Archives quotidiennes : 24 juillet 2009

Lu aujourd’hui sur Le Blog Généalogie

« Le Blog Généalogie », le blog de Geneanet :

http://blog.geneanet.org/index.php/post/2009/07/Rumeurs-sur-des-changements-dans-lactionnariat-de-GeneaNet.html

La conclusion de l’article :

« GeneaNet est un site communautaire avec des membres qui ont toujours été très vigilants sur l’évolution et la qualité des services offerts. Nous en sommes très heureux et pensons que c’est un gage important de pérennité quelles que soient les évolutions de l’actionnariat. A ce jour, GeneaNet n’est pas « sur le point d’être racheté » par qui que ce soit. S’il y avait un changement significatif d’actionnaires vous seriez bien entendu informés par nos soins.

Christophe Becker – Directeur de GeneaNet »

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Presse

24 juillet

Profitons de ce mois de juillet pour faire une pause généalogique et souhaiter la fête des Olivier, Joël, Brigitte, Christine, Jacques et autres prénoms d’adhérents du CGMA, sans compter quelques anniversaires. Les almanachs anciens et de nôtre époque sont nombreux; au hasard nous avons choisi un almanach récent datant de 1980 et la date du 24 juillet.

Almanach1980COUTUMES ET CROYANCES

Le 24 Juillet 1769, les bureaux de placement pour nourrices ont été regroupés en un seul organisme. Environ 21 000 enfants naissaient alors chaque année à Paris : 700 étaient nourris par leur mère, 700 par une nourrice à domicile, 3 000 étaient confiés à des nourrices de banlieue, tous les autres à des femmes recrutées en province, notamment dans le Morvan. Sainte Christine, jetée dans le lac de Bolsène avec une meule autour du cou, put néanmoins, aidée par des anges, rejoindre le rivage. C’est pour cette aptitude à flotter que les mariniers ont choisi son patronage.

DICTONS

A la veille de Saint-Jacques

Si tu as le soleil de Pâques

Compte que pour la moisson

Le blé sera dru et bon.

A la Sainte-Christine

Le blé frappe sur l’échine.

MEMOIRE

Le 24 Juillet 1702, condamnés à la clandestinité par la révocation de l’Edit de Nantes, les protestants persécutés des Cévennes se vengent en assassinant au Pont-de-Montvert l’archiprêtre François de Chayla, dénonciateur patenté. Ainsi commence l’insurrection des Camisards.

Le 24 Juillet 1815, le maréchal Ney est proscrit. Retrouvé près d’Aurillac, il sera traduit devant une cour martiale qui refusera de le juger. Mais la chambre des pairs le condamnera à mort et il sera fusillé le 7 Décembre, près de l’Observatoire.

Les vraies convictions ne se montrent pas, elle se prouvent (Lamartine)

Extrait de « l’ALMANACH de la mémoire et des coutumes » – 1980 – de Pierre BARRET, Jean-Noël GURGAND et Claire TIEVANT

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Coutumes