Episode (1) – 1835 – La machine infernale de Guiseppe Fieschi

 
 

Au cours des expositions (Créteil) et des visites (Musée de la Police) les adhérents du CGMA ont rencontré des traces de leurs ancêtres.

 

A l’exposition « Terre d’écriture » organisée par la direction des archives départementales du Val-de-Marne, Michèle a  croisé les traces de Charles VILDRAC (Voir son article du 6 février), Murielle nous a parlé du vicaire de la paroisse Saint Remi, Maurice Cordier dit Cortade.

 

Pour ma part en visitant le musée de la police, j’ai croisé deux personnages : GUINOIZEAU et FIESCHI.

 

Le nom de Maurice GUINOIZEAUX est inscrit sur le tableau des policiers morts pendant le second conflit mondial.

Ce fut compagnon d’infortune de mon père car il mourut le 19 août 1944 sur les berges près du pont de la Concorde sous les balles d’une mitrailleuse allemandes.

Mon père gisait à son côté mais ne fut pas mortellement blessé.

 

Le second personnage est FIESCHI et sa machine infernale.

Allez sur le site

http://noe-education.org/D124S1.php

 

Le Général Baron de l’Empire François BLEIN qui échappa à l’attentat du 28 juillet 1835 et Marc DUFRAISSE, futur préfet et député ont fait partie de mes recherches généalogiques.

François BLEIN, un collatéral et Marc DUFRAISSE un ascendant direct deux hommes avec deux destinées opposées qui sont réunis dans l’arbre généalogique familial et dont les noms sont liés à l’attentat de FIESCHI.

 

L’HISTOIRE ne retient que les noms du roi  Louis-Philippe, du conspirateur Guiseppe FIESCHI et du général MORTIER.

La famille royale est épargnée mais dix-huit personnes sont tuées, parmi lesquelles le général MORTIER, ministre de la Guerre.

 

******

 

FIESCHI (Guiseppe) conspirateur corse (Murato 1790 – Paris 1836)

Ayant attenté à la vie de Louis Philippe au moyen d’une machine infernale (1835) il fut exécuté.

L’attentat a eu lieu le 28 juillet 1835, Fieschi avait installé une « machine infernale » composée de vingt-quatre canons de fusil, à une fenêtre sur le passage du cortège royal. Le Roi Louis Philippe échappa, mais il y eu dix-neuf morts dont le Maréchal Mortier et une vingtaine de blessés.

 

Le Général Baron de l’Empire  Ange François Alexandre  BLEIN

… Le 25 juillet 1815, il fut promu général de brigade, et l’ordonnance du 1er août 1815 le mit à la retraite. Le 28 juillet 1835, l’explosion de la machine infernale de Fieschi le priva d’un doigt et peu de jours après la chambre des députés lui accorda une pension de 3000 (4000) F.

Adhérent-CGMA-Joël-007

A suivre

Joël

 

Publicités

6 Commentaires

Classé dans A lire, Adhérents, Episodes, Généalogie des adhérents, Histoire, Personnalité

6 réponses à “Episode (1) – 1835 – La machine infernale de Guiseppe Fieschi

  1. numatod

    Bonjour Catherine, je serais heureux de pouvoir vous aider. voici mon email numatod.abo@free.fr

    J'aime

  2. Catherine BLEIN

    Bonjour chers amis, moi je suis une descendante et ça m’interesserai d’entrer en contact avec la famille installée aujourd’hui dans sa maison à Choisy.
    A bientot
    Catherine

    J'aime

  3. J’ai déjà écris quelques articles sur BLEIN et ROUGET de L’ISLE
    https://cgma.wordpress.com/2010/05/31/blein-et-rouget-de-lisle/
    https://cgma.wordpress.com/2009/08/22/episode-2-blein/
    https://cgma.wordpress.com/2009/08/21/fieschi-episode-1/
    Que souhaitez-vous comme autres informations ?
    J’en ai mais aussi la Mairie de Choisy-le-Roi.
    Cordialement
    Joël

    J'aime

  4. numatod

    Bonjour,
    J’habite la maison qu’à acheté le Général Baron de l’Empire Ange François Alexandre BLEIN à Choisy le Roi en 1810, juste à côté de celle où décéda Rouget de L’Isle miséreux qu’il recueillit.
    Je cherche des infos sur lui, tout ceci est passionnant! Merci.

    J'aime

  5. Bingo !
    Ma belle famille, côté paternel, descend de Marc DUFRAISSE, de son fils Côme DUFRAISSE et de Lucy DUFRAISSE.
    Marc DUFRAISSE, m’a passionné et me passionne toujours autant et j’ai compilé en plusieurs centaines de pages Word (Works de l’époque !) sa vie riche depuis son enfance à Ribérac, avec ses activités politiques locales et enfin nationales, car cet homme politique fut comdamné au bagne par Louis Napoléon Bonaparte, peine commuée en exil grâce à l’intervention d’une grande dame George SAND. Il fut éxilé à Bruxelles en famille et avait comme compagnons, Edgar QUINET, DESCHANEL le père, etc …
    Puis, il termina son exil comme professeur de droit à l’école polytehcnique de Zurich.
    Je me ferai un plaisir de vous communiquer la compilation que j’ai réalisée en 1997 !
    Joël BACQUER

    J'aime

  6. TRUEL

    Monsieur,

    je suis à la recherche des descendants de Marc Dufraisse dont vous faites mention dans votre texte ci dessus. Je suis doctorant à Bordeaux III et je fais ma thèse sur un personnage très proche de Dufraisse à l’époque des débuts de la Troisième République: Oscar de Fourtou.
    J’aimerai beaucoup savoir s’il existe des archives (correspondance…) laissées par les frères Dufraisse. pour cela, je dois rentrer en contact avec leurs descendants. Si vous pouvez m’aider, cela serait très sympa de votre part.
    Cordialement,
    Thierry TRUEL

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s