Archives mensuelles : juillet 2014

Le certificat de civisme de Martin Basteyroux

Le jour où j’ai décidé de me « mettre » à la généalogie, côté maternel, j’ai eu beaucoup de chance.

Le grand-père paternel de ma mère, Anne-Madeleine Beissac, François Beissac, notaire à Rochefort-Montagne (Puy-de-Dôme) avait tenu un carnet des événements familiaux, continué et conservé par son père, Maurice, -dit carnet, dont j’ai appris, il y a peu de temps, le vrai nom : un livre de raisons.

Outre, ce carnet qui m’est revenu, de nombreux actes m’ont aidé à connaître cette famille.

Donc, j’ai lu, relu, classé, noté le déroulement de leur vie, mais un acte, daté de l’An 2, soit 1793, a retenu mon attention, mais sans savoir réellement en quoi il consistait :

Un Certificat de Civisme délivré à Martin Basteyroux, branche maternelle du grand-père François-Pascal de mon grand-père.

Il a fallu récemment un exposé de Maurice Lecomte pour que je réagisse, et en cherche la définition.

Sans succès sur Internet et dictionnaire récent, seule l’édition de 1928 du Larousse en 7 volumes m’en a réellement expliqué le sens, je vous la livre :

« Le mot civisme date de la Révolution, ce qui équivaut à dire qu’un citoyen est zélé, vertueux et a été bon pour l’intérêt public, d’où la création de Certificats de Civisme décrétée par la Convention et délivrés aux citoyens dévoués à la Révolution. »

Me voici donc doté d’un ancêtre, Martin Basteyroux, (mon sosa 100), ayant servi son pays.

Martin Basteyroux, né vers 1753 dans la région d’Argentat (Corrèze), maçon, se marie vers 1777 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) avec Marthe Pataud.

Le 22 thermidor de l’an 2 (soit 9 août 1793), quelques citoyens de la ville assistent au Conseil Général, suite à la pétition du Citoyen Basteyroux, sergent dans la Compagnie de Canonniers de la ville, séance où il est délivré un Certificat de Civisme au Pétitionnaire.

Par pétitionnaire entend-on par là : demandeur.

copie-de-certificat-de-civisme-recto2

copie-de-certificat-de-civisme-verso2Les descendants de Martin BASTEYROUX  (1753 ?-1807) (100) et de Marthe PATAUD (1753- ?)(101),

-Elisabeth

-Françoise, mariée à Jean-Baptiste TABOURET, aubergiste:

 -Marie, mariée à Joseph COURTY, tailleur

-Madeleine qui a épousé, Antoine ZANOLI, plâtrier

-Jean- Baptiste, décédé à l’âge de 20 ans

-Maurice, mort aux Armées le 15 septembre 1809, à Vienne (Autriche)

1.      François  BASTEYROUX ( ? -+1848), (50) x avec Louise BLANC, ( ?-18/12/1862)(51),

 

12    Magdeleine BASTEYROUX (23/07/1811-24/07/1889) (25) x(03/01/1879) François-Pascal BEISSAC (01/04/1808-1887) (24), armurier,  à Clermont-Ferrand,

 

      121 François BEISSAC (06/03/1839-21/04/1914) (12), notaire, à Rochefort-Montagne x  (29/11/1873) Marie-Coralie VERNET(11), fille de Claude VERNET, Médecin, et d’Antoinette FRANCON (24/06/1838-29/01/1909) à Cournon d’Auvergne.

 

       1211 François, Maurice BEISSAC (19/01/1879 à Cournon-22/03/1955, à Bellerive-sur-Allier) (6), professeur, x (05/09/1906) Jeanne-Marie MENEVAUT (16/10/1882 à Louhans (Saône et Loire)-25/05/1986 à Vichy (Allier)) (5),

 

        12111 Anne-Madeleine BEISSAC (16/09/1907-12/02/1996 (3), née à Cournon d’Auvergne, et décédée à Créteil (Val de Marne) x (14/02/1939), à Bergerac (Dordogne). Jean-Raymond PANDAR (06/03/1905 – 09/09/1959), (2), né à Blet (Cher), décédé à Montluçon (Allier)

Rédigé et proposé par Adhérent-CGMA-Claude-P-093

1 commentaire

Classé dans Adhérents, Généalogie des adhérents

Nés un 31 juillet à Maisons-Alfort

Nés un 31 juillet à Maisons-Alfort de 1792 à 1901

1859.07.31 ALGRAIN Marie Alexandrine
1891.07.31 BADIER René
1896.07.31 BAILLY Albert
1887.07.31 BODIN André Francisque Justin
1886.07.31 BOSLE Maurice Marcel
1879.07.31 BRENNER Louis
1862.07.31 BURTIN François
1889.07.31 CHAPUIS Clémence
1867.07.31 CLAEYS Emélie Marie
1862.07.31 CLAUDE Jules Léon
1865.07.31 COURSERON Cécile
1878.07.31 CUISSET Paul Amédée
1819.07.31 DABRIGEON Eugène Georges François
1883.07.31 DURY Joseph Emile
1898.07.31 FLANDIN Henri (reconnaissance)
1889.07.31 GAUTHIER Julien Léon
1882.07.31 GIRARD Ernest
1898.07.31 Ignace Germain Joseph
1886.07.31 LAINE Sextus
1883.07.31 LAPERUQUE Georges
1879.07.31 LARIVE Alice Marie
1800.07.31 LECOUTEUX Louis Gabriel
1899.07.31 LEONARD Paule Louise
1893.07.31 MINARD Louise Pauline
1876.07.31 PATRAS Marie Louise
1878.07.31 PETIT Louis
1892.07.31 PIRONON Auguste Georges
1793.07.31 RICHARDOT Pierre Benjamin
1866.07.31 ROUSSELET Charles Alexandre
1900.07.31 SURZUR Germaine Félicité Anne Marie
1882.07.31 VALERE Gustave Albert
1878.07.31 VALERE Jules Flavien (transcription)
1875.07.31 VALERE Juliette Mathilde
1872.07.31 VERNE Charles Léon
1899.07.31 VERON René Robert

*

Poster un commentaire

Classé dans Archives Départementales 94, Archives de Maisons-Alfort

Plaque commémorative du cimetière : Algérie, Indochine, Liban, Afghanistan

Fusion Id Nom Prénoms Conflit
5125669 BECK Claude Guerre d’Algérie
3162637 BONGARD Raymond Guerre d’Algérie
3475808 BONNARD Daniel René Émile Guerre d’Algérie
3158786 BUTTET Marceau Joseph Guerre d’Algérie
5041445 CAFFIER Lucien Marcel Indochine
***** 573192 CHASTELAIN DE BELLEROCHE Henri Fernand Marie Mathieu Guerre d’Algérie
5125215 COUSIN Raymond Élisée Anselme Indochine
5125668 DAZARD Jacques Émile Guerre d’Algérie
3158977 DRAUX Michel Victor Guerre d’Algérie
5140105 FIRMERY Serge Paul Léon Indochine
3475934 GIRARD Roger André Guerre d’Algérie
5125670 GROULT Jean Lucien Guerre d’Algérie
5041444 JANIN Auguste Julien Guerre d’Algérie
3475947 JUDE Guy Raymond Guerre d’Algérie
5115725 LABORDE André Joseph Guerre d’Algérie
3475949 LAFON Marius Michel Guerre d’Algérie
***** 573201 LEBRUN Henri Élie Liban
3228152 LEMAL Maurice Indochine
3475957 MARCHAL Bernard Henri Guerre d’Algérie
3228153 MILLARD Martial Indochine
Nombre d’individus (20 distincts)

*

Cliquer sur l’identification (Id) du soldat pour accéder à la fiche MGW

Stèle Commémorative [relevé n° 10446]

Ce tableau n’inclut pas le soldat décédé  en Afghanistan (Patience)

*

Poster un commentaire

Classé dans Maisons-Alfort

L’homme semence

Voici une histoire extraordinaire. Elle se déroule dans un petit hameau des Basses Alpes. Cette histoire est écrite par Violette Ailhaud en 1919, elle a 84 ans.

Voici le résumé de la quatrième page de couverture :

En 1852,Violette a 16 ans, elle est promise à Martin lorsque brutalement son village est privé de tous ses hommes par la répression qui suit le soulèvement républicain de décembre 1851. Deux ans passent dans un isolement total. Entre femmes, serment est fait que si un homme vient, il sera le mari commun, afin que la vie continue dans le ventre de chacune.

« ça vient du fond de la vallée. Bien avant que ça passe le gué de la rivière, que l’ombre tranche, en un long clin d’œil, le brillant entre les iscles, nous savons que c’est un homme. Nos corps vides, de femmes sans mari, se sont mis à résonner d’une façon qui ne trompe pas. Nos bras fatigués s’arrêtent tous ensemble d’amonteiller le foin. Nous nous regardons et chacune se souvient du serment. Nos mains s’empoignent et nos doigts se serrent à en craquer les jointures : notre rêve est en marche, glaçant d’effroi et brûlant de désir. »

En 1952 une jeune fille de 24 ans reçoit une lettre faisant partie de la succession d’une de ses ancêtres. Le notaire devait remettre cette lettre à l’ainé des descendantes féminines de Violette  âgées entre 15 et 25 ans. J’imagine la surprise de cette jeune femme en prenant connaissance de cette lettre.

Ce petit livre ne comporte que 40 pages, et il est plein de tendresse, plein d’amitié, plein d’amour.
Continuer à donner la vie, mais à quel prix.

On peut se procurer ce petit livre auprès de l’éditeur : éditions parole 83630 Bauduen 04 94 80 76 58.

Merci à : Adhérent-CGMA-Brigitte-139

Poster un commentaire

Classé dans Adhérents, Textes découverts par les adhérents

Nés un 30 juillet à Maisons-Alfort

Nés un 30 juillet à Maisons-Alfort de 1792 à 1901

1882.07.30 BAUDOT Eugénie
1890.07.30 BRULE Mathilde Louise
1901.07.30 BRUNEL Lucien Ernest
1848.07.30 CAUMONT Julie Louise
1896.07.30 DELATTRE André Ferdinand
1841.07.30 DELION Barthélémy Paul
1895.07.30 DESORBAIX Auguste
1867.07.30 FORCE Maurice Rémond
1879.07.30 GOBERVILLE Fernande Lucie
1899.07.30 GUYOT Marcelle Gabrielle
1804.07.30 JACQUINOT Emilie Antoinette
1855.07.30 JARMUND Casimir Emile
1894.07.30 LAROCHE Suzanne Jeanne
1845.07.30 LEBRUN Marie Juliette
1861.07.30 LEGRAND Jean Prosper
1898.07.30 MELET Georges Arsène
1877.07.30 MOREAU Blanche Aurélie
1877.07.30 PELLETERET Eugène Jean Baptiste
1877.07.30 RAPPOLD Alphonse Victor
1894.07.30 ROBERT Auguste Thomas
1886.07.30 SANGLIER Victor Alexandre David
1875.07.30 TAUPAIN Mathurin Eugène
1803.07.30 YVART Hyppolite Félix

*

Poster un commentaire

Classé dans Archives Départementales 94, Archives de Maisons-Alfort

Testament de Jérome BAGARRE – 1703 à Bauduen

Jérôme BAGARRE et son épouse étaient-ils fortunés ?

Jérôme  né le 17/2/1703 à Bauduen 83,  fils de Antoine et Françoise BAGARRY, s’est marié le lundi 6/9/1727 à Trigance 83 (ces deux villages sont juste séparés par un autre , Aiguines) avec Anne LIONS, fille de Jean et Anne CARTIER, et ont eu à ma connaissance 9 enfants.

Le testament de Jérome :

  jerome-bagarre

« Au nom de dieu soit l’an mil sept cent soixante deux et le neuvieme jour du mois de juin apres midi sous le signe du tres chretien et puissant prince louis quinze par la grace de dieu roy de France et de navarre que longuement soit a été present en sa personne par devant nous notaire royal de ce lieu de Bauduen et temoins a la fin nommes jerome Bagarre menager de ce (dit) lieu detenu dans son lit de maladie corporelle neants moins sain de ses bons sens et entendements lequel craignant l’evenement de la mort a presente et dicte a nous notaire a haute et intelligible voix que nous avons tout de suite rediger par ecrit en presence des temoins a la fin nommes, son dernier et valable testament [……]de dispositions finalle et derniere volonte et comme un veritable chretien apostolique et romain a recommande son ame a dieu faisant diction de sa sepulture dans le cimetiere de la paroisse de ce lieu et ses funerailles […..]faites aux depens de son heritage, et a la discution de ses heritiers ci apres nommes et venant aux legats le dit testateur a legue et legue a françoise et marguerite Bagarre ses filles de sa feue anne lions sa femme cinq sols achacune outre et par [……]la dot qui luy a constitue par son contrat de mariage les institus quand [….] […] pour ses heritiers particuliers,plus a legue et legue par meme droit de legat a anne et marianne ses autres filles et de la feue anne lions sept cens livres a chacune a [……] [……] compris cinquante livres pour les droits de legitimes qui luy reviennent de la feue anne lions sa mere les instituant quand a [..…] pour ses heritiers particuliers, lesquels sept cens livres seront payees par ses heritiers ci apres nommes lorsquelles auront atteint l age de vingt cinq ans ou lorsquelles seront colloquees en mariage en payes egales de cent livres dont la premiere se faire le jour du mariage et les hardes en [……] qui seront comprises aux [……]sept cens livres et ainsi continuant les annees d apres a pareil jour et jusqu alors le (dit) testateur entend que tant la (dite) anne que marianne seront nourries et entretenues dans sa maison en travaillant au profit de son heritage lorsquelles le pourront les dites payes de cent livres seront neant moins sans interets lorsquelles seront payes a leur echeance et au demeurant de tous les siens present et a venir en quoyqu’ils soient et puissent consiste le (dit) jerome Bagarre testateur a institue et de sa propre bouche nommes pour ses heritiers universels et pour le tout joseph et antoine Bagarre ses fils et de la (dite) anne lions pour en prendre pocession et jouissance apres son deces et en faire et dispose des lors a son plaisir et volonte telle etant l intention du (dit) testateur qui a été ecrite par nous notaire en presence des dits temoins a mesure qu’il la pronnonce declarant que le present est son dernier et valable testament derniere volonte et dispositions finalle valable tant par le droit que par tout autre que [mieux] pourra [valoir] [….]revoque tous autres testaments precedent fait, voulant que le present soit le seul qui subsiste selon sa forme et teneur fait [……] et publie par nous notaire au ‘dit) testateur dans sa Bastide de ce terroir quartier de Brun en presence de [..] joseph gaspard fabre docteur en medecine et procureur  du roy en la juridiction royale de la ville d Aups et françois Bagarre fils d’ antoine menager de ce lieu temoins requis et soussignes le dit jerome Bagarre testateur a declare ne savoir signer de ce enquis catholique et avont signe de (dit) testateur entend que si antoine son fils vanait a se marier les frais pour le mariage seront faits en commun avec joseph Bagarre son fils aine et aux depens de son heritage fait et [….]au meme lieu et aux presence de dessus.

Quittance de jerome Bagarre en faveur d’honnore Salomon

L’an mil sept cent soixante deux et neuvieme jour du mois de juin apres midi fut present en personne par devant nous notaire royale a Bauduen soussigne presens les temoins a la fin nommes a été present en personne jerome Bagarre menager de ce (dit) lieu lequel de son gre a confesse et [……..] d’avoir reçu d’honnore Salomon menager du lieu de figaniere absent nous dit […..] stipulant la somme de cent soixante et douze livres savoir vint huit livres pour le prix de deux coupes […….] a raison de quatorze livre la coupe que le (dit) Salomon luy a vendu,et cent quarante quatre livres en louis d’or faisant tout le sus (dite) somme de cent soixante et douze livre de laquelle dite somme le (dit) Bagarre contant et satisfait en a quitté et quitte le (dit) honnore Salomon avec […..]qu il ne luy en sera jamais fait aucune recherche ni demande a peine de tous depens et pour l’observation de ce que dessus a oblige tous ses biens presens et a venir qu il a soumis a toutes [….] la […..]et requis acte fait et publie au ‘dit) Bauduen dans la Bastide du (dit) jerome Bagarre en presence de […] joseph gaspard fabre docteur en medecine et procureur du roy en la juridiction royale de la ville d’Aups et françois Bagarre fils d’antoine menager de ce (dit) lieu temoins requis et soussignes le (dit) Bagarre a declare ne savoir signer de ce enquis […]a compte de la dot que le (dit) honnore Salomon a constitue a catherine Salomon sa fille par son contrat de mariage avec joseph Bagarre fils du (dit) jerome [….] [….] [….]notaire de figaniere le douze juin mil sept cent cinquante sept [….]controlle a draguignan par le […]malespierre. »

Suivent les signatures de : Latil (probablement le notaire),fabre et f bagarre.

En travers :[….]a regusse le 11 juin 1762 reçu une livre cinq.

Signe : jean borrelli

La descendance :

1464 : Antoine BAGARRE (naissance, décès)

732 :  Jérome BAGARRE ° 17/2/1703 à Bauduen  83 + 10/6/1762 à Bauduen 83
733 :  Anne LIONS
x 6/10/1727 à Trigance 83

366 :  Antoine BAGARRE °1/4/1738 à Bauduen 83  + 27/3/1764 à Bauduen 83
367 :  Magdeleine MARTIN °1744 ?  + 7/9/1799
x 23/1/1764 à Bauduen 83

182 :  Jean Joseph PELLICIER °25/6/1757 à Bauduen 83  + 17/4/1827 à Bauduen 83
183 :  Blanche BAGARRE °9/12/1764 à Bauduen83  + 28/3/1828 à Bauduen 83
x 22/11/1784 à Bauduen 83

90 :  Marc Antoine BAGARRE °6/11/1801 à Bauduen 83  + ?
91 :   Elisabeth Marie PELLICIER ° 11/2/1801 à Bauduen   + 8/10/1861 à Bauduen 83
x 20/9/1819 à Bauduen 83

44 :  Jean Baptiste BAGARRE °27/1/1810 à Bauduen 83  + 14/1/1852 à Bauduen 83
45 :  Thérèse Marianne BAGARRE ° 19/6/1822 à Bauduen 83

+ 12/3/1856 à bauduen 83
x 2/6/1840 à Bauduen 83

22 :   Joseph Jean Baptiste BAGARRE °30/10/1844 à Bauduen 83  + ?
23 :  Rose Marie ‘’dite Rosalie’’ MALVILLAN

° 8/9/1845 les Salles sur Verdon 83

x 2/1/1866 les Salles sur Verdon 83

10 :  Joseph Grégoire DAUPHIN ° 9/5/1866 à Bauduen 83

+ 27/9/1937 à Bauduen 83

 

11  :  Octavie Emilie BAGARRE °4/11/1870 à Bauduen 83

+ 12/10/1940 à Villecroze 83
x 20/4/1891 à Bauduen 83

Jérome est décédé le lendemain de la rédaction de son testament  :  10/6/1762 à Bauduen 83

Merci  Marie et Raymond, c’est grâce à eux que j’ai eu accès à ce testament via le web.

Adhérent-CGMA-Brigitte-139

1 commentaire

Classé dans A lire, Adhérents, Anecdotes, Généalogie des adhérents

Nés à Maisons-Alfort un 29 juillet

Nés un 29 juillet à Maisons-Alfort de 1792 à 1901

1845.07.29 ALIBERT Léopold Hippolyte
1837.07.29 CAMAX Julien François
1826.07.29 CARCHEREUX Louise Julie
1883.07.29 CHANDELIER Armand Jules Paul
1880.07.29 CLOIX Alfred
1878.07.29 CORNIE Philomène (reconnaissance)
1876.07.29 FAIVRE Joséphine Léonie
1876.07.29 FOURNIER Alice Marguerite
1878.07.29 GORET Marcel Octave Maurice
1867.07.29 JOURDE Hortense Elise
1846.07.29 LECALANT Françoise Julie
1811.07.29 LEONARD Auguste Thomas
1878.07.29 PATTE Appoline
1812.07.29 PETELARD Henriette Françoise Antoinette
1891.07.29 POTIN Louis
1872.07.29 ROY Gustave
1832.07.29 SEGRETAIN Ernest François
1901.07.29 TAEYMANS Marguerite
1901.07.29 VINCENT Pierre Louis

*

Poster un commentaire

Classé dans Archives Départementales 94, Archives de Maisons-Alfort, Ephéméride

Souvenirs d’enfance : Brigitte (2) – En Provence

 

1 – Vacances chez Mémé

Vous m’avez déjà entendu parler de « Mémère » au cours de nos permanences, mais beaucoup moins de Mémé. Il faut dire que j’ai peu connu cette grand-mère et pourtant….
Mémé est ma grand-mère paternelle. Elle est née à Bauduen le 26 juillet 1904, si je l’ai très peu connu, c’est que  mes parents préféraient me laisser partir en vacances avec Mémère plutôt que de m’emmener avec eux.
Quand à Pépé, il était le mari de Mémé, mais comme il est le seul grand père que j’ai eu, il est aussi, si ce n’est plus, important que si il avait été un vrai grand père,  un grand père biologique comme on dit aujourd’hui.

La traversée

La traversée

La première fois que j’ai rencontré Mémé j’avais 6 ans et demi, je me rappelle que nous y étions allés en train, qu’en attendant le car qui nous mènerait de Marseille (13) à Moustiers Sainte Marie (04) nous étions allés au château d’If, j’ai failli aller dire bonjour aux p’tits poissons tant je me penchais par-dessus bord pendant la traversée !!

Que nous avions mangé au restaurant, le midi ou le soir je ne m’en souviens plus, mais ce dont je me souviens, c’est  que là j’ai eu pour moi toute seule la moitié d’un melon (en entrée ou en dessert ? qu’importe).  Le plus important est  qu’elle était rien que pour moi cette moitié de melon. D’habitude un melon à la maison était partagé en 6,7 ou 8 parts, mais là, et bien non, bon d’accord le melon était p’être bien d’un petit calibre, mais n’empêche cette fois là, la moitié n’a été rien que pour moi toute seule, je n’ai pas eu besoin de partager, et quel régal, je la revois encore cette moitié de melon, c’était un tel évènement que je m’en souviens encore, comme si cela s’était produit hier !…..
Je vous passe les détails du voyage en car sur les routes sinueuses des gorges du Verdon, d’autant que nous étions à l’arrière…….
Nous voici donc à Moustiers.
Moustiers Sainte Marie est un petit village des Alpes de Hautes Provence situé à 45 km de Castellane, 14 de Riez, et environ une petite trentaine de ‘’Bauduen’’, aux portes des gorges du Verdon et des champs de lavande. Ce village a la particularité d’être comme accroché à la montagne, montagne  dans laquelle il y a une brèche, et d’un coté à l’autre de cette brèche il y a une chaîne suspendue avec en son milieu une étoile. La chaîne mesure environ 227 m de long, quand à l’étoile, étant donné qu’il y en a eu plusieurs, je ne saurais dire son diamètre. La légende veut que ce soit le duc de Blacas qui fut prisonnier des Sarrasins au retour de croisades et qui avait fait ce vœu : ‘’ A tes pieds Vierge Marie ma chaîne je suspendrai si jamais je retourne à Moustiers dans ma patrie ‘’ et en version Provençal  (merci à Mr Francis Pelotier d’avoir eu la gentillesse de me faire la traduction)  ‘’  Virje Marioun, a tè pè pendoularaï meï cadène sé maï m’intourni à moun païs ‘’, et qui tint sa promesse. Mais dans le dictionnaire historique et topographique de la Provence par E Garcin (membres correspondant de plusieurs sociétés savantes) datant de 1835 plusieurs idées sont émises, mais moi ayant toujours connu la légende du duc de Blacas (issu d’une des plus anciennes et des plus illustres famille de Provence source google), et comme elle me plait bien cette version du duc…je la garde. 

Croix en faïence

Croix en faïence

 Moustiers fut aussi un lieu de fabrication de la faïence qui connu son essor sous Louis XIV quand il fallu fondre la vaisselle d’or et d’argent afin de renflouer les caisses du royaume (c’était aussi la crise). Lorsque j’étais enfant, le seul atelier qu’il y avait était celui de Simone Garnier une talentueuse artiste que fit venir Marcel Provence un fils de bourgeois Marseillais. Cette petite croix est de Simone Garnier, et date de mon enfance.

En cherchant sur la toile quelques photos afin d’illustrer le travail de Simone Garnier, j’ai trouvé la légende de la chaîne et de l’étoile de mon enfance que je vous livre :

’’a ti pied Vierge Mario ma cadeno penjaraï de jamaï tourne maï a Moustiers dins ma patrio’’

Ci dessous un lien trouvé sur ‘‘gencom’’.

 http://www.villagesdefrance.free.fr/page_moustiers_ste_marie.htm

Rédigé par Adhérent-CGMA-Brigitte-139

A suivre

Poster un commentaire

Classé dans Adhérents, Enfance, Episodes, Généalogie des adhérents

Nés à Maisons-Alfort un 28 juillet

Nés un 28 juillet à Maisons-Alfort de 1792 à 1901

1894.07.28 BAIN Gaston Edmond
1860.07.28 BARRE Pierre Gabriel
1867.07.28 BOULMIER Louis Benjamin
1879.07.28 CORNU Désiré Paul né BRASSIER (rec. et légitimé)
1877.07.28 CARLE Auguste Eugène Jules
1890.07.28 CHAUDE Alphonse
1879.07.28 CORNU Désiré Paul né BRASSIER (rec. et légitimé)
1880.07.28 DEGEST Albert Lucien
1899.07.28 DEMARIGNY Reine Marguerite
1849.07.28 DOBREMER Louis Alfred
1893.07.28 DUMOUTIER Georgette Louise
1891.07.28 DURANDIN Louis Charles
1794.07.28 FONTENAY Nicolas Viala
1850.07.28 FORTIER Armand Jean
1897.07.28 GAGNAGE Armand
1794.07.28 GASSE Achille
1896.07.28 GOULIER Albert (reconnaissance)
1887.07.28 GRANDJEAN Henri Ferdinand
1879.07.28 HAMONT Mathilde Aimée
1896.07.28 HOURLIER Paul Amédée Louis
1881.07.28 LAMBERT Thomas
1880.07.28 LUCHINI François
1841.07.28 MAHERAULT Victorine Félicité
1870.07.28 MAIGROT Rose Denise
1802.07.28 MEUNIER François
1884.07.28 MOMBRUN Jeanne Angèle
1874.07.28 MOREAU Augustine
1890.07.28 PALLENOT Marguerite Augustine
1878.07.28 PANARIOUX Charles Fabien
1878.07.28 PANAVIOUX Léon Camille
1898.07.28 PENOTET Marthe Laure
1891.07.28 PIMBERE Jeanne
1836.07.28 SIMAS Léon Eugène
1884.07.28 STICHTER (né STIFFER) Narcisse Pierre (reconnaissance)
1884.07.28 STICHTER (né STIFFER) Narcisse Pierre (reconnaissance)
1884.07.28 STICHTER (né STIFFER) Narcisse Pierre (reconnaissance)
1881.07.28 STORET Emile Raoul Jules
1877.07.28 THIER René Alfred
1897.07.28 VICTOR Emile Louis
1799.07.28 VIET Marie Elisabeth Hyacinthe

Poster un commentaire

Classé dans Archives Départementales 94, Archives de Maisons-Alfort, Ephéméride

Souvenirs d’enfance : Brigitte (1)

Une de mes plus grandes trouilles

Avec son plus beau feu d’artifice, Sylvie fait remonter de vieux souvenirs.
Je devais avoir 12 ou 13 ans, c’était le début des grandes vacances et j’étais invitée à passer quand je voulais chez mon prof de dessin qui m’aimait bien. Non non, il n’y avait pas de chouchoutage !!!!
Elle habitait une commune voisine, en banlieue…..
Bref. Donc un après midi j’y vais. Etaient présents les deux petits, un de 2 et demi et une de 4 ans environ, la grand-mère coincée dans un fauteuil….et le fils ainé avec un copain dont l’oncle artificier lui avait donné quelques pétards…..Les parents qui était présents à mon arrivée, durent s’absenter en nous recommandant bien de ne faire péter aucun pétards : « Brigitte on compte sur toi , de toute façon, les petits nous dirons…. » sur ces recommandations, ils partent.
Evidemment, vous vous en doutez, un pétard par ci, un pétard par là, il y en avait un plein sac, pourquoi se priver. La grand-mère du fond de son fauteuil râlait bien un peu, mais comme elle ne pouvait se déplacer, nous faisions la sourde oreille !!!
Afin d’éviter que les petits n’aillent cafter, nous leur avons fait du chantage, je sais ce n’est pas bien joli joli, mais depuis le temps il y a prescription !!!
Notre chantage était pour un qui était entré dans le poulailler alors que cela lui était interdit : « si tu dis qu’on a fait péter des pétards, on dira que tu es allé ennuyer les poules ». Pour l’autre qui avait cassé des bouteilles vides, nous lui avons dit : « si tu dis qu’on a fait péter des pétards, on dira que tu as cassé les bouteilles (en ce temps elles étaient consignées) ». Nous ne les avons pas terrorisé  mais presque.
Et les pétards, bien étalés sur une petite table de jardin en fer, ronde, peinte en vert, pètent toujours par ci par là…..il y en a même une sorte que lorsqu’on l’allume, il part en tous sens….et justement un des deux gars prend un de ceux là, et dit : « si on faisait une rampe de lancement ? », « ok  »répond l’autre. Ils attrapent deux briques qui devaient nous attendre…en mettent une à plat sur la table, l’autre posée en biais contre cette première brique, et enfin le « pétard ».Un l’allume, moi sachant que celui là va voler un peu partout, j’attrape un petit que je tiens contre moi, on ne sait jamais…..et je tourne le dos à la table.
MALHEUR !!!!
Le pétard allumé, en partant, a mit le feu aux autres, et ça n’en finissait plus de pétarader . J’ai eu très peur car m’étant retournée, je ne voyais rien de ce qui se passait, le temps m’est apparu très long.
J’ai bien cru que cela ne s’arrêterait jamais !
Quand tout fut terminé, il a bien fallu ramasser tous les petits bouts de papiers éparpillés dans la jardin, mais après la trouille, le fou rire nous a pris et la grand-mère pouvait toujours s’époumoner du fond de la maison, pfffft ,nous n’en avions rien à faire.
Une fois le jardin remit en ordre, le copain et moi, nous avons pris nos cliques et nos claques et nous sommes partis avant le retour des parents….et les vacances se sont poursuivies sans que j’ose y remettre les pieds.
Je savais malgré mon jeune âge que ce serai inéluctable, qu’un jour ou l’autre, mais….
Les vacances se terminent donc, et arrive la rentrée des classes. Je redoutais le jour ou j’aurai le premier cours de dessin de l’année, et j’avais bien raison de le redouter, car là, si j’avais pu me mettre dans un trou de souris… Devant toute la classe elle (le prof) me dit : « Alors Brigitte, il était bien le feu d’artifice dans mon jardin ? ».
Zut alors, quelqu’un a cafté ! J’attend la fin du cours et je vais la questionner. Mais non m’assure t elle, personne n’a parlé, mais alors, comment cela s’est il su ????
Au fond du jardin il y avait un talus, et en haut de ce talus, passait la voie de chemin de fer. La maison étant pas très loin de la gare… les jours suivants, les cheminots voyant passer le père lui ont demandé ce qui s’était passé dans son jardin, ils avaient pensé à l’explosion d’une bouteille de gaz !!! Autant dire que du bruit il y en a eu, même que cela a du faire tout drôle aux habitants du quartier si calme d’ordinaire, d’entendre un tel raffut….
Il y a une trentaine d’années que je n’ai pas revu ce prof, mais il m’arrive parfois de repenser à ce jour là.
Et en y repensant, je me dis, heureusement qu’il n’y a eu  personne de blessé, nous aurions pu provoquer une catastrophe ! Toujours est il que depuis ce jour, je crois bien n’avoir jamais retouché un pétard, mais malgré tout, ça reste un bon souvenir.

Rédigé par Adhérent-CGMA-Brigitte-139

2 Commentaires

Classé dans Adhérents, Anecdotes, Enfance, Episodes, Généalogie des adhérents

Nés à Maisons-Alfort un 27 juillet

Nés un 27 juillet à Maisons-Alfort de 1792 à 1901

1893.07.27 BOULE Pauline
1887.07.27 BOURSIN Georges
1889.07.27 BOUSQUET Anna Henriette Louise
1889.07.27 BOUSQUET Sophie Ernestine Marie
1901.07.27 CHARASSE Lucien
1866.07.27 CHARPENTIER Jules Auguste Louis Martin
1884.07.27 COPPIN Jeanne Louise
1895.07.27 DORMOY Marcelle Renée née DROUAULT (reconnaissance)
1895.07.27 DORMOY Marcelle Renée née DROUAULT (reconnaissance)
1890.07.27 DUTHOIT Louise Germaine
1897.07.27 FRAUMONT Charlotte Augustine
1901.07.27 GASTEY Eugénie Michaelle (transcription)
1896.07.27 GUERIN Albert Jean Georges
1887.07.27 ISABERE Alice (reconnaissance)
1882.07.27 JACQUIN Louis Alexandre
1863.07.27 JASPAR Félicie Emilie
1874.07.27 LEMAIRE Eugénie Annette
1874.07.27 MARY Charles Jean
1881.07.27 MEUNIER Augustine Jeanne Marie (reconnaissance)
1883.07.27 MOREAU Alfred
1887.07.27 MORIAT Flore Juilliette (reconnaissance)
1889.07.27 NOEL Pierre
1831.07.27 NORMAND Flavine
1898.07.27 POTAGE Robert Lucien Léon
1875.07.27 VANWEYSBERGHE Eugénie Rosalie
1867.07.27 VERON Caroline

Poster un commentaire

Classé dans Archives Départementales 94, Archives de Maisons-Alfort

Plaque commémorative de Maisons-Alfort 39-45, église Saint-Remi

Fusion Id Nom Prénoms Conflit
***** 574147 AMIOT Georges 1939-1945
5137935 ANDRIEU Roger Laurent Auguste 1939-1945
***** 574149 BAGES Clément 1939-1945
***** 574150 BASTIDE Roger Louis 1939-1945
5144028 BAUDELOT Joseph André 1939-1945
***** 574152 BERNIER Marcel Henri 1939-1945
***** 574153 BIGOTEAU Roland Désiré 1939-1945
5127204 BRETON Alphonse Louis 1939-1945
***** 574155 BRUNET Gilbert Alfred Ferdinand 1939-1945
***** 574156 CANU Jean Gustave 1939-1945
***** 574158 CUSINI César Pierre 1939-1945
***** 574159 DEPLANQUE Roland Léon 1939-1945
5144462 DESBOEUFS Louis Abel 1939-1945
***** 574161 DUCLOS Henri Gaston 1939-1945
3192352 DUCLUZEAU Louis Hugues Gilbert 1939-1945
***** 574163 DUMONT Émile Louis 1939-1945
***** 574164 FONTAINE Marcel Pierre Joseph 1939-1945
***** 574165 GIRARD Maurice Ernest 1939-1945
***** 574157 GIRARD Roger 1939-1945
***** 574167 GONDOUIN Marcel Maurice 1939-1945
***** 574166 GONDOVIN A. 1939-1945
***** 574168 HERVIER Paul Emile François 1939-1945
***** 574169 HOUDRY Célestin 1939-1945
***** 574170 HUBERT Edmond Paul Marie 1939-1945
***** 574171 HUTIN Paul Ernest Robert 1939-1945
***** 574172 JODIN Robert 1939-1945
***** 574173 LECOMTE Jacques Yves Marie 1939-1945
***** 574174 LECOMTE Lucien Pierre Eugène 1939-1945
***** 574175 LEGRAND Jacques 1939-1945
***** 574176 LEMAIRE M. 1939-1945
5144029 LEMESLE André Marcel 1939-1945
***** 574178 LEPAGE René Maurice Zéphirin 1939-1945
***** 574179 LIEBLEIN Raymond 1939-1945
5127203 LIGNIÈRES Jean Christian Marc 1939-1945
***** 574181 LISSAC Maurice François Clément 1939-1945
***** 574182 LOYE Marcel François Henri 1939-1945
***** 574183 MALHERBE R. 1939-1945
***** 574184 MARTIN Jacqueline Angèle Léonie 1939-1945
***** 574185 MITERNIQUE Simone 1939-1945
***** 574187 MONNET P. 1939-1945
5144519 MOSER Émile 1939-1945
***** 574189 MOYER Maurice Auguste 1939-1945
***** 574190 NAUDOT Bernard Lucien 1939-1945
***** 574191 PAIRAUD E. 1939-1945
3510361 PICARD Maurice 1939-1945
***** 574193 PINEAU André Philémon Elie 1939-1945
***** 574194 PIRMEZ Paul Jean Edouard 1939-1945
3216518 PLUMART Raymond 1939-1945
***** 574196 PORTAIN Jean 1939-1945
***** 574197 PREPOIGNOT Georges 1939-1945
***** 574198 RECARD Pierre André 1939-1945
***** 574186 ROUCHON-NAZERAT L.(mme) 1939-1945
5151186 TROVEL Pierre Émile 1939-1945
***** 574200 TURBERG R. 1939-1945
5151184 URFER Adrien Paul 1939-1945
Nombre d’individus (55 distincts)

*

Cliquer sur l’identification (id) du soldat pour accéder à la fiche MGW

Plaques Commémoratives 1939-1945 de l’église Saint-Remi [relevé n° 10469]

*

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 39-45, Maisons-Alfort

Petites annonces de 1998

Nostalgie !

En 1998, le CGMA naissant lançait sa revue « Cejourd’huy », voici les premières petites annonces ou bouteilles à la mer qui furent lancées :

98 001                        Recherche en Côtes d’Armor

à Bonen, Kergrist-Moëlou, Paule, Plouguernével, Plélauff, Rostrenen

Patronymes : (LE) BACQUER, BOURDONNAY, LE GOUARD, NARRADON.

Adhérent 7 : Joël

 

98 002                        Recherche en Charente-Maritime

à Burie, Tonnay, Boutonne, Annezay, Genouillé

Patronymes : PÉRÉ (PÉRRÉ), AUDOIN, PELÉ, BEZIAUD, RENAUD

Adhérent 23 : Ginette

 

98 003                        Recherche en Belgique

à Bruxelles (Saint Josse Ten Noode), Soignie

Patronymes : LEFEVRE, GERARD

Adhérent 23 : Ginette

 

98 004                        Recherche livres suivants :

Madame Edgard QUINET. Mémoires d’Exil. (1868)

Marc DUFRAISSE : Droit de guerre et de paix de 1789 à 1815. (1867)

André LE BRETON : Madame la députée. (1884)

Paul BUGNOT : Généalogie de la Maison d’ARCY. 1906, 79 pages. (FOL LM3 2929)

Adhérent 7 : Joël

 

98 005                        Recherche à Givet (Ardennes) :

L’acte de décès de NICODÈME Céline, arrière grand-mère paternelle, née le 24 mars 1861 à Inchy en Cambrésis (Nord). Elle était en vie en 1917.

Adhérent 2 : Marcel

 

98 006                        Recherche à La Chatre (Indre) :

Les actes de naissance de VILLAUDIÈRE Euphrasie, née en 1880 et Louis Léon François BOUTET née en 1875, grands-parents. Mariage probable à La Chatre.

Adhérent 43 : Claudia

 

****

Contacter 

Adhérent-CGMA-Marcel-002 

Adhérent-CGMA-Joël-007

Poster un commentaire

Classé dans Adhérents, Généalogie des adhérents, Maisons-Alfort

Les villes décorées selon Memorial Gen Web

 

Légion d'Honneur Légion d’Honneur
Croix de la Libération Croix de la Libération
Croix de Guerre 1914-1918 Croix de Guerre 1914-1918
Croix de Guerre 1939-1945 Croix de Guerre 1939-1945
Médaille de la résistance Médaille de la résistance

Poster un commentaire

Classé dans A voir

Une femme est morte …

Au hasard de notre recherche généalogique, nous avons eu la surprise de découvrir dans un registre paroissial de la commune de Saint-Bonnet-le-Courreau, dans la Loire, cet acte qui de manière assez inhabituelle rapporte avec brièveté mais précision un événement qui vient tout juste de se produire.

Nous sommes le 8 septembre 1768 et la veille, ainsi que l’écrit le curé de ce village du Haut Forez, une femme est morte. Et avec elle, deux enfants :

« … Par devant moi, il est dit que Jeanne Morin, âgée d’environ 40 ans, femme de Claude Massacrier, laboureur résidant à la Spéry, est décédée hier vers 4 heures du soir … Enceinte des faits de son mari, d’environ 9 mois. L’opération césarienne lui a été faite par Marguerite Masson, femme de Pierre Derivon, maître chirurgien (1) … Laquelle a retiré du sein de la défunte, un garçon et une fille qui avaient donné des marques de vie ont été ondoyés par Jean Massacrer, laboureur au lieu de la Spéry, beau-frère de la défunte et après l’ondoiement ont conservé le visage vermeil pendant un quart d’heure environ…

Le huitième de septembre 1768… Ont assisté à la sépulture Pierre Simon, laboureur au village du Mas, Jeanne Michel, femme de Claude Simon … Claude Cellier, laboureur au village d’Essende et Jean Massacrier … Et Marguerite Masson qui a confirmé le dit de Jean Massacrier. »

Devenu veuf de Jeanne Morin et sans enfants, le dit Claude Massacrier se remariera près de huit ans plus tard, le 28 janvier 1777, avec Perrine Rousset. C’est de ce mariage que naîtront des enfants, dont l’ascendant direct des ancêtres de ma mère, Marie Massacrier. A quoi tenons-nous d’être là ? Parfois, comme ici, à un drame qui fit trois morts… avant que ne renaisse la vie !

Proposé par Claude G.

(1) A cette époque, dans les Monts du Forez, le chirurgien avait exercé en ville le métier de perruquier pendant quelques années, et obtenu de s’installer dans le bourg où il saigne, purge, fait la barbe, et tient parfois les remèdes usuels.. .

Adhérent-CGMA-Claude-G-095

1 commentaire

Classé dans A lire, Adhérents, Anecdotes, Généalogie des adhérents

Revue de presse (88) : les poilus Sarthois

Histoire. Les états de service des Poilus sarthois accessibles en ligne

Les archives départementales de la Sarthe viennent de mettre en ligne les matricules militaires des conscrits sarthois, pendant la Première Guerre …
*

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 14-18, Revue de Presse Virtuelle

Carré militaire de Maisons-Alfort 39-45, Algérie et Indochine

Nom Prénoms Conflit Date & lieu de décès
ALBERICI Pierre Jean 1939-1945 17/08/1949 Créteil (94)
ANDRIEU Roger Laurent Auguste 1939-1945 26/10/1939 Saint-Jean-de-Bassel (57)
BAUDELOT Joseph André 1939-1945 28/06/1940 Vannes (56)
BECK Claude Guerre d’Algérie 14/06/1957 Djidjelli Algérie
BERTRAND Désiré Paulin 1939-1945 13/06/1940 Méry-sur-Seine (10)
BLINET Eugène Jean 1939-1945 17/05/1940 Vadencourt-et-Bohéries (02)
BREHAT Henri Charles 1939-1945 16/12/1943 Gullen (Baden-Württemberg) Allemagne (ex Prusse)
BRETON Alphonse Louis 1939-1945 19/04/1945 Mutzig (67)
CHAUVET Georges Elia Indochine 25/06/1954 Hanoï (Tonkin) Viet-Nam (Indochine)
COLAS Roger Indochine 15/05/1954 Hanoï Viet-Nam (Indochine)
COUSIN Raymond Elisée Anselme 1939-1945 04/09/1952 Thanh Huong (Tonkin) Viet-Nam (Indochine)
CROQUEFER Auguste Joseph 1939-1945 14/06/1940 Germigny-l’Évêque (77)
DABINI André Emile 1939-1945 14/05/1940 Anhée (Province de Namur) Belgique
DAZARD Jacques Émile Guerre d’Algérie 08/09/1960 Khenchela ( Dpt De Constantine) Algérie
DEGUISE André Philibert 1939-1945 30/01/1944 Hardthöne Allemagne (ex Prusse)
DESBOEUFS Louis Abel 1939-1945 15/04/1945 Chermignac (17)
DUFRAIGNE Pierre Indochine 17/08/1947 Saïgon (Cochinchine) Viet-Nam (Indochine)
DULAS Roger ? 1953
FARRÉ Raymond Antoine T.F.O.A. 30/07/1945 Langenargen Allemagne (ex Prusse)
FIRMERY Serge Paul Léon Indochine 10/09/1954 Tourane (Annam) Viet-Nam (Indochine)
FISCHER Fernand Gaston 1939-1945 20/06/1940 Gerbéviller (54)
FREMONT André Maurice 1939-1945 15/04/1943 Stuttgart Allemagne (ex Prusse)
FRIESS Marcel André Indochine 13/12/1946 Saïgon (Cochinchine)
GAFFIER Lucien 1939-1945 1953
GANDRIAUX Marcel 1939-1945 20/08/1944 Vincennes (94)
GIGNOUX Roger Pierre 1939-1945 12/08/1944 Sury-aux-Bois (45)
GROULT Jean Lucien Guerre d’Algérie 24/12/1958 Rouiba (Dpt d’Alger) Algérie
GUILLAUMET Maurice Georges 1939-1945 26/05/1940 Calais (62)
HOUGUET Alphonse Marie Joseph 1939-1945 11/06/1940 Avançon (08)
HUBERT Edmond Paul Marie 1939-1945 16/05/1940 Leyviller (57)
JAMGOTCHIAN Jean 1939-1945 1948
JEAN René Étienne Nicolas 1939-1945 29/04/1945 Berlin Allemagne (ex Prusse)
JEHANNE Auguste Ernest Maurice 1939-1945 15/05/1940 Poix-Terron (08)
JENNEQUIN Gaston Joseph 1939-1945 06/01/1945 Nouss Allemagne (ex Prusse)
JULIEN Henri Jean 1939-1945 14/06/1940 Béthincourt (55)
LABORDE André Joseph Guerre d’Algérie 17/06/1958 Alger Algérie
LAMBERT Roger François André 1939-1945 14/05/1940 Raucourt-et-Flaba (08)
LEMESLE André Marcel 1939-1945 15/10/1944 Nantes (44)
LOUET Roger Louis 1939-1945 25/04/1941 Mühlberg-am-Elbe (Brandenburg) Allemagne (ex Prusse)
LUDET Maurice Germain 1939-1945 03/09/1944 Ludwighafen Allemagne (ex Prusse)
MAILLET Maurice André 1939-1945 25/03/1945 Oberschön Allemagne (ex Prusse)
MARTIN Hugues Elie 1939-1945 06/06/1940 Cherbourg (50)
MILLION André 1939-1945 1954
MOSER Émile 1939-1945 16/03/1945 Lippstadt (Rheinland-Westfalen) Allemagne (ex Prusse)
NAUDIN André 1939-1945 1948
PERBAL Georges Emile 1939-1945 19/08/1944 Paris 17 (75)
POTEL André Henri Joseph 1939-1945 30/01/1945 Wilheimsminen Allemagne (ex Prusse)
PRIMOUT Paul François 1939-1945 19/07/1945
PRUNAIRE Georges 1939-1945 24/03/1946 Villiers-sur-Marne (94)
REMOISSENET Roger Alfred 1939-1945 16/05/1940 Sainte-Menehould (51)
ROMAIN Jean Claude Guerre d’Algérie 21/05/1961 El-Kouif (Dpt De Bône) Algérie
SENREAU Georges Joseph Alphonse Indochine 04/06/1946 Buon-Kay (Annam) « Autres pays »
TOSELLO Maurice 1939-1945 18/04/1945 Duben Allemagne (ex Prusse)
TROVEL Pierre Émile 1939-1945 18/05/1945 Osterholz-Scharmbeck Allemagne (ex Prusse)
TURBERG Robert Maurice T.F.O.A. 28/07/1945 Strasbourg (67)
URFER Adrien Paul 1939-1945 09/06/1940 Brienne-sur-Aisne (08)

*

Cliquer sur l’identification (Nom et Prénom) du soldat pour accéder à la fiche MGW

Carré de corps restitués [relevé n° 10433]

*

 

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 39-45, Maisons-Alfort

Article du jour (88) : Tombe de Libre Penseur à Alfortville

Tombe de Libre Penseur

Cliquer pour accéder au site

*

Poster un commentaire

Classé dans Article du jour, Val de Marne

Article du jour (88) : 100 000 monuments

100000 monuments

Grâce à la participation de plusieurs milliers d’entre vous, Geneanet permet de rechercher ses ancêtres ou ses proches, désormais dans plus de 95 000 monuments ou tombes. Plus de 840 000 personnes ont déjà été « relevées » dans les photos publiées sur le site.

Poster un commentaire

Classé dans Article du jour

Souvenirs d’enfance : Madeleine

Il y quelques années, j’avais demandé à ma grand-Mère Madeleine de rédiger ses souvenirs, ce qu’elle a fait selon moi avec talent. Voici ce qu’elle écrivait à propos de son enfance

2600179415_e313606b03“C’est au rez-de-chaussée du 19 de la rue Théophile Gautier que j’ai passé, jusqu’à l’âge de 21 ans, neuf mois de chaque année, d’octobre à juillet. Mais les trois mois d’été, nous les passions à Ault-Onival où mon père, à ma naissance avait fait construire une jolie villa “La Villa Madeleine” qui dominait tout le pays et d’où l’on avait une vue merveilleuse sur la mer; à gauche jusqu’à Cayeux et à droite sur le début des falaises qui, à partir de là, longent toute la côte picarde et normande jusqu’à Dieppe.
J’adorais partir en vacances à Onival où l’on me voit photographiée à l’âge de 3 ans, avec ma mère, dans le pré herbeux qui était à côté de la maison. Et puis, à Onival, il y avait ma grand-mère Victoire, la mère de ma mère, la seule aïeule qui me restait. Comme je l’aimais cette grand-mère ! Depuis toute petite, c’est elle qui me gardait dans le sous-sol de la villa, où l’on avait installé une pièce pour mes jouets; nous allions aussi nous promener dans les champs, et surtout à la plage; parfois nous emmenions les draps lavés et allions les faire sécher sur les galets ! au soleil. Ainsi nos draps, disait ma mère, avaient une très bonne odeur. Mais le plus merveilleux quand je fus plus grande, 8 ou 10 ans ma grand-mère m’emmenait à la pêche dans les rochers entre Ault et Onival. Nous y allions surtout aux grandes marées, 108-110, quand la mer se retirait très loin et découvrait ~le bois pourri”, les restes du vieux port, car Onival, au Moyen Âge, avait son port. Nous levions avec précaution les plus gros des rochers et s’en échappaient des crabes et parfois, ô joie, un tourteau. Et ma grand-mère m’apprenait le sexe des crabes, les femelles surtout si elles étaient rosées, étaient meilleures que les mâles souvent verts !! Dans un autre panier, nous mettions les moules: il fallait respecter les petites, ne pas les cueillir, les laisser grandir; et puis des bigorneaux. Et nous remontions à la Villa pour remettre à ma mère notre cueillette et j’aimais entendre les pauvres crabes remuer désespérément dans 1′eau qui allait bouillir pour nous préparer un succulent repas… Sans coeur que j’étais !
En 1915, j’allais en avril faire ma première communion et je voulais absolument que ma grand-mère vienne. Hélas ! Elle est morte en décembre 14, d’un refroidissement et son souvenir ne m’a jamais quittée. J’ai toujours continué, seule hélas! la pêche aux crabes y ajoutant celle aux crevettes, ma soeur restant dans les jupes de sa maman et ne s’intéressant pas du tout à la mer.
A part ces trois mois merveilleux de vacances d’été que ma mère exigeait pour notre santé – les vacances en ce temps-là ne commençaient qu’au 14 juillet- je suis allée pendant 12 années rue d’Auteuil, “chez Mlles Bouré”, quatre soeurs célibataires, très grandes, qui avaient fondé cette école un peu snob, pour la bourgeoisie de ce quartier du XVle. Il y avait quatre classes et dès la “petite classe”, on commençait à apprendre l’anglais, ce qui était très chic pour l’époque. J’y suis entrée à 4 ans 1/2 et je me suis tout de suite passionnée pour cette langue que j’ai travaillée jusqu’à mon mariage, c’est a dire 18 années; j’ai décroché à ce moment-là un des 4 certificats de licence d’anglais. Mais j’anticipe. Je suis entrée chez Mlle Bouré et là, pendant dix ou onze ans bien sagement, j’ai fait le trajet 19, nue Théophile Gautier au 16 de la rue d’Auteuil, quatre fois par jour avec une avidité d’apprendre tout ce que l’on m’enseignait et… d’être première de ma classe !! Et dire que j’avais une soeur qui n’aimait pas les études et qui ne pensait qu’à dessiner et peindre. Elle avait hérité des dons du grand-père qui n’avaient fait que frôler notre père.
J’ai passé brillamment “mon certificat d’études” et mon brevet simple et j’en étais très fière. A ce moment-là, les jeunes filles étaient très peu nombreuses dans les études secondaires et Mlles Bouré préparaient au “brevet supérieur” où le français, l’orthographe, les compositions françaises, étaient étudiées à fond. Cela m’est resté !! puisqu’à 84 ans je peux encore écrire ce livre et sans faute d’orthographe.
Mais mon père, suivait avec intérêt l’évolution des vocations chez les femmes. Et quand il fut question pour moi d’entrer dans la classe du brevet supérieur, il me proposa de quitter mes chères demoiselles Bouré et d’entrer dans un Lycée pour décrocher le bachot ! J’adorais tout ce qui était inhabituel, en pointe du progrès et j’acceptai sa proposition avec enthousiasme. C’est à 1′ École Normale Catholique qu’en deux ans (la seconde et la première) je préparai mon bachot. La culture en géographie et surtout 1′histoire était infiniment supérieure à celle du brevet supérieur et je me rappelle, avec émerveillement des deux livres: l’Histoire Grecque et l’Histoire Romaine. Avec mes études approfondies du français, de l’analyse logique et grammaticale, je fus capable de rattraper le niveau de mes camarades pour le latin. Il est vrai que j’avais eu un mois de leçons particulières avec un camarade de lycée de mon père qui était professeur de latin et qui continua à me soutenir toute l’année.
Ce fut une époque merveilleuse de ma vie. Ces études qui me passionnaient, les grands bals, Polytechnique, Centrale, les après-midi dansantes chez mes amies ou à la maison, le théâtre où j’allais chaque fois que j’en avais 1′occasion, le tennis auquel je jouais au moins une fois par semaine sans oublier les livres que je dévorais: Loti, Bernanos, Bourget, Daudet.
Mon oncle et parrain, comme je l’appelais, s’était installé rue de Rennes n° 104, dans un appartement très grand mais sombre, que je n’ai jamais oublié. Tous les mois, chacun leur tour, les deux frères se réunissaient pour un grand dîner avec leurs enfants et quelques amis proches, les Mitzakis par exemple: (Mme était mon professeur de piano, et me donnait des leçons supplémentaires d’anglais, car elle avait un pur accent d’Oxford). Et j’aimais profondément mes deux cousins: Jacques et Claude, l’un l’érudit, le “Centralien”, qui ne s’est jamais marié, et 1′autre, mon petit cousin, mon frère, décédé hélas il y a six mois…( en 1995)
Voilà toute ma vie de jeunesse, très gâtée, très intéressante. Ma mère m’appelait “le Notaire”, quand elle me voyait assise à mon bureau, entourée de tous mes livres et des dictionnaires, préparant une composition française! anglaise ou espagnole !
J’oublie un sport que je pratiquais tous les jours, par tous les temps, à Onival: la nage. Je l’ai apprise toute seule, refusant les leçons du professeur qui voulait commencer en me faisant mettre la tête sous l’eau ! Je n’ai jamais accepté de la mettre, même plus tard, ce en quoi, je le reconnais, j’ai eu absolument tort. Je nageais comme un petit chien, mais aimais aller en profondeur et ne pas reprendre pied pendant au moins une heure ! J’en étais très fière !
Mon enfance a été très marquée par les débuts du cinéma, cinéma muet bien entendu. Je suis allée aussi avec mon père au Châtetet voir “le Tour du Monde en 80 jours” et “Michel Strogoff”. Comme c’était bouleversant quand les ennemis lui brûlaient les yeux avec un sabre chauffé à blanc ! Mais comme ses yeux étaient pleins de larmes, ses yeux bien sûr ne furent pas brûlés ! Les places de théâtre valaient (les plus chères) 20 F pour être bien placé! Ma mère restait sans doute à la maison pour garder ma soeur, car le dimanche nous n’avions pas la bonne. C’était son seul jour de sortie… et de repos.
De temps à autre, mon père emmenait le soir ma mère au théâtre. Elle mettait ses belles robes, ses bijoux et nous l’admirions. Comme la vie était facile avant la guerre de 14!

Adhérent-CGMA-Christine-103

(la suite des souvenirs de Madeleine sur mon blog)

2 Commentaires

Classé dans Anecdotes, Enfance