Archives quotidiennes : 24 mai 2012

24 mai 1952 – Marc CERRONE

1952 – Marc CERRONE

 CERRONE Marc, (o Vitry-sur-Seine, 1952). Compositeur
o 24 mai 1952, Vitry-sur-Seine.
x 31 mai 1975, Thiais )( 1988
Catherine, Florence G.
x 10 décembre 1993, Paris VIII
Corinne, Françoise, Georgette C.

Tout le monde ( !) a entendu parler de Cerrone, surnommé à l’époque (et à juste titre) ” Roi du Disco “. On peut même aller jusqu’à dire qu’il a inventé le Disco avant la lettre.

Jean-Marc Cerrone pour l’état civil, né à Vitry-sur-Seine, est un ancien coiffeur parisien qui s’adonne à la batterie depuis l’âge de douze ans. En 1976, cet adepte de la musique synthétique à la Vangelis / Jarre, se voit refuser le projet ” Love In C Minor ” par la firme Barclay chez qui il officiait jusque-là sous le nom exotique de Kongas, un groupe qui anime les soirées du Club Méditerranée. On lui avait répondu : ” vous devriez ouvrir un bar-tabac ” !

Quelques tubes :

Give Me Love

CERRONELove in C Minor – YouTube

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride

24 mai 1871 – En fumée …

1871 – En fumée …

Le 24 mai 1871, les communards incendièrent l’Hôtel de Ville de Paris. Les deux exemplaires de l’état civil de tous les arrondissements parisiens ainsi que ceux des registres paroissiaux antérieurs à 1793 de toutes les paroisses parisiennes se trouvaient dans ce bâtiment … Plus de huit millions d’actes sont partis en fumée ce jour là !

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Histoire

24 mai 1898 – Albert VASSART

1898 – Albert VASSARD
Maire de Maisons-Alfort de 1935 à 1939. Vassard Albert, métallo, né 24 mai 1898 à Apremont, Ardennes, + 12 février 1958 à Paris. Apprenti près de Longwy, il fut déporté dès le début de la guerre comme prisonnier civil au camp bavarois de Grafenwohr (septembre 1914/février 1915). Incorporé en 1917, il monta au front au début de l’année suivante et se trouva en occupation dans la région rhénane jusqu’en novembre 1919.

Démobilisé, il reprit son métier dans les Ardennes et devint très vite secrétaire du syndicat des métaux de Charleville (fin 1920), puis successivement secrétaire de l’Union départementale des syndicats (1922) et secrétaire de la Fédération unitaire des métaux (1925 à 30). Membre du Comité central du Parti communiste (1926), puis du Comité exécutif de ce parti (1937), il fut suspendu de ses fonctions de maire au début de la Seconde Guerre mondiale par décret du 04 octobre 1939 qui remplaçait les municipalités communistes de la région parisienne par des délégations spéciales. Mais, ayant rompu entre temps avec son parti à la suite de la signature du pacte germano-soviétique (n’oublions pas qu’il avait été déporté par les Allemands dès l’âge de seize ans), il ne retrouva pas son fauteuil de maire à la Libération.

Arrêté quelques mois au début de l’occupation nazie, il fut peu de temps après victime d’un attentat politique (26 juin 1942). Ami de Capron, maire d’Alfortville (voir à cette commune), il devint pendant les années troubles secrétaire du parti (clandestin) ouvrier et paysan, et au début de 1944, sentant que tout allait rapidement basculer, entra dans la Résistance. C’est pourquoi, à la Libération, il ne fut pas inquiété (sur cette dernière partie de la vie de Vassard je dois mes informations à M. Claude Pennetier, coauteur du Dictionnaire du mouvement ouvrier français).

Précisions de Claude PENNETIER :

le POPF (parti ouvrier et paysan français) n’avait rien de clandestin mais était une officine collabo peuplée de communistes renégats comme Capron et Vassart.

VASSART  fût traître a son parti, à son peuple et à son pays ; il est regrettable que les militants communistes aient visé aussi mal en juin 1942 !

3 – Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

Poster un commentaire

Classé dans Déportation, Ephéméride, Maisons-Alfort