Archives quotidiennes : 29 mai 2017

Rock

via Rock — Le blog de M. Carré

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans A lire

Pot-pourri généalogique

Dans quelques jours commence le challenge AZ 2017. Tout un mois fou de généalogie ! Bien qu’ayant peu de temps en ce moment, j’avais très envie d’y participer. J’ai donc décidé d’utiliser mes notes de recherches et d’écrire de petits articles très courts autour d’un acte, d’un métier, d’un prénom, d’un ancêtre…. ou … on verra… (Pour […]

via Pot-pourri généalogique — Feuilles d’ardoise

Poster un commentaire

Classé dans A lire

Article du jour (325) : Archives de la ville d’Angers

Cliquer

 

Poster un commentaire

Classé dans AC en ligne, Archives, Article du jour

29 mai 1953 – L’Everest

L’Everest est vaincu le 29 mai 1953.

Poster un commentaire

Classé dans Transports

Expo du jour (45) : Une expérience du chaos

Cliquer


Exposition à Paris

Une expérience du chaos. Destructions, spoliations et sauvetages d’archives (1789-1945)

du 17 mai au 18 septembre 2017 – Site de Paris – hôtel de Soubise

Souvenirs récents ou lointains, sources d’information, précieuses reliques, les archives sont la mémoire des États et des personnes. Butin convoité, symbole honni, information stratégique, les archives en temps de conflit dépendent de l’action de sentinelles qui veillent à leur sauvegarde.

Si le sort des monuments, œuvres d’art et manuscrits précieux en cas de guerre est l’objet d’une abondante littérature, d’expositions et de films, celui des archives reste relativement peu connu.

Cette exposition présente les aventures de ces archives, au dénouement heureux ou tragique. Destructions, préservations, confiscations, reconstitutions de fonds d’archives forment le destin de ces documents plongés dans les tumultes de 1789 à 1945.

Dossier de presse {Pdf}


 

Poster un commentaire

Classé dans Expo du jour

Nés un 29 mai à Maisons-Alfort de 1792 à 1901

Nés un à MA

Cliquer

Consulter aussi le site du CGMA http://td-nmd-cgma.monsite-orange.fr/index.html

Relevés dans les Registres d’état civil de naissance

Tous les articles https://cgma.wordpress.com/?s=N%C3%A9s+un

Date                                Nom    Prénoms

1868.05.29 LECOCQ Adèle née BARBOT (légitimée)
1880.05.29 BAZIN Pierre Ernest Xavier
1893.05.29 BIENVENU Alice
1876.05.29 BILIOUX Jean Charles
1866.05.29 BLANCHON Marie Thérèse
1885.05.29 CAILLE Charles Marie Laure
1872.05.29 GAUTHIER Victorine née CHAMPEAUX (légitimée)
1869.05.29 CLAEYS Maria Flora Célina
1883.05.29 COUSIN Joseph Victor
1891.05.29 CROS Edouard Benoit
1843.05.29 CURIACE Victoire
1901.05.29 DEFAIT Georges
1887.05.29 DENIS Aimable
1871.05.29 DESPRADELS Joseph Jean
1901.05.29 DREVELLE Robert Ernest Alfred
1883.05.29 DUMAY Pierre
1883.05.29 FOERDERER Clémence Eugénie Valentine
1872.05.29 GAUTHIER Victorine née CHAMPEAUX (légitimée)
1897.05.29 GUENOT Jeanne Marguerite
1894.05.29 HUGUENY Paul Augustin
1891.05.29 JOSET Georges Henri
1868.05.29 LECOCQ Adèle née BARBOT (légitimée)
1855.05.29 LEPET Adèle Marie Joséphine
1883.05.29 LHOTTE Berthe Laurence
1894.05.29 POIRIER Maurice André
1858.05.29 RENARD Augustin
1894.05.29 SIGNORET René
1897.05.29 TAUPIN Georgette Catherine
1892.05.29 TORCHE Marcel Edmond François
1880.05.29 TOUJADAS Prudence Marie
1881.05.29 VERNE Eugénie Henriette
1898.05.29 VOVARD Clotilde

Poster un commentaire

Classé dans Archives Départementales 94, Archives de Maisons-Alfort, Maisons-Alfort

Entre 21 h et 22 h, une puissante cellule orageuse a traversé l’est des Côtes-d’Armor.

Cliquer

 

Poster un commentaire

Classé dans A lire

Guillaume Morvan

Toujours en pleines recherches généalogiques sur ma branche paternelle, me voici à la découverte de la famille Morvan, originaire de Plouézec, dans les Côtes-d’Armor, en Bretagne. Alors que je lis l’acte de naissance d’Anne Morvan, mon sosa n°47, une mention particulière attire mon attention : Son père, Guillaume Morvan, marin de profession, se trouve à […]

via Guillaume Morvan, un ancêtre à Terre-Neuve — Graphistory, le blog

Poster un commentaire

Classé dans A lire

Louis Daubenton (29 mai 1716 – 31 décembre 1799)

Louis Jean-Marie D’Aubenton, dit Daubenton, né le 29 mai 1716 à Montbard et mort le 31 décembre 1799 à Paris, est un naturaliste et médecin français.****

Venu à Paris étudier la théologie, Louis Daubenton se passionne pour l’histoire naturelle. Docteur de la faculté de médecine à Reims, il s’installe à Montbard, sa ville natale. Son compatriote Buffon, à la recherche d’un anatomiste pour collaborer à l’Histoire naturelle, le fait nommer, en 1745, démonstrateur d’anatomie au Jardin du roi. Il devient, en 1750, conservateur au Cabinet d’histoire naturelle, et pendant cinquante ans il en enrichit les collections. C’est ainsi qu’il est chargé par Buffon, en 1767, de constituer une collection de minéraux.

Sa participation à l’Histoire naturelle cesse après la publication des premiers volumes (à partir de 1749), lorsqu’il constate que ses descriptions anatomiques ne lui sont pas toujours attribuées, et que son texte est souvent modifié parce que Buffon n’en apprécie pas le style.

Daubenton cherche à lier l’organe à sa fonction, à comparer le même organe chez différents animaux ou les différents types d’organes chez un même animal. Ainsi, il ne se contente pas d’analyser la patte du cheval ; il la confronte à la jambe de l’homme pour préciser les analogies, afin de « mieux comparer tous les animaux les uns aux autres ». En outre, ses nombreuses dissections lui ayant révélé la conformité de la structure et du genre de vie, il entrevoit la possibilité d’une adaptation au milieu.

À partir de 1776, il améliore la laine des moutons français en acclimatant des mérinos espagnols (Manuel sur l’éducation des mérinos. Instructions pour les bergers). En 1778, Daubenton obtient enfin que l’histoire naturelle soit enseignée au Collège de France, et il est le premier à occuper la chaire. Cinq ans plus tard, il enseigne l’économie rurale à l’École vétérinaire de Maisons-Alfort et, après la Révolution, devient professeur au Muséum d’histoire naturelle et à l’École normale supérieure. En 1793, il enseigne la minéralogie au Collège de France, et admet, avec Werner, que le granite est une roche d’origine aqueuse, qui a précipité à partir d’un océan universel hypothétique.

Nommé sénateur par le Premier consul en 1799, il meurt d’apoplexie lors de la première séance à laquelle il assiste. Il est enterré au Jardin des Plantes.

Poster un commentaire

Classé dans Ecole Vétérinaire - ENVA