 Au temps où les perdrix se laissaient prendre à la main… Cette année mil sept cent quatre vingt huit le froid a commencé le vingt novembre et a toujours été en augmentant jusqu’au vingt un décembre ; le thermomètre est descendu par quatorzième degré au dessous de la glace, un degré et […]

via P comme PERDRIX — Feuilles d’ardoise

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans A lire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s