Archives quotidiennes : 23 mars 2017

Article du jour (289) : Sur le blog de la F.F.G.- Marcel Fournier à Paris

Visite du généalogiste québécois Marcel Fournier à Paris

L’historien et généalogiste Marcel Fournier fera partie de la délégation des auteurs québécois qui seront présents au salon du livre de Paris qui se tiendra à la Porte de Versailles du 24 au 27 mars 2017. Il sera présent au stand de Québec Édition le…

Cliquez ici pour lire la suite

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Article du jour, infos

Série M aux archives Départementales

Cliquer

Article d’Yves-Marie EVANNO -Site En Envor

A consulter : CADRE DE CLASSEMENT DES ARCHIVES DÉPARTEMENTALES

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Archives, Archives Départementales, Site

Nés un 23 mars à Maisons-Alfort de 1792 à 1901

Nés un à MA

Cliquer

 

Consulter aussi le site du CGMA http://td-nmd-cgma.monsite-orange.fr/index.html

Relevés dans les Registres d’état civil de naissance

Date                                Nom    Prénoms

1885.03.23 BENOIST Eugénie Marie
1893.03.23 BOSLE Marguerite
1869.03.23 BOUTIER Louis
1806.03.23 BRIFFAUT Eléonore Anne
1887.03.23 CAILLERIE Louise
1884.03.23 COLLIER Fernande
1892.03.23 DENIS Etienne Jules
1878.03.23 FROGER Léon Louis
1891.03.23 GARRY Marius Marc
1861.03.23 GUILLOT Jacques Augustin
1877.03.23 HUGUET Jean François
1893.03.23 JASMIN Georges Auguste
1896.03.23 LECOUVEY Albertine Berthe (reconnaissance)
1901.03.23 MADELENAT Charles
1863.03.23 MERCIER Anna Félicie
1896.03.23 MORET Jean Marie Honoré
1884.03.23 PECLET Georges Maurice
1884.03.23 POUJOL Pierre Nicolas
1891.03.23 PULAIN Rémond Jean Victor
1884.03.23 RAISIN Albert François
1896.03.23 RICAUD André Jean Frédéric Auguste
1834.03.23 TRAIRET Eulalie Maria
1883.03.23 VANDEVELDE Georgina
1879.03.23 VINBILLE Virginie Antoinette
1875.03.23 WUART Marie Emélie

Poster un commentaire

Classé dans Archives Départementales 94, Archives de Maisons-Alfort, Histoire locale

Article du jour (288) : Le portail France Archives

Cliquer

Portail France Archives

Poster un commentaire

Classé dans A utiliser, Archives, Article du jour

Site du jour (262) : Paris 1914 1918

Cliquer

Le menu

A comme Anastasie, B comme Bertha, C comme Carnet de chants… Cet abécédaire vous invite à plonger dans le quotidien des Parisiens pendant la Première Guerre mondiale. Ses 26 chapitres vous feront découvrir des documents issus des collections de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, photographies, affiches, cartes postales, estampes, éphémères (petits documents de la vie quotidienne), rassemblés dès la période du conflit pour témoigner de la réalité de ces années de guerre pour les habitants de la capitale. Ils évoquent une ville à la fois éloignée des combats et à la physionomie sensiblement modifiée : les rues se vident de la population masculine et de véhicules à moteur ; Paris devient cosmopolite et voit affluer réfugiés, permissionnaires et volontaires étrangers ; les murs se couvrent d’affiches appelant à souscrire aux emprunts ou à contribuer aux œuvres de charité ; des écoles, des hôtels ou des salles de spectacle sont aménagés pour accueillir les plus démunis et les blessés ; les monuments sont protégés contre les dégâts que peuvent causer les bombardements ; le temps est rythmé par l’organisation de journées de bienfaisance ou de fêtes patriotiques… Ces documents rendent compte également d’un quotidien contraint par la censure et les restrictions. L’opinion publique est soumise à une propagande sans nuance et l’ambiance paraît marquée par une inquiétude sourde, due à l’éloignement des familles et au manque d’information. Mais les Parisiens semblent vouloir résister à l’adversité et afficher l’image d’une capitale toujours vaillante. Sans dresser un tableau exhaustif de la période et des évènements, c’est cette atmosphère que notre abécédaire souhaite vous faire ressentir.

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 14-18, Site du jour

Vidéo du jour (45) : Les tutos des AD – n° de 1 à 3

5:19

Tutoriel enregistrement foncier

il y a 4 mois             2 185 vues

Tutoriel pour vous expliquer comment chercher un acte notarié ou un acte sous seing privé. Cette vidéo vous aidera à identifier le notaire qui a passé l’acte qui vous intéresse (vente, testament, c…


4:10

Tutoriel contrôle et insinuation

il y a 4 mois             1 598 vues

Tutoriel pour vous expliquer comment retrouver un acte notarié avant 1789 si vous ne connaissez pas le nom du notaire. Cette vidéo vous aidera à utiliser les registres du contrôle et de l’insinuation…


3:09

Tutoriel recherche foncière

il y a 4 mois           3 726 vues

Tutoriel pour vous aider à vous orienter dans vos recherches. Si vous ne savez pas où chercher pour trouver un titre de propriété ancien, commencez par ici pour savoir comment faire à partir des in…


Toutes les Vidéos du jour


Poster un commentaire

Classé dans A écouter, Archives Départementales, Vidéo du jour

Article du jour (287) : François Tanguy PRIGENT

Cliquer

Dans le Finistère Nord, il est deux terres rurales qui s’opposent politiquement. Le Léon – « la terre des prêtres » – est un bastion catholique et conservateur qui a vu, au début du XXe siècle, la naissance de la coopération agricole avec l’Office central de Landerneau érigé autour de la personnalité emblématique du comte Hervé Budes de Guébriant. La partie la plus occidentale du Trégor, dans les environs de Morlaix, est en revanche plus largement influencée par les idées républicaines et laïques des Bleus.

Carte postale. Collection particulière.

C’est dans ce contexte que naît, le 11 octobre 1909 à Saint-Jean-du-Doigt, François Tanguy Prigent. Ses parents Yves-Marie Prigent et Catherine Clec’h sont agriculteurs, propriétaires de la ferme Ti Nevez-Kervari, située à quelques centaines de mètres de la mer. Tanguy (son prénom usuel est le deuxième à l’état-civil) est élevé dans une famille républicaine, gagnée peu à peu au socialisme sous l’influence de son grand-père. Il est tout juste adolescent quand il s’engage en politique en accompagnant son père aux réunions de la section socialiste de Plougasnou. Le seul bagage « universitaire » de Tanguy Prigent est le certificat d’études primaires, qu’il obtient en juin 1922. Malgré la satisfaction d’avoir été reçu premier du canton de Lanmeur, son père s’oppose à ce qu’il poursuive ses études. Le travail de la terre devient alors son quotidien, ainsi que le militantisme politique.

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Article du jour