Archives quotidiennes : 5 novembre 2009

Angoulême bientôt en ligne

Après l’os du Calva, une bonne nouvelle cette semaine pour remonter le moral !

Angoulême que j’aime !

Les registres paroissiaux et d’état civil, depuis 1572, sont en cours de numérisation, et seront mis en ligne ces prochaines semaines.

Les registres d’état civil les plus récents ont été numérisés sur place, à la mairie. Les autres, comme ce fac-similé de l’acte de baptême de Jean-Louis Guez de Balzac, sont en cours de traitement à La Châtre.

Pour consulter l’acte de baptême de Jean-Louis Guez de Balzac, né en 1597 à Angoulême, un clic de n’importe quel ordinateur connecté à internet suffira bientôt. Idem pour retrouver la trace du mariage d’un ancêtre ou de l’enterrement d’une célébrité locale.

Lire la suite de l’article de la Charente-Libre

LES ARCHIVES MUNICIPALES ENTRENT ENFIN DANS L’ÈRE NUMÉRIQUE

et sur

geneinfos – Etat-civil d’Angoulême en ligne en décembre

********************************

Et n’oubliez pas de signer la pétition

Appel pour préserver une généalogie libre

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans AC en ligne, Archives, Archives Communales

1853 – Chambres et lits des Cultivateurs

Chambres à coucher

 

   On ne séjourne ordinairement que la nuit dans les chambres à coucher à la campagne ; aussi n’ont-elles besoin que de meubles utiles et très simples dont la propreté soit le seul ornement. Je mets de ce nombre une petite toilette. Elle peut être en noyer avec tiroir, recouverte de marbre et portant une petite glace, une cuvette et un pot, une paire de flacons et d’autres petits vases analogues. Ces toilettes ont remplacé les lavabos et leur sont bien préférables ; elles valent en ce moment 40 fr. au plus. Il faut aussi une armoire à glace ou une commode, et à leur défaut des placards ; enfin un secrétaire ou un bureau.

   Des porte-manteaux placés dans les cabinets sont indispensables ; ils seront recouverts d’une planche, en avant de laquelle est placé un rideau qui tombe jusqu’à terre. Ce rideau est soutenu au moyen d’une tringle posée sous le bord extérieur de la planche ; on place un petit rebord derrière lequel se trouve la tringle : de cette manière, il reste aucun passage à la poussière ; le dessus de la planche sert à poser des cartons à chapeaux, des boites, etc. 

Lits de maîtres et d’enfants

    Les lits à bateau sont les plus commodes et les plus faciles à faire. Cependant, comme on peut acheter à très bas prix d’excellents lits en fer, il faut les préférer dans la plupart des cas. S’ils sont moins élégants que les lits en acajou et en noyer, ils offrent une grande solidité et l’avantage inappréciable de n’offrir aucun asile aux punaises. Autant que possible on fera rouler le lit dans des coulisses.

   Le coucher peut se composer : 1° d’une paillasse de maïs, ce qui est parfaitement propre, solide et élastique, dure un temps considérable, et n’a pas l’inconvénient de se briser et de former de la poussière comme la paille ; 2° d’un matelas, d’un lit de plume, puis d’un second matelas, d’un traversin et d’un oreiller ; au moyen de la paille de maïs, on peut supprimer le second matelas et avoir encore un excellent lit. Si l’on est très frileux, on peut se procurer un édredon à peu de frais, en le remplissant de duvet d’oie ou de canard. Si notre ménagère est soigneuse, elle aura bientôt un édredon à peu de frais, elle fera plumer ses canards sans ôter le duvet, qu’on enlèvera ensuite pour le serrer à part. Ce duvet vaut celui d’oie. On le recouvrira avec une soie légère.

   Un couvre-pied piqué en coton et recouvert soit d’une indienne soit d’une soie est d’un usage fort commode parce qu’il peut se mettre et s’ôter à volonté sans défaire le lit.

   Des rideaux blancs, ornés d’une petite draperie de couleur et placés sur une flèche mise dans le même sens que le lit, et non en travers, et soutenue par deux petites verges de fer fixées dans les soliveaux du plafond, doivent entourer le lit. Les rideaux, montés à gros plis et réunis par la tête, sont soutenus par la flèche au moyen de gros anneaux de cuivre doré que la draperie laisse apercevoir au milieu, en remontant avec aisance près des deux extrémités de la flèche. Cette draperie peut être remplacée par un lambrequin, plus à la mode aujourd’hui.

   Les lits d’enfants ne demandent pas autant de soins, et je pense qu’il est fort bon pour la santé des enfants et pour le développement de leur taille, de les faire coucher sur un lit dur et plat, dans lequel je n’admettrais jamais la plume que pour le traversin, qui doit être aussi presque plat. Le lit d’enfant serait très bien composé avec une paillasse de maïs et un matelas que je mettrais l’été sous la paillasse. Dans le midi, presque tout le monde couche l’été sur la paille de maïs, qui est bien plus fraîche que la laine ou la plume. Il n’est pas bon d’ailleurs d’habituer les enfants à se douilleter, et leur sommeil est si profond que tout leur est une bonne couchette.

 Lits des domestiques

   Les lits des domestiques doivent être maintenus, comme ceux des maîtres, dans une extrême propreté. Des rideaux sont indispensables, car les chambres qu’habitent les domestiques sont ordinairement froides. Ils seront posés sur une flèche placée en travers du lit.

   Comme les lits des enfants, ceux des domestiques seront composés d’une paillasse, d’un bon matelas et d’un traversin. On voit que je plaide en faveur des domestiques ; mais notre ménagère ne doit jamais oublier la dure nécessité des inégalités sociales qui forcent ses semblables à devenir ses serviteurs. Si elle veut gagner leur affection et obtenir leur dévouement, il faut qu’ils retrouvent en elle cette bienveillance maternelle, en quelque sorte,  qui est le seul lien intime qui doit exister entre elle et ses serviteurs Quelles doivent être les réflexions d’un pauvre domestique mal couché, souffrant du froid, en pensant au lit douillet qu’il a fait le matin pour sa maîtresse ? Il faut éviter toutes les occasions de faire naître de ces pensées fatales au repos de la société et des familles.

Economie Domestique Par Mme Millet-Robinet

(Bibliothèque du Cultivateur, publiée avec le concours du Ministère de l’Agriculture – 1853)

Un article douillettement trouvé par Sylvie

1 commentaire

Classé dans A lire, Anecdotes, Textes découverts par les adhérents