Archives mensuelles : août 2012

31 août 1422 – HENRI V

1422 – Henri V

HENRY V († Vincennes, 1422).  Roi d’Angleterre.

o 1387. Monmouth

x Catherine de France (1401-1438)

31 août 1422, Vincennes (Val-de-Marne).

Roi d’Angleterre 1413-1422, héritier et Régent du Royaume de France, Seigneur d’Irlande.

Henri V, roi d’Angleterre, fils de Henri IV, lui succéda en 1413. Il signala le commencement de son règne par un changement heureux dans ses mœurs dissolues, et en réprimant les entreprises des partisans de Wicleff. Il profita ensuite des dissensions qui déchirèrent la France, divisée entre les deux factions d’Armagnac et de Bourgogne, pour lui déclarer la guerre, et remporta en 1415 la célèbre bataille d’Azincourt. Il conclut alors une trêve de deux ans, mais il recommença les hostilités en 1418, lorsqu’il se fut allié à la reine de France, Isabeau de Bavière, et au Duc de Bourgogne. Le traité de Troyes, signé en 1420, lui donna pour femme Catherine (de France), fille de Charles VI, avec le titre de régent du royaume et le désigna pour héritier du trône au préjudice du dauphin, (Charles VII). Il exerça en effet la régence, fit la guerre au dauphin, il se rendit maître de presque toute la France ; mais il mourut au milieu de ses succès, à l’âge de 34 ans, au château de Vincennes en 1422.

Dictionnaire Universel par Bouillet. 1855

 

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Val de Marne

30 août 1857 – Maison impériale de Charenton

1857 – Maison impériale de Charenton

La maison impériale de Charenton est presque contiguë à l’asile érigé sur les plans de l’architecte Laval, conformément au décret du 8 mars 1855. Il est affecté au traitement des ouvriers blessés, et contient 500 lits. Depuis l’inauguration, qui a eu lieu le 30 août 1857, l’asile a reçu annuellement en moyenne 4 à 5,000 ouvriers envoyés par l’administration des hôpitaux, par les bureaux de bienfaisance, les sociétés de secours mutuels et les grands ateliers qui ont des abonnements avec l’asile.

L’asile pour les ouvriers convalescents, enclavé dans une partie du bois de Vincennes, est un monument style Louis XIII, aux murs de briques bordés de pierres, formant cour d’honneur par des ailes en retour, et ayant de chaque côté une cour très-vaste pour les communs. Un mur à hauteur d’appui sépare ces trois cours des vastes pelouses qui servent à la promenade. Derrière les bâtiments, d’autres jardins, des taillis et des fourrés sont aussi destinés aux promenades des convalescents ; de plus, il y a des galeries couvertes pour se mettre à l’abri quand il pleut. Ce vaste établissement est entouré d’un saut-de-loup où viennent tomber les eaux ménagères.

Au bas de la maison de santé, la rue se transforme en ombreuse avenue parallèle à la Marne que tantôt on aperçoit à droite toujours verte comme une émeraude, et qui tantôt disparaît derrière des habitations charmantes.

“l’Histoire des environs du nouveau Paris” (1861), d’Émile Gigault de la Bédollière.

****************

Compléments

La Maison royale de Charenton fut fondée à l’origine par les Frères de la Charité à Charenton-Saint-Maurice (actuel Saint-Maurice), accueillait les insensés depuis le XVII° siècle.

Elle recevait également quelques pensionnaires envoyés par lettre de cachet (demandée par le roi ou plus souvent par la famille). Les prisonniers provenaient en général de milieux aisés, le prix de la pension étant assez élevée.

L’établissement connu sous le nom de Charenton a été fondé en 1641 par les frères de Saint-Jean de Dieu, et s’est appelé successivement

– Notre Dame de la Paix ou Hôpital de Notre-Dame de la Paix de la Charité de Charenton ou plus simplement Hôpital de la Charité de Charenton

– Sous l’Empire et Napoléon III : Maison Impériale de Charenton, et dans l’intervalle Maison Royale de Charenton

– Maison Nationale de Charenton à partir de 1871, puis Établissement national de bienfaisance de Saint-Maurice, et aujourd’hui Hôpital Esquirol, du nom de son médecin le plus illustre

Il est classé Monument historique depuis 1998.

Histoire des environs du nouveau Paris  (Paris 1861) – Émile Gigault de la Bédollière (1812-1883)

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Val de Marne

30 août 1798 – Seulement les décadis …

30 août 1798 – Seulement les décadis …

 

La loi du 13 fructidor de l’an VI (30 août 1798) demandait que les mariages soient célébrés aux chefs-lieux des cantons seulement les decadis (Dixième jour de la décade républicaine dans le calendrier révolutionnaire) et qu’il en soit tenu des registres distincts. Cette disposition ne fut réellement appliquée qu’en l’an VII et en l’an VIII (du 22 septembre 1798 au 26 juillet 1800). Pour toute recherche de mariage dans une commune à cette époque, reportez vous aux registres de la commune faisant alors office de chef-lieu de canton.

Poster un commentaire

Classé dans Coutumes, Ephéméride, Histoire

29 août 1871 – Paul de KOCK

1871 – Paul de KOCK

 

Paul de Kock, né à Passy le 21 mai 1793 et mort à Romainville le 29 août 1871, est un romancier et auteur dramatique français se plaisait à séjourner à Maisons-Alfort. En 1844 dans « Mon ami Piffard » il s’amuse à peindre un bourgeois ayant acheté une villégiature à Saint-Mandé.

Terre d’écriture – 2008

Poster un commentaire

Classé dans Célébrités du Val-de-Marne, Ephéméride

28 août 1942 – Enfant Maisonnais déportés

1942 – Enfant juif déporté
Enfant juif déporté – GERTLER Berthe 5 ans, Maisons-Alfort,  o 24-07-1937,  convoi 22 le 28-08-1942, 5 ans*Les Enfants juifs Maisonnais déportés recensés par le CGMA

AIZIC Simone 8 ans, 42 rue de Joinville Maisons-Alfort, o 25-01-1934, convoi 37 le 28-09-1942, 8 ans
EIOLE Jean 11 ans, 17 rue Bouley Maisons-Alfort,  o 12-03-1933,  convoi 77 le 31-07-1944, 11 ans
GERTLER Berthe 5 ans, Maisons-Alfort,  o 24-07-1937,  convoi 22 le 28-08-1942, 5 ans
GERTLER 12 ans, Maisons-Alfort,  o 22-12-1930,  convoi 22 le 28-08-1942, 12 ans
GERTLER Hélène 13 ans, Maisons-Alfort,  o 15-10-1929,  convoi 22 le 28-08-1942, 13 ans
BERLOVICI Lili 10 ans, convoi le 28-09-1942 Alfortville
BERLOVICI Marcel 4 ans, convoi le 28-09-1942 Alfortville
BERLOVICI Fernand 8 ans, convoi le 28-09-1942 Alfortville
BERLOVICI Henriette 9 ans, convoi le 28-09-1942 Alfortville
BERLOVICI Jean 15 ans, convoi le 28-09-1942 Alfortville
BERLOVICI Joseph 12 ans, convoi le 28-09-1942 Alfortville
DAWIDOWICZ André 16 ans, convoi le 26-03-1943 Alfortville

Poster un commentaire

Classé dans Déportation, Ephéméride, Guerre 39-45, Histoire, Histoire locale

27 août 1884 – Vincent AURIOL

1884 – Vincent AURIOL

1er Président de la IVe République du 16 janvier 1947 au 16 janvier 1954
———
Élu le 16 janvier 1947 – Parti politique SFIO
Vincent AURIOL  (1884-1966). Vincent Auriol, né le 27 août 1884 à Revel (Haute-Garonne) et mort le 1er janvier 1966 à Muret (Haute-Garonne). Cet avocat, dont le père était boulanger et farouchement jacobin, a très tôt milité dans les rangs du parti socialiste. Il est élu Président de la République dès le premier tour, image émouvante et symbolique, il se jette dans les bras de son ami de toujours, l’homme du Front Populaire Léon BLUM. le 23 décembre 1953 René COTY, son successeur, est élu Président de la République.

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Histoire

27 août 1837 – Baron LOUIS

1837 – Baron LOUIS
LOUIS Joseph Dominique, Baron († Bry, 1837). Financier.
o 1755, Toul.
27 août 1837, Bry-sur-Marne (Val-de-Marne).
[†] Bry-sur-Marne.Inhumé dans un enclos attenant au cimetière de Bry.

Louis (le Baron), ministre des finances, né à Toul 1755, mort en 1837, avait reçu les ordres. Il se prononça pour les idées nouvelles et assista l’évêque d’Autin en qualité de diacre à la fête de la Fédération (1790). Il émigra néanmoins et employa le temps de l’exil à étudier le système financier de l’Angleterre. Il fut chargé plusieurs fois du portefeuille des finances (1816, 1818, 1831), siégea comme député dans presque toutes les assemblées législatives depuis 1815, s’y fit remarquer par sa modération et la sagesse de ses vues, et posa les vraies bases du crédit public. C’est lui qui créa les petits grands-livres qui firent participer les départements aux avantages des placements

Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

Poster un commentaire

Classé dans Célébrités du Val-de-Marne, Ephéméride

26 août 1914 – Boulevard GALLIENI

1914 –  Boulevard GALLIENI
Joseph Gallieni, né à Saint-Béat (Haute-Garonne) en 1849, mourut à Versailles (Yvelines) en 1916. Il servit au Niger, au Sénégal, puis au Tonkin (1893/1895), où, colonel, il eut comme collaborateur administratif le commandant Lyautey. Atteint par la limite d’âge (1913), il n’en fut pas moins nommé, le 26 août 1914, gouverneur militaire de Paris. La victoire de la Marne fut en partie son œuvre, du fait de l’intervention des troupes de Paris sur le flanc de l’armée de von Kluck (taxis de la Marne, septembre 1914). D’octobre à mars 1916, il fut ministre de la Guerre dans le cinquième cabinet Briand et renonça à sa fonction deux mois avant sa mort. En 1921, il fut élevé à titre posthume à la dignité de Maréchal de France.Voies de Maisons-Alfort

Histoire du boulevard Galliéni à Maisons-Alfort

Date 1923.04.29
Début 1923
Nom Galliéni
Type boulevard
Prénom Joseph
Nom Galliéni
Quartier Vert-de-Maisons
Apparition Existe en 1923
Dénomination Délibération du 29.04.1923
Situation 1923 : parallèle à la rue Étienne Dolet
1934 (plan) : va de la Grande Rue à la voie ferrée
2010 (plan): va de la rue Jean Jaurès à la limite d’Alfortville
Existe en 2012 Existe en 2012
page 191
Célébrité ou histoire Joseph Galliéni, maréchal de France (à titre posthume en 1921) né à Saint Béat (31), mort à Paris en 1916.Gouverneur de Paris en 1914, ministre de la Guerre en 1915-1916
Militaire Maréchal

Poster un commentaire

Classé dans A lire

25 août 1270 – Saint-Louis

1270 – Saint-Louis

Louis IX de France, connu aussi sous le nom de Saint-Louis après sa canonisation par l’Église catholique en 1297, est né le 25 avril 1214 à Poissy, et mort le 25 août 1270 à Tunis pendant la huitième croisade. Il fut roi de France de 1226 à 1270, neuvième de la dynastie des Capétiens directs.
Il développa notamment la justice royale où le roi apparaît alors comme « le justicier suprême ».
Il est le fils de Louis VIII (1187-1226), dit Louis le Lion, roi de France, et de Blanche de Castille (1188-1252). Il est aussi le frère aîné de Charles Ier de Sicile (1227-1285), comte d’Anjou, qui fonda la seconde dynastie angevine.

Le chroniqueur Jean de Joinville, son principal biographe et l’un des principaux témoins lors de son procès de canonisation, rapporte dans sa Vie de saint Louis que Louis IX rendait la justice sous son chêne à Vincennes : « Il advint maintes fois qu’en été, il allait s’asseoir au bois de Vincennes après sa messe, s’adossait à un chêne et nous faisait asseoir autour de lui. Et tous ceux qui avaient un problème venaient lui parler sans en être empêchés par un huissier ou quelqu’un d’autre. »

Poster un commentaire

Classé dans Célébrités du Val-de-Marne, Ephéméride, Histoire

25 août 1944 – Artificier François

1944 – Artificier FRANÇOIS

« Square de l’Artificier Henri François

Décédé victime du devoir le 19 octobre 1944

L’ennemi en retraite ayant entreposé dans le Fort de Charenton 1,110 tonnes de munitions qu’un dispositif devait faire sauter,  François, au péril de sa vie procéda le 25 août 1944 au désamorçage de ce dispositif évitant ainsi à la ville de Maisons-Alfort et aux communes limitrophes, une terrible catastrophe. »

Plaque visible dans le square devant la Maison pour Tous d’Alfort.

*************************************************

Deux autres plaques commémoratives avant d’arriver au Fort

“ Libération de Paris

Le 25 août 1944 à 10 heures du matin la garnison allemande du Fort de Charenton sommée de se rendre s’enfuyait plus de mille tonnes d’explosifs amorcés à l’acide devaient après cette fuite et dans un temps indéterminé exploser et détruire le fort ainsi qu’une partie de la région avoisinante l’intervention rapide et décisive du chef des cadres commandant les forces de gendarmerie l’esprit de sacrifice de l’agent principal de 1ere classe François du service des munitions réduisirent à néant ce projet criminel et sauvèrent la population d’une terrible catastrophe. ”

“ Ville de Maisons-Alfort

Hommage aux gendarmes et militaires français morts au service de la paix à Ouvéa en 1988. ”

Données du CGMA

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Guerre 39-45, Histoire locale

25 août 1967 : Xavier Niel

Xavier Niel, investisseur «showman» et 8e fortune de France
DNA – Dernières Nouvelles d’Alsace

Né le 25 août 1967 à Créteil (Val-de-Marne), ce patron pas comme les autres est aujourd’hui à la tête de la huitième fortune de France avec 2,7 milliards d’euros, selon un classement du magazine Forbes de mars 2011. …

Lire la suite : ici

Poster un commentaire

Classé dans Célébrités du Val-de-Marne

24 août 1918 – Lucien JEUNESSE

1918 – Lucien JEUNESSE

JEUNESSE Lucien, (o Alfortville, 1918). Animateur radio.
Lucien Jennes dit Lucien Jeunesse.
o 24 août 1918, Alfortville.
x 11 février 1964, Paris XVII – Odile L.

C’est avec l’orchestre de Ray Ventura qu’il fait ses débuts de chanteur en interprétant La mi-août dans le film Nous irons à Paris 1948. Après avoir joué les jeunes premiers aux “Folies-Bergère”,  A.B.C.”, “Gaîté-Montparnasse”, il obtient un très grand succès au music-hall avec Je vais revoir ma blonde. Mais il doit surtout sa popularité à son talent d’animateur qu’il exerce d’abord à Radio-Luxembourg en 1959, puis à France-Inter où il interroge quotidiennement depuis plus de vingt ans les candidats du Jeu des Mille francs, émission qu’il promène de ville en ville, avec toujours la même jeunesse et son désormais célèbre :

A demain, Si vous le voulez bien !

Lucien Jeunesse a enregistré chez Decca une dizaine de 45 tours : La Saint Bonheur, Le Piano du Pauvre, Je vais revoir ma blonde.

Dictionnaire de la Chanson Française, Pascal Sevran.

Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

Compléments :
Images correspondant à Lucien JEUNESSE
Lucien Jeunesse est mort – Libération

Poster un commentaire

Classé dans Célébrités du Val-de-Marne, Ephéméride

23 août 1862 – Mairie et écoles

1862 – Mairie et écoles

Écoles. – Il existe dans la commune deux groupes scolaires complets.

L’école de filles et l’école maternelle ont été installées, ainsi que l’ancienne mairie, rue de Charentonneau, dans les bâtiments d’exploitation de la ferme de Maisonville, ancienne dépendance du château d’Alfort, devenu depuis École vétérinaire, sur un immeuble de 4.672 mètres superficiels acquis de M. Dominique en 1862, moyennant le prix principal de 45.000 francs.

D’après une délibération du Conseil municipal en date du 23 août 1862, les dépenses prévues pour l’appropriation des bâtiments devaient se borner à 79.817 fr. 54, dont 11.391 fr. 75 pour l’ancienne mairie et 68.425 fr. 79 pour la construction des écoles. En réalité, elles s’élevèrent à 118.135 francs.

D’après  État des communes à la fin du XIXe siècle (1904)

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Histoire locale

23 août 1747 AGUESSEAU Marquis d’ – Académicien

AGUESSEAU Marquis d’, (o Fresnes, 1747). Académicien.

o 23 août 1747, Château  de Fresnes.

† 22 janvier 1826, Paris.

########

Le marquis d’Aguesseau (Henri Cardin Jean Baptiste) est né au Château de Fresnes.

On ignore le lieu de son décès.

Petit-fils du chancelier, magistrat. Ambassadeur en Danemark, il fut nommé le 13 décembre 1787 en remplacement du marquis de Paulmy et reçu par Nicolas Beauzée le 13 mars 1788. Grimm racontait ainsi comment devrait avoir lieu cette réception : « Messieurs, dira d’Aguesseau, je suis ici pour mon grand-père. – Et moi, répondra Nicolas Beauzée, pour ma grammaire ». (Au XVIIIe siècle comme au XVIIe, grammaire se prononçait gran-maire ; de là le même calembour qui se trouve dans les Femmes savantes. D’Aguesseau fit partie de l’Académie de peinture et de sculpture. Il fut député aux Etats généraux, se cacha pendant la Convention, fut sénateur et comte de l’Empire, marquis, pair de France et commandeur du Saint-Esprit sous la Restauration.

A l’organisation de 1803, il reprit possession de son fauteuil, après avoir appuyé le projet de reconstitution de l’Académie en 1800. Il mourut doyen de l’Académie, le dernier survivant de l’ancienne Académie et le dernier du nom de d’Aguesseau.

Elu le : 13-12-1787. Reçu le : 13-03-1788 par : Nicolas Beauzée

Successeur : Charles Brifaut – XIe fauteuil,

*******

Les académiciens nés, mariés ou décédés en Val-de-Marne
Les académiciens Val-de-marnais

23 août 1747
AGUESSEAU Marquis d’, (o Fresnes, 1747).

9 février 1879
BAINVILLE Jacques, (o Vincennes, 1879) – Historien.

21 novembre 1988
BASTIDE Jean, (o Vincennes 1928, † Saint-Mandé, 1988) – Peintre
19 octobre 1661
BENSERADE Isaac de, († Gentilly, 1691).

23 janvier 1923
DROIT Michel, (o Vincennes, 1923) – Journaliste.

20 mars 1946
MESSMER Pierre, (o Vincennes, 1916) – Homme politique.

L’Académie française se compose de 40 membres élus par leurs pairs.
Depuis sa fondation, elle a reçu en son sein 721 membres
http://www.academie-francaise.fr/immortels/index.html

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Val de Marne

22 août 1938 – Gérard LAPLAU

1938 – Gérard LAPLAULAPLAU Gérard, (o Charenton 1916). Peintre naïf.

o 22 août 1938, Charenton.

Gérard André Ceccaldi dit     Gérard Laplau

Gérard Laplau : Peintre naïf, autodidacte.

Il est le peintre de l’enfance, le rêve habite ses toiles dans une sorte d’allégorie. Il imagine un monde qui porte en lui le bonheur et la gaieté. Ses œuvres sont empreinte d’une effervescence perpétuelle. Dans  un univers champêtre, les gens simples et bons de la campagne travaillent aux champs avec une joie bienfaisante ! Les paysages sont doucement vallonnés. Au village c’est la noce, on danse, on chante,  on s’embrasse, on est heureux.

Laplau a l’art de transformer l’ordinaire en un paradis. Les fleurs sont extraordinaires, les insectes et les oiseaux ont des couleurs ravissantes et les animaux règnent dans la nature en protecteurs et en amis. C’est non seulement charmant mais plein d’allégresse.

D’après le Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Val de Marne

22 août 1944 – André DUPONT et André FAUCHER

1944 – André DUPONT et André FAUCHÉ Division 6 du cimetière de Maisons-Alfort

22 Août 1944

« Ici repose André Dupont, 22 ans et André Faucher, 20 ans

F.F.I. du XIVe arrondissement, corps franc de la PP

Héros et martyrs de la Libération de Paris

Ont été assassinés par les allemands.

Français Souvenez vous« 

Où se situe cette plaque commémorative ? Contribution de Gilles Primout Sur l’un des murs du cimetière de Maisons-Alfort. Les FFI André Faucher et André Dupont, domiciliés 11, rue de la Sablière à Paris 14ème, ont été capturés et fusillés gare de l’Est le 22 août 1944. André Faucher était en outre chauffeur au 14ème secteur de la Défense passive de la Préfecture de police. Leurs parents feront paraître un avis de messe sur le journal “Ce Soir” du 3 septembre 1944, l’inhumation devant se dérouler ensuite à Maisons-Alfort. A ma connaissance, la plaque qui se trouvait à la gare de l’Est n’a pas été réinstallée après les travaux récents de réfection.  

Poster un commentaire

Classé dans Cimetière, Ephéméride, Guerre 39-45

22 août 1944 – Roland DEPLANQUE

1944 – Roland DEPLANQUE
Au capitaine des FFI Roland Deplanque
Mort pour la France à 33 ans Fusillé par les Allemands en forêt de Sénard le 22 août 1944Consultez l’article concernant  Roland Deplanque

Le commandant Maurice Lissac, alors âgé de 62 ans, fonde à Maisons Alfort un groupe de résistance rattaché à l’Armée Volontaire (6ème bataillon Seine Sud).

Maurice Lissac, déporté à Buchenwald, disparu.

C’est Roland Deplanque qui le remplaça.

A %aisons-Alfort, deux rues portent les noms de rue Lissac et rue du Capitaine Roland Deplanque.

 

Poster un commentaire

Classé dans Déportation, Ephéméride, Guerre 39-45

22 août 1944 – Robert FERRER

1944 – Robert FERRER

Robert FERRER né le 13 janvier 1905 à Saint-Gratien (Val d’Oise), résistant maisonnais comme Ulysse Benne né le 28 septembre 1890 à Livinhac-le-Haut (Aveyron), est inhumé dans le cimetière de Maisons-Alfort.
Fusillés le 22 août 1944 dans le Fort de Vincennes

*

Article à consulter :
http://www.liberation-de-paris.gilles-primout.fr/evincennes.htm

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Guerre 39-45, Histoire

22 août 1944 – Commandant BOUCHET

1944 – Commandant BOUCHET

BOUCHET Commandant Louis, (†  Vincennes, 1944). Commandant FFI.

o 20 octobre 1901, Paris.

22 août 1944, Fort neuf de Vincennes

Louis Hippolyte Alexandre Bouchet, Commandant FFI sous le nom d’Arthur, fut arrêté, torturé et fusillé le 22 août 1944 dans les fossés du Fort neuf de Vincennes.

Autres résistants du groupe Louis Bouchet :

Emile Goeury, né le 2 octobre 1907 à Alfortville ; fut arrêté rue Traversière à Paris.

Robert Ferrer né le 13 janvier 1905 à Saint-Gratien (Val d’Oise), résistant Maisonnais comme Ulysse Benne né le 28 septembre 1890 à Livinhac-le-Haut (Aveyron), est inhumé dans le cimetière de Maisons-Alfort.

Louis Boitel.

Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

*

Pour des informations plus complètes consultez le site de Gilles Primout :

19-25 août 1944 … La libération de Paris

http://www.liberation-de-paris.gilles-primout.fr/evincennes.htm

Ou celui des Plaques Commémoratives

Commandant Bouchet (extrait du Maitron) : Lire la notice complète

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Guerre 39-45, Histoire, Histoire locale

21 août 1914 – René MOUCHOTTE

1914 – René MOUCHOTTE
MOUCHOTTE René, (o Saint-Mandé, 1914). Officier Aviateur.o 21 août 1914, Saint-Mandé.

† 27 août 1943, en combat aérien.

(Saint-Omer ?)

27 août 1943 Sergent en 1940, devenu Colonel, le Français Libre René Mouchotte (pilote de chasse du groupe Alsace) est abattu au-dessus de Saint-Omer.

Officier aviateur commandant un groupe de chasse dans la Royal Air Force. Ses Carnets ont été publiés en 1949-50.

LES CARNETS DE RENE MOUCHOTTE” (1940-1943)

Commandant de Groupe de chasse dans la Royal Air Force. Commandant du Groupe Alsace « Si le destin ne m’accorde qu’une courte carrière de combattant, je remercierais le ciel d’avoir pu donner ma vie à la libération de la France ». Journal de guerre d’un aviateur disparu au combat. Format : 13.5 x 21 cm, 257 pages, Poids : 284g

Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

2 Commentaires

Classé dans Célébrités du Val-de-Marne, Ephéméride, Val de Marne