11 avril 1855 – Ascendance DODUN de KEROMAN

         

Ascendance Dodun de Keroman

 
         
16 Claude o de Tonnerre anobli en 1705  
         
8 Claude Denis o 1733 à Tonnerre    
    x 08-01-1770 à Lorient Louise Julie Bourgeois  
         
4  Claude Laurent Marie Maire de Maisons-Alfort de 1813 à 1855    
    o 11-10-1770 Lorient  
    11-04-1855 Paris II  
    x Agathe Charlotte Le Prestre de Châteaugiron  
         
2 Jean-Baptiste Charles Comte de Kéroman    
    o 1802    
    x Lydie Louise Desbassaÿns de Richemont  
         
Qui eurent comme descendance à Maisons-Alfort    
         
1  Eugène o 13-05-1805  Maisons Alfort – Château Gaillard
         
2 Claire Céline Agathe o 12-08-1835 Maisons Alfort  
    x Léon Louis Augier de Moussac  
  2.1 Marie Louis Augier de Moussac o 24-08-1854   Maisons-Alfort
         
Publicités

3 Commentaires

Classé dans Ephéméride, Maisons-Alfort, Personnalité

3 réponses à “11 avril 1855 – Ascendance DODUN de KEROMAN

  1. ferrand

    Bonjour

    je descends des DODUN DES PERRIERES ,qui semblent avoir un lien avec Charles gaspard DODUN ,il serait intéressant de connaitre le lien entre la branche KEROMAN et la branche PERRIERES ,chez les controleurs généraux ,il semble qu ‘il était coutumier de rattacher un nom de lieu ie:DODUN D ‘HERBAUD…

    Cordialement

    J'aime

  2. C. CHAIX d’EST d’ANGE
    Tome septième( Volumes XII et XIV de l’édition originale )
    CUN-DUG MDCCCLXXXIII (1883)

    Pages 113 à 116 Volume XIV (DES-DUG)

    DODUN d’HERBAULT, de KEROMAN, des PERRIERES, de NEUVRY
    Armes (d’après le règlement d’armoiries de 1826) d’azur à fasce d’or chargée d’un lion naissant de gueules, armé et lampassé du même et accompagné de trois grenades d’or, ouvertes de gueules, 2 et 1. (Les grenades ont souvent été remplacées par des limaçons.)
    Couronne : de Marquis
    La famille DODUN paraît avoir eu pour berceau la ville de Troyes en Champagne. Elle était représentées dans la première moitié du XVIIeme siècle par plusieurs branches dont on ne connaît pas le point de jonction et qui étaient fixées, les unes à Troyes, les autres à Tonnerre, en Bourgogne.
    On trouvera des tableaux généalogiques de la famille Dodun dans les “ dossiers bleus ” et dans le “ Cabinet d’Hozier ”. On en trouvera une généalogie dans le supplément de “ l’Histoire des Grands Officiers de la Couronne ” du père Anselme, publiée de nos jours par M. Pottier de Courcy. On trouvera, enfin des généalogies de la branche des Marquis Dodun de Kéroman, actuellement existante, dans les “ Titres anoblissements et paieries de la restauration ” du Vicomte Révérend, dans les “ Filiations bretonnes ” du Vicomte de Messelière, etc.
    La branche des Marquis d’Herbault, éteinte au XVIIIeme siècle, remontait par filiation à Edmé Dodun qui était dans les premières années du XVIIeme siècle avocat au bailliage et siège présidial de Troyes, Gaspard Dodun, fils d’Edmé fut baptisé à Troyes en 1620. Il acquit une grande fortune dans les fermes Générales, fut pourvu, le 6 juillet 1655, de l’office anoblissant de secrétaire du Roi, obtint des lettres d’honneur le 21 juillet 1675 et mourut en 1701. Il avait épousé Marguerite Le Riche décédée en 1671. Il fut père de Charles-Gaspard Dodun, Conseiller au Parlement de Paris en 1676, qui épousa Anne-Catherine Gayardon, fille d’un receveur Général des finances à Soissons, et grand-père d’autre Charles-Gaspard Dodun, Seigneur du Bouloy, baptisé à Paris en 1679. Ce dernier joua un rôle important . Reçu en 1702 conseiller au Parlement de Paris, il fut nommé en 1715 contrôleur Général des finances. Il fut encore intendant en 1722, Commandeur et Grand Trésorier des Ordres du Roi en 1724, Gouverneur de Blois, etc. Il mourut en 1736 sans laisser de postérité du mariage qu’il avait contracté en 1703 avec Marie Sachot, fille d’un avocat, décédée en 1743. Il avait acquis en 1719 dans les environs de Blois l’importante seigneurie d’Herbault dont il obtint l’érection en marquisat par lettres patentes de mars 1723 ; le domaine d’Herbault fut vendu en 1743 à la famille Devezeau de Rancougne qui l’a conservé jusqu’à nos jours et dont le chef est connu depuis cette époque sous le titre de Marquis.
    Dans ses “ Mémoires ”, Saint-Simon s’exprime en ces termes sur le Contrôleur Général Dodun. : “ Il avait de la morgue et de la fatuité à l’excès, mais de la capacité et autant de probité qu’une telle place en peut permettre ”.
    Une autre branche de la famille Dodun descendant de la ville de Tonnerre, marié vers 1600 à Esther Prévost, François Dodun fils des précédents épousa le 29 août 1641 Geneviève Lefébure, fut pourvu en 1656 de l’office anoblissant de secrétaire du roi et mourut en 1668 à l’âge de 65 ans. Il fut père de Gaspard Dodun, baptisé en 1643, avocat, puis fermier Général et grand-père de Gaspard Dodun, receveur Général des finances de La Rochelle, qui fut pourvu le 13 septembre 1697, d’un office de secrétaire du roi, supprimé dès l’année suivante, et qui épousa, le 9 septembre 1706, Melle Jacques, fille d’un conseiller au Parlement de Paris.
    La branche de la famille Dodun qui s’est perpétrée jusquà nos jours sous les noms de Dodun d’Herbault et de Dodun de Kéroman descend de Claude Dodun, président du grenier à sel, premier élu assesseur en l’élection de Tonnerre , qui fit enregistrer son blason à l’Armorial Général en 1696. Claude Dodun fut pourvu en 1705 de l’office anoblissant de secrétaire du Roi en la chancellerie près de Parlement de Navarre. Il avait épousé Charlotte de Mauzy, leur fils Jean-Claude Dodun, né à Tonnerre le 7 juin 1693, receveur du grenier à sel de cette ville, décédé en 1736, épousa en 1718 Anne-Marie Morot de Grésigny. Il en eut, entre autres enfants deux fils, André-François et Claude-Denis Dodun, qui furent les auteurs de deux rameaux actuellement existants.
    André-François Dodun, auteur du premier rameau fut receveur des gabelles à Tonnerre et épousa à Paris, le 19 février 1754, Jeanne-Charlotte Bromot. Son petit-fils Claude-Xavier Dodun, né en 1786 à Bourg-Selden, en Alsace, marié en 1826 à Melle Bourdois de Champfort, décédé en 1861 à Chemilly (Yonne) se crut en devoir de relever le titre de Marquis d’Herbault qui avait appartenu à une branche aujourd’hui éteinte de la famille. Il était le grand-père d’Edouard-Xavier Dodun, Marquis d’Herbault, né à Chemilly en 1862, qui a épousé en 1903 une fille du Comte Legendre.
    L’auteur du second rameau, Claude-Denis Dodun, né à Tonnerre le 4 octobre 1733, fut directeur des fermes du Roi et administrateur de la Compagnie des Indes à Lorient. Il épousa dans cette ville, le 8 janvier 1770, Louise-Julie Bourgeois, fille d’un trésorier de la marine et mourut en 1794. Ce fut lui qui acquit aux portes de Lorient le domaine de Kéroman dont sa descendance a conservé le nom. Il laissa deux fils. L’aîné de ceux-ci, Claude-Laurent Dodun de Kéroman, né à Lorient en 1770, secrétaire d’Ambassade, Maire de Maisons-Alfort, marié à Melle Le Prestre de Châteaugiron, décède à Paris en 1855, fut créé Chevalier de l’Empire par lettres patentes du 3 juillet 1813, il reçut plus tard le titre héréditaire de Marquis, sur institution de majorat, par lettres patentes du roi Charles X du 28 octobre 1826 et obtint en même temps le règlement de ses armoiries. Il fut père de Jean-Baptiste-Charles Marquis Dodun de Kéroman, né en 1802, colonel de la garde nationale de Paris, officier de la légion d’honneur, marié à Melle Desbassyns de Richemont, décédé en 1863 dont la descendance subsiste avec distinction.
    Plusieurs branches demeurées non nobles de la famille Dodun se sont honorablement perpétrées jusqu’à nos jours. L’une de ces branches est connue sous le nom de Dodun des Perrières. A une autre branche appartenait M. Louis Dodun de Neuvry décédé en novembre 1879, âgé de 77 ans, à Sainte-Suzanne (Eure).
    Principales alliances :
    Le Riche, Gayardon, Gauthier 1749, Godart d’Aucourt (de Plancy), Terrasson de Sénevas 1796, Le Prestre de Châteaugiron, Le Lasseur 1864, de Beausacq 1888, de Coynart 1894, de Biré 1895, Augier de Moussac 1848, de Tinguy 1851, de Bouthillier-Chavigny 1855, Van den Broek d’Obrenan 1879, Marc de Saint-Pierre 1886, Panon Desbassyns de Richemont, de Bahuha de Liscoët 1859, Legendre 1903, Liégeard, etc.

    En préface, “ L’immense travail de Chaix-d’est d’Ange s’arrête à la lettre G (Gaullier), 20 volumes dont 3 après sa mort de 1903-1923 date de sa mort (1 volume par an. Le plus ? ? et le plus éclairé des généalogiste modernes.

    Référence
    CEA 14 Comte d’E.A (Gustave Chaix d’Est –Ange )
    Dictionnaire des familles françaises ou notables à la fin du XIXe siècle
    Evreux, 1903-1929, 20 vol in 8 [8° Lm1 .164

    J'aime

  3. Marie Théodora

    Bonjour,
    Je vis en Suisse et je descends aussi des DODUN DES PERRIERES. Un grand merci à CGMA pour cette documentation. Ferrand, je vous recommande le livre Mademoiselle de Joncoux – Polémique janséniste à la veille de la bulle – écrite par F. Ellen Weawer. Vous allez découvrir l’histoire des Dodun.
    Vous pouvez me contacter, on pourra faire un échange dans le domaine. Mon grand-père maternel s’appelait Ferdinand DODUN DES PERRIERE et il a vécu en Roumanie.
    Avec mes meilleures salutations

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s