Archives quotidiennes : 29 juillet 2012

Au fil des Voies : à la mémoire des résistants

L’ensemble des articles déjà parus : Au fil des voies Maisonnaises

Nom Type Quartier Dénomination
Capitaine Roland Deplanque rue du Centre Délibération du 19.11.1944 Résistant Fusillé
Cino Del Duca allée Vert-de-Maisons Délibération du 16.05.1968 Résistant
Danielle Casanova rue Les Planètes Délibération du 19.11.1944 Résistant Déportation
Docteur Mass rue du Alfort Délibération du 20.08.1948 Résistant Déportation
Georges Médéric rue Centre / Berlioz Délibération du 19.11.1944
Arrêté du 25.07.1985 : modification en avenue du Professeur Cadiot entre rue du Onze novembre 1918 et l’avenue de la République, devient avenue Léon Blum entre l’avenue de la République et l’avenue Léon Blum.
Georges Vedy (dit Médéric) Suicidé
Guy Môquet rue Charentonneau Délibération du 19.11.1944 Résistant Fusillé
Jean Moulin place Centre Délibération du 22.06.1963 Résistant Torturé
Jean-Pierre Timbaud rue Les Planètes Délibération du 19.11.1944 Résistant Fusillé
Maurice Lissac rue Centre Délibération du 31.10.1951 Résistant Déportation
Robert Ferrer rue Les Planètes Délibération du 19.11.1944 Résistant Fusillé
Ulysse Benne rue Alfort Délibération du 19.11.1944 Résistant Fusillé
Victor Basch place Charentonneau Délibération du 22.03.1999 Résistant Assassiné
Victor Basch rue Charentonneau Délibération du 19.11.1944 Résistant Assassiné

Poster un commentaire

Classé dans Au fil des voies Maisonnaises, Déportation

29 août 1915 – Pompes funèbres

1915 – Pompes funèbres

 

Sur un point cependant la guerre ne marque aucune rupture avec l’évolution antérieure : la marche vers le statut des personnels. Il repose d’abord sur l’harmonisation entre les communes de la Seine ainsi le 29 août 1915, le conseil approuve l’adhésion de la commune au syndicat intercommunal à créer pour l’exécution du service extérieur des Pompes Funèbres. Pour le statut des employés, le processus se développe, Si bien que dès le 15 juin 1919, la commission chargée de réorganiser les services communaux après le conflit, se soit chargée de suivre le projet de statut-type et celui de la caisse des retraites.

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Histoire locale, Maisons-Alfort

29 juillet 1922 – Jules GUESDE

1922 – Jules GUESDE

GUESDE Jules, († Saint-Mandé 1922). Homme politique.

Jules Basile, dit Jules Guesde.

o 11 novembre 1845, Paris IV.

x   Mathilde Constantin

29 juillet 1922, Saint-Mandé.

[†] Père Lachaise

Homme politique français qui fut l’un des artisans de la diffusion de la pensée marxiste en France.

Né à Paris, Jules Basile, qui prit plus tard le pseudonyme de Guesde, fut d’abord journaliste et défendit les idées républicaines. Condamné pour avoir accusé Napoléon III d’être responsable de la guerre contre la Prusse, il fut libéré après la défaite de Sedan (1870). Sympathisant de la Commune de Paris, il fut condamné à cinq ans de prison en 1871 et dut s’exiler en Suisse pour y échapper. De retour en France en 1876, il rencontra Marx en 1880 à Londres et participa activement à la renaissance du mouvement ouvrier français. Dès 1882, Guesde rompit avec le Parti des travailleurs socialistes de France et créa avec Paul Lafargue le Parti ouvrier, de tendance plus collectiviste. À la tête du PO qui devint POF (Parti ouvrier de France) en 1893, puis P.S.D.F. (Parti socialiste de France) en 1902, après avoir fusionné avec d’autres partis socialistes, Jules Guesde fut député de Roubaix de 1893 à 1898, puis de 1906 à sa mort. D’abord partisan de Dreyfus lors de l’Affaire, il déclara ensuite que cette bataille n’était pas celle des travailleurs (1898). Hostile à l’entrée du socialiste Alexandre Millerand au gouvernement (1899), il fut étiqueté comme le leader des socialistes révolutionnaires, face à Jaurès, plus conciliant. Celui-ci l’éclipsa en influence à partir de 1905, après la création de la SFIO. En août 1914, cependant, il entra au gouvernement comme ministre d’État, après s’être rallié à l’Union sacrée. Peu favorable à la Révolution russe de 1917, il se rangea du côté de la minorité lors de la scission du congrès de Tours en 1920.

Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Val de Marne