Maître d’école en province

CE QUE GAGNAIT UN MAITRE D’ ÉCOLE DE PROVINCE

IL Y A MOINS de 100 ANS.


      Le recteur de l’Académie de Nancy a fait dernièrement une humble mais précieuse découverte. Elle consiste dans un manuscrit inédit d’un pauvre maître d’école nommé François Collin. Ce digne homme, que l’on avait chargé de l’enseignement primaire dans un village appelé Koeur-la-Petite, expose à l’autorité l’état chétif de la profession de maître d’école ; bien chétif, en effet, et la touchante résignation dont fait preuve l’humble requérant ne peut laisser supposer un moment qu’il altérait la vérité. Au moment où il écrit, François Collin est chargé de famille, et il va toucher à la cinquantième année de son âge. Au triste métier qu’il fait, il a mangé la moitié de son petit patrimoine. C’est qu’en ce temps un maître d’école, dans les campagnes, gagnait 70 livres 10 sous dans les mauvaises années, et que ce traitement pouvait s’élever au plus à 150 livres dans les circonstances où toutes choses marchaient à souhait.

 Extrait du « Magasin Pittoresque » – 1870

Adhérent-CGMA-Sylvie-R-152

Tous les articles de Sylvie

Poster un commentaire

Classé dans Textes découverts par les adhérents

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s