Archives quotidiennes : 12 janvier 2017

Recensements à Maisons-Alfort : 1891 et 1896

1891 et 1896
DÉSIGNATION Quartiers, villages ou hameaux 1
des rues 2
NUMÉROS par quartier, village, hameau ou rue des maisons 3
des ménages 4
des individus 5
NOMS de FAMILLE 6
PRÉNOMS 7
AGE 8
NATIONALITÉ 9
PROFESSION 10
SITUATION dans le ménage 11
OBSERVATION 12

*

Le liens des recensements Maisonnais sur le site des AD 94 :

Recensement de la population

*

Ci-dessous une des pages du recensement de 1891 avec les colonnes décrites ci dessus,

elle est composées de 12 colonnes.

On peut remarquer l’absence de 2 colonnes clés pour les recherches :

Date et lieux de naissance :

1891-et-1896

 

Publicité

Poster un commentaire

Classé dans 1891 Maisons-Alfort, 1896 Maisons-Alfort, A lire, Recensements

Vigilance Orange

53-departements-en-vigilance-orange

Cliquer

 

Poster un commentaire

Classé dans A lire

En ENVOR : Les bulletins des sociétés savantes bretonnes

envor-bulletins-des-societes-savantes-bretonnes

Cliquer

Une source d’aspect aride… Collection particulière.

Dans le cas de la Bretagne, la première institution de ce genre est créée, à notre connaissance, en 1817 à Nantes. Il s’agit de la Société académique de la Loire-Inférieure2. Les deux décennies suivantes voient fleurir d’autres initiatives sensiblement comparables : la Société polymathique du Morbihan en 18263, la Société des sciences et arts de Rennes en 18334. Puis en 1843, c’est la création de l’Association bretonne à la forte inclinaison régionaliste et catholique5. L’archiviste et érudit Arthur de La Borderie fonde en 1844 la Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine6. Puis c’est au tour de la Société d’archéologie du département du Finistère en 18457 et de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord en 18618.

Poster un commentaire

Classé dans A utiliser, Presse

Seize mille Militaires Français prisonniers de guerre 1810-1814

16000-militaires-faits-prisonniers-de-guerre

Cliquer

Titre(s) : Liste de seize mille militaires Français ou au service de France, faits prisonniers de guerre de 1810 à 1814, et qui sont morts en Russie, en Pologne et en Allemagne [Texte imprimé], suivie d’une autre liste de militaires encore vivans en Russie ; publiée par E. G. C. Mehliss
Publication : Paris : H. Guillemé : Roret, 1826
Description matérielle : IV-3-[1]-108 p. ; in-8
Notice n° :  FRBNF30919577
Écrire à la BNF

Cet ouvrage est disponible sur le site de la Bibliothèque Nationale de France, Gallica. Son titre en précise exactement le contenu, comme on le faisait à l’époque. Il a été édité en 1826 par le sieur Mehliss, notaire royal à Hemmendorf, alors un simple quartier de la ville de Rottenburg-am-Neckar, dans le Bade-Wurtemberg en Allemagne.

Pourquoi ce personnage a t-il décidé de publier une telle liste ? Probablement pour des raisons altruistes et afin de venir en aide aux nombreuses familles qui, douze années plus tard, étaient toujours sans nouvelles de leurs proches partis combattre dans les armée de Napoléon.

Lire également l’article http://www.geneanet.org/blog/post/2013/03/liste-de-seize-mille-militaires-francais-html

Poster un commentaire

Classé dans A utiliser