Archives mensuelles : septembre 2009

Le Magazine Life en ligne sur Google Livres

Life en ligne sur Google Livres

Des décennies de numéros du magazine Life ont été numérisés et publiés en ligne sur Google Livres. Les archives couvrent la publication régulière du magazine hebdomadaire, de 1936 à 1972 – soit plus de 1860 numéros en tout. Le magazine cessa d’être publié en 1972, puis fut ressuscité en 1978 sous forme de mensuel avant d’être retiré de nouveau de la circulation en 2000. De 2004 à 2007, Life réapparut une dernière fois en tant que supplément hebdomadaire pour journaux.

Parcourir tous les numéros

Poster un commentaire

Classé dans A lire

Archives de REIMS en ligne

Reims – Etat de la numérisation et projets 

 

Etat civil

Tables décennales :

Naissances décès 1792-An X/Mariages 1792-1822/Naissances An XI-1812/

Naissances 1813-1822/Naissances mariages décès 1823-1832/

Naissances mariages 1833-1842/Naissances 1843-1862/Mariages 1843-1852/

Naissances mariages décès 1853-1862/Naissances mariages décès 1863-1872/

Naissances mariages décès 1873-1882/Naissances mariages decès 1883-1892/

Naissances mariages décès 1893-1902

 

Registres d’état civil de Reims :

Naissances 1840-1880/Naissances mariages décès 1898-1908

 

Registres d’état civil de La Neuvillette :

Naissances mariages décès et tables décennales 1873-1902

Poster un commentaire

Classé dans AC en ligne, Archives, Archives Communales

En octobre en Ile-de-France

Quelques informations franciliennes

Un morceau de Tour Eiffel à vendre
Paris dépêches – Paris, Ile-de-France, France
et organisée par la Maison Lucien (Nogent-sur-Marne, 94). Le commissaire priseur y va fort : il proposera un escalier de la Tour Eiffel, une pièce d’origine

Festi’ Val de Marne
Le Figaro
Cette manifestation, qui fête sa 23e édition, est l’une des plus prisées des amateurs de musique. Outre quelques artistes consacrés comme Vincent Delerm, Grand Corps Malade, Juliette, Amadou & Mariam ou Dick Annegarn,

La RATP célèbre les 40 ans de la ligne A du RER
CTendance
Cette locomotive fera l’aller-retour entre les gares de Boissy-Saint-Léger et de Joinville le Pont cinq fois par jour, entre 10h et 17h. …  A l’occasion des quarante ans du premier tronçon du RER A entre Nation et Boissy-Saint-Léger, la RATP organise, les 10 et 11 octobre prochains, un week-end d’animations spéciales.

Autolib’, sur la bonne voie ?
Développement durable
On parle notamment de six communes qui devraient agrandir le cercle des intéressés : Levallois, Maisons-Alfort, Romainville, Rueil-Malmaison,

Quelques informations généalogiques

Samedi 10 octobre 2009 – Portes ouvertes à Melun

Cercle de Généalogie et d’Héraldique de Seine-et-Marne

Antenne Généalogique Parisienne de l’Association Guillaume Mauran (Hautes-Pyrénées)

AGP-AGM (65) – L’Antenne Généalogique Parisienne de l’Association Guillaume Mauran vous invite à la réunion qui se tiendra : le samedi 3 octobre 2009 de 15 h 00 à 18 h 00 à la librairie de la Voûte,  24, rue de La Voûte 75012 Paris

http://www.genefede.org/docs/divers/flash154.pdf

17 octobre – Journée portes ouvertes à la FFG – Tour Essor à Pantin

Les antennes franciliennes du Cercle généalogique de Touraine, du Haut-Berry, du Loir et Cher, de la Charente, de la Marche et le Limousin, de l’Auvergne, de la Franche-Comté, de l’EGMT ainsi que du Loiret Généalogique, du Cercle généalogique Poitevin (à confirmer) et d’Italie (Racines Italiennes) recevront les visiteurs intéressés par les recherches dans ces régions. Ils leur donneront des renseignements sur les recherches et leurs bases de données.

Revue française de généalogie : sortie du numéro d’octobre
GénéInfos – France
les astuces généalogiques de Jean-Louis Beaucarnot, les conseils de paléographie de Gabriel Audisio et la particularité des médailles de réservistes

Quelques liens généalogiques

Liste des Directions Départementales des Anciens Combattants par région

Sur le forum Geneanet

http://www.france-pittoresque.com/metiers/54.htm

Les Monnayeurs

Sous-séries 6 P et 7 P – Inscription maritime, 1750-1950

Archives départementales de la Seine Maritime

Les Archives en ligne

gillesdubois.blogspot

Et quelques blogs franciliens de généalogie

http://blog.cgep93.org/  Seine-Saint-Denis

http://genealogie92.over-blog.com/  Généalogie 92

https://cgma.wordpress.com/ Cercle Généalogique de Maisons-Alfort (94)

http://www.idf-genealogie.org/ Cercles généalogiques d’Ile de France

Poster un commentaire

Classé dans infos, Val de Marne

Fastes de la Légion d’Honneur (2) Philibert CHABERT

gallica.bnf.fr – Fastes de la LH

CHABERT Philibert  (1737-1814)

Professeur et Directeur de l’Ecole d’Alfort. Inspecteur Général des Ecoles Vétérinaires.

Voir les pages 64 et 65

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k39279k.image.r=chabert.f136.langFR

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k39279k.image.r=chabert.f137.langFR

CHABERT (Philibert), naquit à Lyon, le 6 janvier 1737. Fils d’un maréchal ferrant, il ne reçut qu’une éducation fort incomplète ; cependant, par son zèle et son intelligence, il contribua plus que personne aux progrès de l’art vétérinaire en France. Il vient fort jeune à Paris, il acquit les connaissances les plus étendues dans cette partie. Attaché comme maréchal  aux équipages du Prince de Condé, il fit les guerres de Hanovre, et obtint à la paix de 1763, l’emploi de professeur à l’Ecole vétérinaire récemment établie à Lyon. BOURGELAT, qui en était le fondateur, remarqua bientôt le mérite de CHABERT, et le fit entrer à l’Ecole d’Alfort, où il remplit les fonctions de professeur de la maréchalerie, des maladie et des opérations : il fut ensuite nommé inspecteur des études et directeur de cet établissement, BOURGELAT l’associa à ses travaux, et ils publièrent, en 1770, un Traité des appareils et des bandages propres aux quadrupèdes, et en 1777, l’Essai théorique et pratique sur la ferrure.

Donc d’une infatigable, il entretenait une correspondance administrative et scientifique sans secrétaire, dirigeait les hôpitaux et répondait aux nombreuses consultations qui lui étaient adressés.

En 1780, CHABERT succéda à BOURGELAT dans la place d’inspecteur général des Ecoles royales vétérinaires, qu’il remplit avec distinction, et dans laquelle il rendit les plus importans. Il fut correspondant de la Société royale de médecine jusqu’à la suppression de ce corps savant. CHABERT demeura entièrement étranger aux débats orageux de la Révolution : néanmoins, il se vit incarcéré comme suspect pendant plusieurs mois.

Créé membre de la Légion d’Honneur le 26 frimaire an XII, et correspondant de l’Institut de France, il se livra plus que jamais à son art, et donna au public un assez grands nombre d’ouvrages sur l’éducation et les maladies des animaux domestiques. Plusieurs de ces ouvrages, en espagnol et en italien. La plupart ont été imprimés par ordre du gouvernement. M. HAZARD, son collaborateur et son ami, a prononcé sur sa tombe un discours qui donne une appréciation fidèle des services que CHABERT a rendu à la médecine vétérinaire. Il mourut à Alfort le 8 septembre 1814.

Son acte de décès sur :

https://cgma.wordpress.com/wp-admin/post.php?action=edit&post=833

Poster un commentaire

Classé dans Ecole Vétérinaire - ENVA, Episodes, Histoire, Maisons-Alfort, Personnalité, Textes découverts par les adhérents

Fastes de la Légion d’Honneur (1)

Avez-vous de lontains ancêtres qui ont eu la légion d’honneur ?

Oui : Alors, rendez-vous sur Gallica : 

gallica.bnf.fr – Fastes de la LH

Titre : Fastes de la légion-d’honneur : biographie de tous les décorés accompagnée de l’histoire législative et réglementaire de l’ordre. Tome 4 / par MM. Liévyns,…, Verdot,…, Bégat,…

Auteur : Liévyns, A.

Auteur : Verdot, Jean-Maurice

Auteur : Bégat, Pierre (1800-1882)

Éditeur : au bureau de l’Administration (Paris)

Date d’édition : 1844-1847

Sujet : France. Légion d’honneur — Histoire

Langue : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 5 vol. : portr. ; 27 cm

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k39279k

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb372738769/description

Provenance : bnf.fr

Thématique : Histoire de France

Prochain article sur les fastes de la Légion d’Honneur :

CHABERT Philibert  (1737-1814)

Professeur et Directeur de l’Ecole d’Alfort. Inspecteur Général des Ecoles Vétérinaires.

Voir les pages 64 et 65

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k39279k.image.r=chabert.f136.langFR

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k39279k.image.r=chabert.f137.langFR

Un livre découvert par Michèle. (Bonne fête aux Michel, Michèle etc)

Poster un commentaire

Classé dans Episodes, Histoire, Pistes, Textes découverts par les adhérents

MPLF – de 1952-1964 en AFRIQUE du NORD (2)

RECHERCHE DES MILITAIRES – Morts pour la France

Pendant la période 1952-1964 en AFRIQUE du NORD

*****

N°3 : RECHERCHES EN ILE DE FRANCE :

Pour faciliter nos recherches, nous avons demandé une autorisation au Procureur de la République. Après enquête de moralité nous l’avons obtenue pour un an, non renouvelable.

Sur les quatre années  à raison de deux sorties par semaine, nous avons parcouru les six autres départements en commençant par les plus proches. Les contacts avec les autres responsables départementaux de l’association furent laborieux. Un seul représentant nous accompagnant parfois.

Les jours et horaires d’ouverture des mairies nous ont posé problème. Elles n’ouvrent parfois que certains jours et pas avant 17 ou 18h. Nous rentrions souvent tard des mairies du fin fond de la Seine et Marne, du Val d’Oise ou de la Seine Saint Denis. Les journées étaient bien longues, mais nous ne sommes jamais rentrés bredouilles.

Nous avons voulu retrouver les tombes. Peu de morts pour la France sont inhumés dans le carré militaire.

Nous avons trouvé à Villepinte un corps qui en 35 ans a changé trois fois de sépulture (désir de la famille de conserver le corps dans le village ou un frère ou un parent proche habitait).

Des noms en double, des communes dans lesquelles les naissances ne figuraient pas, certains avaient élu domicile dans la commune où ils travaillaient, d’autres trop jeunes pour s’engager avaient choisi pour le faire la Suisse, la Belgique et les légionnaires qui s’engageaient sous des noms d’emprunt.

Nous avons visité les 6 cimetières parisiens.

Retrouver les  militaires engagés à la légion est plus facile. Ils figurent sur les registres de la mairie du 1er arrondissement de Paris. Pour leur patronyme c’est la galère. A ce jour leur nombre est de 2100. Combien sont français ? Seront-ils sur le Mémorial Nationale quai Branly ?

N°4 : RECHERCHES AUX ARCHIVES DEPARTEMENTALES :

Nous avons consulté aux archives départementales le journal officiel. Les noms des défunts sont répertoriés sous leur numéro d’appel sous les drapeaux, les deux derniers chiffres représentant le numéro du département. En 1964 les limites des départements de l’île de France ont été modifiées, cela a compliqué nos recherches.

Nous avons trouvé des femmes convoyeuses de l’air, infirmières.

Les informations recueillies nous ont permis de voir sur 2 années après la mort les nominations en grade (citations à l’ordre du régiment, à l’ordre de la Légion d’honneur pour les officiers), les promotions à un grade supérieur, et les retours sur le territoire en cercueil plombé.

N°5 : RECHERCHES DANS LES HOPITAUX :

Les recherches dans les hôpitaux Begin et Percy ont été infructueuses (aucune autorisation obtenue).

N°6 : RECHERCHES PAR UNITES :

Les membres du département du Loir et Cher ont fait des recherches par unités qui nous ont permis de retrouver plusieurs Morts pour la France.

Aujourd’hui les listes des morts de la Marine et de l’armée de l’air sont incomplètes. Pour notre Fédération le nombre de morts avoisine les 30000 soldats. Nous pensons savoir que la moitié de la population des harkis a été décimée.

N°7 : RECHERCHES DES FAMILLES :

Ce travail nous a permis en photographiant les sépultures et les plaques commémoratives de faire réparer les dégâts du temps, notamment dans le carré militaire de Thiais.  Certaines tombes n’ont plus de famille proche pour les entretenir.  

Beaucoup de nos compagnons décédés sont des gradés rappelés.

Au décès du soldat, les gendarmes venaient avec ménagement prévenir les familles. Lors du rapatriement du corps (en cercueil plombé) les officiers avaient droit aux honneurs. Ceux enterrés dans les carrés militaires le furent aux frais de l’état. Pour ce qui est du troupier ce fut différent. Les corps furent rendus aux familles sans leur préciser leurs droits. Dans l’ignorance celle-ci prirent une concession renouvelable à l’échéance de la durée (10, 20, 30 ans). Nous n’avons pu les retrouver, certaines n’ayant pas été renouvelées (familles disparues).

Nous recherchons également les Harkis. Certains ont eu une sépulture en France, d’autres sont retournés au pays aux frais de la famille.

N°8 : TRAVAIL DE MEMOIRE :

Ces guerres dans la guerre furent ALGEROS ALGERIENNE, FRANCO ALGERIENNE et FRANCO FRANÇAISE. On ne connaitra jamais le nombre réel des morts de ce conflit.

Nous continuerons notre œuvre de mémoire, jusqu’au dernier vivant de nos adhérents. Il est envisagé la création d’une fondation pour perpétuer leur mémoire.

En plus de la construction du Mémorial sur lequel sont inscrits les 267 Val de Marnais (natifs ou résidents), morts pour la France, nous allons poser un panneau en deux langues afin que les passants puissent le lire.

Nous avons déposé la liste de nos morts aux archives départementales et au Mémorial du GERS qui regroupe tous les morts de France.

Il fallait pour obtenir la mention appartenir à une unité combattante, avoir participé à une action de feu ou avoir effectué 90 jours de présence. Difficile de le prouver pour les vaguemestres, cuisiniers, ambulanciers. Ils montaient pourtant la garde faisaient les corvées d’eau et de bois. Quinze ne l’ont pas encore reçue, les circonstances de leur décès d’après l’armée n’étant pas compatibles

Nous recherchons les familles, un peu tardivement, certaines n’ont plus de descendant. Nous désirons éditer un  livre dans lequel une ou deux pages seront consacrées à la vie civile ou militaire du Mort pour la France. Pour acceptation des familles avant tout.

Dans le descriptif du mort sont inscrits les noms, prénoms, dates et lieux de naissance, de décès, de résidence, d’inhumation, de l’unité, du grade et de ses décorations.

Je ne peux que crier fortement à la mémoire de tous que VIVE LA PAIX.

AFN 02

Poster un commentaire

Classé dans Histoire, Val de Marne

MPLF – de 1952-1964 en AFRIQUE du NORD (1)

RECHERCHE DES MILITAIRES – Morts pour la France

Pendant la période 1952-1964 en AFRIQUE du NORD

*****

Sommaire :

N° 1 : La Fédération et la commission GAJE

N°2 : Recherches dans le Val de Marne

          A-      Sur les monuments aux morts

          B – Dans les cimetières

          C – Dans les mairies 

N°3 : Recherches en Ile de France

N°4 : Recherches aux archives départementales

N°5 : Recherches dans les Hôpitaux

N° 6 : Recherches par unités

N°7 : Recherches des familles

N°8 : Travail de mémoire

Un exposé fait par Claude ROUTIER lors d’une permanence du CGMA.

AFN 1

*****

N° 1 : LA FEDERATION ET LA COMMISSION GAJE :

Créée en pleine guerre d’Algérie, le 21 septembre 1958, la FNACA, Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algérie, Maroc et Tunisie, est l’association spécifique des anciens combattants en Afrique du Nord. Comme le stipule l’article 2 de ses statuts, elle est indépendante à l’égard des pouvoirs publics et de tout parti politique.

Elle regroupe à ce jour 371 121 adhérents rassemblés dans 3 560 comités locaux ou cantonaux. Peuvent adhérer tous ceux ayant pris part à la guerre d’Algérie, aux combats du Maroc et de Tunisie, leurs veuves, ascendants et orphelins ainsi que les pupilles de la Nation.

Elle est divisée en 6 commissions :

– revendication

– effectifs

– juridique

– GAJE (commission mémoire)

– mutuelle

– presse

Sur 43 communes

64 adhérents élus au comité départemental.

Seulement 12 représentants participent  à la commission  GAJE

Au sein de la Fédération, cette commission œuvre pour que la jeunesse puisse s’épanouir dans un monde où la paix restera acquise à jamais.

Composée d’une vingtaine de membres d’horizons les plus divers, ses relations permanentes et constructives avec la Direction du Patrimoine, de la Mémoire et des Archives du Secrétariat d’Etat aux Anciens Combattants ainsi qu’avec le Ministère de l’Education Nationale soulignent le crédit qu’il convient d’accorder à la mission de cette commission.

– Apporter aux jeunes, qui sont l’avenir de la France, les chaînons essentiels de la mémoire, le message d’une génération qui a subi un passé douloureux et veut pour les générations montantes, bâtir un avenir de paix, de compréhension, de fraternité. Sensibiliser la jeunesse sur un problème si déterminant pour son avenir.

– œuvrer pour un enseignement correct de la Guerre d’Algérie désormais aux programmes des classes de Terminales, 3ème et CM2.

– rendre hommage aux 30 000 soldats français morts ainsi qu’aux victimes civiles de la Guerre d’Algérie, des combats de Tunisie et du Maroc.
C’est le sens de notre action pour l’institution par l’Etat d’une Journée Nationale du Souvenir et du Recueillement le 19 mars : « Se souvenir pour préserver l’avenir« .

(source : http://www.fnaca.org/page.asp?IDPAGE=298)

Dans le Val de Marne, deux  membres se sont  consacrés depuis le début 1990 à la recherche des Morts pour la France (MPLF). D’autres ont choisi la présentation de l’exposition, la presse pour la rédaction des articles, ou  la recherche des unités et des photos des lieux de conflits.

Un membre architecte s’est occupé de la conception et de la réalisation d’un mémorial situé devant la préfecture.

Tous des bénévoles !

N°2 : RECHERCHES DANS LE VAL DE MARNE :

        A – SUR LES MONUMENTS AUX MORTS :

Nous avons commencé par étudier nos propres communes, en recensant les personnes inscrites nées entre 1928 et 1942. Les morts en Indochine étaient inscrits sous ceux de la deuxième guerre mondiale. Dans un deuxième temps nous avons incorporé les militaires de carrière et les cadres rappelés de la deuxième réserve (beaucoup de pertes dans l’encadrement pendant ce conflit)

       B – DANS LES CIMETIERES :

La recherche fut laborieuse. Les morts pour la France enterrés dans les tombes familiales, n’étaient pas répertoriés. Nous avons visité chaque division en notant l’allée et le numéro dans l’alignement et vérifié s’il venait d’Afrique du Nord.

Deux conservatrices ont été très compréhensives (Thiais et Bagneux)

      C-  DANS LES MAIRIES :

Certains chefs de service de l’état civil nous ont refusé l’entrée de leur bureau.

Dans un premier temps, la fastidieuse lecture page à page, nous a déconcertés. Dans un second temps nous avons consulté en fin de registres la liste des transcriptions venant d’Afrique du Nord.

La rédaction était différente selon la commune du lieu de décès. La mention Mort pour la France qui devait être en marge de l’acte était dans certains cas dans la description du décès sans guillemets et parfois écrite en petits caractères.

Merci Claude – A suivre

Poster un commentaire

Classé dans Histoire, Val de Marne

Taurau Marty

 Taurau Image
Je naquis le 3 juin 1840 à Jû-Belloc, aux
étables du Général Noguès – descendant, après dix
générations, des races Suisse et Bretonne, mes
cornets se relevant comme ceux de ma mère, et
une tâche blanche dessous le ventre, confirment
mon origine – mon gardien me monte ainsi
qu’on monte un cheval, je traîne le tombereau
avec le harnais de ce dernier, herse au scarification
et butte pommes de terre et maïs.
Exempt de caprices, anciennement méchant,
grâces au frein attaché au cartilage du nazeau,
on me caresse, on me donne des friandises ;
                                            Pour le 28 juin 1842.
                                                   A Plaisance, Gers
 
 
Depuis que je f…e j’ai gagné vingt francs, mais
j’ai couté plus de deux cents francs en nourriture et
foins. Il est vrai que mon fumier est un
grand dédommagement, depuis surtout que les
hommes commencent à comprendre la grande
utilité des engrais.
Sur la somme que j’ai gagné, mon  gardien, a reçu
cinq francs pour sa part, c’est bien peu de chose,
car il me prodigue toutes sortes de foins.
 
Texte retrouvé par Joël
Archives familiales
Ju-Belloc (Gers)

 

Texte trouvé par Joël-007

Poster un commentaire

Classé dans Adhérents, Anecdotes, Textes découverts par les adhérents

Les pigeons-voyageurs durant le siège de Paris

Les pigeons-voyageurs durant le siège de Paris (Septembre 1870 – Janvier 1871)

   Au cours de mes recherches sur internet, je suis tombée sur un recueil intéressant, qui contient les dépêches télégraphiques reproduites par la photographie, adressées de la province à Paris, au moyen des pigeons-voyageurs durant le siège de la capitale.

   Si vous aviez des ancêtres à Paris à cette époque, peut-être trouverez-vous sur ce site (Gallica) des copies de leurs messages…

   Il suffit de taper le patronyme souhaité et les numéros des pages concernées s’affichent.

Les messages sont écrits en style télégraphique, mais sont émouvants car on sent l’inquiétude des familles séparées, les soucis du quotidien qui sont là, malgré tout.

   Ce système de communication était assez aléatoire (sur 300 pigeons envoyés à Paris, environ 50 y parvenaient), mais c’était un lien, même ténu.

   Certains messages signalent que les Prussiens approchent (de Rouen, par exemple) et une femme demande, à son mari probablement : Valentin malade, plus d’argent, les Prussiens arrivent, que faire ?… On peut imaginer l’angoisse de part et d’autre.

 Ces message fournissent également des renseignements concernant :

–          l’adresse du destinataire à Paris, qui est indiquée

–          la ville de province où est réfugiée la famille exilée

   Pour ma part, j’ai retrouvé quelques messages concernant des ancêtres, je vous en souhaite autant !

   Bonnes recherches, Sylvie R 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5499951n.image.r=depeches+telegraphiques.f12.langFR

Ou plus explicitement : gallica bnf. dépêches télégraphiques

1 commentaire

Classé dans A lire, Histoire, Textes découverts par les adhérents

2013, le Grand Paris des Archives Nationales.

Le monde des Archives vient de connaître deux évènements majeurs ce mois-ci.

D’abord la pose de la première pierre du nouveau bâtiment des Archives nationales de France à Pierrefitte-sur-Seine, le vendredi 11 septembre 2009 par le Premier ministre François Fillon et le ministre de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand, puis l’inauguration à Fontainebleau de l’exposition « 40 ans de mémoire contemporaine », le vendredi 18 septembre par la Directrice des Archives de France Martine de Boisdeffre.

lire l’article complet sur le blog de la F.F.G :

http://leblog-ffg.over-blog.org/article-36259936.html

Tous les articles du blog de la F.F.G. : http://leblog-ffg.over-blog.org/

Poster un commentaire

Classé dans Archives

L’homme semence

Voici une histoire extraordinaire. Elle se déroule dans un petit hameau des Basses Alpes. Cette histoire est écrite par Violette Ailhaud qui a 84 ans en 1919.

Voici le résumé de la quatrième page de couverture du petit livre qui nous narre cette histoire.

En 1852, Violette a 16 ans, elle est promise à Martin lorsque brutalement son village est privé de tous ses hommes par la répression qui suit le soulèvement républicain de décembre 1851. Deux ans passent dans un isolement total. Entre femmes, serment est fait que si un homme vient, il sera le mari commun, afin que la vie continue dans le ventre de chacune.

« ça vient du fond de la vallée. Bien avant que ça passe le gué de la rivière, que l’ombre tranche, en un long clin d’œil, le brillant entre les iscles*, nous savons que c’est un homme. Nos corps vides, de femmes sans mari, se sont mis à résonner d’une façon qui ne trompe pas. Nos bras fatigués s’arrêtent tous ensemble d’amonteiller** le foin. Nous nous regardons et chacune se souvient du serment. Nos mains s’empoignent et nos doigts se serrent à en craquer les jointures : notre rêve est en marche, glaçant d’effroi et brûlant de désir. »
En 1952 une jeune fille de 24 ans reçoit une lettre faisant partie de la succession d’une de ses ancêtres. Le notaire devait remettre cette lettre à l’aîné des descendantes féminines de Violette  âgées entre 15 et 30 ans. J’imagine la surprise de cette jeune femme en prenant connaissance de cette lettre.

Ce petit livre ne comporte que 40 pages, et il est plein de tendresse, plein d’amitié, plein d’amour.

Continuer à donner la vie, mais à quel prix.

*iscles :petits bancs de sable qui forment comme des petites îles au milieu d’une rivière.
**amonteiller :ramasser ou entasser le foin !

Pour connaître la suite, on peut se procurer ce petit livre auprès de l’éditeur : éditions parole 83630 Bauduen 04 94 80 76 58.

Merci à Georges d’avoir signalé cette histoire sur un des groupes d’entraide.
Une pièce de théâtre a été écrite à partir de ce récit

http://www.visitvar.fr/provence-cote-azur/fiche.aspx?idPrestationTif=19942

Vendredi 9, Samedi 10 et Dimanche 11 octobre 2009 : Bd Clémenceau   83300 DRAGUIGNAN

Article proposé par Brigitte.

1 commentaire

Classé dans A lire, Anecdotes, Textes découverts par les adhérents

AD 37 – Indre-et-Loire – Bientôt en ligne

http://cg37.oxyd.net/

Déjà consultables en ligne :
– Cartes postales de Touraine
– Tables décennales de l’état civil
– Tables des successions et absences de l’enregistrement
– Répertoires alphabétiques des registres matricules
 
Déjà consultables en salle de lecture et … bientôt en ligne !

Cadastre napoléonien

Listes nominatives des recensements de population

*******

Retrouvez tous les articles du blog sur les Archives départementales en ligne

2 Commentaires

Classé dans AD en ligne, Archives Départementales

AD 01 – AIN – En ligne les TD … de A à J

Les archives de l’Ain sur Internet, ouvertes depuis 2007, vont évoluer avec l’arrivée de nouveaux fonds, déjà numérisés ou en cours de numérisation : les tables décennales, des compléments des registres paroissiaux et d’état civil, des compléments des recensements de population, des fonds photographiques…

Les ajouts devraient s’étaler sur l’ensemble de l’année 2009.

Les tables décennales sont mises partiellement en ligne pour les communes de A à J … à suivre

Archives numérisées des TD de l’Ain

Consultez régulièrement le site pour découvrir les nouveautés !

 A   C   D 
 Amareins   Ceignes   Dagneux 
 Ambérieu-en-Bugey   Cerdon   Divonne-les-Bains 
 Ambérieux-en-Dombes   Certines   Dommartin 
 Ambléon   Cesseins   Dompierre-sur-Chalaronne 
 Ambronay   Cessy   Dompierre-sur-Veyle 
 Ambutrix   Ceyzériat   Domsure 
 Andert et Condon   Ceyzérieu   Dortan 
 Anglefort   Chalamont   Douvres 
 Apremont   Chaleins   Drom 
 Aranc   Chaley   Druillat
 Arandas   Challes   E 
 Arbent   Challex   Echallon 
 Arbignieu   Champagne-en-Valromey   Echenevex 
 Arbigny   Champdor   Etables-Ceignes 
 Argis   Champfromier-Evuaz   Etrez 
 Arlod   Chanay   Evosges
 Armix   Chaneins   
 Arnans   Chanoz-Chatenay   Faramans 
 Ars-sur-Formans   Charancin   Fareins 
 Artemare   Charix   Farges 
 Asnières-sur-Saône   Charnoz   Feillens 
 Attignat  Château-Gaillard   Ferney-Voltaire 
 B   Châtenay   Fitignieu 
 Bâgé-la-Ville   Châtillon-en-Michaille   Flaxieu 
 Bâgé-le-Châtel   Châtillon-la-Palud   Foissiat 
 Balan   Châtillon-sur-Chalaronne   Forens 
 Baneins   Chavannes-sur-Reyssouze   Francheleins 
 Beaupont   Chavannes-sur-Suran   Frans
 Beauregard   Chaveyriat   G 
 Beligneux   Chavornay   
 Bellegarde-sur-Valserine   Chazey-Bons   I 
 Belley   Chazey-sur-Ain   Illiat 
 Belleydoux   Cheignieu-la-Balme   Injoux 
 Bellignat   Chevillard   Innimond 
 Belmont   Chevroux   Izenave 
 Benonces   Chevry   Izernore 
 Beny   Chezery-Forens   Izieu
 Béon   Civrieux   J 
 Bettant   Cize   Jassans-Riottier 
 Bey   Cleyzieu   Jasseron 
 Beynost   Coligny   Jayat 
 Beyreziat   Collonges   Journans 
 Billiat   Colomieu   Joyeux 
 Birieux   Conand   Jujurieux
 Biziat   Condamine-la-Doye   
 Blyes   Condeissiat 
 Bohas   Confort   
 Boissey   Confrançon   
 Bolozon   Contrevoz   
 Bouligneux   Conzieu   
 Bourg-en-Bresse   Corbonod   
 Bourg-Saint-Christophe   Corcelles   
 Bouvent   Cordieux   
 Boyeux-Saint-Jérôme   Corlier   
 Boz   Cormaranche-en-Bugey   
 Bregnier-Cordon   Cormoranche-sur-Saône   
 Brenaz   Cormoz   
 Brenod   Corveissiat   
 Brens   Coupy   
 Bressoles   Courmangoux   
 Brion   Courtes   
 Briord   Crans   
 Buellas  Cras-sur-Reyssouze   
   Craz-en-Michaille   
   Crépieux-la-Pape   
   Cressin-Rochefort   
   Crottet   
   Crozet   
   Cruzille-les-Mépillat   
   Cuisiat   
   Culoz   
   Curciat-Dongalon   
   Curtafond   
   Cuzieu  A suivre

*******

Retrouvez tous les articles du blog sur les Archives départementales en ligne

2 Commentaires

Classé dans AD en ligne, Archives Départementales

AD 89 : Les archives de l’Yonne en ligne

Registres paroissiaux et de l’état civil

Les archives départementales de l’Yonne proposent dans cette section la consultation de plus de 2,5 millions d’images d’actes paroissiaux et de l’état civil des communes du département.

http://archivesenligne.yonne-archives.fr/

*******

Retrouvez tous les articles sur les Archives départementales en ligne

Consultez le mode d’emploi détaillé sur :

http://blog.geneanet.org/index.php/post/2009/09/Les-archives-de-lYonne-sont-en-ligne.html

Consultez également l’article suivant, pour retrouver un ancêtre :

Nés dans l’Yonne (89) , décédés à Alfortville (94)

*

11 Commentaires

Classé dans AD en ligne, Archives, Archives Départementales

Définitions généalogiques datant de 1811 (1)

 Retour en 1811 : voici quelques définitions, qui peuvent nous étonner, de mots qui nous sont familiers.

     
    Extraits du GRAND DICTIONNAIRE François-Italien
    par l’Abbé D’Alberti de Villeneuve – Tome premier
    M.DCCC.XI   (1811)
     
Accousiner v.a. v.a. Appeler quelqu’un du nom de cousin
     
Adopter v.a. v.a. Choisir quelqu’un pour fils, le faire entrer dans tous les droits et dans toutes les obligations d’un véritable fils. Ce qui n’étoit en usage que chez les Romains.
     
Adultère s.m. s.m. Violement de la foi conjugale. Celui ou celle qui viole la foi conjugale.
adj. Il ne se dit guère qu’en parlant des femmes qui vilent la foi conjugale.
     
Affinité s.m. s.m. Alliance, degré de proximité que le mariage acquiert à un homme avec les parens de sa femme, et à une femme avec ceux de son mari.
     
Agnat s.m. s.m. Terme de Droit. On appelle agnats les collatéraux descendans par mâles d’une même souche masculine.
     
Aïeul s.m. s.m. Grand-père. Aïeul paternel et aïeul maternel. Au pluriel ont dit Aïeuls, quand on veut désigner précisément le grand-père paternel et le maternel. Hors delà on dit Aïeux, pour signifier tous ceux dont on descend. Aïeul n’a point de composé au-delà de ceux de bisaïeul et trisaïeul; et quand on parle de degré qui sont au-dessus, on dit, quatrième Aïeul, cinquième Aïeul, etc.
     
Aïné s.m. s.m. Le premier né des enfans du même père ou de la même mère. Il se dit d’un second enfant à l’égard d’un troisième et autres.
     
Aïnesse s.m. s.m. Primogéniture, priorité d’âge entre frères et soeurs Il n’a guère d’usage qu’en cette phrase : Droit d’aïnesse.
     
Allié s.m. s.m. Celui qui est joint à un autre par affinité; parent.
     
    A – suivre

Poster un commentaire

Classé dans Anecdotes, Episodes, Vocabulaire

AD 62 – Le Pas-de-Calais en ligne

Rendez vous sur

http://www.archinoe.net/cg62/accueil.php

Archives en ligne :

 
  Tables décennales de l’état civil
  Recensements de population
  Recrutement militaire
  Plans cadastraux
  Recherche par communes

 

Retrouvez tous les articles sur les Archives départementales en ligne 

Poster un commentaire

Classé dans AD en ligne, Archives, Archives Départementales

1885 : Comment on peut voyager en Perse

 A TRAVERS LE MONDE

 De Fr. Houssay – 1895 (Gallica)

Comment on peut voyager en Perse 

BUDGET DU VOYAGE D’EUROPE EN PERSE

   Il est préférable d’atteindre la Perse par le nord plutôt que par le sud, car les régions septentrionales doivent au séjour du gouvernement et au voisinage de la Russie d’être moins dépourvues que les autres, plus fréquentées des Européens, et l’on aura ainsi une initiation graduelle. Les indicateurs donneront le règlement et le prix du voyage par Constantinople, Poli, Bakou et Recht. A Recht la caravane commence.

LA MONNAIE ET LE TRAIN DE VIE

    La première chose à faire étant de mettre la main à la poche, traitons la question de numéraire. Bien que théoriquement il y ait double étalon : le toman d’or (10 krans) et le kran d’argent (valeur suivant le change, de 50 cent. à 1 fr.), en pratique on ne trouve que des pièces d’argent de 1 kran ou de bronze (chaï et poul) – poul s’emploie également pour désigner la monnaie en général. Il faut apporter avec soi une petite somme en or et le reste en billets de la banque de France ou en chèques d’une grosse maison universellement connue comme la maison Rothschild. On pourra changer dans les principales villes auprès des négociants arméniens ou européens ce papier, qu’ils apprécient fort pour leurs envois d’argent et dont ils donneront un taux plus élevé que pour l’or même. On n’aura donc à transporter en monnaie d’argent que ce qu’il faut pour aller de Recht à Téhéran, de Téhéran à Ispahan, d’Ispahan à Chiraz, et de Chiraz à Bouchir ; malgré cela on se verra encombré de quelques sacs qu’il importe de ne confier à personne et d’introduire en des malles fermant à clé.

   On sera peut-être aussi fort contrit au début de se voir refuser comme fausses un quart environ des pièces qu’on aura emportées ; il n’y a pas à se tourmenter de cela ‘pas plus d’ailleurs que le reste) : sans discuter il faut remplacer les pièces refusées, remettre celles-ci dans le sac avec les autres et ne plus y penser. A la fin du voyage, c’est tout au plus s’il en restera 4 ou 5 de vraiment mauvaises.

   On peut vivre princièrement en comptant 5 krans par jour et par personne, y compris les gages des domestiques (15 à 20 krans par mois) et l’orchestre pour une danse échevelée de l’anse du panier, chorégraphie qui porte là-bas le nom de madakhel et dont il est couramment question. En comptant avec cela 1 kran ½, prix fort, par jour et par bête de somme, on peut établir un budget maximum.

DOMESTIQUES – INTERPRETES – LANGAGE

   J’ai parlé de domestiques. Il faut en effet, au départ, engager un cuisinier (achpaz) qui à chaque étape se chargera d’acheter les vivres et de préparer les repas ; car il n’y a pas d’auberges, et les caravansérails fournissent seulement le couvert gratuit. Le voyage sera d’autant moins dispendieux qu’on sera plus nombreux : il est bon d’être deux ou trois, et si l’on veut faire très bien les choses on prendrait un second domestique, valet de chambre (pichkhe-imet).

   Il vous faudrait bien aussi peut-être un interprète, mais d’abord il est difficile d’en trouver, ensuite c’est vous mettre dans la main d’un individu pour lequel votre voyage n’aura qu’un intérêt : lui faire gagner une petite fortune ; il le combinera dans ce sens, vous mettra en relation avec le monde extérieur pour tendre vers ce but, et votre agrément pourra s’en trouver notablement diminué.

   Le plus simple est d’apprendre un peu de persan. C’est une langue extraordinairement facile, sans grammaire ou du moins avec si peu de grammaire qu’on en connaît toutes les subtilités en deux heures, avec un vocabulaire de 200 à 300 mots on peut bavarder, et si l’on se donne la tâche d’apprendre 10 mots par jour, ce qui n’est pas du surmenage, au bout d’un mois on se trouve préparé à ce point de vue. La première grammaire-lexique de Guyard, dans laquelle on peut d’abord supprimer tous les mots qui ne servent pas rigoureusement au voyage ou aux repas, sera utilement employée. Après huit jours passés sur le sol de l’Iran, à chercher l’accent, on sera étonné d’être compris, et au bout de quinze jours d’usage, on comprendra tout… et même un peu du reste.

UNE FEMME PEUT-ELLE SE RISQUER ?

   Avant de m’engager dans des détails de ménage, il me vient à l’esprit que quelque lecteur va se demander s’il pourrait prendre la responsabilité d’emmener une compagne. Je crois que oui. Il faut toutefois qu’elle ait une vigueur au-dessus de la moyenne, qu’elle puisse tenir à cheval au pas, sept ou huit heures de suite chaque jour (c’est fatigant pour commencer mais on s’y entraîne), et comme elle ne trouvera pas de monture pour amazone, il importe qu’elle sache monter à cheval… comme à bicyclette. Et justement la bicyclette a créé une tenue très convenable pour un voyage de ce genre, à la condition, s’il vous plaît, d’arrêter le large pantalon à la cheville et non au genou. Ce n’est pas de ma part une question d’esthétique, il s’en faut de beaucoup ; c’est un sacrifice qu’il convient de faire à l’hygiène et pour éviter les coups de soleil sur les mollets. – Des coups de soleil à travers les bas ? – Parfaitement.

MEDICAMENTS

   Et puisque nous sommes sur ce chapitre de la santé, disons tout de suite qu’il faut mettre dans le budget du voyage les médicaments essentiels :

   Sulfate de quinine ; – Opium en cas de dysenterie ; – comme antiseptiques, sublimé et acide borique. Inutile de s’encombrer de liquides : on fera les dissolutions en cas de besoin.

Déniché et proposé par Sylvie R.

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Anecdotes, Textes découverts par les adhérents

AD 37 – Indre-et-Loire – Tables décennales en ligne

Déjà disponibles sous forme de microfilms, les tables décennales de l’état civil, couvrant tout le département, ont été numérisées et sont consultables en ligne et dans les deux salles de lecture des Archives.

La suite sur :

archives.cg37 – Tables Décennales de l’Etat-Civil

et les tables décennales

COLLECTION DES TABLES DECENNALES DE L’ETAT CIVIL NUMERISEES

*******

Retrouvez tous les articles sur les Archives départementales en ligne

3 Commentaires

Classé dans AD en ligne, Archives, Archives Départementales

Journées du patrimoine à Charenton & Saint-Maurice

Ce week-end, découvrez le patrimoine de Charenton-Saint Maurice, samedi 19 et dimanche 20 septembre 2009. Voici le programme des visites et lieux ouverts au public avec notamment, mairies, églises, chapelle, temple, hopitaux, expositions…

Découvrez la suite sur le blog :  MonCharenton.com

Journées du patrimoine à Charenton & Saint-Maurice – Charenton-le-Pont

http://moncharenton.blogencommun.fr/

Poster un commentaire

Classé dans Histoire locale, Val de Marne

Citation (10)

La moitié d’un ami, c’est la moitié d’un traître.

Victor HUGO

Et dire que j’ai plein d’amis sur FACEBOOK  🙂

Joël

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Citation