Archives quotidiennes : 11 août 2014

5 baptêmes un 11 août (BMS de Maisons)

1628.08.11

baptisée LEFORT Claire; Père LEFORT Pierre; Mère LAROUCHET Jehanne; Parrain JOHAIS Estienne; Marraine RATIER Claire; commère POIRIER Jehanne

1640.08.11 Vendredi – Saint-Laurent
baptisé CAILLE Nicolas; Père CAILLE Nicolas; Mère REVESCHE Mathurine; Parrain COTTE Jean; Marraine NOBLET Marguerite

1641.08.11 Dimanche
baptisé CHEVRAULT Rémy; Père CHEVRAULT Jean; Mère OUDART Marguerite; Parrain FRANCOIS Louis; Marraine NOBLET Jacqueline

1643.08.11 
baptisée PINOT Jacqueline; Père PINOT Estienne; Mère BENARD Nicole; Parrain PINOT Pierre; Marraine NOBLET Jacqueline femme d’Estienne JOUET [JOHAIS]

1658.08.11
baptisée RANTERRE Marguerite; Père RANTERRE Louis; Mère CHASTELET Anne; Parrain VALLET Laurent; Marraine RANTERRE Marguerite

Registres BMS

*

Poster un commentaire

Classé dans Actes BMS Maisonnais, Ephéméride

Le temple

Vers le milieu de la rue du Temple, non loin d’une fontaine qui se trouve à l’angle d’une grande place, on aperçoit un immense parallélogramme construit en charpente et surmonté d’un comble recouvert d’ardoises.

C’est le Temple.

Borné à gauche par la rue Dupetit-Thouars, à droite par la rue Perrée (1), il aboutit à un vaste bâtiment circulaire, colossale rotonde, entourée d’une galerie à arcades.

Une longue voie, coupant le parallélogramme dans son milieu et dans sa longueur, le partage en deux parties égales ; celles-ci sont à leur tour divisées, subdivisées à l’infini par une multitude petites ruelles latérales et transversales qui se croisent en tous sens, et sont abritées de la pluie par le toit de l’édifice.

Dans ce bazar, toute marchandise neuve est généralement prohibée ; mais la plus infime rognure d’étoffe quelconque, mais le plus mince débris de fer, de cuivre , de fonte ou d’acier y trouve son vendeur et son acheteur.

Il y a là des négociants en bribes de drap de toutes couleurs, de toutes nuances, de toutes qualités, de tout âge, destinées à assortir les pièces que l’on met aux habits troués ou déchirés.

Il est des magasins où l’on découvre des montagnes de savates éculées, percées, tordues, fendues, choses sans nom, sans forme, sans couleur, parmi lesquelles apparaissent çà et là quelques semelles fossiles, épaisses d’un pouce, constellées de clous comme des portes de prison, dures comme le sabot d’un cheval ; véritables squelettes de chaussures, dont toutes les adhérences ont été dévorées par le temps ; tout cela est moisi, racorni, troué, corrodé, et tout cela s’achète : il y a des négociants qui vivent de ce commerce.

Il existe des détaillants de ganses, franges, crêtes, cordons, effilés de soie, de coton ou de fil, provenant de la démolition de rideaux complètement hors de service.

D’autres industriels s’adonnent au commerce des chapeaux de femme : ces chapeaux n’arrivent jamais à leur boutique que dans les sacs des revendeuses, après les pérégrinations les plus étranges, les transformations les plus violentes, les décolorations les plus incroyables. Afin que les marchandises ne tiennent pas trop de place dans un magasin ordinairement grand comme une énorme boite, on plie bien proprement ces chapeaux en deux, après quoi on les aplatit et on les empile excessivement serrés ; sauf la saumure, c’est absolument le même procédé que pour la conservation des harengs ; aussi ne peut-on se figurer combien, grâce à ce mode d’arrimage, il tient de ces choses dans un espace de quatre pieds carrés.

L’acheteur se présente-t-il, on soustrait ces chiffons à la haute pression qu’ils subissent ; la marchande donne, d’un air dégagé, un petit coup de poing dans le fond de la forme pour la relever, défripe la passe sur son genou, et vous avez sous les yeux un objet bizarre, fantastique, qui rappelle confusément à votre souvenir ces coiffures fabuleuses, particulièrement dévolues aux ouvreuses de loges, aux tantes de figurantes ou aux duègnes des théâtres de province.

Plus loin, à l’enseigne du Goût du Jour, sous les arcades de la rotonde élevée au bout de la large voie qui sépare le Temple en deux parties, sont appendues, comme des ex-voto, des myriades de vêtements de couleurs, de formes et de tournures encore plus exorbitantes, encore plus énormes que celles des vieux chapeaux de femme.

Ainsi on trouve des fracs gris de lin crânement rehaussés de trois rangées de boutons de cuivre à la hussarde, et chaudement ornés d’un petit collet fourré en poil de renard.

Des redingotes primitivement vert bouteille, que le temps a rendu vert pistache, bordées d’un cordonnet noir et rajeunies par une doublure écossaise bleue et jaune du plus riant effet.

Des habits dits autrefois à queue de morue, couleur d’amadou, à riche collet de panne, ornés de boutons jadis argentés, mais alors d’un rouge cuivreux.

On y remarque encore des polonaises marron, à collet de peau de chat, côtelées de brandebourgs et d’agréments de coton éraillés ; non loin d’icelles, des robes de chambre artistement faites avec de vieux carricks dont on a ôté les triples collets, et qu’on a intérieurement garnies de morceaux de cotonnade imprimées ; les mieux portées sont bleu ou vert sordide, ornées de pièces nuancées, brodées de fil passé, et doublées d’étoffe rouge à rosaces orange, parements et collet pareils ; une cordelière, faite d’un vieux cordon de sonnette en laine tordue, sert de ceinture à ces élégants déshabillés, dans lesquels Robert Macaire (2) se fût prélassé avec un orgueilleux bonheur.

Nous ne parlerons que pour mémoire d’une foule de costumes de Frontin (3) plus ou moins équivoques, plus ou moins barbares, au milieu desquels on retrouve pourtant çà et là quelques authentiques livrées royales ou princières que les révolutions de toutes sortes ont trainées du palais aux sombres arceaux de la rotonde du Temple.

Ces exhibitions de vieilles chaussures, de vieux chapeaux et de vieux habits ridicules, sont le côté grotesque de ce bazar ; c’est le quarter des guenilles prétentieusement parées et déguisées ; mais on doit avouer, ou plutôt on doit proclamer que ce vaste établissement est d’une haute utilité pour les classes pauvres ou peu aisées. Là, elles achètent, à un rabais excessif, d’excellentes choses presque neuves, dont la dépréciation est pour ainsi dire imaginaire.

Un des côtés du Temple, destiné aux objets de couchage, était rempli de monceaux de couvertures, de draps, de matelas, d’oreillers. Plus loin, c’étaient des tapis, des rideaux, des ustensiles de ménage de toutes sortes ; ailleurs des vêtements, des chaussures, des coiffures pour toutes les conditions, pour tous les âges. Ces objets, généralement d’une extrême propreté, n’offraient à la vue rien de répugnant.

On ne saurait croire, avant d’avoir visité ce bazar, comme il faut peu de temps et peu d’argent pour remplir une charrette de tout ce qui est nécessaire au complet établissement de deux ou trois familles qui manquent de tout.

(1)    Les rues en question bordent toujours le marché du Temple

(2)   Personnage de bandit sans scrupule apparu dans la pièce L’Auberge des Adrets (1823)

(3)   Valet de comédie, effronté et rusé, conseillant habilement son maître

 

Extrait des « Mystères de Paris » d’Eugène Süe – 1842

Proposé par Adhérent-CGMA-Sylvie-R-152

 

Poster un commentaire

Classé dans Textes découverts par les adhérents

Nés un 11 août à Maisons-Alfort

Nés un 11 août à Maisons-Alfort de 1792 à 1901

*

*

Nom Prénom Date
ALLIX Honoré 1877.08.11
ANDRE Augustine 1895.08.11
BELOEIL Berthe 1877.08.11
CLOPUTRE Eugénie 1900.08.11
CLOPUTRE Marguerite 1900.08.11
CORNU Louis 1884.08.11
COTARD Léonie 1892.08.11
COYARD Eugène 1891.08.11
de SAINT-JEAN Charles 1888.08.11
DESCHAMPS Alexis 1858.08.11
DUTEIL Louise 1884.08.11
GUENOT Jean 1873.08.11
GUYOLLOT Roger 1894.08.11
HOUTMAN Marie 1873.08.11
JACQUEMIN Paul 1889.08.11
LASSAIGNE Etienne 1828.08.11
LIEVIN Charlotte 1884.08.11
LIOUVILLE Anne 1864.08.11
LORMIER Victorine 1809.08.11
MATT Suzanne 1900.08.11
PARIZET Agathe 1795.08.11
PICARD Geneviève 1800.08.11
RAMILLON Antonine 1872.08.11
VILLEDIEU Antoinette 1809.08.11

*

Poster un commentaire

Classé dans Archives Départementales 94, Archives de Maisons-Alfort