Archives quotidiennes : 21 juillet 2010

France Pittoresque – 1835 : Charente-Inférieure (3)

Département de la Charente-Inférieure (Ci-devant Saintonge et Aunis)

 

*********************

DIVISION POLITIQUE ET ADMINISTRATIVE
POPULATION
GARDE NATIONALE
IMPOTS ET RECETTES
DEPENSES DEPARTEMENTALES
INDUSTRIE AGRICOLE
INDUSTRIE COMMERCIALE
BIBLIOGRAPHIE

 

DIVISION POLITIQUE ET ADMINISTRATIVE

POLITIQUE. – Le département nomme 7 députés.

Il est divisé en 7 arrondissements électoraux dont les ch.-lieux sont : La Rochelle (2 arrond), Saint Jean d’Angély, Jonzac, Marennes, Rochefort et Saintes – Le nombre des électeurs est de 2.456.

ADMINISTRATIVE. – Le ch.-l. de la préfect. Est La Rochelle.

Le département se divise en 6 sous-préf. ou arrond. commun.

La Rochelle….. 7 cantons, 56 communes, 77.589 hab.

Jonzac………..  7              121                    84.562

Marennes……..  6               34                    49.156

Rochefort……..  4               42                    48.836

Saintes………..   8             110                  104.935

St Jean d’Angély 7             120                   80.173

                            —            ——                ————

                          39 cantons483 communes445.249 hab.

Service du Trésor Public – 1 receveur général et 1 payeur (résidant à La Rochelle), 5 recev. partic. 7 percept. d’arrond.

Contributions directes – 1 directeur (à La Rochelle), 2 inspecteurs, 4 vérificateurs.

Hypothèques – 6 conservateurs dans les chefs-lieux d’arrondissement communaux.

Douanes – 1 directeur (à La Rochelle).

Contributions indirectes – 1 directeur (à La Rochelle), 4 directeurs d’arrondissements, 6 receveurs entreposeurs.

Forêts – Le départ. fait partie de la 26e conservat. forestière.

Ponts-et-chaussées – Le département fait partie de la 9e inspection dont le chef-lieu est Tours. Il y a 2 ingénieurs en chef en résidence à La Rochelle dont l’un est chargé de la surveillance des ports maritimes et du canal de Niort à La Rochelle, et l’autre de celle des marais de Rochefort et travaux de la Boutonne et de la navigation de la Sèvre. Il y a en outre, à Rochefort, un ingénieur en chef chargé des travaux militaires de ce port.

Mines – Le département fait partie du 18e arrondissement et de la 6e division dont le chef-lieu est Montpellier.

Haras – Le département fait partie pour les courses de chevaux, du 7e arrond. De concours dont le ch-lieu est Bordeaux. Il y à Saint Jean d’Angély un dépôt royal où se trouvent 44 étalons.

Loterie – Les bénéfices de l’administration de la loterie sur les mises effectuées dans le département présentent (pour 1831 comparé à 1830), une augmentation de 84.121 F.

Monnaies – La Rochelle possède un hôtel des monnaies dont la marque est H. Depuis l’établissement du système décimal jusqu’au 1er janvier 1832, les espèces d’argent qui y ont été fabriquées s’élèvent à la somme de 56.488.765 F 25 c.

MILITAIRE – Le département fait partie de la 12e division militaire, dont le quartier général est à Nantes. Il y a à La Rochelle : 1 maréchal de camp commandant la subdivision, 2 sous-intendants militaires, à La Rochelle, Rochefort. Le dépôt de recrutement est à La Rochelle. Le département renferme 7 places de guerre, Oléron et citadelle ; île d’Aix et fort Liedot ; Rochefort ; forts de la Charente et de l’Aiguille ; La Rochelle ; Saint Martin de Ré (île) ; fort Chaput. La compagnie de gendarmerie départementale fait partie de la 9e légion dont le chef-lieu est à Niort. Il y a à La Rochelle une direction d’artillerie et une direction du génie.

MARITIME – Rochefort est le chef-lieu du 4arrondissement maritime. Il y a un préfet et un tribunal maritime ; une direction d’artillerie de la marine ; une direction des constructions navales ; une direction des ports ; un hôpital de la marine ; un commissaire principal ; 1 ingénieur en chef ; 1 trésorier des invalides de la marine. Il y a dans le département 4 sous-commissaires de la marine (à La Rochelle, à Royan, à l’île de Ré et à Marennes) ; 1 école d’hydrographie (à La Rochelle). Le bagne de Rochefort, affecté aux condamnés à plus de dix ans de travaux forcés, peut contenir 2.200 forçats. Il n’en renfermait que 1.264 en 1830, et en 1831, ce nombre s’est réduit à 1.126 ; dont le travail a produit 283.786 F 15 c. La dépense journalière de chaque forçat est de 93 c. 1,3 (salaire compris).

JUDICIAIRE – Les tribunaux sont du ressort de la cour royale de Poitiers. Il y a dans le département 6 tribunaux de 1ère instance : à La Rochelle, Jonzac, Marennes, Rochefort, Saint Jean d’Angély, Saintes (2 chambres) ; et 5 tribunaux de commerce, à La Rochelle, Marennes, Rochefort, Saintes, St Jean d’Angély.

RELIGIEUSECulte catholique – Le département forme le diocèse d’un évêché érigé dans le XVIIe siècle, suffragant de l’archevêché de Bordeaux, et dont le siège est à La Rochelle. Il y a dans le département : – à La Rochelle, un séminaire diocésain qui compte 80 élèves ; – à  Pons, une école secondaire ecclésiastique. Le département renferme 7 cures de 1ère classe, 36 de 2ème, 233 succursales et 18 vicariats. Il existe dans le département (à La Rochelle, à Saintes, à Rochefort, à Saint Jean d’Angély et à  Pons) 1 école chrétienne composée de 5 frères ; 18 congrégations religieuses de femmes, chargées des hôpitaux civils, militaires et de la marine : des maisons d’orphelines, et des maisons d’éducation pour l’instruction de la jeunesse ; une de ces congrégations (les dames du Refuge) reçoit du gouvernement un secours annuel de 2.000 F ; plusieurs autres établissements dans les campagnes pour l’instruction des pauvres et le soin des malades à domicile.

Culte protestant – Les réformés du département ont 3 églises consistoriales. La 1ère à Saintes, desservie  par 4 pasteurs et divisée en 4 sections, à Saintes, Jonzac, Cozes, Royan.  La 2ème à La Tremblade, desservie par 2 pasteurs. La 3ème à La Rochelle, desservie par 5 pasteurs et divisée en 4 sections, à La Rochelle, Marennes, Rochefort, île de Ré. Il y a en outre dans le département 26 temples ou maisons de prières. On y compte 3 sociétés bibliques, 2 sociétés de traités religieux et 12 écoles protestantes.

UNIVERSITAIRE – Le département est compris dans le ressort de l’académie de Poitiers.

Instruction publique Il y a dans le département, 4 collèges : à La Rochelle, à Rochefort, à Saintes, à Saint Jean d’Angély ; 1 école de conférence pour les instituteurs de l’arrondissement à Rochefort ; 5 écoles modèles : à Saint Jean d’Angély, à Jonzac, à La Rochelle, à Marennes et à Saintes. Le nombre des écoles primaires du département est de 568 qui sont fréquentées par 18.069 élèves dont 13.791 garçons et 4.278 filles. Les communes privées d’écoles sont au nombre de 160.

SOCIETES SAVANTES, ETC. Il existe à La Rochelle une Académie royale des Belles-Lettres, Sciences et Arts ; une Société d’Agriculture, une école de Notariat, une école d’Accouchement ; à Rochefort, une Société des Sciences et Arts, une école de Médecine navale, une école de Chirurgie, une école de Mathématiques, une école mutuelle de Dessin, de Chant et de Musique, une école de Maistrance pour les ouvriers des ports ; à Saintes, un cours de physique, une Société d’Agriculture ; à Saint Jean d’Angély et Jonzac, des Sociétés d’Agriculture. La Rochelle, Rochefort et Saintes possèdent des Cabinets d’Histoire naturelle ; il y a dans ces deux premières villes des Jardins des Plantes, et à Saintes une pépinière départementale.

POPULATION

D’après le dernier recensement officiel, elle est de 445.249 h., et fournit annuellement à l’armée 1.054 jeunes soldats.

Le mouvement en 1830 a été de :

Mariages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3.667

Naissances. . . .    masculins     féminins

  Enfants légitimes  5.925           5.546

                naturels     302              304  total   12.077

Décès . . . . . . . . .    4.612           4.615 total     9.227

Dans ce nombre 1 centenaire

GARDE NATIONALE

Le nombre des citoyens inscrits est de 87.867

   Dont : 22.972 contrôle de réserve

               64.895 contrôle de service ordinaire.

Ces derniers sont répartis ainsi qu’il suit :

62.695 infanterie – 469 cavalerie – 1.156 artillerie – 403 sapeurs-pompiers.

On en compte : armés, 13.391 ; équipés, 5.927 ; habillés, 6.768

22.892 sont susceptibles d’être mobilisés.

Ainsi, sur 1000 individus de la population générale, 190 sont inscrits au registre matricule, et 51 dans ce nombre sont mobilisables ; sur 100 individus inscrits sur le registre matricule, 74 sont soumis au service ordinaire, et 26 appartiennent à la réserve.

Les arsenaux de l’Etat ont fourni à la garde nationale 11.781 fusils, 1.045 mousquetons, 20 canons, et un assez grand nombre de pistolets, sabres, lances, etc.

IMPOTS ET RECETTES

Le département a payé à l’Etat (1831) :

Contributions directes . . . . . . . . . .. . . 5.402.318 F 65 c

Enregistrement, timbres et domaines. 1.849.939     17

Douanes et sels. . . . . . . . . . .. . . . . . .  4.225.926     79

Boissons,droits divers,tabacs,poudres 1.371.166     86

Postes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .      305.221    77

Produit des coupes de bois. . . . . . . .               32     22

Loterie  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .         59.962   50

Bénéfices de la fabrication des monnaies    4.919   59

Produits divers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   69.822   89

Ressources extraordinaires . . . . . . . . . .  875.949   90

                        TOTAL                      14.165.260 F 14 c

Il a reçu du trésor 11.242.624 F 14 c, dans lesquels figurent :

La dette publique et les dotations pour 910.111 F 87 c

Les dépenses du ministère de la justice165.212    69

de l’instruction publique et des cultes  368.348    08

du commerce et des travaux publics  1.795.729   40

de la guerre . . . . . . . . . . . . . . . . . .     4.452.764   62

de la marine . . . . . . . . . . . . . . . . .      3.235.535   14

des finances . . . . . . . . . . . . . . . . .         199.504   19

Les frais de régie, perception impôts 1.552.268   76

Remb, restit, non valeurs et primes      563.149   39

                             TOTAL               11.242.624 F14 c

Ces deux sommes totales de paiements et de recettes représentant, à peu de variations près, le mouvement annuel des impôts et des recettes, le département, à cause des grands établissements maritimes qu’il renferme, a reçu, en 1831, et déduction faite du produit des douanes, 1.303.299 F 79 c de plus qu’il n’a payé.

DEPENSES DEPARTEMENTALES

Elles s’élèvent (en 1831) à 503.905 F 02 C

SAVOIR : dép.fixes, traitemts, abonts  106.614 F 35 c

Dép.variables loyers, répar, secours     397.290    67

Sans cette dernière somme figurent pour

40.128                    les prisons départementales

63.000 les enfants trouvés

Les secours accordés par l’Etat

pour grêle, incendie, épizootie, etc.

sont de . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .    11.427    29

Les fonds consacrés au cadastre            77.888    10

Les dépenses des cours et tribunaux    132.123    65

Les frais de justice avancés par l’Etat    38.069   68

INDUSTRIE AGRICOLE

Sur une superficie de 608.050 hectares, le département en compte, 360.000 mis en culture – 41.228 forêts – 105.000 vignes – 21.500 landes – 20.000 marais.

Le revenu territorial est évalué à 22.637.000 Francs

Le département renferme environ : 20.000 chevaux et mulets – 80.000 bêtes à cornes race bovine – 150.000 moutons, savoir : 2.500 mérinos, 6.500 métis, 221.000 indigènes.

Les troupeaux de bêtes à laine en fournissent chaque année environ 230.000 kilogrammes.

Le produit annuel du sol est d’environ,

En céréales . . . . . . . . . . . . . . . . .1.100.000 hectolitres

En parmentières . . . . . . . . . . . . .   180.000    id

En avoines . . . . . . . . . . . . . . . . .1.212.000    id

En vins . . . . . . . . . . . . . . . .       1.700.000    id  dont

600.000 sont consommés dans le pays, 600.000 convertis en eaux-de-vie, et le reste exporté pour la consommation de la Bretagne.

L’agriculture est dans un état satisfaisant. On emploie pour le labourage la charrue à avant-train et à versoir, le plus souvent attelée de bœufs. Il y a peu de métairies dont l’étendue dépasse 100 arpents. La production des céréales excède les besoins de la consommation. On cultive le maïs et le sarrasin, le safran, la moutarde, l’absinthe, les légumes secs de toute espèce, les navets et les choux qui sont employés principalement pour la nourriture des bestiaux. Les plantes textiles, telles que le lin et le chanvre, prospèrent dans le pays, ainsi que les plantes oléagineuses. Les prairies naturelles y sont nombreuses et de bonne qualité. Les prairies artificielles y produisent une graine de trèfle très estimée. On y élève des chevaux de bonne race ; on y engraisse un grand nombre de cochons et de volailles. On s’y adonne à l’éducation des abeilles. Les vaches laitières de La Jarne, les moutons de prés salés de Charron sont estimés. La race des bêtes à laine a été améliorée par des croisements bien entendu. Il existe à Benon, un beau troupeau de moutons à longue laine appartenant à madame Du Cayla.

INDUSTRIE COMMERCIALE

La distillation des eaux-de-vie, l’exploitation des marais salants, celle des parcs d’huîtres vertes et la pêche de la sardine, occupent le premier rang dans l’industrie locale. Les ports font des armements pour la pêche de la morue, pour les colonies. Ils ont un grand nombre de navires employés au cabotage. Il existe dans le pays des raffineries de sucre, des fabriques de vinaigre, des fabriques de poteries fines et de creusets, des tanneries, des bonneteries, des fabriques de grosses étoffes de laine, etc. On y fait le commerce du bois merrain et du bois pour la marine. Il y existe des chantiers estimés pour la construction des navires. Le commerce est principalement alimenté par les productions locales en vins, eaux-de-vie, sels, grains et céréales. Le beurre, les œufs, les volailles, etc, qui sont consommés à Bordeaux, viennent en grande partie du département.

RECOMPENSES INDUSTRIELLES – En 1834, à l’exposition des produits de l’industrie, il a été accordé une MEDAILLE DE BRONZE à M. Jean André (de Villeneuve près La Rochelle), pour charrue à avant-train, et UNE MENTION HONORABLE à M. Jacques Bouchet (de Montendre), pour fabrication de chapeaux en feuilles de litanier.

DOUANES – La direction de La Rochelle a 11 bureaux principaux, dont 8 seulement sont situés dans le département.
Les bureaux du département ont produit en 1831 :

                 Douanes,navig,timbre      sels           total

La Tremblade . . . . .2.432 F         126.648 F   129.081 F

Marennes . . . . . . . . 4.802            169.764      174.567

Château d’Oléron . .4.009                   418          4.428

Rochefort . . . . . . .54.328            244.563       298.892

Charente . . . . . . . 69.795         2.316.268    2.386.064

La Rochelle . . . .138.893            507.615       646.509

Saint Martin . . .   28.172                9.736         37.909

Marans . . . . . . .     5.476            542.998       548.475

    Produit total des douanes . . . . . . . . . . .  4.225.925 F

FOIRES – Le nombre des foires du département est de 590. Elles se tiennent dans 123 communes dont 37 chefs-lieux, et remplissent 612 journées.

Les foires mobiles, au nombre de 12, occupent 12 journées. Il y a 106 foires mensaires – 360 communes sont privées de foires.

Les articles de commerce sont le gros et le menu bétail, les chevaux, les grains, les fourrages, les laines, le sel, les vins, les eaux-de-vie, etc.

BIBLIOGRAPHIE

Annuaire statistique du département de la Charente-Inférieure ; in-8. La Rochelle, 1813 ; Ephémérides ou Almanach de la Charente-Inférieure ; in-18. La Rochelle, 1819. Antiquités de la ville de Saintes et du département de la Charente-Inférieure, par le baron Chaudruc de Crazannes ; in-4. Paris, 1820. Annuaire de la ville de Rochefort ; in-12. Rochefort, 1825 et 1826. Mémoires pour servir à l’histoire de la ville et du port de Rochefort, par Thomas ; in-8. 1826. Règlement général et notices sur les marais de l’arrondissement de Marennes ; in-8. Rochefort, 1826. Aperçu statistiques sur les marais de Brouage, etc., par R.P. Lesson (Journal des Voyages, novembre 1825). Almanach du département de la Charente-Inférieure ; in-18. La Rochelle, 1831 et 1832. Voyage d’un Santon dans l’ouest de la France. Voyage de Rochefort à Saint-Jean-d’Angély ; in-8. Rochefort, 1834 

 A.    HUGO

 On souscrit chez DELLOYE, éditeur place de la Bourse, rue des Filles S.Thomas, 13.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Départements