Archives mensuelles : novembre 2009

Mots-valises généalogiques (5)

   Prenons quelques instants de détente.
   
  Un mot-valise est un néologisme formé par la fusion d’au moins
  deux autres mots existant dans la langue.
   
  Un des mots-valises les plus cités est « franglais », de français et anglais 
   
  Un site à consulter pour mieux comprendre ce que sont les mots-valises
  http://pagesperso-orange.fr/alain.crehange/frmotsval.html
   
   
  Voici quelques mots-valises composés par le CGMA :
   
  Généatiste
  Utilisateur du progiciel de généalogie Généatique
   
  Hérédiste
  Utilisateur du progiciel de généalogie Hérédis
   
  Parentèliste
  Utilisateur du progiciel de généalogie Parentèle
   
   
  Lecteurs et aussi auteurs de mots-valises généalogiques
  proposez nous vos créations, elles paraîtront sur notre blog.
   
  A suivre

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Episodes, Vocabulaire

12 décembre journée portes ouvertes aux AD de l’Essonne (91)

*

JOURNÉE PORTES OUVERTES

AUX ARCHIVES DE L’ESSONNE

  Samedi 12 décembre 2009 de 10 heures à 19 heures

 Téléchargez le programme sur le site de l’Essonne :

 essonne /Archives_departementales_2009/pdfs/Flyer_portes_ouvertes

 
38 rue du commandant Arnoux
RER C, dir. Saint-Martin-d’Étampes – Gare de Chamarande à 200 m.
Sur RN 20 Sortie Etréchy Chamarande – Parking gratuit de 70 places sur le domaine
Domaine départemental de Chamarande
Direction des archives et du patrimoine mobilier de l’Essonne
01 69 27 14 14
 

*

Les articles sur les AD en ligne :

https://cgma.wordpress.com/category/archives/ad-en-ligne/

*

Poster un commentaire

Classé dans AD en ligne, Archives

De la carte de sureté à la carte d’identité

*

   
1793 Le 12 mars 1793, des cartes de sûreté, dites aussi “cartes civiques” sont crées.
1942 La création de la carte d’Identité est confirmée lors du décrêt du 12 avril 1942
1955 Par décret du 22 octobre 1955 est définie la carte d’identité, document officiel délivré par les préfectures et sous-préfectures à en-tête de la République Française. Valable dix ans à partir de la date d’émission.
1987 Par décret du 19  mars 1987, apparaît la carte d’identité “sécurisée” ou “infalsifiable
   

 

*

6 Commentaires

Classé dans Histoire

375 années numérisées à Saint-Aubin-de-Médoc (33)

*

SAINT-AUBIN-DE-MÉDOC, ARCHIVES. Généalogie 33 vient de remettre un DVD à la municipalité

L’association Généalogie 33 vient de remettre un DVD à Christophe Duprat. Objet moderne au service de documents beaucoup plus anciens, puisque le plus vieil acte numérisé sur le DVD date de 1606. Ce document comporte en effet les archives de Saint-Aubin-de-Médoc des années allant de 1606 à 1981, les années suivantes étant déjà numérisées …

Lire la suite sur la page du journal Sud-Ouest :

http://www.sudouest.com/gironde/actualite/rive-gauche/article/786761/mil/5413171.html

*

Prochainement sur le NET ?

La fin de l’article nous donne cet espoir.                        Gratuitement espérons le !

*

et sur le site de la ville un peu d’histoire

*

http://www.saint-aubin-de-medoc.fr/Decouv_Histoire.asp

*

 

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Archives Communales, Presse

AD 75 : Des nouveautés en ligne prochainement

*

Les informations circulent …

Mise en ligne le 15 décembre prochain des fichiers alphabétiques de l’état civil reconstitué (XVIe -1859) et des T.D. et registres d’actes de 1860 à 1902.

Des informations plus détaillées et complémentaires paraîtront sur le site mardi 2 décembre.

La centralisation par la mairie du 1er arrondissement des T.D des autres arrondissements de Paris de l’état civil de 1903 à 1934 avec mise en ligne en 2010.
Merci à l’informatrice de l’Entraide Ariane 94.

A suivre …

Le 28 novembre sur Geneablog :

Geneablog.org: Généalogie: AD75, Paris, mise en ligne imminente
par France Apprill
En ces temps où commence la période de l’Avent, si je ne craignais pas de choquer, je m’exclamerais « Jouez, hautbois, résonnez musettes » Croisons les doigts et espérons! il semblerait réellement que les AD75 vont mettre en ligne une

A suivre …

Sur le blog d’Indienne Cheyenne des précisions parues le 30 novembre

AD DU 75 rédigé par Isabelle NOESMOEN

Blog – indiennecheyenne – AD 75 Compléments

A suivre …

La nouvelle est confirmée sur le site de la Mairie de Paris début décembre :

Vous pourrez consulter les archives numérisées sur Paris.fr à partir du 15 décembre 200

http://www.paris.fr/portail/Culture/ Archives en ligne le 15 décembre

A suivre

Le 4 décembre sur le blog Geneinfo :

geneinfos 4 Décembre : AD paris mise en ligne confirmée serveurs plantés

 

A suivre

***************************************************

Deux catégories d’articles à consulter sur le blog du CGMA :

categorie ad-en-ligne

categorie ac-en-ligne

*

*

 

Poster un commentaire

Classé dans AD en ligne, Archives, Archives Départementales

AD 90 : Territoire de Belfort en ligne

Recherche Thématique

http://www.archives.cg90.fr/?id=recherche_guidee

Avec Recherches Etat-Civil

http://www.archives.cg90.fr/?id=etat_civil

et son complémenthttp://www.lisa90.org/

****

Sur le site du Conseil Général « Les archives du Territoire de Belfort en ligne »

CultureDès aujourd’hui (25 novembre 2009), vous avez accès aux archives départementales du Territoire de Belfort depuis la page d’accueil du site internet du Conseil général.

Des documents d’état-civil, des registres paroissiaux, des plans, des recensements de population, des fiches matricules de soldats et près de 3000 cartes postales sont visibles en ligne.Ce nouvel outil simplifie les démarches des amateurs de généalogie et permet de préserver des documents dont le plus vieux date de 1570.

Accèdez au site des Archives départementales.Un dispositif attendu La numérisation de l’ensemble des documents aura demandé près de deux ans à des sociétés spécialisées et à l’équipe des Archives du Territoire de Belfort, service du Conseil général. Le dispositif était très attendu par les usagers qui effectuent des recherches généalogiques. Des démarches facilitéesAfin de retrouver une information concernant ses ancêtres ou le Territoire de Belfort, il suffit à l’internaute de taper un mot-clé (un nom, une ville, etc.) pour que tous les documents concernés s’affichent.

Les personnes qui souhaitent voir les originaux peuvent se rendre ensuite aux Archives départementales, 4 rue de l’Ancien Théâtre à Belfort. Les numéros de dossiers relevés sur le site leur permettront d’accéder rapidement aux archives correspondantes.

En savoir sur les Archives départementales

 Infos pratiques : Les Archives départementales sont ouvertes du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h. Tél. 03 84 90 92 00.

*

Articles parus

 le 1er décembre sur Le Pays BHM (Belfort Héricourt Montbéliard)

Le pays BHM – Les généalogistes se ruent sur les archives en ligne

le 1er décembre sur Le Blog Geneanet :

blog.geneanet – Les archives du Territoire de Belfort sont en ligne.html

*

***

Connaissez-vous le Belfortain Léon DEUBEL ?

Né à Belfort, le 22 mars 1879, Léon Deubel, poète de renommée nationale, ami de Louis Pergaud, connut une destinée tragique à Maisons-Alfort vers le 6 juin 1913.

Pour en savoir plus allez sur :

http://cgma2.wordpress.com/2009/06/06/6-juin/

Petit exercice, retrouvez son acte de naissance sur le site gratuit du Territoire de Belfort.

*

*

Poster un commentaire

Classé dans AD en ligne, Archives

1835 – Département des Côtes-du-Nord.

*

FRANCE PITORRESQUE – Département des Côtes-du-Nord. 

( Ci-devant Basse-Bretagne )

par Abel HUGO (1835)

*

LANGAGE.

Le langage brezounecq, vulgairement nommé bas-breton, est la langue nationale de plus de l,100,000 habitants sur les 1,556,790 qui composent la population des départements du Morbiban, du Finistère et des Côtes-du-Nord [1] (*) . Cette langue est considérée par les savants de la Bretagne comme l’ancienne langue celtique. Elle a beaucoup plus de ressemblance avec le gaelic d’Irlande (irlandais) et le gaelig de la Haute-Ecosse (erse), qu’avec le  cymraëg du pays de Galles (gallois) Les Bretons qui la parlent sont appelés Bretous-bretonnans. — Cette langue est la seule dont on se serve dans les campagnes ; tous les habitants des villes la parlent et la comprennent, excepté peut-être ceux de Bre5r, où elle est étrangère à une grande partie de la population. — La langue brezounecq se divise en quatre dialectes principaux : ceux de Léon et de Tréguier, qui ont entre eux beaucoup de rapport ; ceux de la Cornouailles (Quimper-Corentin} et de Vannes, dont la différence avec les deux premiers est telle, qu’un Léonais se fait difficilement comprendre dans la Cornouaille, et qu’il n’est pas du tout compris dans le Morbihan. — Cette différence, toutefois, existe plutôt dans la prononciation que dans les termes ; car M. Habasque, auquel nous empruntons une partie de ces détails sur le brezounecq, assure qu’après un mois de fréquentation il est facile à un habitant de Léon ou de Tréguier de causer avec un Vannetais sur tous les sujets possibles. — Le dialecte léanais qui ne renferme qu’un petit nombre de mots bretonnisés, et dont la prononciation est douce et rarement gutturale, passe pour le meilleur des quatre dialectes. La langue bretonne quoique pauvre, a de la force et de l’énergie, parfois de la grâce et de la douceur. Elle possède des tours et des locutions agréables. — Au désir de vous revoir ; — Au regret de vous quitter, sont des termes d’adieux employés dans lai campagnes. Quand le temps est beau les paysans disent E bad é beva hirio. il est doux de vivre aujourd’hui. — Cette langue abonde en termes qui expriment les opérations du labourage. — Les mots nouveaux dont elle s’augmente et qui indiquent des découvertes modernes y passent avec leur signification primitive. On se contente d’en allonger un peu la prononciation ou d’en changer légèrement la désinence, ainsi de fusil on a fait fusuil, et de sabre, sabren. La grammaire bretonne est simple et peu comp1iquée ; les règles y sont en petit nombre. Les noms n’y ont qu’un genre, ce qui explique pourquoi les Bretons qui commencent a parler français disent un tille, un maison, le beau jument, etc. ; les adjectifs sont invariables, et dans les verbes il suffit de connaître la première personne de chaque temps, toutes les autres étant les mêmes au singulier et au pluriel, et n’étant distinguées que par le pronom personnel. — L’orthographe de la langue bretonne ne paraît pas être fixée d’une façon hors de toute contestation, ce qui provient de ce que la plupart des monuments littéraires de cette langue sont encore conservés par la tradition et par la mémoire plutôt que par l’impression. — Cette langue renferme quelques syllabes och, ech, ach, dont la prononciation est gutturale et doit être fortement aspirée. — Les cultivateurs Bas-Bretons parlent leur langage avec une grande pureté et observent scrupuleusement les règles de leur syntaxe. Ils emploient toujours le mot propre et raillent volontiers les habitants des villes qui prononcent mal ou se servent de locutions vicieuses. Ainsi, en brezounecq, deux termes signifient chemise ; l’un désigne celle de l’homme, l’autre celle de la femme. Le citadin qui, ignorant cette différence, fait indistinctement usage de l’un ou de l’autre, prête à rire au paysan. – La langue brezounecq commence néanmoins à perdre de son empire. Avant la Révolution, chaque paroisse renfermait au plus quatre ou cinq personnes sachant le français. Aujourd’hui il n’y a pas d’enfant de cultivateur aisé qui ne le parle ou ne le comprenne. Autrefois, dans les petites villes, les ouvriers et les domestiques ne parlaient que le brezounecq ; maintenant ils se servent indistinctement de l’un ou de l’autre idiome. — L’ancienne littérature bretonne on celtique est considérée comme a peu près nulle. — Des ballades historiques, pareilles aux fameuses romances espagnoles, des lais, des fabliaux, des romans de chevalerie ont existé dans cette langue ; mais les seuls morceaux un peu anciens qui aient été autrefois imprimés sont une Vie de Saint Guignolé ; un petit drame, la Prise de Jérusalem par Titus ; et Les Amourettes du vieillard, petite comédie dans laquelle le barbon amoureux est berné et joué comme de coutume. Quant à la littérature moderne, on y remarque quelques ouvrages ascétiques, pour la plupart traduits du français, des cantiques où la beauté des images se joint à la richesse de l’expression ; un poème de Michel Morin plein de verve et d’originalité ; le roman des Quatre fils Aymon ; les Fables d’Esope ; les Lamentations de Jérémie, etc. — La partie brillante de la littérature bretonne est la chanson ; mai, ces poésies fugitives sont rarement imprimées. On cite comme un chant véritablement populaire celui qui commence par ces mots An ini Goz. On dit que dans les pays étrangers il produit sur les soldats bretons le même effet que le Raez des vaches sur les Suisses éloignés de leur patrie.


[1] (*) Dans le département des Côtes-du-Nord, on parle brezounecq dans les arrondissements de Guingamp et de Lannion, et dans une petite partie de ceux de Loudéac et de Saint-Brieuc. Le français est le seul en usage dans celui de Dinan.

*
Kenavo – Joël
*
 

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Anecdotes

Les archives de Pontivy (56) en ligne

*

GénéInfos: Les archives de Pontivy en ligne

Et une commune de plus sur notre carte de l’état civil sur Internet  !  Les archives de la ville de Pontivy dans le Morbihan viennent d’inaugurer un portail de recherche fort bien fait et doté de quelques registres à feuilleter en ligne. …
*
****
*
La trève de Stival est donc en ligne, bientôt espérons le, les registres de Napoléonville seront en ligne : http://ville.pontivy.fr/index.php?id=71
*
*
Abel Hugo (un des frères de Victor Hugo) écrivait en 1835 dans le deuxième tome de son ouvrage « France Pittoresque ou description pittoresque, topographique et statistiques des départements et colonies de la France »  :
*
 

Pontivy, sur la rive gauche du Blavet, ch.-I. d’arr. , à 11 I. 1,2 N.-N.-O. de Vannes. Pop. 5,956 hab.—Cette petite ville, qui sous l’empire, a porté le nom de Napoléonville, est l’ancienne capitale du duché de Rohan.—Elle était autrefois entourée de murailles, dont on voit encore quelques restes.—C’est une ville que de nombreuses améliorations modernes ont beaucoup embellie. Elle se divise en deux parties bien distinctes, l’ancienne ville, qui n’a qu’un seul monument, le Vieux Château des ducs de Rohan, et la nouvelle ville formée seulement par quelques rues d’ailleurs larges, propres et bien percées ; on y voit une des plus belles casernes de France pour la cavalerie, un hôtel pour la sous-préfecture, une prison, des places publiques et de jolies promenades.—Le Palais-de-Justice était en construction. Il y a peu d’années, nous ignorons s’il a été terminé.—On devait aussi y bâtir une caserne pour l’infanterie, un hôpital militaire et une salle de spectacle. Pontivy possède un collège et un hospice. Les environs de la ville sont ornés de belles plantations.—Le Canal du Blavet, qui a été récemment livré au commerce, et qui conduit de Lorient à Pontivy, ne peut manquer d’accroître l’importance et la prospérité de cette ville, dont la population qui n’était que de 3,100 habitants en 1824, a presque doublé en six ans.

*

et pour ceux qui sont intérressés Abel HUGO poursuit :

MŒURS, CARACTERE, ETC.

L’auteur des lettres Morbihanaises dépeint ainsi les habitants des campagnes, descendants des anciens Venètes : » Le paysan du Morbihan est ,comme tous ceux de la Bretagne, naturellement timide lorsque nulle passion ne l’agite, mais fier par caractère, et d’une sensibilité excessive. Il aime a être flatté, se laisse facilement prendre à tous les pièges tendus à sa vanité, mais pardonne rarement la raillerie. Egoïste, bavard et curieux à toutes les époques de la vie ; il est vif et turbulent dans l’enfance ; gai et taquin dans l’adolescence ; dans l’âge mur il affecte une gravité parfois risible ; il paraît lourd et apathique ; enfin , au déclin de la vie, comme les vieillards, il devient causeur éternel, conteur assommant, mais attendant assez indifféremment la fin de son obscure et pénible carrière.—Il ne manque ni de bon sens, ni de jugement, mais il a peu d’esprit naturel ; indécis quand il est question de ses intérêts, quoique se croyant un oracle infaillible lorsqu’il s’agit de ceux d’autrui ; ce n’est qu’à la dernière extrémité qu’il se détermine à prendre une résolution décisive dont il se repent aussitôt.—Il redoute tellement d’être dupe de sa confiance, qu’il ne l’accorderait même pas sans réserve à l’avocat chargé de la défense de ses droits, de son honneur et de sa vie.—La nature, ou plutôt un préjugé traditionnel, en fait à l’extérieur un stoïcien renforcé. Il souffre avec calme et courage en public, rougirait de laisser tomber la larme qui roule sous sa paupière ; fume et conserve tranquillement à deux pas du lit mortuaire de sa femme ou de son enfant ; les conduit froidement jusqu’à leur tombe qu’il contemple d’un œil sec et revient chez lui où souvent il s’enivre avec une partie du cortège funèbre. Mais souvent aussi, dès qu’il a satisfait en tous point à l’étiquette sauvage dont il est esclave, la nature ressaisit avec violence ses droits sacrifiés à un sot orgueil, et le malheureux qui avait osé braver la douleur, expire en emportant avec lui le secret de son désespoir.—Il ne se distingue pas par une vase instruction.—Le plus habile ne lit pas même correctement.—Mais l’extrême pureté de ses mœurs, sa probité, son respect et sa compassion pour l’infortune d’autrui et la noble patience avec laquelle il supporte lui-même le malheur, sont dignes d’admiration

« Le paysan breton, plus honnête que beaucoup de gens qui se croient civilisés, salue toujours le premier les personnes qu’ils rencontre, en leur souhaitant le bonjour avant midi, et le bonsoir dès qu’il juge que le soleil est parvenu au méridien.—S’il parle à quelque inconnu de sa classe plus âgé que lui, il lui donne le titre respectueux de parrain ; s’il est de son âge, celui de cousin, et il le nomme affectueusement son filleul, s’il le juge plus jeune que lui. Quant aux campagnards de sa connaissance, il ne les appelle jamais que par leurs prénoms ».

COSTUMES.

Les modes modernes ont fait de grand progrès chez les habitants des campagnes, surtout parmi les femmes, qui ont été séduites autant par l’éclat des nouvelles étoffes que par leur bon marché.—L’espace nous manque pour d’écrire avec détail les costumes variés qu’offrent les différentes communes du département. Nous bornerons à signaler celui des mariés de Pontivy, dont la coupe élégante, les vives couleurs, la richesse et l’originalité méritent de fixer l’attention. La gravure très exacte qu’en offre la France Pittoresque, le fera connaître au lecteur mieux que toutes nos descriptions.

LANGAGE

On parle français dans les villes ; le langage national des habitants des campagnes est l’ancienne celtique, que dans leur superbe ignorance, nos anciens grammairiens ont décoré du nom patois Bas-Breton. Nous donnons des détails sur cette langue primitive à l’article consacré au département des Côtes-du-Nord.

(Détails dans un prochain article extrait de la France Pittoresque – demain 5 heures du matin !)

*

lire aussi l’article sur Eugène, autre frère HUGO :

http://cgma2.wordpress.com/2009/02/21/21-fevrier/

et qu’écrit BOUILLET dans son dictionnaire d’Histoire et de Géographie en 1855 :

PONTIVY, chef-lieu, d’arrondissement (Morbihan) à 49 kiliomètres N.O. de Vannes, sur le Blavet. Collège Royal; tribunal de 1ère instance. Fabrique de toiles de Bretagne: grains, chevaux, bestiaux, etc. – Jadis capitale du Duché de Rohan. Sous l’Empire Pontivy reçut le nom de Napoléonville, qu’elle reprit en 1852. L’arrondissement à 7 cantons (Baud, Cléréguec,Le Faouët, Guéméné, Locminé et Pontivy) 45 communes et 101.345 habitants. Patrie de BOBLAYE, géographe.

*

Poster un commentaire

Classé dans AC en ligne, Archives Communales

Les AD 91 (Essonne) en ligne le 12 décembre

*

L’article de Geneinfos du 24 novembre vous en dira plus

geneinfos – les archives de l’Essonne en ligne

et c’est gratuit !

*

Sur l’annuaire archives de France  annuaire-services/departement/essonne 

Archives départementales
Domaine départemental, rue du Commandant Arnoux, 91730 Chamarande
Tél. : 01.69.27.14.14
Télécopie : 01.60.82.32.12
Courriel : archi91@cg91.fr
archilec91@cg91.fr (salle de lecture)
Lu. 10 h à 18 h
Ma-Ve. 9 h à 18 h
Un samedi par mois de 9 h à 17 h (en général, le deuxième du mois, dates précises par téléphone et sur essonne.fr).
Fermeture annuelle : 15 au 31 mars inclus et du 24 décembre au 1er janvier inclus
www.archives.essonne.fr

où vous lirez lors de la parution de ce billet :

La mise en ligne de fonds d’archives numérisés (état civil, cadastre napoléonien, recensements de population, monographies communales) interviendra d’ici la fin 2009. La date de l’inauguration officielle sera annoncée prochainement par voie de presse.

Chut, ne le répétez pas,  le 10 décembre, c’est déjà en ligne :

http://www.essonne.fr/culture_sports_loisirs/archives_departementales/archives_en_ligne/

*

N’oubliez pas de signer la  Pétition généalogie libre 

et de fêter en ce 25 novembre la Sainte-Catherine

*

le 28 novembre un article local nous annonce :

AD 91 bientôt en ligne – Niouzes.org

par Claude MATHIEU
Bonsoir, Le conseil général de l’Essonne communique :

« Les fonds d’archives numérisés (état civil, cadastre napoléonien,
recensements de population, monographies communales) seront bientôt
accessibles en ligne.
L’inauguration officielle est fixée au vendredi 11 décembre 2009 en soirée.
La journée portes ouvertes du 12 décembre vous permettra de profiter de
démonstrations sur le site internet, visites de locaux et d’exposition,
ainsi que des animations organisées pour les grands et les petits. »
Voir programme :

http://www.essonne.fr/fileadmin/sports_loisirs/Archives_departementales_2009/pdfs/Flyer_portes_ouvertes_archives.pdf

*

Poster un commentaire

Classé dans AD en ligne, Archives

Citation (11) – 8 novembre 1793

« O liberté ! Que de crimes on commet en ton nom ! »

Parole prononcée par Mme Rolland avant de monter à l’échafaud, le 8 novembre 1793, alors qu’elle passait devant la statue de la liberté.

Procès de Madame Roland – Devant le tribunal révolutionnaire – 18 brumaire an II – 8 novembre 1793 – (document extrait de l’ouvrage de Wallon, « Histoire du tribunal révolutionnaire »).

Lire sur la page :

http://ledroitcriminel.free.fr/le_phenomene_criminel/crimes_et_proces_celebres/mme_roland.htm

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Citation, Histoire

Sélection d’articles dans la presse

*

Patrimoine numérique : Frédéric Mitterrand réclame une quote-part dans le grand emprunt national

Source : http://www.itespresso.fr

Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, souhaite qu’une enveloppe de 750 millions d’euros soit réservée à ce volet dans un contexte de tensions entre les éditeurs français et Google.

Une quote-part dans le grand emprunt national

~~~~~~~~~

Internet, une mémoire dangereuse ?

Source : AgoraVox

EH : Ce n’est pas le président de l’INA qui a mis ses archives en ligne en essayant d’avoir une vraie stratégie sur le Net qui va le critiquer. …

http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/internet-une-memoire-dangereuse-63987

 ~~~~~~~~~

 « Faites attention à ce que vous postez sur Facebook ! »

Source : DijonScope

La mémoire toujours vive d’Internet

~~~~~~~~~

La France ouvre ses archives diplomatiques

Archives_diplomatiques_sur_la_chute_du_mur_de_Berlin

~~~~~~~~~

et pour terminer une information pour les Val-de-Marnais :

La campagne de vaccination, collective, facultative et gratuite, contre le virus de la grippe A H1NI a débuté le jeudi 12 novembre sur le département (94) comme au niveau national.

En savoir plus

Pour télécharger le pdf des lieux et des horaires de vaccination :

val-de-marne.pref.gouv/les_centres_de_vaccination dans le 94

ou

http://www.cdoi94.com/resources/Tableaux+des+centres+de+vaccination+7.10.09.pdf

Pour Maisons Alfort, rendez-vous

Pôle culturel – Salle de Convivialité – Parvis des arts à Alfortville (94 140)

Mardi et Jeudi de 13h à 19h

~~~~~~~~~

 Sans oublier : La page détente du CGMA

 *

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Presse

1990-2009

*

1990-2009 Les 10 événements qui ont marqué le web

*

Poster un commentaire

Classé dans A lire

Un nouveau site culture.fr

Article paru sur le blog de la FFG

L’apparence du site de l’actualité culturelle du Ministère de la Culture et de la Communication a été modifié. Il s’est refait une beauté avec une nouvelle charte graphique, une nouvelle…

Pour lire la suite cliquez ici

Ne manquez pas l’indispensable, l’onglet généalogie

http://www.culture.fr/fr/sections/collections/genealogie

*

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Blogs de généalogie

Bon anniversaire

Le 22 novembre 1997

 Il y a 12 ans le CGMA était créé, le Journal officiel en ligne permet de retrouver les informations suivantes sur les Associations : 

journal-officiel.gouv.fr/association/CGMA

No d’annonce : 2156

Paru le : 22/11/1997

Association : CERCLE GENEALOGIQUE DE MAISONS-ALFORT.

No de parution : 19970047

Département (Région) : Val-de-Marne (Île-de-France)

Lieu parution : Déclaration à la préfecture du Val-de-Marne.

Type d’annonce : ASSOCIATION/CREATION

 ********

A votre tour de retrouver l’annonce de la création de votre association :

http://www.journal-officiel.gouv.fr/association/index.php

10 Commentaires

Classé dans Anecdotes

Créteil, quelques pages d’histoire

Le plus ancien document relatif à Créteil est le diplôme, daté du 24 avril de l’an 900 au Palais de Verberie, par lequel l’empereur Charles le Simple confirme la donation faite à l’église Saint-Christophe par le vicomte de Paris, Grimoard.

Agoard et Aglibert : Les reliques des martyrs cristoliens, conservés dans la cryte de l’église, sont lobet de nombreux pélérinages, attestés dès 1379 ; une conférie se fonde, en leur honneur, en 1672, et subsiste jusqu’à la fin du XIXe siècle. Les Festivités locales – processions et jeux d’ivers, «  »fête de Créteil » » – se déroulent en toute ancienneté les deux dimanches qui suivent la fête des Martyrs, fixée au 24 ou 25 juin.

La dédicace de l’Eglise (1462) : « Très révérend Père dans le Christ, Monseigneur Guillaume, évêque de Paris, a dédicacé l’église de Saint-Christophe de Créteil, au diocèse de Paris, le mardi 20 avril, 3e férie après Pâques en l’année du Seigneur 1462. Et là, après la dédicace, devant une assemblée abondante de clercs et de laïcs tant hommes que femmees, il a visité les chasses des saint Agoard et Aglibert, martyrs, qui se trouvent en cette église et il a replacé lui-même leurs reliques dans ces mêmes chasses, sous les yeux de tous les assistants emplis de dévotion et louant Dieu, l’an et le jour susdits. Denis, sous-cahntre indigne de l’église de Paris. »

Extraits de « Images de Créteil – Aperçu Historique »  par Madeleine Jurgens

Et le site de la commune de Créteil :

http://www.ville-creteil.fr/cv/cv-dc-fiche-histville.htm

Poster un commentaire

Classé dans Histoire locale, Val de Marne

Créteil – Aimable PAPAUME

19 novembre 1884

Aimable PAPAUME (journaliste, écrivain) élu maire jusqu’en 1885
Le maire explique qu’il y aurait « la plus grande utilité pour donner l’instruction pratique aux enfants de la commune, de former un musée scolaire, comme l’on fait de nombreuses communes de France. On arriverait en très peu de temps, par dons, échanges et avec une très faible dépense, à constituer des collections qui auraient une véritable valeur et rendrait incontestablement les plus grands services ».
(AM délibération du conseil municipal D1/11)
Le bureau de poste se situe au 79, Grande-Rue, en 1868, il était au n°55.

Pour en savoir plus, lire la page du site de la commune de Créteil :

Chronologie : de 1871 à 1899

http://www.ville-creteil.fr/cv/cv-dc-chronogene-1871-1899.htm

Poster un commentaire

Classé dans Histoire locale, Personnalité, Val de Marne

Mots-valises généalogiques (4)

  Prenons quelques instants de détente.
   
  Un mot-valise est un néologisme formé par la fusion d’au moins
  deux autres mots existant dans la langue.
   
  Un des mots-valises les plus cités est « franglais », de français et anglais 
   
  Un site à consulter pour mieux comprendre ce que sont les mots-valises
  http://pagesperso-orange.fr/alain.crehange/frmotsval.html
   
   
  Voici quelques mots-valises composés par le CGMA :
   
  Dombilical
  Né un dimanche. Dont on a coupé le cordon ombilical un dimanche.
   
  Généralogiste
  Général passionné de généalogie
   
  Génhéraldiste
  Général passionné d’héraldique, la science des blasons.
   
   
  Lecteurs et aussi auteurs de mots-valises généalogiques
  proposez nous vos créations, elles paraîtront sur notre blog.
   
  A suivre

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Episodes, Vocabulaire

Presse : des nouvelles de Suisse

*

«Les Archives traitent et mettent en valeur tout type de fonds»

Lire la suite de l’article sur :

Le Courrier de Genève : Les Archives …

*

Poster un commentaire

Classé dans Archives, Presse

Soutenez la généalogie libre !

Soutenez la Généalogie Libre !

Les organisations signataires de l’Appel

Dans la lettre Geneanet du 13 novembre :

« Ce sont plus de 60 organisations et plus de 20 000 personnes qui ont signé cet appel. »

***

13 novembre : 21000 signatures

 

Poster un commentaire

Classé dans Archives

Monument aux morts de Maisons-Alfort (4) Les prénoms retrouvés

 A ce jour 330 prénoms ont été retrouvés par les adhérents du C.G.M.A.

1 Abraham Ernest   166 Gilbert Ernest
2 Achard Maurice   167 Girard Philippe
3 Adam Gaston   168 Girodit Marius
4 Adam Paul   169 Girodot Marcel
5 Allain Emile   170 Gobin Alphonse
6 Amis Maurice   171 Gorge Jean
7 Arrault Marie   172 Gorge Jean-Baptiste
8 Auger Auguste Jean   173 Gouverneur Gaston
9 Auton Henri   174 Granger Henri
10 Auton Léon   175 Grasse Eugène
11 Ayard Victor   176 Grimault Auguste
12 Baccala René   177 Guarino Louis
13 Bain Léon   178 Guiffard Maxime
14 Balabaud René   179 Guillemain Fernand
15 Balland Francisque   180 Guttin Jules
16 Barilleau Henri   181 Guyou Marcel
17 Barlier Emile Ernest   182 Hamlet Auguste Louis Adrien
18 Baucal Pierre   183 Hergault Paul
19 Baudry Clément André   184 Horus André
20 Baudry Jean   185 Houchot René
21 Bazin Charles   186 Huet Clément
22 Bergeot Henri   187 Jacquard Ernest
23 Bernadat Pierre   188 Jarry Paul
24 Bernard André   189 Jeuilly Abel
25 Bernet Louis   190 Jolly Henri
26 Berthe Richard   191 Jolly Jean
27 Berthout Maurice   192 Jouanneau Auguste
28 Bertrand Cyprien   193 Klein Edmond
29 Bertrand Henri   194 Laboeuf Jean-Baptiste
30 Bezancon Narcisse   195 Labussière Martial
31 Bichaud François   196 Lacan Francisque
32 Bigot François   197 Lacaze Firmin
33 Bily Jean   198 Lafont Paul
34 Blanchard Ernest   199 Laforest Alphonse
35 Blandet Félix   200 Laget Fernand
36 Bligny Auguste   201 Laget Maurice
37 Blinet Jean   202 Lagneau Jean
38 Boissard René   203 Lagrue Emile
39 Bonnereau Henri   204 Lallemand Louis
40 Bonnet Maurice Pierre Henri   205 Lanber Ernest
41 Borgard Alexandre   206 Langin Emile
42 Boucher Jean   207 Lapointe Paul Maurice Louis
43 Bouclet Fernand   208 Larcher Léon
44 Boule Gaston   209 Laÿlle Edouard
45 Boulitreau Paul   210 Lebeau Georges
46 Boulland Emile   211 Lebeau Socrate
47 Boulleray Félix   212 Lebois François
48 Bourbon Louis   213 Lechat Eugène
49 Bourdon Raymond   214 Lefrère Louis
50 Bourguigne René   215 Legrand Albert Auguste
51 Bousquet Gaston   216 Lelièvre Fernand
52 Boutin Maurice   217 Lenfant Emile
53 Bouvard Louis   218 Lepagnez René
54 Bouyer Pierre   219 Leprovost Gustave
55 Bouyssou Henri   220 Leprovost Louis
56 Boyer Charles   221 Leroux Charles
57 Brisset Arthur   222 Leton Jules Armand
58 Brochier Auguste   223 Lévy Edmond
59 Bruneel Eugène   224 Loret René
60 Bussiere Léonard   225 Lormier François Louis
61 Caïen René   226 Lory Victor
62 Cailleux Marcel   227 Lozac’h Louis
63 Campergue Hyppolite   228 Madelénat Léon
64 Carmoin Auguste   229 Mader Jean
65 Caron Georges   230 Magnier Léandre
66 Chagniat Charles   231 Magniny Paul
67 Chamereau Robert   232 Malcoiffe Lazare
68 Chaudé Hector   233 Manceau Jean
69 Chauffeté Albert   234 Manier Alfred
70 Chauffeté Henri   235 Marchandon Louis
71 Chauveau Léon   236 Marconet Emile Antoine
72 Cheminant Maurice   237 Marin Louis
73 Chertemps Abel   238 Marsillac Giraud
74 Chopin Marcel   239 Mary Julien
75 Clavière Charles   240 Mazeng Edouard
76 Clousier André   241 Merdernach Georges
77 Colson Marcel   242 Migeot Pierre
78 Corbel François   243 Milon Hector
79 Corbet Séraphin   244 Moesis Eugène
80 Corroy Joseph   245 Mondeme François
81 Cossevin André   246 Morle Camille
82 Cotard Louis   247 Mottereau Henri
83 Coulaud Henri   248 Névraumont André
84 Courmont Charles   249 Noel Barthélémy
85 Cournol Charles   250 Noel Jean
86 Couton Félix   251 Normand Henri
87 Cretenet Marcel   252 Nottret René
88 Cros Jean   253 Orleac Bernard
89 Croutte Victor   254 Paccaud Jacques
90 Cuénin Robert   255 Panne Maxime
91 Cuillière Charles   256 Pare Henri
92 Cuny Charles   257 Parent Joseph
93 Daboust Alexandre   258 Paris Edmond
94 Danet Jean   259 Péchin Pierre
95 Dangis Julien   260 Peigne Achille
96 Dasnières Jean   261 Pellegrin Achille
97 David Louis   262 Perges André
98 David Louis Emile   263 Perini Christophe
99 Dechez Antoine   264 Petiot Edmée
100 Defait Marcel   265 Petit Alfred
101 Delafosse Théodore   266 Petitcolin Maurice
102 Delagneau Paul   267 Pinardon Paul
103 Delamotte Henri   268 Pinglin Louis
104 Delas Maximilien   269 Pommeret Octave Armand
105 Delion Lucien   270 Pommier Henri
106 Delom Antoine   271 Porcheret Jean-Baptiste
107 Demarest Henri   272 Porcherot Henri
108 De Montreal Gaston   273 Porion Louis
109 Denis Louis   274 Poulain Georges
110 Dennery André   275 Prévost Georges
111 De Sagnat Benjamin   276 Prévost Marcel
112 De Saint-Jean François   277 Prudhomme Victor
113 Desgranges Lucien   278 Pucel Edgar
114 Devaux Louis   279 Rapoutet Pierre
115 Die Georges   280 Rasse Fernand
116 Dizien Maurice   281 Rasse Lucien
117 Drouard Eugène   282 Rateau Jean
118 Dubeau Paul   283 Rattier Arsène
119 Dubost Adolphe   284 Rege André
120 Duchène Arthur   285 Remacle Jean
121 Duclou Charles   286 Remoissenet Alfred
122 Ducourtioux Jean   287 René Eugène
123 Dudouit Fernand   288 Revel Albert
124 Dufour Hyacinthe   289 Richard Léandre
125 Duguet Lucien   290 Richard Rémond
126 Dunand Edmond   291 Richefou Maurice
127 Durieux Henri Joseph Hippolyte   292 Rieu Louis
128 Duroyaume Alfred   293 Riviere d’Aulnay Jean-Baptiste
129 Dutertre François   294 Roberti Charles
130 Duwime Achille   295 Rondet André
131 Eischen François   296 Roux Jules
132 Eloird Eugène   297 Rozier Marie Louis
133 Esnault Raoul   298 Ruhlmann Charles
134 Faber Marcel   299 Rullang Georges
135 Faivre Victor   300 Saintemarie Pierre
136 Fauveau Alfred   301 Saurel Louis
137 Felut Georges   302 Schareg Gustave
138 Fensche Gustave   303 Schareg Henri
139 Fillet Jules   304 Schareg Jean
140 Fillon Henri   305 Scherr François
141 Flahaux Richard   306 Schoeffer Emile
142 Flament André   307 Schoenmuller André
143 Fleuret Gaston   308 Schwein André
144 Fleuret Louis   309 Seguy Marcel
145 Floureous Victor   310 Seigner Gaston
146 Foëzon Alfred   311 Sicard Alfred Léon
147 Forin Michel   312 Simmer René
148 Fourcade Paul   313 Talon Francis
149 Franet Joseph   314 Tasso Louis
150 Fremineur Armand   315 Taupin Léon
151 Fresiers Henri   316 Téhet Henri
152 Fromentin Gustave   317 Télinge Jean
153 Gabereau Léon   318 Thomas Charles
154 Garcin Joseph   319 Thomas Jean
155 Garidel Eugène   320 Tissier Gabriel
156 Garnier Maxime   321 Trameau Henri
157 Gaudey Eugène   322 Treffé Eugène
158 Gauthier Ferdinand   323 Trotzier Charles
159 Gayraud Armand   324 Turlier Lucien
160 Gelissen Eugène   325 Vast Eugène
161 Genisson Jules   326 Veillard Fernand
162 Georgenthum Pierre   327 Ver Antoine
163 Gérasse Louis   328 Verpillot Fernand
164 Gibard Marien ?   329 Viaud Félix
165 Gibault Charles   330 Wantiez Emile

Poster un commentaire

Classé dans Episodes, Guerre 14-18, Maisons-Alfort