Archives quotidiennes : 9 mars 2011

AD 40 : Ouvertes dimanche 13 mars

Ouverture exceptionnelle des AD , dimanche 13 mars

Les archives départementales ouvriront exceptionnellement leurs portes le dimanche 13 mars prochain à partir de 14 h, et proposeront 4 visites guidées et commentées tout l’après-midi.
Une occasion pour le public de découvrir les photographies de Félix Arnaudin et de Jean-Joël Le Fur.
Objectif paysage, deux regards sur le même territoire
Trois thématiques : les grandes mutations ; les persistances paysagères ; la modernité d’hier à d’aujourd’hui
Lire : CG40 Fil Info

Poster un commentaire

Classé dans Archives Départementales

9 mars 1661 – MAZARIN

MAZARIN Jules, († Vincennes, 1661) Homme d’Etat

o 14 juillet 1602 Pescina, Abruzzes.
9 mars 1661 Vincennes

Mazarin Jules, cardinal, ministre de France, né en 1602 à Piscina dans l’Abruzze, d’un noble sicilien, fut appelé en France en 1639 par le Cardinal de Richelieu, et fut en 1641 créé cardinal. A la mort de Richelieu (1642), il hérita de tout son pouvoir auprès de Louis XIII, et ce prince, en mourant (1643), le nomma membre du conseil de régence, dont la présidence était confiée à la reine-mère Anne d’Autriche ; la reine elle-même l’investit d’un pouvoir absolu, avec le titre de premier ministre.
Les premières années de son ministère furent signalées par les victoires des Français sur les Espagnols à Rocroy (1643), à Nordlingue (1645), à Lens (1648), victoires qui amenèrent la paix de Westphalie. Mais cette dernière année éclata la guerre civile de la Fronde, pendant laquelle la cour, dirigée par Mazarin, eut à lutter, et contre les grands du royaume mécontents, et contre les ennemis du dehors. Mazarin se vit deux fois obligé de quitter la France ; mais enfin, tant par adresse que par force, il sortit vainqueur de la lutte.
En 1659, Mazarin conclut la paix des Pyrénées, qui mettait un terme aux guerres de la France et de l’Espagne, et préparait la grandeur de Louis XIV. Il mourut deux ans après. Ce ministre a été diversement jugé ; c’était un homme d’état très distingué selon les uns, très médiocre selon les autres. Mazarin n’eut point sans doute le vaste génie et l’énergie de Richelieu ; mais il y suppléait par la ruse, la souplesse et l’habilité diplomatique. Ce ministre protégea aussi les lettres, on lui doit la bibliothèque publique qui porte son nom. (Bibliothèque Mazarine, formée en 1643 par Gabriel Naudé sur les ordres de Mazarin et rattachée à la Bibliothèque nationale en 1930) Cependant on lui reproche d’avoir négligé le commerce, la marine et les finances. Il amassa une fortune colossale qu’il laissa à sa nièce.

Dictionnaire Universel par Bouillet. 1855

Poster un commentaire

Classé dans Personnalité, Val de Marne