Archives quotidiennes : 3 janvier 2011

Légion d’honneur : accès libre

Accès gratuit à la base de la Légion d’Honneur jusqu’à mardi

La base de la Légion d’Honneur indexée par Genealogie.com est proposée en accès gratuit jusqu’à demain mardi 4 janvier 2011. Il s’agit de la liste complète des médaillés de la Légion d’Honneur de 1811 à 1918. En tapant simplement le nom d’un aïeul, vous pourrez savoir s’il a obtenu la plus haute décoration française et à quelle date (de manière à consulter ensuite le dossier complet aux archives départementales).

Poster un commentaire

Classé dans Archives, Histoire

La ronde des prénoms à 19 heures

Serge Reggiani : Sarah

*

Poster un commentaire

Classé dans A écouter, A voir

3 janvier à Maisons-Alfort

1859 – Presbytère

Le presbytère est situé rue Victor-Hugo, dans un immeuble communal, à côté de l’église, autrefois pris en location et acquis de M. Bourguignon, au prix de 13.000 francs, par acte passé devant Me Leclerc, notaire à Charenton, les 3 et 23 janvier 1859, conformément à une délibération du 20 mars 1858.

D’après : Etat des communes à la fin du XIXe siècle

__________________________________________________________________

1802 – Etiage

AN XI – Le gouvernement, voulant rétablir régulièrement le culte catholique, avait demandé des renseignements sur l’état de l’église, du presbytère et du cimetière ; il résulte de ceux fournis « que l’église, en tant que gros œuvre, était en bon état ; qu’il n’y avait plus de presbytère ; que le cimetière de 190 toises superficielles suffisait aux besoins du moment et était clos. L’église recevait habituellement environ de trois à quatre cents personnes ; il n’y avait dans la commune que des catholiques ».
Sur avis de l’autorité supérieure, on défendit de sonner les cloches sans autorisation et il fut prescrit « d’interdire toute mission de « prêtres ambulants », qui répandent le fanatisme dans les villages, en se plaignant de persécutions. »
Il y eut une inondation suivie de fortes gelées ; l’eau couvrait le carrefour d’Alfort, et, à la pointe de l’Ecole, il y en avait un pied de hauteur. Il y eut aussi tellement de givre que les branches des arbres en cassaient sous le poids.
En revanche, l’été fut très sec ; entre le 3 janvier 1802, et le 10 août, même année, l’étiage, au pont, différa de 24 pieds 6 pouces.

D’après : Amédée Chenal Maire de Maisons-Alfort

Poster un commentaire

Classé dans Maisons-Alfort

Diplomatie : Dali

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/Dali/index2.html

Le Service central d’état civil du Ministère des affaires étrangères est compétent pour tous les événements d’état civil survenus à l’étranger ou dans les territoires anciennement sous administration française, et qui concernent des ressortissants français (naissance, reconnaissance, mariage, divorce, adoption,…).

Ce service n’est pas compétent pour un événement d’état civil survenu en France métropolitaine ou dans un département ou territoire d’Outre-Mer. Vous pouvez dans ce cas effectuer une demande en ligne à l’adresse suivante : www.acte-etat-civil.fr, ou directement (par courrier) à la mairie du lieu de l’événement (vous pouvez en obtenir l’adresse, en cliquant sur le lien suivant www.pagesjaunes.fr.)

*

Poster un commentaire

Classé dans Archives

le 3 janvier 1802 – Etiage

AN XI – Le gouvernement, voulant rétablir régulièrement le culte catholique, avait demandé des renseignements sur l’état de l’église, du presbytère et du cimetière ; il résulte de ceux fournis « que l’église, en tant que gros œuvre, était en bon état ; qu’il n’y avait plus de presbytère ; que le cimetière de 190 toises superficielles suffisait aux besoins du moment et était clos. L’église recevait habituellement environ de trois à quatre cents personnes ; il n’y avait dans la commune que des catholiques ».
Sur avis de l’autorité supérieure, on défendit de sonner les cloches sans autorisation et il fut prescrit « d’interdire toute mission de « prêtres ambulants », qui répandent le fanatisme dans les villages, en se plaignant de persécutions. »
Il y eut une inondation suivie de fortes gelées ; l’eau couvrait le carrefour d’Alfort, et, à la pointe de l’Ecole, il y en avait un pied de hauteur. Il y eut aussi tellement de givre que les branches des arbres en cassaient sous le poids.
En revanche, l’été fut très sec ; entre le 3 janvier 1802, et le 10 août, même année, l’étiage, au pont, différa de 24 pieds 6 pouces.

Amédée Chenal Maire de Maisons-Alfort (1898)

Poster un commentaire

Classé dans Evénements, Histoire locale, Maisons-Alfort