Archives quotidiennes : 1 juin 2013

1er juin 1908 – PAULUS

1908 – PAULUS
PAULUS , († Saint-Mandé, 1908). Artiste lyriqueJean-Paulin Habans dit Paulus

o 1845, Saint-Esprit.  (Basses-Pyrénées)

x  Rose Marie Gabrielle )(

1er  juin 1908, Saint-Mandé (94).

[†] Sud Saint-Mandé

1886, après avoir subi plusieurs faillites dans les affaires, il deviendra une idole avant la lettre avec En revenant de la revue chanson qui obtient un succès populaire sans précédent ; Anatole France la baptise “l’hymne des braillards et la Marseillaise des mitrons et des calicots.” A partir de là, ses passages publics déchaîneront  l’enthousiasme. En 1889-1890 et 1891, il effectue une tournée en Europe Centrale et en Amérique; en 1892, à la tête d’une énorme fortune, il prendra la direction de l’ “Alhambra” de Marseille et du “Ba-Ta-Clan”. Il est mort d’artériosclérose.

Paulus mouillait sa chemise, il se dépensait comme un beau diable pour défendre les couplets politico-patriotiques. Sa voix portait fort. il fut entendu. Il abusa de son incroyable popularité pour glorifier les vertus du boulangisme. Avec ce personnage dont les frasques défrayèrent la chronique commença l’ère des idoles.

Dictionnaire de la Chanson Française, Pascal Sevran.

Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

2 Commentaires

Classé dans Ephéméride, Val de Marne

Entraide (01) : Aidez Bruno

Bonsoir Joël,
Je suis en train d’aider une jeune juive française qui cherche sa famille dans 6 pays . Nous avons reçu des super informations de la Suisse et maintenant nous continuons avec la Pologne et la Russie.
Je cherche des liens de contact pour les villes de Varsovie et Rozany – Pologne (Il y en a 3 malheureusement, je ne sais pas encore lequel est le bon). Je pense qu’il faut que j’écrive aux 3 endroits. 
En Russie les villes de Stokliski, Plozk et Kielce m’intéressent.
Auriez vous des Adresses ( Groupes généalogique et administratifs) de ces lieux de façon que je cherche les nouveaux morceaux de ce puzzle?
Je vous remercie et vous souhaite un bon week-end,
Amitiés,
Bruno

1 commentaire

Classé dans Entraide, Questions / Réponses

La Gazette Web : les jeux

Jeux de la GazettePour jouer en ligne aux jeux de la Gazette :
http://www.histoire-genealogie.com/spip.php?article1045

Merci à tous pour votre accueil, votre fidélité et votre participation…
À la semaine prochaine…
Thierry Sabot
www.histoire-genealogie.com

*

Poster un commentaire

Classé dans A voir

Histoire de Maisons (V-8) : Château de Saint-Georges

*

CHATEAU DE SAINT-GEORGES

CINQUIEME PARTIE – Fiefs et Châteaux.

CHAPITRE 8

La propriété qui devint le château de Saint-Georges, quoique d’origine ancienne, ne fut à aucune époque un manoir féodal, lorsqu’on la mentionne pour la première fois, elle ne semble pas avoir de nom particulier : on lui donne, comme surface, 14 arpents.

Elle eut pour possesseurs successifs :

En 1640,        Philippe Platon ;

En 1656,        Jacques de Montbize;

En 1659,        Guillaume Milles, maréchal de camp ;

En 1703,        Philippe Charpentier, doyen du Grand Conseil ;

En 1728,        Phélippeaux, chevalier, seigneur d’Outzeuilles, maître des requêtes ;

?                     Demoiselle Phélippeaux, sa fille.

Nous ignorons si elle resta à la famille jusqu’à la Révolution, mais, à la date de 1791, nous trouvons cette description, qui s’y applique certainement :

« Déclaration de biens par le sieur Pascal (Maisons, 1791) :

1°        Une maison bourgeoise, non encore achevée, située sur le Grand-Chemin (Grande-Rue) à l’entrée du village, ayant rez-de-chaussée et deux étages, contenant environ 111 toises ; bâtiments pour exploitations, écuries, étables, greniers, hangars et cours, contenant environ 305 toises ;

2°        Jardin clos, attenant à la maison, partie en arbres fruitiers nouvellement plantés, partie en jardinage, et le reste en labours, contenant : 11 arpents, 68 perches ; plus, en bois, 2 arpents 5 perches ; le tout borné un bout par la Petite-Rue (rue de Charentonneau), un bout aux terres de l’Archevêché, le déclarant, M. de Chambray, la Fabrique, de Secrétin ; un côté, le Grand-Chemin, veuve Châtard, Coudray ;

3°        Un vieux corps de bâtiment dans la Petite-Rue, ayant rez-de-chaussée et un étage ;

4°        Un autre bâtiment logement de fermier, cour et petit jardin ;

5°        Terre de labour, en face de la maison bourgeoise … tenant au Grand-Chemin et à la rue Jean. » 

Les déclarations de biens se faisaient aussitôt après l’acquisition ; cette maison en construction, que venait d’acheter M. Pascal, était probablement le château actuel, qui remplaçait l’ancien devenu trop vieux.

En 1797, un sieur Martinon en est propriétaire ; Pierre de Lauvigny et Laure de Carderac d’Havricourt, son épouse, lui succèdent, et le revendent en 1814 au baron de Saint-Georges, administrateur général des Messageries Royales. Agrandi par les possesseurs précédents, le château fut amélioré considérablement par M. de Saint Georges. Il passa ensuite par héritage à la famille Delaporte, qui le vendit, en 1868, à M. Homo, lequel l’a morcelé aussitôt.

Le parc, fort bien aménagé, formait avec lensemble de la propriété un rectangle presque régulier, clos de murs et sauts de loup, compris entre la Grande-Rue de Maisons, celle de Charentonneau, la partie du Chemin-Vert déclassée et devenue carrière, et les terrains militaires, moins une emprise, à droite de la façade, à l’angle des deux rues, appartenant à divers.

Dessiné à l’anglaise, on y voyait tout ce qui constitue le jardin dagrément ; bassins, rivières, ponts, rochers, labyrinthe, glacière, etc ; une pompe à manège alimentait la propriété de l’eau nécessaire.

Les bâtiments subsistent encore en grande partie ; le château est vaste ; les façades en sont assez ornées de balcons et de moulures ; l’aspect en est monumental quoique un peu lourd.

Il a été divisé par le propriétaire actuel, M. Ricois, en plusieurs appartements, après avoir été occupé par une école préparatoire à l’Ecole Vétérinaire d’Alfort.

Les rues Delaporte, Saint-Georges et des Ecoles ont été percées sur cette propriété ; les deux premières ont pris les noms de ses anciens possesseurs ; le général Carra-Saint-Cyr l’habitait en l’an IX l lorsqu’il maria sa belle-fille au général Charpentier.

Poster un commentaire

Classé dans Amédée Chenal, Histoire locale, Maisons-Alfort