Cimetières Parisiens en 1860 par Emile de La Bédollière

*

   Près de l’avenue de Clichy, où règne une animation perpétuelle, se trouve un séjour de silence et de deuil, le cimetière du Nord, dit de Montmartre.

   L’annexion faisait légalement aux cimetières une fâcheuse position. Le décret du 23 prairial an XII (12 juin 1804) est formel : « Aucune inhumation n’aura lieu dans les églises, temples synagogues, hôpitaux, chapelles publiques, et généralement dans aucun des édifices  clos et fermés où les citoyens se réunissent pour la célébration de leur culte, ni dans l’enceinte des villes et bourgs. Il y aura, hors de chacune de ces villes ou bourgs, à la distance de 35 à 40 mètres au moins de leur enceinte, des terrains spécialement consacrés à l’inhumation des morts. » Le décret d’annexion exigeait donc , comme corollaire, un décret qui reléguât les cimetières à 35 mètres au moins, non seulement des fortifications, mais encore de la zone militaire. Dans l’état actuel des choses, en face d’habitudes prises et enracinées, l’administration ne pouvait songer à détruire immédiatement de grandes nécropoles, comme elle avait détruit autrefois les cimetières paroissiaux. Un arrêté du préfet de la Seine, en date du 20 décembre 1859, contre-signé par M. Charles Merruau, secrétaire-général de la préfecture, assigna :

   1° Le cimetière du Nord, dit de Montmartre, aux inhumations des Ier, IIe, VIIIe, IXe et Xe arrondissements ;

   2° Le cimetière de l’Est, dit Père-Lachaise, aux inhumations des IIIe, IVe, XIe, XIIe et XXe arrondissements ;

   3° Le cimetière du Sud, dit du Mont-Parnasse, aux inhumations des Ve, VIe, VIIe, XIIIe et XIVe arrondissements ;

   4° Le cimetière des Batignolles, aux inhumations du XVIIe arrondissement ;

   5° Le cimetière de Montmartre, à celles du XVIIIe arrondissement ;

   6° Le cimetière de la Villette, à celles du XIXe arrondissement ;

   7° Les cimetières de Grenelle et de Vaugirard à celles du XVe arrondissement ;

   La circonscription du cimetière de Grenelle embrasse la partie de l’arrondissement située à l’ouest d’une ligne allant de la Seine à l’enceinte fortifiée par la ligne d’axe de l’avenue de Suffren, de l’avenue Lowendal, de la Croix-de-Nivert et de la rue de Sèvres.

   La circonscription du cimetière de Vaugirard comprend tout le surplus du XVe arrondissement.

   8° Les cimetières d’Auteuil et de Passy aux inhumations du XVIe arrondissement.

   La circonscription du cimetière d’Auteuil est déterminée par la Seine, l’enceinte fortifiée et la ligne d’axe du chemin des Tombereaux et de la rue de Boulainvilliers.

   La circonscription du cimetière de Passy comprend tout le surplus du XVIe arrondissement.

   Les cimetières de la Chapelle, de Belleville, de Charonne et de Bercy sont supprimés.

 Extrait de : « Le Nouveau Paris – Histoire de ses 20 arrondissements en 1860 » par Emile de Labédollère

Article proposé par Sylvie R.

*************

Quelques autres articles, concernant les cimetières, déjà parus sur le blog :

    2009-12-19 – Réouverture des catacombes de Paris

 

    Les cimetières parisiens

*

Le cimetière de Maisons-Alfort

    Cimetière de Maisons-Alfort 1

 

    Cimetière de Maisons-Alfort 2

 

    NIKITA

*

“Le Tour de Marne”
En 1865, Emile de la Bédollière, journaliste et écrivain, avec son ami Ildefonse Rousset, journaliste et photographe Maisonnais publient un  reportage dans un ouvrage remarquable “Le Tour de Marne”.

Lire l’article sans tarder suivant :

    Le gallinoculteur d’Alfort

*

Vous trouverez les photographies du monument et du buste d’Ildefonse Rousset sur :

    culture.gouv – Tombeau d’Ildefonse Rousset

*

3 Commentaires

Classé dans A lire, Histoire locale, Personnalité, Textes découverts par les adhérents

3 réponses à “Cimetières Parisiens en 1860 par Emile de La Bédollière

  1. Bon week-end, venez découvrir les articles de mon blog, merci, Pascal.

    J'aime

  2. C’est une piste très sérieuse, mais il y en une autre qui en découle !
    https://cgma.wordpress.com/2009/12/19/reouverture-des-catacombes-de-paris/

    Véritable labyrinthe au cœur du Paris souterrain, les Catacombes rassemblent les restes d’environ six millions de Parisiens, transférés entre la fin du XVllle siècle et le milieu du XIXe siècle, au fur et à mesure de la fermeture des cimetières pour raison d’insalubrité.

    J'aime

  3. Merci Sylvie,
    Nous savons maintenant où trouver les tombes de nos ancêtres parisiens.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s