Archives quotidiennes : 8 septembre 2016

Les relevés du CGMA sur Memorial GenWeb (10) – 39-45 Déportation – École Parmentier

Ecole Parmentier

Cliquer

*

Sur la grille extérieure de l’école Parmentier – Rue Paul Vaillant-Couturier –

à la mémoire de deux écolières mortes en déportation et de leur famille

GERTLER Isaac le père des trois sœurs  Clara, Gisèle et Hélène

GERTLER Clara et GERTLER Hélène  écolières victimes de la rafle des juifs étrangers du 17/07/1942 (rafle du Vél d’Hiv.  Mortes en déportation – Inscrites au Mur des Noms du Mémorial de la Shoah)

GERTLER Hélène morte en internement en instance de déportation, fille d’Isaac GERTLER domiciliée au 76, rue de Strasbourg à Maisons-Alfort, sœur de Clara et Hélène – Inscrite au Mur des Noms du Mémorial de la Shoah – Inhumée en premier lieu dans le cimetière communal de Beaune-la-Rolande.

*

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Archives Départementales 94, Archives de Maisons-Alfort, Déportation, Guerre 39-45, Histoire locale, Memorial GenWeb, Relevés du CGMA sur MGW

Site du jour (237) : MAM virtuel de la Grande Guerre de Paris

mam-14-18-paris

Cliquer pour accéder au site

Le monument virtuel de Paris

Au contraire de la majorité des autres communes françaises, Paris ne disposait pas jusqu’ici de monument récapitulant les noms de ses morts de la Première Guerre mondiale.

Des projets avaient été envisagés durant l’Entre-deux-guerres, mais aucun n’avait dépassé le stade des études.

Il n’existait sur le territoire parisien qu’un seul monument rendant un hommage à l’ensemble des morts du conflit, sans qu’il soit nominatif, celui du Trocadéro réalisé en 1956 par Paul Landowski. C’est celui qui a inspiré le fond d’image du site.

La Mairie de Paris a souhaité corriger ce manque et a confié à la direction des affaires culturelles la réalisation d’un monument virtuel.

Ce « monument » a été rendu possible grâce au rapprochement opéré dès 2005 entre la Ville de Paris et l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Une équipe du Centre d‘Histoire Sociale du 20e siècle de l’université Paris 1, dirigée par le professeur Jean-Louis Robert, soutenue financièrement par la ville de Paris, a effectué durant de nombreux mois un travail de croisement et de recensement à partir d’une source principale, les livres d’or des mairies d’arrondissements.

Dans ces registres, accessibles sur demande, les familles  parisiennes et les autorités locales ont fait inscrire entre 1919 et 1939 les noms de leurs parents et des résidents de chaque arrondissement morts pour la France.

Après décompte et croisement de plusieurs sources,  le nombre de morts parisiens de la 1ere guerre mondiale a été estimé à plus de 93 000.

*

 

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 14-18, Morts 14-18