MemorialGenWeb, les données sur Maisons-Alfort

Voir les liens en deuxième liste

  • Monument aux Morts (Photo indexée) (Cour de l’hôtel de ville – Erigé en 1920)
  • Carré de corps restitués 1939-1945 et conflits postérieurs (Photo indexée) (Cimetière communal où reposent 57 soldats Morts pour la France depuis 1939. Nota : au 01/07/2013, il en reste 56)
  • Stèle Commémorative Cimetière communal (Photo indexée) (Cimetière communal)
  • Archives communales (Morts pour la France d’ Indochine, Corée, Madagascar et Afrique du Nord, domiciliés à Maisons-Alfort )
  • Livre d’Or 1914-1916 (Archives communales)
  • Registres Communaux 1870-1871 (Morts à l’ambulance de l’École Vétérinaire à la guerre de 1870 entre le 10-11 et le 07-12-1870 – Il existe un monument 1870-1871 (sans noms) dans le cimetière communal )
  • Plaques Commémoratives 1914-1918 de l’église Saint-Remi (Photo indexée) ()
  • Plaques Commémoratives 1939-1945 de l’église Saint-Remi (Photo indexée) ()
  • Carré de corps restitués 1914-1918 (Photo indexée) (Crypte contenant 80 tombes (2 sont communes). Les noms sont inscrits sur le monument funéraire)
  • École Vétérinaire – Plaque des vétérinaires morts aux combats de 1914-1918 (Photo indexée) (Ecole Vétérinaire d’Alfort – Amphithéâtre)
  • Plaque commémorative école primaire Condorcet (Photo indexée) (sur la façade de l’école primaire Condorcet (9 r Marne) – « A la mémoire de Simon Aizic, élève de l’école Condorcet, déportée de France comme plus de 11500 enfants entre 1942 et 1944 parce que nés de familles juives. Victimes innocentes de la barbarie nazie, avec la complicité active du gouvernement de Vichy. Elle fut exterminée dans les camps de la mort. Ne l’oublions jamais »)
  • Plaque commémorative 1939-1945 SNCF (Photo indexée) (Hall de la gare – Agents de la S.N.C.F. tués par faits durant la guerre 39-45.)
  • Plaque commémorative école Parmentier (Photo indexée) (Sur le grille extérieure de l’école Parmentier – Rue Paul Vaillant-Couturier – à la mémoire de deux élèves mortes en déportation et de leur famille)
  • (relevé sans nom) Monument commémoratif 1870-1871 – Siège de Paris (Photo indexée) (Dans le cimetière communal A la mémoire des soldats Morts pour la Patrie)
  • Livre d’Or du ministère des pensions (Pas de photo) (Loi du 25 octobre 1919)
  • Plaque commémorative école Raspail (Photo indexée) (sur la façade de l’école Raspail – Avenue Georges Clémenceau « Élèves de l’école Raspail déportés de France comme plus de 11500 enfants entre 1942 et 1944 parce que nés de familles juives. Victimes innocentes de la barbarie nazie avec la complicité active du gouvernement de Vichy. Ils furent exterminés dans les camps de la mort. Ne les oublions jamais. Maisons-Alfort, le 5 février 2005 » )
  • Plaque commémorative 1939-1945 de l’artificier François (Photo indexée) (Square de l’Artificier François – rue du Maréchal Juin)
  • Livre 200 ans d’École Vétérinaire 1765-1967 (La page 67 « Elèves d’Alfort morts pour la patrie » – 28 morts 1939-1945-1962)
  • Plaque à la gloire du Bataillon d’Alfort – Dans le parc de l’École Vétérinaire d’Alfort (94) – (Photo indexée) (A la gloire du Bataillon d’Alfort et à la mémoire du Commandant RENARD, du Capitaine ORE des élèves CROSNIER, LHERBETTE, LOMBART, MORTAGNE, MOYEMONT, PIGEON et des jeunes gens du pays tombés héroïquement le Le 30 mars 1814, une vingtaine d’élèves de l’école vétérinaire (Maisons-Alfort) furent blessés en défendant le Pont de Charenton le 30 mars 1814 (qui relie Maisons-Alfort à Saint-Maurice et Charenton-le-Pont). Six d’entre eux 30 mars 1814 en défendant le pont de Charenton durant la Campagne de France. )
  • Victimes du premier V2 tombé à Maisons-Alfort le 08/09/1944 (Etat civil de la commune de Maisons-Alfort, et textes sur l’histoire du Premier V2 par Mme Marcelle AUBERT – )
  • (relevé sans nom) Stèle dans le cimetière de Maisons-Alfort (Photo indexée) (Stèle dans le cimetière La Ville de Maisons-Alfort à ses enfants – victimes des camps de concentration nazis – déportés internés fusillés et familles de disparus)
  • 15 Fusillés Maisonnais – sources diverses MdH (Mémoire des Hommes) et MGW (MemorialGenWeb) et archives communales ()
  • Société Bio-Springer de Maisons-Alfort (Photo indexée) ()
  • 40 Déportés Maisonnais – sources diverses MdH (Mémoire des Hommes) et MGW (MemorialGenWeb) et archives communales (Photo indexée) (Stèle dans le cimetière La Ville de Maisons-Alfort à ses enfants – victimes des camps de concentration nazis – déportés internés fusillés et familles de disparus)
  • (relevé sans nom) Stèle commémorative carrefour de la résistance (Photo indexée) (Carrefour de la Résistance à Maisons-Alfort « La ville de Maisons-Alfort à ses résistants Morts pour la France 18 juin 1940 8 mai 1945 « )
  • Plaque commémorative André Maurice Dupont et André Albert Faucher (Photo indexée) (cimetière communal au-dessus de leur tombe (côté avenue de la République))
  • Signalés comme résistants dans MDH, Transcritions de décès,autres ()
  • (relevé sans nom) Plaque commémorative (1) rue du Maréchal Maunoury (Photo indexée) (Rue du Maréchal Maunoury – La ville de Maisons-Alfort aux gendarmes et militaires Français morts au service de la Paix à Ouvéa (Nouvelle-Calédonie) en avril-mai 1988 )
  • Plaque commémorative du Fort de Charenton (Photo indexée) (Rue du Maréchal Maunoury , entrée nord du fort – Libération de Paris: le 25/08/1944 la garnison allemande du fort de Charenton sommée de se rendre s’enfuyait en laissant un dispositif déclencheur piégé de plus de 1100 tonnes de charges explosives destinées à détruire le fort et endommager gravement les communes avoisinantes – Sur l’intervention décisive du commandant des forces de gendarmerie et la dextérité et l’esprit de sacrifice de l’agent de 1re classe du service technique de l’artillerie Henri FRANÇOIS quii réduisirent à néant ce projet criminel et sauvèrent la population d’une terrible catatstrophe.)
  • Livre d’or, listes, archives, état-civil (Archives – Service historique de la gendarmerie fort de Charenton à Maisons-Alfort – Complément d’une plaque commémorative sans noms à Maisons-Alfort dédiée par la municipalité aux gendarmes et soldat morts pour la Paix à Ouvéa)
  • (relevé sans nom) Stèle commémorative 3e Régiment d’Artillerie Coloniale (Photo indexée) (Entrée du fort de Charenton – En souvenir du 3e Régiment d’Artillerie Coloniale , avait quitté sa garnison de Toulon en 1914 pour se rapprorcher du front et établir ses services et dépôts pendant quatre années dans le fort .)
  • (relevé sans nom) Stèle commémorative Place d’armes du fort de Charenton (Photo indexée) (Place d’armes du fort de Charenton – La Gendarmerie Nationale rend hommage aux gendarmes victimes du devoir -)
  • (relevé sans nom) Stèle commémorative à la mémoire des militaires de la Garde et de la Gendarmerie Nationale (Photo indexée) (Place d’armes du fort de Charenton – Stèle à la mémoire des militaires de la Garde et de la Gendarmerie Nationale morts pour la France ou victimes du devoir pendant la Seconde Guerre Mondiale (1939-1945) – )
  • (relevé sans nom) Stèle commémorative à la mémoire des 541 Officiers, Sous-officiers, Gendarmes auxiliaires et Harkis de la Gendarmerie Nationale (Photo indexée) (Place d’armes du fort de Charenton – Stèle à la mémoire des 541 Officiers, Sous-officiers, Gendarmes auxiliaires et Harkis de la Gendarmerie Nationale morts pour la France en Afrique du Nord (1952-1962) )
  • Tableau commémoratif fort de Charenton (Photo indexée) (Entrée du fort de Charenton – Fresque à la mémoire d’un gendarme et d’un artificier qui avaient réussit à désamorcer une énorme charge d’explosifs piégé par les Allemands à leur départ et qui mençait de destruction les localistés environnantes)
  • (relevé sans nom) Plaque commémorative Indochine (Photo indexée) (Place d’armes du fort de Charenton – Plaque à la mémoire des gendarmes morts pour la France en Indochine , entre 1946 et 1954 plus de 6000 Officiers, Gradés et Gendarmes sont partis en Indochine combattre pour l’Honneur – 655 n’en sont pas revenus Le fort de Charenton regroupait et complétait l’entrainement préparatoire de tous les Gendarmes sélectionnés pour servir en Extrême-Orient Pour perpétuer leur Souvenir les survivants ont apposé cette plaque le 27 avril 1990)

Advertisements

Poster un commentaire

Classé dans Memorial GenWeb

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s