Archives mensuelles : avril 2009

Médaillés militaires de 1852 à 1870

Bienvenu(e) sur le site des médaillés militaires de 1852 à 1870.

http://medaillesmilitaires.lagenealogie.org/

Vous trouverez pour chaque médaillé la date d’obtention de la médaille et citation éventuelle le concernant. Conçu à partir des listes publiées par le Moniteur Universel de 1852 à 1870, enrichi des dossiers de Légion d’honneur et d’informations glanées dans les dépôts d’archives (Paris, archives nationales, Légion d’honneur).

Pour rechercher utilisez l’adresse :

http://medaillesmilitaires.lagenealogie.org/index.php

Exemple de résultat :

Médaille : Militaire
Date du décret : 13/01/1855
Ministère : guerre
Régiment : Commandement
Nom : CANROBERT
Prénom : François Certain
Grade : général de division aide de camp de l’Empereur
Citation : commandant en chef l’armée en Orient. 28 ans de services, 17 campagnes, 3 blessures dont 2 en Crimée.
Autre : Grand’Croix de la Légion d’honneur. Moniteur du 21 mai 1855
Notes : Né en 1809 à Saint Céré (Lot). Entré au service en 1826, Saint Cyr, régiment de zouaves en Algérie. Prend le commandement de l’armée d’Orient (blessé à l’Alma) au décès du général de Saint Arnaud. Mar

********

Autre article paru le 2 mai concernant ce sujet :

http://blog.geneanet.org/index.php/post/2009/04/Les-medailles-militaires-de-1852-a-1870.html

1 commentaire

Classé dans A lire

AD 31 : Archives Départementales – Haute-Garonne

Depuis le 28 avril 2009 :

http://www.archives.cg31.fr/accueil/actualite.html

Mise en ligne de l’état civil

Les registres paroissiaux et d’état civil des communes de la Haute-Garonne des origines (fin XVIe siècle au plus tôt) à la fin du XIXe siècle sont progressivement mis en ligne. Sont disponibles pour l’instant les communes de Agassac à Fustignac, les suivantes le seront prochainement au fur et à mesure de leur traitement.

Les registres qui sont ici reproduits sont ceux de la série communale de l’état civil, qui ont été empruntés dans chaque commune, puis microfilmés. Cette série est plus complète que celle des doubles des greffes des tribunaux de grande instance (sous-série 4 E) qui commencent en général plus tard (1667 au plus tôt, ou souvent 1737) et sont dépourvues de mentions marginales depuis 1989. Il peut arriver cependant que la collection communale soit lacunaire : nous nous proposons de compléter prochainement les lacunes de la série communale par les registres de la série du greffe.

L’on trouvera le plus souvent les tables décennales, conformément aux pratiques les plus fréquentes des communes, reliées à la fin et au début des registres décennaux d’état civil.

Les Archives départementales de la Haute-Garonne vous souhaitent de fructueuses recherches.

http://www.archives.cg31.fr/

5 Commentaires

Classé dans AD en ligne, Archives, Archives Départementales

Exposition juin 2007

Affiche de l'exposition 2007

Affiche de l'exposition 2007

Poster un commentaire

Classé dans Exposition du CGMA 6 juin 2009, Maisons-Alfort, Val de Marne

Liste des déportés. Fondation pour la Mémoire de la Déportation

Annoncé , retardé, différé mais enfin en ligne la liste des déportés partis de France par mesure de répression est en ligne :

Le projet

Le projet du Livre-Mémorial a été lancé par la Fondation pour la Mémoire de la Déportation à la suite du constat, lors des célébrations du 50ème anniversaire de la Libération des camps en 1995, de l’absence de données numériques fiables concernant le nombre de déportés partis de France, arrêtés par mesure de répression. Dès septembre 1996, une équipe de jeunes chercheurs, étudiants en Histoire à l’université de Caen Basse-Normandie pour la plupart, est installée, avec l’accord du Secrétariat d’Etat aux Anciens Combattants, dans les locaux du Bureau des archives du monde combattant à Caen. Un double objectif lui est confié :

  • Recenser tous les déportés partis de France, arrêtés par mesure de répression : résistants, politiques, raflés, otages, et parfois droit commun, quelle que soit leur nationalité,
  • Présenter les listes de déportés par transports et par ordre chronologique avec, pour chacun d’eux, des informations concernant l’état civil, le parcours en déportation, le matricule au premier camp et le devenir.

La Fondation pour la Mémoire de la Déportation décide aussi d’accorder une place à des déportés arrêtés par mesure de persécution ne figurant encore dans aucun mémorial français : les Juifs « conjoints d’aryennes » déportés sur l’île d’Aurigny, les Tsiganes et Juifs déportés depuis le Nord et le Pas-de-Calais, zone rattachée au Commandement militaire allemand de Bruxelles.

Au terme de huit années d’un travail novateur, souvent long et difficile, les noms de plus de 86000 personnes sont présentés dans Le Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression publié par les Editions Tirésias en juin 2004. La poursuite des recherches est alors décidée. Elle est rendue possible par la signature en mai 2005 d’une nouvelle convention entre la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, le ministère de la Défense et l’université de Caen Basse-Normandie. Depuis cette date, un groupe d’une dizaine de chercheurs, permanents de la Fondation et/ou étudiants de l’université de Caen, contribuent à l’enrichissement de la base de données.

La base de données

La base de données recense les noms de 89390 déportés présentés à l’intérieur de 363 listes de départs en déportation. Parmi eux, 88597 sont arrêtés par mesure de répression et 793 relèvent de cas de persécution. Environ 10% sont des femmes et près de 40% meurent en déportation alors que le devenir est connu pour 93% des déportés recensés.

La base de données comporte les informations suivantes :

  • matricule au premier camp ou date de déportation
  • nom
  • prénom
  • date de naissance
  • lieu de naissance
  • nationalité
  • parcours de déportation
  • situation (disparu, décédé, libéré, rentré ou non connu)
  • date de libération ou de décès
  • lieu de libération ou de décès
  • observations diverses (« NN », gazé, nom d’emprunt…)

Il est d’ores et déjà envisagé d’introduire progressivement quelques champs nouveaux touchant en particulier à l’arrestation (date et lieu), à l’internement et au devenir des déportés (date de décès après rapatriement).

Cette base de données se veut évolutive. Les informations présentées seront actualisées périodiquement au rythme des observations qui nous seront signalées et de l’avancée des travaux de recherche de l’équipe de Caen. Vous êtes donc invités à nous transmettre vos corrections et compléments accompagnés, si possible, de documents (extraits d’actes de naissance et de décès, en particulier pour les déportés rentrés de déportation, témoignages, photos…).

Lancer une recherche

Deux types de recherches sont proposés au lecteur. Il est possible, soit de rechercher un déporté et les informations individuelles le concernant, soit de rechercher une liste de départs en déportation.

Pour accéder au site « Fondation pour la mémoire de la déportation »

 

Puis accéder à la BANQUE DE DONNEES MULTIMEDIA

 

 

La base se veut évolutive et ne demande qu’à être enrichie :

 

Les premières recherches concernant les déportés Maisonnais donnent des résultats positifs :

LISSAC, Maurice, 31/12/1880 Partie I, liste n°264. (I.264.)  

SAGUET, Fernand, 09/01/1899 Partie I, liste n°42. (I.42.)

lire pour Saguet :  http://cgma2.wordpress.com/wp-admin/post.php?action=edit&post=591

AIZIC               Simone

EIOLE               Jean

GERTLER           Berthe

GERTLER           Hélène

 

A nous de compléter cette base par nos données personnelles.

85 Commentaires

Classé dans Archives, Déportation

Amédée Chenal (2) : Naissance

Acte n°29                  2 septembre 1852 – Maisons-Alfort

Acte de Naissance de Chenal François Amédée

 

Du deux septembre mil huit cent cinquante deux, dix heures du matin, acte de naissance de Chenal François Amédée présenté et reconnu du sexe masculin né cejourdhuy deux heures du matin à maisons alfort grande rue n°32 fils de Chenal fr Joseph jardinier âgé de cinquante trois ans et de Catherine Ledent son épouse âgée de quarante huit ans et domiciliée à maisons alfort  constaté par nous maire officier de l’état civil de maisons alfort sur la déclaration du père de l’enfant et en présence des sieurs Domon Jean Baptiste garde champêtre âgé de cinquante six ans et de Lebert Pierre Marie âgé de trente ans maraîcher, lesquels après lecture faite domiciliés à maisons alfort ont signé le présent

 

Suivent les signatures de :

J Chenal          : Joseph Chenal, le père. Jardinier, 53 ans époux de Catherine Lebert, la mère.

JB Domon        : Domon Jean Baptiste garde champêtre, 46 ans, premier témoin.

clm Dodun       : Claude-Laurent-Marie Dodun de Kéroman,

                          maire depuis 1813.

                                   Signe selon les actes cl ou clm Dodun.

                                   clm initiales de ses prénoms Claude-Laurent-Marie

N’a pas signé  : Lebert Pierre Marie Maraîcher, 30 ans, second témoin.

 

 

Amédée Chenal – tous les articles de la série

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Episodes, Histoire locale, Maisons-Alfort, Personnalité

Exposition juin 2006

Affiche de l'exposition 2006

Affiche de l'exposition 2006

Poster un commentaire

Classé dans Exposition du CGMA 6 juin 2009, Maisons-Alfort, Val de Marne

Plaques Commémoratives

L’enfance de nos ancêtres

Exposition du Cercle Généalogique de Maisons-Alfort du 2 au 26 juin 2009

avec la septième rencontre des généalogistes

le samedi 6 juin 2009 de 9h 30 à 16h30

à la Médiathèque André Malraux : 4, rue Albert Camus – Maisons-Alfort

*******************************************************

                          Avec la participation de :

*******************************************************

INVENTAIRE NATIONAL DES PLAQUES COMMEMORATIVES DE LA RESISTANCE

http://www.plaques-commemoratives.org 

 

photo_bergeyre 

I. HISTORIQUE

 

Ce site a été ouvert en 2004 à l’occasion du 60ème anniversaire de la Libération.
Son
adresse est http://www.plaques-commemoratives.org

Cette initiative est le premier inventaire général des plaques commémoratives de la Résistance
Le
site comporte actuellement 8500 pages.

Il est alimenté quotidiennement par un réseau de contributeurs répartis sur l’ensemble du territoire.
Il s’agit, soit de personnes intéressées par cette période de l’histoire et qui décident de couvrir tout un territoire, soit des contributeurs occasionnels (exemple: des personnes qui découvrent une plaque à l’occasion d’une promenade, ou des membres de la famille d’une personne citée sur une plaque).

Ce projet a reçu le soutien du ministère de la Défense, de la Ville de Paris, de l’Ordre de la Libération, du conseil général du Val de Marne et des accords de partenariat ont été conclus avec plusieurs centres d’archives cinématographiques (Vidéothèque de Paris, ECPAD, association « Ciné Archives », Conseil Général du val de Marne). 

II. CONTENU DU SITE

Le site présente en effet aujourd’hui près de 8500 pages dont:

5000 plaques ou stèles environ, assorties de l’adresse exacte, d’une photo de la plaque, et d’une notice biographique.

Les notices biographiques sont rédigées à partir de plusieurs sources: extraits d’ouvrages, d’articles, mais surtout dépouillement des dossiers de demandes de pension et de validation de grades, détenus aux archives du ministère de la Défense.

Pour 500 d’entre elles, nous disposons de la photo de la personne. Ces photos sont moins nombreuses car il faut faire des démarches plus longues pour les obtenir (recherche auprès des familles, accords avec les éditeurs pour pouvoir les publier).

 Exemples

photo-abbe-derry1

photo-marguerite-desplas1 photo-francois-claude1

Abbé Derry

Photo confiée par le service des Archives de l’association Le Bon Conseil

Marguerite Desplas

Photo extraire d’un dossier de demande de pension

Photo envoyée par la famille

François Claude

  

Les archives vidéo …

Nous diffusons aussi plus d’une heure d’archives vidéo: soit des extraits de films d’archives, soit des vidéos amateur réalisées par des membres de notre équipe.

 

video_chaban_petit

 

Certains de ces documents d’archives sont parfois les seules sources permettant de retrouver une photo de la personne.  Voir la vidéo :

http://www.plaques-commemoratives.org/rencontres_avec/rencontre.2006-10-19.4154293960/

 

page-dumont


Cette photo est extraite d’un film sur le congrès des métallurgistes de la Seine en
1937, où l’on voit Jules Dumont, qui appartenait à l’époque aux Brigades internationales, appeler à soutenir la République espagnole.  

III. COMMENT CONTRIBUER AU SITE 

 

Nos contributeurs au travail … (vidéos)

 

http://www.memoire-et-creation.org/videos2/v_rogard

http://www.memoire-et-creation.org/videos2/gprimout

 

 

Toute information envoyée par un contributeur comporte le nom de la personne et un lien vers une page qui présentant le contributeur et sur laquelle il peut aussi faire une information sur ses projets. Cette formule pourra sans doute intéresser les généalogistes.  

Bien souvent, ces contributeurs font de leur côté d’autres recherches sur l’histoire locale. Ou alors il s’agit d’enseignants qui mènent des travaux avec leurs élèves.

Il est donc normal que nous fassions connaître leurs travaux.  C’est pourquoi, ils ont droit à une page de présentation sur le site.

 

 

1. Les contributions occasionnelles : 

Elles émanent de personnes qui, découvrant des plaques dans leur voisinage immédiat, souhaitent les envoyer. Dans ce cas, il leur suffit d’envoyer  la photo en pièce jointe par email, avec dans le message, une légende minimale, c’est-à-dire l’adresse (n°, rue ou lieu dit). Il est demandé de veiller à ce que le ou les noms soient lisibles sur la photo, et donc de prendre la plaque d’assez près.

Si le contexte dans lequel la plaque est posée est intéressant, il est recommandé de prendre aussi une photo de loin.

 Exemple de montage :

 photo-massiani2

Nous faisons  les montages nous-mêmes

Il suffit de nous envoyer les photos à l’état brut

Nous donnons aussi des conseils à ceux de nos correspondants souhaitant réaliser les montages eux-mêmes.

C’est aussi le cas quand la plaque est encastrée dans une sculpture ou dans une stèle.

 

 

 

 

 

 

Nous sommes également intéressés par tout signalement de plaque avec simplement l’adresse, même s’il n’y a pas de photo. Mais dans ce cas, préciser si possible le numéro de la rue.  La mention du numéro de la rue permet d’afficher un plan de situation, ce qui peut être très utile pour les personnes du voisinage qui, découvrant une page sans photos, auraient envie d’aller la prendre et de nous l’envoyer.

 

Exemple :  la plaque n’a pas encore été photographiée, mais l’internaute peut accéder à un plan de situation lui permettant de repérer aisément l’endroit où elle a été posée et d’aller la prendre en photo. Ce procédé peut être mis en œuvre sur toute la France. 

 

page-edouard-maury 

 

Chaque contributeur ou contributrice a droit à une page de présentation. Toute page créée grâce à son aide comportera un lien vers sa page personnelle. Sur cette page, le contributeur peut, s’il le souhaite, mettre en valeur ses propres travaux. Exemple : les généalogistes, les historiens locaux ayant publié des articles ou des ouvrages à tirage restreint, les associations. Cette formule nous permet d’avoir une relation de réciprocité avec les personnes qui nous envoient des documents.

 

Exemple :

page-gilles-primout

 

 

 

2. Les comptes contributeurs

 

Les personnes ayant l’intention de nous envoyer un grand nombre de documents (exemple : toutes les plaques d’un département ) peuvent demander l’ouverture d’un compte contributeur. Ce compte leur permet de créer directement des page sur le site. Ces nouvelles pages sont examinées et validées tous les jours par le webmestre du site.

 

Contact :   François TANNIOU     f.tanniou@wanadoo.fr          06 88 31 69 48  

INVENTAIRE NATIONAL DES PLAQUES COMMEMORATIVES DE LA RESISTANCE

http://www.plaques-commemoratives.org

 

Poster un commentaire

Classé dans Calendrier, Exposition du CGMA 6 juin 2009, Maisons-Alfort

AD94 – Archives départementales du Val-de- Marne

(Lettre adressée aux AD 94)

Madame, Monsieur,

La Direction des Archives départementales du Val-de-Marne va connaître dès le mois de septembre 2009 de profondes modifications dans son fonctionnement, modifications qui affecteront votre accueil au sein du bâtiment et notamment en salle de lecture. En effet, commenceront dès le mois de novembre d’importants travaux de restructuration interne du bâtiment qui obligent à un déménagement complet des bureaux et de l’accueil du public dans des locaux proches. Le déménagement s’effectuera au courant du mois de septembre et perturbera de fait la communication des documents. Les dates plus précises vous seront données dès que possible ; les nouveaux locaux d’accueil du public seront situés au 3 bis, rue des Archives – 94000 CRETEIL. Cette rénovation des espaces de travail et d’accueil du public apportera un nouveau confort de consultation des documents et permettra d’étendre l’offre culturelle des Archives départementales. Un réaménagement complet de la salle de lecture est prévu ainsi que la construction d’une salle polyvalente pour l’accueil de conférences et d’initiatives en direction du public scolaire notamment. La durée des travaux est estimée à 18 mois.

Les modifications de fonctionnement au 3 bis, rue des Archives consisteront en :

-un accueil limité et sur rendez-vous des lecteurs. L’espace de consultation sera réduit. L’accès aux magasins très restreint par les travaux rendra difficile le transport des documents vers la salle de lecture provisoire.

-un accès aux documents moins étendu qu’actuellement pour ces mêmes raisons de transport ainsi qu’en raison des moindres possibilités de stockage sur place des documents demandés par les lecteurs. II est envisagé actuellement de réserver un accès par semaine à la direction et de demander aux lecteurs de réserver leurs documents une semaine avant leur consultation.

L’enrichissement constant du site lnternet des Archives départementales du Val-de-Marne par la mise en ligne de nouveaux instruments de recherche, de nouveaux fonds ou parties de fonds numérisés (presse locale, registres de la Maison de santé de Charenton, fonds du musée de la rose, fonds audiovisuels, listes nominatives de recensement de population …) au fil des mois sera l’une de nos priorités afin de remédier aux difficultés d’accès aux documents générées par ces travaux d’envergure. La Maison de l’histoire et du patrimoine sise 15, rue de la Prévoyance à Champigny-sur-Marne assurera aussi un relais appréciable des Archives départementales pendant cette longue période.

Des informations sur les possibilités de consultation et les activités culturelles de la direction seront régulièrement portées à votre connaissance aussi bien par courrier que par le biais du site lnternet www.archives94.fr.

Je vous remercie d’avance de votre compréhension et de votre patience quant aux désagréments provisoires liés à cette rénovation des plus attendues, porteuse de riches et stimulants projets.

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de ma considération distinguée.

Le Président du Conseil Général

Poster un commentaire

Classé dans Archives, Archives Départementales 94, Val de Marne

Citation (5)

 

«  … on me remet une fiche : Préfecture de la Seine – Cimetière Parisien de l’Est – Amoureux Joseph – Date d’inhumation 1935 -98è division -13è section – 22ème ligne- 75T-3è du milieu...Et dire que l’âme est encore ailleurs ! » 

« L’Humeur vagabonde » d’Antoine Blondin

*

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Citation

Le patrimoine des Communes du Val-de-Marne – Maisons-Alfort (2)

Les éditions Flohic n’existent plus et cet inventaire des éléments qui constituaient en 1994 le patrimoine des 47 communes du Val-de-Marne, est consultable dans les musées et archives du Val-de-Marne ;

Bienheureux les particuliers qui possèdent encore cet ouvrage dans leur bibliothèque !

Nous avons listé dans un précédent article les patronymes, placent aujourd’hui aux œuvres !

 

Les objets et les édifices

 

 

 

 

Albertine-Louise : Eglise Saint-Remi XII XIV ème. Quatre nouvelles cloches sont bénies en 1891.

Bains Douches : 1925. Architecte François Morice. 33, avenue de la République.

Blason : 1907. Ecole Raspail. Angle rues Georges-Clèmenceau et de la République.

Boxes.  Ecole Vétérinaire. A.S. : Boxes. Vers 1847. Ecole Vétérinaire.

Chapelle Saint-Léon  : Chapelle Saint-Léon. 1936. Architecte : Henri Vidal.

Château de Reghat  : Château de Reghat. XVIIème siècle. 34, rue Victor-Hugo.

Cité Ouvrière SNCF  : Cité Ouvrière SNCF. 1952-1953. Avenue du Général-de-Gaulle.

Cité Square Dufourmantelle  : Cité Square Dufourmantelle. 1934. Architectes: André Dubreuil et Roger Hummel. Brique. 288. rue Jean-Jaurès

Ecole Sainte-Thérèse  : Ecole Sainte-Thérèse. Détail. 1848. 110, avenue du Génaral De Gaulle.

École Vétérinaire  : École Vétérinaire. Amphithéâtre. 1838. 7, avenue du Gènéral-de-Gaulle.

Eglise Notre-Dame-du-Sacré-Coeur  : 1909. Architecte Jacquemin. 41, rue Cécile. Mme Delalain, bienfaitrice de la commune.

Eglise Sainte-Agnès  : 1932-1933. Architectes Marc Brillaud de Laujardière, Raymond Pruhomme.

Eglise Saint-Remi  : XII XIV éme. 6 rue Victor Hugo. Eglise paroissiale dédiée à Saint-Remi.

Fonts Baptismaux  : Baptistère. 1933. Eglise Sainte-Agnès.

Fort de Charenton  : Fort de Charenton. 1842. Avenue du Général Maunoury.

Françoise-Pauline  : Eglise Saint-Remi XII XIV ème. Quatre nouvelles cloches sont bénies en 1891.

Grille. Ecole Vétérinaire.  : Grille. 1842. Ecole Vétérinaire.

Groupe Scolaire Condorcet   : Groupe Scolaire Condorcet 1934. Architectes: André Dubreuil et Roger Hummel. Céramique, brique 4, rue de Vénus.

Groupe Scolaire Jules Ferry Roger : Groupe Scolaire Jules Ferry. 1934. Architectes : André Dubreuil et Roger Hummel. Brique. 218, rue Jean-Jaurès.

Groupe scolaire Raspail  : Groupe scolaire Raspail. 1907. Architecte : François Morice. 44, avenue Georges-Clémenceau.

Jeanne-Marie-Louise  : Eglise Saint-Remi XII XIV ème. Quatre nouvelles cloches sont bénies en 1891.

Mairie  : Mairie. XIX ème siècle. 118, avenue du Général de Gaulle.

Manège.  Ecole Vétérinaire.  : Manège. 1872. A.S. Diet. Ecole Vétérinaire.

Monument aux morts  : 1920. Cour de la mairie.

Monument funéraire  : 1884. Cimetière Véritable mausolée, cet imposant monument funéraire de la famille Jouët.

Musée Fragonard  : Ecole Vétérinaire. À la création de l’école d’Alfort, Claude Bourgelat fait venir de Lyon ses collections de préparations anatomiques.

Musée Fragonard. Calculs Honoré : Le musée, outre une considérable collection d’histoire naturelle, de squelettes et de pièces anatomiques, présente dans ses vitrines des « trésors » insolites ou monstrueux.

Octroi (Jean-Jaurès) : 1932. Architecte Dumortier. Angle rue Jean Jaurès.

Octroi (Pont de Maisons) : 1911. Huitième et dernier bureau d’octroi ouvert â Maisons-Alfort,.

Orangerie  : Fin du XVIIIème siècle.  46, avenue Foch. Les seuls vestiges de l’orangerie du château de Charentonneau.

Orgue. Saint-Remi  : Eglise Saint-Remi. Orgue. XII XIII ème. Cet orgue est considéré comme un chef-d’œuvre de facture d’orgue classique française du XVIIIe siècle.

Ostensoir  : Ostensoir. Vermeil ivoire, bois de rose Musée de Maisons-Alfort 9, avenue Victor-Hugo.

Porche. Saint-Remi  : Porche. XIXe- XXe siècles.  Eglise Saint-Remi.

Usine de la Suze  : Usine de la Suze. 1934. Architecte : Paul Fenard. Béton. 17-23, avenue du Général de Gaulle.

Vase céphalomorphe : XVIe. Musée de Maisons-Alfort 34, rue Victor-Hugo.

Vitrail. Saint-Remi  : Mauméjean (160 x 75 cm}. Eglise Saint-Remi.

Poster un commentaire

Classé dans Ecole Vétérinaire - ENVA, Episodes, Histoire locale, Maisons-Alfort

Le patrimoine des Communes du Val-de-Marne – Maisons-Alfort (1)

Les éditions Flohic n’existent plus et cet inventaire des éléments qui constituaient en 1994 le patrimoine des 47 communes du Val-de-Marne, est consultable dans les musées et archives du Val-de-Marne ;

Bienheureux les particuliers qui possèdent encore cet ouvrage dans leur bibliothèque !

 

Il arrive à certains généalogistes de découvrir dans leurs ancêtres des célébrités connues, inconnues ou mal connues, leurs recherches sortent alors des sentiers battus, « d’actes en actes » et commence souvent une quête d’indices de textes de gravures et photographies qui permettent « d’habiller » ces ancêtres.

Les ouvrages « Le patrimoine des communes » en sont une.

Pour notre part au CGMA nous avons déjà été sollicités au moins pour 5 ou 6 des patronymes suivants.

Bonne chance.

 

 Les Patronymes

Bastet A. : Manon. Vers 1900. A. Bastet. Marbre. Mairie. Jardin.

Berthier : Orangerie. Fin du XVIIIème siècle.

Bormes Baron de : École Vétérinaire. Amphithéâtre. 1838. 7, avenue du Gènéral-de-Gaulle.

Bourgelat Claude : École Vétérinaire. Amphithéâtre. 1838. 7, avenue du Général-de-Gaulle.

Brillaud de Laujardière Marc : Eglise Sainte-Agnès. 1932-1933. Les Architectes.

Champion Léon : Puits. XIX ème siècle. Musée de Maisons-Alfort. 9, rue Victor Hugo.

Champion  : Bains-Douches. 1925. Architecte François Morice. 33, avenue de la République.

Chovet L. : Chemin de croix. Début du XIX siècle L. Chovet. (73X54 cm) Bois cuivre, émail 21/09/01Eglise Saint-Remi.

Claudin Chanoine : Chapelle Saint-Léon. 1936. Architecte : Henri Vidal. Elle est construite en 1936.

Cornu Vital : Douce langueur. Vers 1900. Vital Cornu.  Marbre. Mairie. Jardin.

Curillon Pierre : Le frisson de la vague. Vers 1900. Pierre Curillon. Marbre. Mairie. Jardin.

David Abbé : Eglise Sainte-Agnès. 1932-1933. Architectes Marc Brillaud de Laujardière, Raymond Pruhomme.

Debon Edmond : Hommage au mérite. 1892. Edmond Debon. Huile sur Toile. Théâtre Debussy.

Delalain Mme : Eglise Notre-Dame-du-Sacré-Coeur. 1909. Mme Delalain, bienfaitrice de la commune.

Delalain Mme : Monument funéraire. 1884. Cimetière Véritable mausolée. Mme Delalain.

Desvallières Richard : Porte. Richard Desvallière. Chêne, cuivre (420X130cm). Eglise Sainte-Agnès.

Deubel Léon : Léon Deubel. 1935 H. Takata. Bronze. Musée de Maisons-Alfort.

Diet A.S. : Manège. 1872. A.S. Diet. Ecole Vétérinaire.

Dortet  : Eglise Saint-Remi. Orgue. XII XIII ème. Son buffet est réalisé par la menuiserie Dortet.

Dubreuil André : Cité Square Dufourmantelle. 1934. Architectes: André Dubreuil et Roger Hummel.

Dubreuil André : Groupe Scolaire Jules Ferry. 1934. Architectes : André Dubreuil et Roger Hummel.

Dufour  : Porche. XIXe- XXe siècles.  Eglise Saint-Remi.  Le vicaire Dufour fut guillotiné

Dumortier  : Octroi. 1932. Architecte Dumortier. Angle rue Jean Jaurès.

Fenard Paul : Usine de la Suze. 1934. Architecte : Paul Fenard. Béton.

Flandrin  : Ecole Vétérinaire. Anatomistes de l’école, Flandrin, Hénin, et surtout d’Honoré Fragonard.

Fragonard Honoré : Ecole Vétérinaire. Anatomistes de l’école, Flandrin, Hénin, et surtout d’Honoré Fragonard.

Fragonard Honoré : Ecorché. Musée Fragonard. Honoré Fragonard, né à Grasse en 1732 comme son cousin le peintre Jean-Honoré Fragonard, est chirurgien anatomiste.

François Henri : Fort de Charenton.  Le 25 août 1944, la garnison allemande quitte le fort en le minant de 1.000 tonnes d’explosifs. Henri François, réussit héroïquement à désarmer le dispositif.

Grauk  : Statue de Claude Bourgelat. 1876. Grauk. Cour d’honneur. Ecole vétérinaire.

Grimault Françoise : Monument funéraire. 1884. Cimetière Véritable mausolée.

Guyon Henri : Le Groupe Guyon. 45, avenue du Général-Leclerc. 1932-1935. Architecte: Henri Guyon.

Hénin  : Ecole Vétérinaire. Anatomistes de l’école, Flandrin, Hénin, et surtout d’Honoré Fragonard.

Hexamet Frédéric : Gazouillis. Vers 1880. Frédéric Hexamet. Marbre. Mairie. Jardin.

Hummel Roger : Cité Square Dufourmantelle. 1934. Architectes: André Dubreuil et Roger Hummel.

Hummel Roger : Groupe Scolaire Jules Ferry. 1934. Architectes : André Dubreuil et Roger Hummel.

Ingrand Max et Paule : Baptistère. 1933. Eglise Sainte-Agnès.  La fresque décorant la chapelle est l’œuvre de Paule et Max Ingrand.

Ingrand Paule : Choeur. 1933. Paule Ingrand. 3 panneaux, bois peint (650 x 170 cm). Eglise Sainte-Agnès.

Ingrand Paule : Baptistère. 1933. Eglise Sainte-Agnès.  La fresque décorant la chapelle est l’œuvre de Paule et Max Ingrand.

Isoir  : Eglise Saint-Remi. Orgue. XII XIII ème.

Jacquemin  : Eglise Notre-Dame-du-Sacré-Coeur. 1909. Architecte Jacquemin.

Jouët-Pastré  : Orangerie. Fin du XVIIIème siècle.

Jouët-Pastré  : Monument funéraire. 1884. Cimetière Véritable mausolée, imposant monument funéraire de la famille Jouët. 

Lecas-Sartiaux Mme : Vitrail. Mauméjean (160 x 75 cm}. Eglise Saint-Remi. Don de Mme Lecas-Sartiaux

Marrec Victor : Alfort, Charentonneau, Maisons. 1911. Victor Marrec.

Mauméjean  : Vitrail. Mauméjean (160 x 75 cm}. Eglise Saint-Remi.

Morice François : Groupe scolaire Raspail. 1907. Architecte : François Morice. 44, avenue Georges-Clémenceau.

Morice François : Bains-Douches. 1925. Architecte François Morice. 33, avenue de la République.

Moureaux  : Usine de la Suze. 1934. Architecte : Paul Fenard. Béton. 17-23, avenue du Général de Gaulle.

Naissant Claude : Porche. XIXe- XXe siècles.  Eglise Saint-Remi.  Le porche avait été restauré par l’architecte communal Claude Naissant.

Pompadour Mme : Château de Reghat. XVIIème siècle. 34, rue Victor-Hugo.

Puthomme Raymond : Eglise Sainte-Agnès. 1932-1933. Architectes Marc Brillaud de Laujardière (1889-1973) et Raymond Puthomme (1892-1976).

Reghat Pierre : Château de Reghat. XVIIème siècle. 34, rue Victor-Hugo.

Richemoz  : Cartel (Pendule murale) .  XVII ème siècle. Richemoz. Salle des mariages. Mairie.

Rispal  : Sculpture. 1933. Gabriel Rispal. (H.:4m). Eglise Sainte-Agnès.

Robespierre  : Mairie. XIX ème siècle. 118, avenue du Général de Gaulle. Enfin, en 1894, la commune acquiert le château et le parc de l’ancien fief de L’Image où aurait séjourné Robespierre.

Salièges  : Orangerie. Fin du XVIIIème siècle. Cette propriété immense aau baron Rodier Salièges.

Samson Edmé : Service en porcelaine. 1843. Atelier Édme Samson. Salle des mariages. Mairie

Soufflot Germain : École Vétérinaire. Amphithéâtre. 1838. 7, avenue du Gènéral-de-Gaulle.

Springer Famille : Château de Reghat. XVIIème siècle. 34, rue Victor-Hugo.

Vidal Henri : Chapelle Saint-Léon. 1936. Architecte : Henri Vidal.

 

A suivre

Poster un commentaire

Classé dans Ecole Vétérinaire - ENVA, Episodes, Histoire, Histoire locale, Maisons-Alfort

Broderie et généalogie

Salon « pour l’amour du fil » du 24 au 26 avril à la cité des congrès à Nantes

http://www.pour-l-amour-du-fil.com/

Des brodeurs et brodeuses : Kaffe Fassett et Brandon Mably , Tilleke Schwarz, Louise Gardiner, Léa Stansal, Catherine Primevert et autres reines du point de croix, de tapisserie, broderie japonaise ou de la broderie au ruban, les lauréates de l’école de broderie anglaise, le meilleur de l’Embroidery Guild du Royaume Uni…

Le diaporama de la maison traditionnelle :

http://www.pour-l-amour-du-fil.com/pages/les-expos/la-maison-traditionnelle.php 

 

Pour ceux qui sont attentifs vous remarquerez quelques broderies de

Catherine Primevert, maisonnaise aux deux passions, la généalogie et la broderie. 

Si vous ne passez pas par Nantes le dernier week-end d’avril, voici deux séances de rattrapage

a) à Romorantin  les 13 et 14 juin

b) lors de l’exposition du CGMA du 2 au 26 juin 2009 à la médiathèque André Malraux.

 

 

Maternelle

Maternelle

 

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans infos

18 avril : Noël PARFAIT

Poster un commentaire

Classé dans Anecdotes, Histoire, Personnalité

Le Cercle Généalogique des Postiers Télécommunicants et Tiers associés

L’enfance de nos ancêtres

Exposition du Cercle Généalogique de Maisons-Alfort du 2 au 26 juin 2009

avec la septième rencontre des généalogistes

le samedi 6 juin 2009 de 9h 30 à 16h30

à la Médiathèque André Malraux : 4, rue Albert Camus – Maisons-Alfort

*******************************************************

                          Avec la participation de :

*******************************************************

CG PTT/EGE

Le Cercle Généalogique des Postiers Télécommunicants et Tiers associés – Entraide Généalogique en Entreprise

 

le-cercle-genealogique 

Le Cercle Généalogique fondé en 1979 ; est affilié à la Fédération Française de Généalogie et de l’UCGE

 

Il est le premier et plus important des cercles d’entreprise

 

Il est soutenu par La Poste et France Télécoms, dont il est historiquement issu.

 

Son but est de regrouper toutes les personnes qui s’intéressent à la généalogie.

Il est aidé dans par plus de 20 délégués régionaux ou départementaux et conseillers pour les pays francophones.

Il compte actuellement + de 300 adhérents dans tout la France y compris dans les DOM/TOM

 

Les principaux services « inclus » qu’il offre à ses adhérents sont : 

 

·         Une Brochure d’accueil de plus de 50 pages de conseils pour « bien débuter »

·         Des Séances de formation pour les néophytes et les autres !

·         L’Envoi d’un bulletin trimestriel diffusant des articles de fond, des conseils de recherche, des articles d’initiation, des informations sur l’actualité généalogique et des articles de nos adhérents. Il publie également les listes des patronymes étudiés par les membres ainsi qu’une rubrique de questions-réponses ouverte à tous. …etc.

·         Des Réunions de travail et d’échanges qui apportent l’aide nécessaire aux Membres; celles-ci ont lieu régulièrement dans toutes les délégations.

·         La Consultation des Ouvrages à la Bibliothèque du Cercle, et le prêt de revues

         et de livres (envoi gracieux, par correspondance)

 

Notre Cercle propose également :

 

1.       Un site Internet à l’adresse : www.cercle-genealogique.fr

2.       Une liste de discussion (forum spécialisé réservé).

3.       Une « vitrine », pour des rencontres, lors des nombreuses manifestations nationales et régionales concernant la Généalogie et Sciences apparentées..

 

 

 

2 Commentaires

Classé dans Calendrier, Exposition du CGMA 6 juin 2009, Maisons-Alfort

Distillerie de la Suze (5) – Ouvrages de l’AMAH

Les ouvrages de l’AMAH offrent de nombreux détails sur la vie de Léon-Fernand Moureaux (1863-1956) : tour à tour distillateur (fabriquant d’absinthe et de spiritueux), fondateur de la distillerie de La Suze à Maisons-Alfort (quai d’Alfort), donateur qui finança la construction de l’église Sainte-Agnès, qui fit construire le Stade La Suze (aujourd’hui disparu) et fut maire de Trouville de 1934 à 1951.

 

Vous retrouverez tous ces détails et bien d’autres dans les ouvrages de l’AMAH :

 

Mille ans d’Histoire Tome I                                 1983     AMAH

            Page 295

Mille ans d’Histoire Tome II                                1986     AMAH

            Pages 214 et 216

Maisons-Alfort Ville Millénaire (Petite brochure)    1988     AMAH

 

Qui sommes-nous ? d’où venons nous ?              1992     Aubert

            Page 14

Des fiefs aux lotissements                                  1993     Aubert

            Page 13

L’école et l’enseignement XVIIe – XXe siècle        1995     Aubert

            Pages 89, 167 et 168

Le commerce et l’industrie                                 1996     Aubert

            Pages 39, 57, 112 et 113, 118, 121 et 122, 153

Fêtes et loisirs jusque dans les années 1930        1997     Aubert

            Page 144

Architecture 1930                                             2000     Aubert

            Page 111

 

 Ces ouvrages

sont consultables :

lors des permanences du CGMA : L’adresse et les dates de permanences

aux Archives communales de Maisons-Alfort : Le service archives documentation

sont en vente au Musée d’histoire locale

AMAH – Musée d’histoire locale

 

Et pour terminer cet article, quelques questions

Quelle est l’origine probable de Suze ?

Où était construit le stade de La Suze ?

Les articles concernant La distillerie de la Suze

Poster un commentaire

Classé dans Episodes, Histoire locale, Maisons-Alfort, Métiers

SHD

Copie de la note officielle distribuée à l’entrée de la salle de lecture.

14 avril 2009

La nouvelle salle de lecture du pavillon du Roi, baptisée salle Louis XIV, a  ouvert ses portes le 2 mars dernier. Par l’intermédiaire des fiches mises à leur disposition, plusieurs lecteurs nous ont fait part de leurs remarques et suggestions. Soucieux de vous fournir un service de qualité, nous avons pris en compte vos remarques et nous nous attachons à leur apporter une réponse à plus ou moins brève échéance.

Le confort des espaces d’accueil et de travail

Attendus par de nombreux lecteurs, les distributeurs de boissons et de nourriture sont maintenant installés. Les vestiaires seront prochainement équipés de tables, afin de vous permettre de préparer et de ranger vos affaires le plus commodément possible, et nous y avons déjà placé des poubelles.

En salle de lecture, quelques places sont dotées de prises électriques qui ne fonctionnent pas. Ce problème a été pris en compte par notre équipe technique et sera résolu d’ici peu. Les chaises sont régulièrement rééquipées de patins antibruit.

Contrairement à la salle du pavillon des Armes, la salle Louis XIV est équipée d’un ascenseur destiné au public. Ce dernier, en raison de la défaillance de nos prestataires de services, ne sera fonctionnel qu’à l’automne 2009.

Comme vous êtes nombreux à l’avoir souligné, le salon est bien trop éclairé par la lumière du jour pour permettre une consultation confortable des microfilms et des documents consultables sur Internet. Une commande de rideaux est en cours.

En salle de lecture, des tables ont été installées dans l’embrasure des fenêtres afin de vous faciliter la photographie des documents. Vous êtes quelques-uns à regretter la faible puissance des lampes d’appoint. Il s’agit de lampes à diodes électroluminescentes, choisies pour leur faible consommation énergétique, leur longévité, et le fait que la lumière froide qu’elles distillent présente moins de danger pour les documents que les autres systèmes d’éclairage. Nous sommes actuellement à la recherche d’une solution qui présente les mêmes avantages tout en procurant un meilleur confort de lecture.

De même, une étude sera prochainement demandée à un acousticien afin d’essayer de limiter la forte résonance des lieux.

Sachez enfin qu’une signalétique plus complexe et plus visible a été commandée et sera mise en place dans un mois. 

Les conditions de consultation des documents

La nouvelle salle de lecture a ouvert ses portes en dépit de la panne des deux ascenseurs la desservant, l’un réservé au public, l’autre aux archives. Les magasiniers manutentionnent chaque jour l’équivalent d’une tonne et demie de documents dans des conditions difficiles. C’est pourquoi le nombre de documents d’archives consultables par jour est momentanément limité à trois. Sensibles aux difficultés que ce dispositif suscite, nous avons décidé d’accorder dès à présent quotidiennement à quelques chercheurs la possibilité de consulter cinq documents, en donnant la priorité aux lecteurs qui ne résident pas en Ile-de-France. Cette facilité reste cependant contingentée à un maximum de dix places par jour.

Comme vous nous l’avez suggéré, nous conservons chaque jour quelques places disponibles pour les lecteurs des ouvrages de bibliothèque qui auraient omis de les réserver.

Certains d’entre vous déplorent la disparition d’usuels qu’ils avaient l’habitude de consulter. Fragilisés par de fréquentes manipulations, ils ont été retirés du libre accès mais restent néanmoins consultables sur commande, comme les autres ouvrages des autres collections de bibliothèques. Nous étudions actuellement avec les bibliothécaires le moyen de remettre le plus rapidement possible en consultation les annuaires et les situations des troupes. Les inventaires manquants seront, quant à eux, remis progressivement en place après restauration. Les microfilms usés signalés seront refaits par nos ateliers spécialisés.

La mise en œuvre d’un central d’appels téléphoniques et d’un formulaire de réservation sur Internet dans les prochaines semaines permettront de faciliter les réservations à distance.

Nous restons à votre écoute et sommes prêts à répondre à vos remarques et suggestions.

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Archives, Val de Marne

Distillerie de la Suze (4) – Avant 1904

L’ouvrage

« Etat des communes à la fin du XIXe siècle publié sous les auspices du Conseil Général -Notice Historique et Renseignements administratifs – 1904 »

paru six ans après celui d’Amédée Chenal complète nos informatiosn sur les distilleries Maisonnaises :

 

Industrie. – Distilleries.

 

1° La distillerie de grains et fabrique de levure a été fondée en 1872 par le baron de Springer, dont le fils a été signalé à plusieurs reprises dans la notice administrative comme l’un des bienfaiteurs de la commune. L’usine est élevée au milieu d’une vaste propriété de 18 hectares, dont 2 sont couverts. Elle est construite toute en fer, brique ou pierre, et comprend plusieurs divisions la malterie, les greniers, les moulins, la macération, la fermentation, la distillerie et la préparation des drèches. Signalons, en outre, un pavillon pour les générateurs, des ateliers de construction pour les caisses d’emballage et de réparation des cuves et futailles, enfin des écuries et des étables renfermant 90 bœufs et 50 chevaux pour les charrois.

Le personnel se compose de 40 employés et 350 ouvriers, et la force motrice disponible, de 650 chevaux-vapeur.

Les produits sont de trois sortes  l’alcool de grains, la levure et les drêches.

Au point de vue de l’alcool de grains, l’usine présente cette caractéristique que sa fabrication, au lieu de reposer sur le procédé plus économique, mais plus dangereux, de la saccharification par les acides, s’obtient en saccharifiant exclusivement par le malt un mélange en proportions à peu près égales de farine d’orge, de seigle et de maïs. Sa malterie produit, à cet effet, près de 24.000 kilos de malt par jour, quantité correspondant à 30.000 kilos d’orge mis en œuvre. Les moûts ainsi préparés sont ensuite soumis à la fermentation, à la distillation, à l’épuration et à la rectification. La quantité fabriquée annuellement s’élève à 75.000 hectolitres d’alcool environ.

La levure, connue dans l’industrie sous le nom de levure Springer, est blanche, et s’emploie pour la fabrication du pain et des pâtisseries, de préférence à la levure de bière, sur laquelle elle permet de réaliser une économie de moitié, sans communiquer au pain l’amertume ou l’odeur aromatique qui proviennent du houblon.

L’établissement en fabrique journellement 12.000 kilos dont il écoule 35% à l’étranger, notamment en Angleterre.

Enfin la drêche qu’il introduisit pour la première fois en France, ainsi que les deux produits précédents, est le résidu de distillation de l’alcool de grains Cette substance, facilement digestible, contient, l’état sec, plus de 50% de matières nutritives non azotées et environ 25% de matières nutritives azotées. Elle constitue donc une nourriture des plus satisfaisantes pour le bétail, puisque, au même degré de dessiccation que celui du foin, 100 kilos de drêche sont équivalents, sous le rapport alimentaire, à 450 kilos de foin.

Ajoutons enfin, pour compléter cet exposé trop rapide, que l’usine entretient une équipe de maçons et de peintres, ainsi qu’une compagnie de pompiers, avec un matériel attelé qui lui permet de porter rapidement secours, en cas d’incendie, aux communes situées dans la région Sud-Est de Paris.

La quantité de grains comprise, soit dans les greniers, soit dans la malterie, est de 130.000 quintaux environ.

Ces grains proviennent, le maïs, des Etats-Unis, le riz, des colonies françaises, enfin le seigle et l’orge, de la Beauce, du Maine et le la Champagne.

 

2° La fabrique d’absinthe et de spiritueux située, quai d’Alfort, appartient à une ancienne  maison fondée en 1795 Paris, puis transférée à Alfort, d’abord partiellement en 1875, puis .entièrement en 1891. Elle occupe 40 ouvriers et employés, non compris les courtiers, à la fabrication de l’absinthe et des liqueurs et sirops de toute nature. Sa principale spécialité consiste dans la gentiane Suze, apéritif tonique à base de gentiane fraîche du Jura. et établissement dispose d’une machine de 25 chevaux et d’un moteur hydraulique actionnant les rinceuses mécaniques, et possède, pour ses transports, 12 chevaux et 7 voitures. Ses affaires se font pour les 3/4 à Paris et dans le département de la Seine et, pour le reste, en province et à l’étranger.

 

L’ouvrage d’Amédée Chenal (1898) ainsi que l’état de la commune de Maisons-Alfort (1904) sont téléchargeables sur :

CGMA – la page de téléchargements

 

 

Les articles concernant La distillerie de la Suze

2 Commentaires

Classé dans Episodes, Histoire locale, Maisons-Alfort, Métiers

Cà s’est passé le … 14 avril 1912

14 avril 1912 Naufrage du Titanic

http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=19120414

 

 

Naissance du photographe Robert DOISNEAU

o 14 avril 1912, Gentilly

x 28 novembre 1934, Choisy-le-Roi
1 avril 1994, Paris

http://cgma2.wordpress.com/2009/04/14/14-avril/

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Anecdotes, Histoire, Val de Marne

Exposition juin 2005

Affiche de l'exposition 2005

Affiche de l'exposition 2005

Poster un commentaire

Classé dans Exposition du CGMA 6 juin 2009, Maisons-Alfort, Val de Marne

Exposition juin 2004

Affiche exposition 2004

Affiche de l'exposition 2004

Poster un commentaire

Classé dans Exposition du CGMA 6 juin 2009, Maisons-Alfort, Val de Marne