Noël 1953

Dans  ma famille, les origines sont diverses, celles qui ont dominé sont nos racines italiennes, tout en gardant  quelques habitudes d’autres pays.
Chaque année, dès le 8 décembre (ainsi le voulait notre grand’mère d’origine corse), nous préparions dans des soucoupes tapissées de coton humide et  de lentilles, ce qui constituerait les champs de verdure de la crèche que tous mes frères et sœurs dressions dans la joie, vers le 20 décembre (nous étions 8 enfants).
Toute la journée du 24 nous aidions notre mère à préparer les deux repas de fête pour une douzaine de personnes:
Ceux-ci étaient assez simples :
Pour le soir : Salade de lentilles (signe de prospérité coté italien), dinde rôtie accompagnée de pommes de terre sautées et oreillettes (sortes de bugnes), cuisses de dames et autres gâteaux délicieux. En ce qui me concerne, je mangeais peu car nous les filles avions déjà goûté à tout pendant la préparation.
Pour la veillée, toute la famille réunie, très bruyante, nous jouions  à des jeux très simples : petits paquets (jeu de carte) et mon préféré le loto, où chacun à notre tour, annoncions les numéros.
Minuit arrivé, nous mettions le petit Jésus dans la magnifique crèche faite de papier kraft que nous avions peint. L’eau en papier cristal, traversait les montagnes créées devant la grotte et nos champs de verdure.
Le lendemain midi nous dégustions les raviolis préparés la veille, le reste de la dinde ainsi que les gâteaux qui duraient plusieurs jours compte tenu de la quantité préparée
Tous nos Noëls ont été heureux, joyeux dans cette chaude atmosphère familiale, pourtant celui de 1953 a marqué notre enfance
Jusque là nos jouets étaient en bois, de petite taille : animaux, armoire et table à poupée ; souvent un cartable, pour les plus grands, toujours en bois (notre père était menuisier !) ; notre oncle Jean, artiste- peintre donnait vie à tous ces objets avec talent.
Noël 1953 , grande surprise, nous avions tous eu quelque chose de différent et rien en bois : voitures à pédales pour mes 2 jeunes frères, ballon, jeu de société, chocolats, etc… et pour moi, une écharpe bleue et mon premier sac à main, j’avais 15 ans.
C’est notre frère aîné Louis, débutant dans la vie active qui avait assuré tout cela, sans que nous nous en doutions ! ! C’est probablement lui qui fut le plus heureux.
Cette photo symbolise ce jour-là, le bonheur d’une famille heureuse et unie, regardant nos petits frères si fiers de leurs voitures.
Nous attendions ensuite le 6 janvier, pour l’arrivée des rois mages dans notre crèche qui était magnifique, comme le sont encore de nos jours les crèches italiennes et particulièrement napolitaines.

JOYEUX NOËLnoel-19530001

Rédigé par  Adhérent-CGMA-Christiane-115

4 Commentaires

Classé dans Adhérents, Anecdotes, Enfance, Généalogie des adhérents

4 réponses à “Noël 1953

  1. Brigitte

    Je ne savais pas si je devais ou pas évoquer le souvenir qui m’a rattrapé en lisant le noël 1953 de Christiane.Mais dimanche dernier en discutant avec Christine…..
    C’était au tout début des années 1960,à noël aussi, au pied du sapin il y avait pour ma soeur ainée un énorme électrophone(la voix de son maitre) avec un 45 tours de Françoise Hardy « tous les garçons et les filles »(électrophone que j’ai beaucoup utilisé d’ailleurs lorsque j’étais ado).Quelle chance elle avait, j’étais encore bien jeune,mais je l’enviais d’avoir eu un truc avec lequel on pouvait écouter ce que l’on voulait,à la maison il n’y avait que la TSF.
    Et c’est bien plus tard que j’ai compris!
    C’était le premier noël depuis qu’elle travaillait et elle s’était offert ce que les parents ne pouvaient faire, nous faisant croire à nous petits que c’était le père noël.
    Elle ne saura jamais que je sais qu’elle a dû être terriblement impatiente d’écouter enfin son disque (même si je ne sais pas combien de temps elle a attendu),tout comme elle ne saura jamais ce que j’ai ressenti lorsque j’ai compris.
    En effet il y a presque trente et un ans que j’ai pris la décision de rompre avec une partie de la famille
    afin de construire la mienne.
    Brigitte

    J'aime

  2. Michele

    Merci Christiane. Tu nous fais partager de beaux souvenirs.
    Michèle

    J'aime

  3. Sylvie Rouget

    Bravo Christiane,
    tu racontes ça tellement bien que l’on a l’impression d’être avec toi, de t’accompagner dans ces souvenirs…
    Moi aussi, enfant, j’adorais le loto, on avait durant quelques instants l’impression d’être quelqu’un d’important en annonçant un numéro !
    Sylvie

    J'aime

  4. Brigitte

    Merci pour ce beau témoignage Christiane,c’est les yeux brouillés que j’ai fini de le lire!!!
    Cette fraternité est une belle définition de la famille, vous allez faire des envieux….et tant mieux.
    Joyeux Noël
    Brigitte

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s