Archives quotidiennes : 14 décembre 2014

Paul ÉLUARD – Né à Saint-Denis le 14 décembre 1895.

Je ne suis pas seul

Chargée
De fruits légers aux lèvres
Parée
De mille fleurs variées
Glorieuse
Dans les bras du soleil
Heureuse
D’un oiseau familier
Ravie
D’une goutte de pluie
Plus belle
Que le ciel du matin
Fidèle

Je parle d’un jardin
Je rêve

Mais j’aime justement.

Paul ÉLUARD, Médieuses (1939)

*

ÉLUARD Paul, († Charenton, 1952). Poète.

Eugène Grindel dit Paul Eluard.

o 14 décembre 1895, Saint-Denis.

† 18 novembre 1952. Charenton-le-Pont.

[†] Père Lachaise.

########

Acte de décès

18 novembre 1952 – Charenton

 N° 207   Grindel Eugène Emile Paul.

Le dix huit novembre mil neuf cent cinquante deux à huit heures trente est décédé , en son domicile, 52 avenue de Gravelle, Eugène Emile  Paul Grindel , homme de lettres, né à Saint-Denis (Seine), le quatorze décembre mil huit cent quatre vingt quinze, fils de Clément Eugène Grindel, décédé et de Jeanne Marie Cousin sa veuve, sans profession, domiciliée, 2 rue Ordener, Paris dix huitième arrondissement, divorcé en premières noces de Hélène Diakonoff, veuf en secondes noces de Marie Benz, époux en troisième noces de Odette Suzanne Lemort. Dressé le dix neuf novembre mil neuf cent cinquante deux, à quatorze heures quinze, sur la déclaration de Arthur Lebailly cinquante huit ans, chef de bureau, 55, rue de Paris à Charenton-le-Pont, qui lecture faite a signé avec Nous, Henri René Guérin, Maire de Charenton-le-Pont, Chevalier de la Légion d’Honneur.

*

Poster un commentaire

Classé dans Célébrités du Val-de-Marne, Val de Marne

Enseignes (de Louis Sébastien Mercier)

Les enseignes sont maintenant appliquées contre le mur des maisons et des boutiques ; au lieu qu’autrefois elles pendaient à de longues potences de fer ; de sorte que l’enseigne et la potence, dans les grands, vents, menaçaient d’écraser les passants dans les rues.

Quand le vent soufflait, toutes ces enseignes, devenues, gémissantes, se heurtaient et se choquaient entre elles ; ce qui composait un carillon plaintif et discordant, vraiment incroyable pour qui ne l’a pas entendu. De plus, elles jetaient la nuit des ombres larges, qui rendait nulle la faible clarté des lanternes.

Ces enseignes avaient pour la plupart un volume colossal et en relief. Elles donnaient l’image d’un peuple gigantesque, aux yeux du peuple le plus rabougri de l’Europe. On y voyait une garde d’épée de six pieds de haut, une botte grosse comme un muid, un éperon large comme une roue de carrosse ; un gant qui aurait logé un enfant de trois ans dans chaque doigt, des têtes monstrueuses, des bras armés de fleurets qui occupaient toute la largeur de la rue.

La ville, qui n’est plus hérissée de ces appendices grossiers, offre pour ainsi dire, un visage poli, net et rasé. On doit cette sage ordonnance à M. Antoine-Raymond-Jean-Gualbert-Gabriel de Sartine, qui, de lieutenant de police, est devenu ministre de la Marine.

Extrait de : « Tableau de Paris » de Louis Sébastien Mercier (écrit entre 1781 & 1790)

Adhérent-CGMA-Sylvie-R-152

Tous les articles de Sylvie

*

Poster un commentaire

Classé dans A lire

Article du jour (118) : le plan cadastral unique

IGN et plan cadastral unique

Cliquer pour accéder à l’article

L’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) signe ce mercredi 10 décembre ses huit premiers contrats Emplois d’avenir pour œuvrer au plan cadastral unique.

Pour rappel, ces emplois sont destinés aux jeunes sans aucune formation, rémunérés au Smic et financés à hauteur de 75% par l’Etat durant trois ans, période durant laquelle ils sont formés par leur établissement d’accueil. Dans le Val de Marne, 1252 emplois d’avenir ont été signés en 2013.

*

 

Poster un commentaire

Classé dans Article du jour, Cadastre - Urbanisme