Qui étaient les AZEMAR ?

Lors de la galette du CGMA du dimanche 11 janvier (2014), Maurice nous a passionné en nous faisant découvrir l’histoire des AZEMAR et une série souvent méconnue des généalogistes, la série L.

————————————————————————————————————————

Avant de vous parler de la série L, qui étaient les AZEMAR ?

Les AZEMAR sont issus d’une famille de notable de GRAULHET et de CASTRES dans le TARN. Ils furent Consuls de ces deux villes, trésorier  et syndic du Diocèse de CASTRES.

C’est Guillaume AZEMAR (1696-1770) qui à la mort de ses parents vient s’installer à
CASTRES. Il se marie le 21/08/1725 avec Marianne DESPLATS-LABADIE, 7 enfants naîtront de cette union.

Leur fils aîné, Jean Joseph (1626-1795) continuera l’ascension de cette famille. Il se mariera le 17/10/1753 avec Marie Raymonde CORBIERE. De cette union 14 enfants naîtront, dont Louis Guillaume Joseph (1756-1841), 2ème enfant, mais fils aîné, et Pierre Henry (1757-1819), l’ancêtre de ma femme.

Le père et les deux fils étant très impliqués dans la vie publique, auront quelques problèmes au moment de la Révolution, nous allons examiner ces problèmes plus en détail.

————————————————————————————————————————

LA SERIE L DES AD DU TARN

Cette série est composée de 2852 articles pour un métrage de 81 mètres.

Elle réunie l’ensemble des archives administratives et judiciaires de la période révolutionnaire (1790-An VIII), à l’exception de celles relatives aux :

–    domaines
–    l’enregistrement (en particulier tout ce qui touche au séquestre et à la vente des biens nationaux qui appartient à la série Q)
–    à l’état civil, qui est une sous-série de E
–    les archives de notaires

Pour le TARN, on y trouvera :

–    le fond de l’administration centrale du département depuis la création de celle-ci, par la Constituante (janvier 1790) jusqu’à la réforme des institutions départementales décrétée par le 1er Consul (loi du 28 pluviôse An VIII (17/02/1800)
–    les fonds des administrations des districts jusqu’à leur suppression par la constitution de l’An III.
–    Les fonds des municipalités de cantons sous le régime de la constitution de l’An IV (1795-1800)
–    Il y a été rattaché les fonds des comités de surveillances et des sociétés populaires légalisés par le gouvernement révolutionnaire.
–    On y trouvera aussi les fonds judiciaires.

Il a été dressé un répertoire numérique publié en 1941 qui donne la composition de cette série et qui réserve à la sous-série II L les documents judiciaires.

CLASSEMENT DE LA SERIE L

Fonds administratifs :

● L     1-696 : fonds de l’administration du département (1790-1800)
● L 697-762 : fonds du district d’ALBI (1790-brumaire à An IV=octobre 1795)
● L 763-845 : fonds du district de CASTRES (1790-brumaire à An IV=octobre 1795)
● L 846-920 : fonds du district de GAILLAC (1790-brumaire à An IV=octobre 1795)
● L 921-948 : fonds du district de LACAUNE (1790-brumaire à An IV=octobre 1795)
● L 949-1060 : fonds du district de LAVAUR (1790-brumaire à An IV=octobre 1795)
● L 1061-1364 : fonds des municipalités de canton (An IV – An VIII)
●L 1381-1597 : fonds des comités
1) comité de surveillance :
Mars 1793 à messidor An III
2) comité révolutionnaire :
1782-vendémiaire An VII

Fonds judiciaires :

Ce fonds est coté de 1 II L à 95 II L.

Sources :
Guide des Archives du TARN publié en 1975.

Résumé par 
Adhérent-CGMA-Maurice-134

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Adhérents, Archives, Episodes, Généalogie des adhérents, Histoire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s