8 septembre 1944 – Un V2 sur Maisons-Alfort

Le premier V2 tombe sur Maisons-Alfort, rue des sapins, le 8 septembre 1944.

Cliquez sur l’image

 

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Guerre 39-45, Histoire, Maisons-Alfort

2 réponses à “8 septembre 1944 – Un V2 sur Maisons-Alfort

  1. Gaudissard Denise 36 ter rue Rivay 92300 LEVALLOIS-PERRET

    TEMOIGNAGE :
    J’étais ce 8 septembre 1944 devant la porte du café de mes parents au 159 rue de Créteil, il faisait beau, le livreur de glace de mes parents avait sur son dos le demi-pain de glace qu’il venait de couper dans son camion lorsque le sol a tremblé dans un énorme fracas, les vitres d’une fenêtre entrouverte du premier étage se sont brisées c’était chez Monsieur et Madame Lussigny,notre livreur dont le buste sous sa charge faisait un angle de 45° avec ses jambes a brusquement fait un angle de 90° en laissant tombé son bloc de glace, il restait protégé par son sac épais de jute J’ai eu l’impression qu’il avait voulu se plaquer sur le sol. Les vitres ont tremblé chez mes parents, mais l’obligation de revêtir toutes les glaces du café avec un quadrillage de papier genre kraft les a protégés..
    Il n’y avait aucun doute c’était une bombe, elle donnait l’impression par sa violence qu’elle était tombée à deux pas de chez nous en raison du bruit et des vibrations. J’étais impassible, ahurie, calme, je ne comprenais pas ce qu’il se passait. C’est l’effroi des adultes qui me font percevoir le danger. .
    Le lendemain mes parents ont été visité le secteur sinistré, je me souviens de l’image d’un immeuble qui était debout, nous sommes montés dans les étages il y avait un vide que la petite fille que j’étais évalue à 10 cm entre le mur porteur et le plancher. Les adultes étaient pétrifiés, portant ils avaient l’habitude des bombardements surtout la nuit tout autour de Maisons-Alfort !
    C’est à partir de cette époque que j’ai commencé à avoir peur des bombardements,, du vacarme d’un avion que l’on abat juste au-dessus de moi par la DCA du fort, J’avais atteint l’âge de 7 ans, avant dans la nuit après les bombardements on sortait de nos caves et tandis que mes parents et les voisins se consultaient sur l’endroit des bombardements on jouait nous les enfants. Nous avions une petite récréation nocturne d’un quart d’heure !
    Denise GAUDISSARD

    J'aime

  2. Merci, pour ce témoignage, que je vais mettre en exergue en faisant un article sur ce blog.
    Bien Cordialement
    Joêl BACQUER

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s