Archives quotidiennes : 28 décembre 2016

Vœux 2017 des Archives nationales (France)

voeux-an-2017

Cliquer

 

Poster un commentaire

Classé dans Archives Nationales

Visite de l’usine Bio-Springer (03)

La rue Springer qui mêne à l'Usine.

Prenons la rue (l’impasse) Springer et profitons de ces quelques pas pour lire ce texte qui date de 1904.

Industrie. – Distilleries.

1° La distillerie de grains et fabrique de levure a été fondée en 1872 par le baron de Springer, dont le fils a été signalé à plusieurs reprises dans la notice administrative comme l’un des bienfaiteurs de la commune. L’usine est élevée au milieu d’une vaste propriété de 18 hectares, dont 2 sont couverts. Elle est construite toute en fer, brique ou pierre, et comprend plusieurs divisions la malterie, les greniers, les moulins, la macération, la fermentation, la distillerie et la préparation des drèches. Signalons, en outre, un pavillon pour les générateurs, des ateliers de construction pour les caisses d’emballage et de réparation des cuves et futailles, enfin des écuries et des étables renfermant 90 bœufs et 50 chevaux pour les charrois.
Le personnel se compose de 40 employés et 350 ouvriers, et la force motrice disponible, de 650 chevaux-vapeur.
Les produits sont de trois sortes  l’alcool de grains, la levure et les drêches.
Au point de vue de l’alcool de grains, l’usine présente cette caractéristique que sa fabrication, au lieu de reposer sur le procédé plus économique, mais plus dangereux, de la saccharification par les acides, s’obtient en saccharifiant exclusivement par le malt un mélange en proportions à peu près égales de farine d’orge, de seigle et de maïs. Sa malterie produit, à cet effet, près de 24.000 kilos de malt par jour, quantité correspondant à 30.000 kilos d’orge mis en œuvre. Les moûts ainsi préparés sont ensuite soumis à la fermentation, à la distillation, à l’épuration et à la rectification. La quantité fabriquée annuellement s’élève à 75.000 hectolitres d’alcool environ.
La levure, connue dans l’industrie sous le nom de levure Springer, est blanche, et s’emploie pour la fabrication du pain et des pâtisseries, de préférence à la levure de bière, sur laquelle elle permet de réaliser une économie de moitié, sans communiquer au pain l’amertume ou l’odeur aromatique qui proviennent du houblon.
L’établissement en fabrique journellement 12.000 kilos dont il écoule 35% à l’étranger, notamment en Angleterre.
Enfin la drêche qu’il introduisit pour la première fois en France, ainsi que les deux produits précédents, est le résidu de distillation de l’alcool de grains Cette substance, facilement digestible, contient, l’état sec, plus de 50% de matières nutritives non azotées et environ 25% de matières nutritives azotées. Elle constitue donc une nourriture des plus satisfaisantes pour le bétail, puisque, au même degré de dessiccation que celui du foin, 100 kilos de drêche sont équivalents, sous le rapport alimentaire, à 450 kilos de foin.
Ajoutons enfin, pour compléter cet exposé trop rapide, que l’usine entretient une équipe de maçons et de peintres, ainsi qu’une compagnie de pompiers, avec un matériel attelé qui lui permet de porter rapidement secours, en cas d’incendie, aux communes situées dans la région Sud-Est de Paris.
La quantité de grains comprise, soit dans les greniers, soit dans la malterie, est de 130.000 quintaux environ.
Ces grains proviennent, le maïs, des Etats-Unis, le riz, des colonies françaises, enfin le seigle et l’orge, de la Beauce, du Maine et le la Champagne.
2° La fabrique d’absinthe et de spiritueux située, quai d’Alfort, appartient à une ancienne  maison fondée en 1795 Paris, puis transférée à Alfort, d’abord partiellement en 1875, puis .entièrement en 1891. Elle occupe 40 ouvriers et employés, non compris les courtiers, à la fabrication de l’absinthe et des liqueurs et sirops de toute nature. Sa principale spécialité consiste dans la gentiane Suze, apéritif tonique à base de gentiane fraîche du Jura. et établissement dispose d’une machine de 25 chevaux et d’un moteur hydraulique actionnant les rinceuses mécaniques, et possède, pour ses transports, 12 chevaux et 7 voitures. Ses affaires se font pour les 3/4 à Paris et dans le département de la Seine et, pour le reste, en province et à l’étranger.

Poster un commentaire

Classé dans Histoire locale, Maisons-Alfort

Photos mensongères

LeTemps.ch

 

photos-mensongeres-letemps-ch

Cliquer

 

Poster un commentaire

Classé dans A écouter, A lire, A utiliser

A Maisons-Alfort du 28 au 31 décembre, a glagla

meteo-ma-du-28-au-31-12-2016

Poster un commentaire

par | 28 décembre 2016 · 10:00