Archives quotidiennes : 25 septembre 2014

Le coin des adhérents (0003) : 23 septembre 2014

Mardi 23 septembre – Permanence du CGMA M03.
(107 avenue Gambetta derrière le bâtiment.) de 14h à 16h.
19 présents, 26 renouvellements de cotisation 2014-2015 et 6 nouvelles adhésions.

Permanences 2014 et activités
Le nouvel agenda du CGMA est sur Agenda 2014-2015

Les prochains rendez-vous en 2014

SEPTEMBRE
mardi 23 septembre 2014 – M3
mardi 30 septembre 2014 – M4

OCTOBRE
mardi 7 octobre 2014 – M5
dimanche 12 octobre 2014 – D2
mardi 14 octobre 2014 – M6
Toussaint : samedi 18 octobre 2014 au lundi 3 novembre 2014

Les ateliers du mardi (dans la salle dite Loge 4)
Il apparaît au cours des discussions que certains adhérents seraient volontaires pour approfondir en petit comité des sujets aussi variés que :

  • Les relevés et études du CGMA – Mardi 30 septembre 2014.
  • La lecture de documents anciens.
  • Les recherches sur les notaires – Mardi 7 octobre 2014.
  • La norme GEDCOM.
  • Découverte et utilisation de GENEANET.
  • Formations des nouveaux arrivants (avec Maurice)

L’organisation des permanences du mardi est donc modifiée, la majorité des présents restera dans la salle du premier étage, 5 à 8 adhérents utiliseront la Loge 4, au rez-de-chaussée, qui est équipée de wifi.
Bon vent pour cette nouvelle organisation !

La bibliothèque du CGMA
La bibliothèque du CGMA est rapidement présentée aux présents.
Sylvie et Édith sont en charge de la gestion de la bibliothèque.
Les revues et ouvrages sont consultables en séance pour les non adhérents. Les adhérents peuvent emprunter ces revues et ouvrages lors des permanences.
– Édith présente cette semaine la revue « Nos Ancêtres, Vie & Métiers » un magazine bimestriel français, consacré à l’histoire sociale vue par les anciens métiers et les activités autrefois.
– Joël présente l’ouvrage de base pour toutes les recherches Généalogiques :
Lire l’article de la présentation de « cette bible » Le Gildas BERNARD en ligne
Le Gildas BERNARD en ligne: « Suite à de nombreuses demandes, nous vous informons que le Gildas Bernard (épuisé) est en ligne avec autorisation ». Cet ouvrage est consultable depuis 2008 sur le site de FranceGenWeb :
http://www.francegenweb.org/~archives/guide/
Deux exemplaires de cet ouvrage sont empruntables au CGMA.

L’indispensable sommaire de cet ouvrage qui a fait l’objet d’un fascicule édité par la Revue Française de Généalogie. Ce complément est joint au document lors de l’emprunt.

Les visites organisées par le CGMA
– Premières visites : le Musée de Maisons-Alfort (Château de REGHAT, rue Victor Hugo).
Les dates du vendredi 26 septembre et du jeudi 2 octobre ont été retenues. Les listes des participants ont été finalisées lors de la permanence.
Murielle et Édith étudient d’autres possibilités de visites pour les mois à venir.

Les journées du patrimoine 2014
Les possibilités de visites étaient nombreuses pour les samedi 20 septembre et dimanche 21 septembre.
Quelques adhérents ont visité l’École vétérinaire, le Fort de Charenton et les AD 94.

Questions de Vocabulaire

Ère Vulgaire
La semaine dernière Jacqueline a signalé dans la commune de Guenviller (54-Meuse) sur un acte daté de 1757 l’expression « L’an de grâce de l’ère vulgaire ».
Wikipédia nous donne une réponse
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ère_vulgaire
En chronologie, l’ère commune, souvent abrégé EC, est une ère calendaire calendairement équivalente à l’expression d’ère chrétienne en remplacement de laquelle elle est proposée. La motivation généralement avancée pour cette proposition de substitution est une volonté de neutralité religieuse. …
Sur le blog une autre définition a été donnée par Murielle

Vulgaire (adj) selon la définition du dictionnaire RICHELET de 1710 signifie :
ordinaire, commun, trivial.
Vulgaire (nm) signifie peuple.

Fourrier
L’expression « Caporal fourrier » a été rencontrée souvent dans nos recherches militaires, au fait que signifie ce grade :
D’après la page Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fourrier
« Initialement, sous-officier de cavalerie chargé spécialement des écuries.

Un caporal-fourrier ou un sergent-fourrier, grades aujourd’hui disparus, néanmoins l’appellation demeure en tant que fonction. »
D’après le Gran Dictionnaire Francois Italien de l’abbé François d’Alberti de Villeneuve (édité en 1811) : « Officier qui sert sous un Maréchal des Logis, ou à la cour, ou à l’armée & dont la fonction est de marquer le logement de ceux qui suivent la cour, le lieu où ils doivent se loger ou camper des gens de guerre. »

Thème de l’exposition du CGMA 2016

Plusieurs propositions sont faites, qui seront étudiées prochainement dans la lignée des expositions précédentes « Nos ancêtres …
dans l’entre deux guerres
et l’eau
et les fêtes régionales
et Noël
et les animaux (utiles, nuisibles, …)
et le 1er avril »

Le tour de table

Sylvie
La semaine dernière Sylvie nous communiquait qu’elle avait les traces d’une sœur de son AGP nommée Aloysia LEKIEFFRRE. Cette collatérale Sœur Marthe fit partie de la « Congrégation du Saint-Sacrement » basée à Romans-sur-Isère (Drôme – 26).
Cette semaine Sylvie nous présente des photographies ; son AGP, les deux sœurs.
Qui est qui sur la photo des deux sœurs ? Les avis sont partagés !

Maurice
Maurice a été contacté par un Vétérinaire qui recherche des informations sur les élèves vétérinaires ayant participé à l’affaire de Charenton durant la Campagne de France (1814)

Joël signale quelques articles qui retracent cette page d’histoire. Jean-Marie PIGEON est enterré dans l’enceinte même de l’École Vétérinaire et sur sa tombe est inscrit « A la gloire du bataillon d’Alfort et à la mémoire du commandant Renard, du capitaine Ore, des élèves Crosnier, Lherbette, Lombart, Mortagne, Moyenant, Pigeon… et des jeunes gens du pays tombés héroïquement le 30 mars en défendant le Pont de Charenton. »

Les articles du blog du CGMA :

1814 : l’affaire du Pont de Charenton
29 mars 1814 – Jean-Marie PIGEON
Article du jour (82) : 1814, campagne de France
1814 – Campagne de France

Relevés :
Les relevés cette saison ont repris le 18 septembre; les horaires sont disponibles sur
AGENDA Relevés NIMÈGUE
Hôtel de Ville, 118, avenue du Général de Gaulle

Tous les articles : Le coin des adhérents
Contact : joel-bacquer@freesurf.fr
Le-coin-des-adhérents

*

2 Commentaires

Classé dans Maisons-Alfort, Val de Marne

Site du jour (164) : géniwal

Géniwal sept 2014

Cliquer pour accéder au site du jour

Tous les articles Site du jour

*

Poster un commentaire

Classé dans Site du jour

École Royale vétérinaire d’Alfort.

Cet établissement, institué en 1766 par BOURGELAT , et destiné à former des vétérinaires, est dans les attributions du Ministre de l’Intérieur et possède tous les moyens pour donner une bonne instruction. Depuis plusieurs années, il reçoit d’importantes améliorations. Plusieurs constructions, faites d’après un nouveau plan général, lui donnent un aspect plus imposant, en même temps qu’elles assurent beaucoup mieux les services. La nouvelle chapelle laissera aux habitans d’Alfort la facilité d’assister aux offices divins ; le bâtiment neuf des élèves, vaste et commode, peut contenir près de 300 étudians ; le chenil, unique en son genre, offre les dispositions les mieux entendues pour le traitement des chiens malades ; les nouvelles écuries pour 28 chevaux, étant terminées, réunissent les mêmes avantages que le chenil, et peuvent aussi servir de modèle.

Tous les animaux malades sont admis en traitement à l’école d’Alfort, et les propriétaires n’ont à payer que la pension alimentaire, dont le taux est provisoirement fixé à 2 fr. 50 cent., par jour pour chaque cheval, et à 60 cent. par tête de chien. Les propriétaires pauvres n’ont à fournir que la nourriture des animaux, sans nulle autre rétribution.

Tous les sujets de l’âge de 16 à 25 ans peuvent être admis au nombre des élèves, dont les uns sont aux frais des parens, et les autres gratuits, titulaires de bourses entières ou de demi – bourses.

Le Ministère de la Guerre y entretient 40 élèves, pour le service vétérinaire dans les corps de cavalerie. La pension alimentaire y est de 360 fr., par an, payables par trimestre et par avance ; tous les élèves sont soumis au même régime, sont habillés de la même manière et reçoivent la même instruction.

Une ordonnance du 1er septembre 1825 a fixé à 4 ans la durée des études, au bout desquels les élèves reçoivent, s’ils sont jugés assez instruits, un diplôme de vétérinaire dont la rétribution est fixée à 100 francs.

L’époque d’entrée est au 1er octobre de chaque année, et nul ne peut être reçu que d’après une autorisation du Ministère de l’Intérieur ; les sujets autorisés ne prennent définitivement rang d’élèves qu’après avoir prouvé, devant le jury d’examen, qu’ils réunissent les conditions requises, qui sont : l’orthographe, le calcul et de savoir confectionner un fer à cheval ou de bœuf.

Extrait de : l’Almanach Royal 1830 – (Archives nationales)

Adhérent-CGMA-Sylvie-R-152

Tous les articles de Sylvie

2 Commentaires

Classé dans Adhérents, Ecole Vétérinaire - ENVA, Histoire locale, Maisons-Alfort, Textes découverts par les adhérents